(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Annales de la Société malacologique de Belgique"






♦^ 

<¥ 



<i <?% f 



.'# 



y* #* 



^ ■£ v 



ïJV •**.'■ 



,- 



y 










/^.<m; : ^ 












»*■* 



tv >*\ 



pv|| 



A-jWh, 



: A £ 





$2 




M '1 



jp^^aa? 



$%> 



3§***Jjki 



lH- 



WÈî-^m 



**-i%mi 






; V? 



' "-'if-*, 



'f&G&fii* 



* '.^w, 



r-^-r^K, v *ar* *v y*fi*# 



\à S .<**. 



HARVARD UNIVERSITY. 




LIBRARY 



OF THE 



MUSEUM OF COMPARATIVE ZOÔLOGY. 

■SSijl 



i£ 




J\<juij4JusJiS^lW 










!22 




ANNALES 




DE 



BEXjC3-IQ,TJE 



TOME XII 



(DEUXIÈME SÉRIE, TOME II) 



ANNÉE 1877 



IRUXELLES 
M. WEISSENBRUCH, IMPRIMEUR DU ROI 

45, RUE DU POINÇON, 45 

1877 





% 



A.nsnsr^.LES 



DE LA 



r r 



SOCIETE MALACOLOGIQUE 



DE 



BELGIQUE 



MEMOIRES 



DE LA 





II 




DE 



BELGIQUE 



TOME XII 



(DEUXIÈME SÉRIE, TOME II) 



ANNEE 1877 



BRUXELLES 

TYPOGRAPHIE DE M 11 * M. WEISSENBRUCH 

IMPRIMEUR DU ROI 
45, RUE DU POINÇON, 45 



CONSIDÉRATIONS NOUVELLES 



SUR LES 



SYSTÈMES BOLDÉRIEN ET DIESTIEN 



FA.TJTj OOGELS 



— SÉANCE DU 4 FÉVRIER 1877 — 



♦ ■•■» 



L'étude des diverses couches du terrain tertiaire supérieur de la 
Belgique, après avoir subi un certain temps d'arrêt, vient d'être reprise 
depuis quelques années. Il suffira de rappeler l'apparition presque 
simultanée, vers la fin de 1876, de quatre mémoires dus à MM. Ortlieb 1 , 
Vanden Broeck 2 , Mourlon 3 et Gosselet 4 , et publiés dans trois centres 
d'activité intellectuelle différents, pour démontrer combien est vif l'intérêt 
qui s'attache au classement des formations connues sous le nom de sables 
d'Anvers. 

Nous n'avons pas à faire l'éloge de l'œuvre considérable entreprise par 
M. Vanden Broeck, chacun peut en apprécier l'importance; nous ne 
comptons pas non plus analyser d'une manière complète en ce moment les 
mémoires de MM. Mourlon et Gosselet ; nous nous bornerons à donner un 
extrait du travail de chacun de ces deux derniers auteurs pour tenter de 

1 Les allumons du Rhin et les sédiments du système diestien dans le nord de la France 
et en Belgique. Annales de la Soc. Géol. du Nord, tome III, p. 94. Séance du 2 mai 1876. 

2 Esquisse géologique et paléontologique des dépôts pliocènes des environs d'Anvers, 
Fasc. I. Les sables inférieurs d'Anvers. Bruxelles, 1876. Ann. de la Soc. Malac. de Belg., 
tome IX, 1874. 

3 Sur les dépôts qui, aux environs d'Anvers, séparent les sables noirs miocènes des 
couches pliocènes scaldisiennes. Bull, de l'Acad. royale de Belg., 2 e série, tome XLII, 
pp. 760 à 790. Bruxelles, 1876. 

4 Relations des sables d'Anvers avec les systèmes diestien et boldérien. Ann. de la Soc. 
Géol. du Nord, tome IV, p. 1. Séance du 8 novembre 1876. 



8 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

faire la critique de la question que soulèvent ces passages; mais au sujet 
de ce mot de critique, nous devons prévenir que c'est une idée d'examen 
impartial et nullement de désapprobation ou de réfutation que nous y 
attachons. 

Après avoir dit que la Terebratula grandis et les débris d'hétérocètes 
semblent être propres au niveau des sables verts, M. Mourlon ajoute 1 : 
« En présence de ce fait, on pourrait se demander si la partie des sables de 
Diest dans lesquels on a trouvé la même térébratule en place, notamment 
près de Pellenberg, aux environs de Louvain et jusque dans le comté de 
Kent, en Angleterre, ne se rapporteraient pas aux sables verts et gris 
cendré à hétérocètes des environs d'Anvers. » 

M. Gosselet, de son côté, ayant constaté qu'au Bolderberg la couche 
de galets et de débris de fossiles se dédouble, en conclut que la zone infé- 
rieure, où les coquilles se trouvent dans le sable blanc, contient en place 
les fossiles qui, remaniés, forment la zone supérieure ou conglomérat du 
sable glauconifère. « Les sables diestiens du Bolderberg, dit-il 2 , ne 
contiennent donc pas de fossiles contemporains de leur dépôt, et au lieu 
de rapprocher les sables noirs d'Anvers du système diestien, on devrait les 
rapporter au système boldérien. C'est ce qu'avait dit M. Nyst dès 1861 3 . 
Le système diestien tout entier est donc postérieur aux sables d'Edeghem 
à Panopsea Menardi 4 . » 

Il n'est personne qui n'ait remarqué combien se rencontre fréquemment 
la dénomination de système diestien ou de sables de Diest ; mais, quoique 
ce soit une de celles dont le géologue qui étudie le terrain tertiaire de la 
Belgique est appelé à faire le plus souvent usage, peut-être aussi par 
suite des nombreuses applications qu'on en a faites, ce terme a acquis 
quelque chose de vague qui ne satisfait plus. Le système diestien a subi 
tant de modifications depuis le moment de sa création, tant de formations 
différentes y ont été introduites, qu'il est devenu nécessaire d'en opérer 
la révision. 

C'est dans le Rapport sur les travaux de la carte géologique pendant 
Vannée 1839, par A. -H. Dumont 5 , qu'apparaît pour la première fois le 
nom de système diestien. On sait que le célèbre géologue divise alors le 
terrain tertiaire de notre pays en six systèmes auxquels il donne les 

i Op. cit.,]}. 786. 

2 Page 10 du tiré à part. 

3 Bull. Acad. de Belg., 2 e ' série, tome XII, p. 32. Pour plus de détails, nous renvoyons à 
la p. 10 de la présente étude. 

4 M. Gosselet nous paraît ici comprendre également sous ce nom les sables à Pectun- 
culus pilosus ou sables noirs. 

5 Bull. Acad. roy. des sciences de Bruxelles, tome VI, 2 e partie, pp. 464-485. (N° 11. 
Séance du 7 décembre 1839.) 



MÉMOIRES 9 

noms de landenien, bruxellien, tongrien, diestien, campinien et hes- 
bayen, qu'il range, les trois premiers dans le terrain tertiaire inférieur, 
les deux derniers dans le terrain tertiaire supérieur. Le système diestien 
n'est placé « qu'avec doute dans le terrain tertiaire supérieur, à cause 
des incertitudes qui régnent encore à l'égard des fossiles qui s'y ren- 
contrent 1 » . 

D amont considère le système diestien comme très pauvre en débris 
organiques. « Je ne puis, dit-il 2 , citer jusqu'à présent qu'une seule 
localité fossilifère, découverte par M. Van Beneden, à une lieue à l'est de 
Louvain. Les fossiles sont situés vers la base du système et ne sont 
séparés du sable tongrien que par un banc de grès ferrugineux renfer- 
mant des cailloux. » Ces fossiles étaient en trop mauvais état pour donner 
lieu à une détermination exacte et permettre d'établir les rapports du 
système diestien avec certains dépôts tertiaires de France et d'Angle- 
terre; « mais, ajoute-t-il, si les sables glauconifères situés entre 
Malines et Anvers se rapportaient au système diestien, comme je suis 
porté à le croire d'après des considérations minéralogiques, on aurait, 
pour caractériser ce système, un très grand nombre de fossiles, et ses 
rapports avec le crag ou terrain tertiaire supérieur ne laisseraient pas 
d'incertitude 3 » . 

Le système campinien comprenait, outre la division actuelle des 
sables de la Campine, les dépôts fossilifères des environs d'Anvers « qui 
paraissent se distinguer des sables glauconifères que nous avons cités 
précédemment, non seulement par leur composition, mais par l'ensemble 
des débris organiques qu'ils renferment. » Je citerai comme exemple les 
sables de Calloo et du Stuy venberg, près d'Anvers. 

Dumont connaissait aussi l'existence des sables à PecHnculus pilosus 
ou sable noir. Il parle, en effet, d'un sable glauconifère dont les fossiles 

1 Bull. Acad. roy. des sciences de Bruxelles, tome VI, p. 467. 

2 Ibid., pp. 480-481. 

3 On voit sur la carte géologique, qu'entre Malines et Anvers le système diestien 
s'avance dans l'argile rupélienne dont il semble combler deux golfes sur les territoires 
des communes de Contich et d'Edeghem ; mais Dumont ne disant pas s'il a trouvé des 
fossiles dans ces « sables glauconifères » dont, en définitive, la position n'est rien moins 
qu'indiquée d'une manière suffisante, on doit se demander, dans le cas où il aurait 
fait cette observation dans les environs d'Anvers, si ces sables étaient les sables glau- 
conifères avec petits galets à la base, que M. Van Ertborn* a rencontrés, au forage du 
château de Solhof à Aartselaar, sur une épaisseur de 5 m 20, après avoir traversé 4 mètres 
de sable jaune, ou bien si c'étaient déjà les sables d'Edeghem à Panopœa Menardi. 
En tout cas, ces derniers ne correspondent pas au « crag ». Quant au célèbre gîte dit 
d'Edeghem, parce qu'il était situé sur le territoire de cette commune, mais qui se trouvait 
dans le voisinage du village de Wilryck, son emplacement nous paraît colorié comme 
Rupélien sur la carte. 

* Note sur les sondages de la province d'Anvers. Société Géologique de Belgique, 1874. 



10 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

avaient été réunis, sans distinction 1 , avec ceux des localités citées 
ci- dessus, de sorte qu'il n'avait pu faire ressortir les différences que 
présentent les dépôts. On sait que c'est en 1843 seulement que M. Nyst 2 , 
après la découverte d'un nombre considérable de fossiles due à ses 
recherches personnelles ainsi qu'à celles de quelques autres naturalistes 
zélés, établit trois divisions dans le système campinien : le sable noir du 
fort Hérenthals, le sable gris des glacis d'Anvers, le sable rouge de 
Calloo et du Stuyvenberg. 

En 1849, Dumont 3 modifie considérablement sa classification pri- 
mitive. 

Il divise son ancien système tongrien en trois systèmes particuliers : 
celui auquel il réserve le nom de Tongrien, le Rupélien et le Boldérien, 
qu'il place tous dans le tertiaire moyen ou miocène 4 . Nous n'avons à nous 
occuper ici que du Boldérien : nous voyons ce système divisé en deux 
étages : « un étage marin, dont la partie inférieure consiste en sables 
glauconifères et la partie supérieure en sables jaunâtres où viennent se 
ranger les sables fossilifères du Bolderberg, et un étage fluviatile composé 
de sable et de lignite dont on trouve des traces sous le sol campi- 
nien 5 » . 

Pour ce qui concerne le synchronisme de ses systèmes avec les gise- 
ments de l'étranger, Dumont disait 6 du Rupélien et du Boldérien : « Il se 
pourrait que les faluns de la Touraine se rapportassent à l'un de ces 
derniers systèmes, mais je m'abstiens d'émettre une opinion avant d'avoir 
exploré cette contrée. » Plus tard, dans le tableau qui accompagne sa 
Note sur la position géologique de V argile mpélienne 7 , c'est en regard de 
l'assise marine de son système boldérien (série miocène) qu'il met le falun 
de la Touraine; seulement, c'est avec signe de doute. 



1 Par M. Nyst, en 1835, dans ses Recherches sur les coquilles fossiles de la province 
d'Anvers. Bruxelles, in-8° de 36 pages, avec 5 planches. 

2 Description des coquilles et des polypiers fossiles des terrains tertiaires de la Belgique. 
Mémoire couronné par l'Acad. roy. de Belg. en la séance du 9 mai 1843. (Tome XVII des 
mém. cour, et mém. des savants étrangers.) 1 vol. in-4° de 678 pages avec atlas de 
49 planches. 

3 Rapport sur la carte géologique du royaume. Bull. Acad. roy. de Belg. Bruxelles, 
1850, tome XVI, 2 e partie, pp. 351-373. (Séance du 10 novembre 1849.) 

4 Ibid., p. 366. 

5 Dumont indique le système boldérien sur la carte géologique comme représenté dans la 
province d'Anvers. D'après M. Dewalque (Prodrome, p. 221), il disparaît graduellement 
vers Pellenberg, par l'effet de la dénudation diestienne, et l'étage fluviatile rangé, du reste, 
dans le Tongrien par les géologues allemands, ne se rencontre pas dans le pays. Malheu- 
reusement, nous n'avons trouvé nulle part de renseignements au sujet des traces de l'étage 
que Dumont signale sous le sable campinien. 

6 Op. cit., p. 367, note. 

7 Bull. Acad., tome XVIII, n<> 8. (Séance du 2 août 1851.) 



MÉMOIRES 11 

Eevenons maintenant au Rapport de 1849. 

Le dépôt caillouteux par lequel Dumont terminait, en 1839 l , son 
système tongrien et sur lequel il avait dit du reste que reposait le système 
diestien des environs de Louvain,est alors rangé dans ce dernier système 
auquel d'Omalius 2 , en 1842, avait démontré qu'il fallait le rapporter. 

Les sables diestiens sont indiqués comme passant « vers leurs parties 
supérieures à des sables glauconifères... fossilifères », chose digne de 
remarque, parce qu'en 1839 il disait qu'à Kesseloo, seule localité fossi- 
lifère qu'il connût dans le Diestien, les fossiles se trouvaient vers la base 
du système. 

Le système campinien démembré est partiellement éliminé du terrain 
tertiaire et reconnu quaternaire ainsi que le Hesbayen. 

Enfin, du crag d'Anvers, qu'il retire du Campinien pour l'ériger en un 
système distinct le Scaldisien, Dumont sépare encore « la partie infé- 
rieure » de ce dépôt, c'est à dire le sable à Pectunculus pilosus ou sable 
noir et la rapporte à la partie supérieure fossilifère du système diestien 3 . 

Ce sont principalement les conséquences de cette dernière manière de 
voir qui méritent d'attirer l'attention, parce que les rapports des faunes telles 
que celles du Bolderberg et des sables à Pétoncles, que nous croyons 
successives mais que l'on regarde généralement comme contempo- 
raines, sont ainsi méconnus et qu'entre elles se trouvent intercalés les 
sables de Diest qui sont en réalité plus récents que ces sables à pétoncles. 
Deux faunes voisines sont de cette manière séparées par une fauue 
distincte de l'une et de l'autre. 

Le tableau des formations tertiaires dressé en 1860 par M. Staring 4 , 
d'après les classifications de Dumont et de Lyell, confirme ce que nous 
disons ici. Les trois divisions du crag d'Anvers de Lyell, considérées 
comme formant le système scaldisien de Dumont, dans lequel on recon- 
naîtra que ce dernier ne comprenait cependant pas le « sable noir » , se 
trouvent placées au dessus du système diestien du géologue belge, sables 
de Diest de Lyell, mis en regard des sables avec Terebratula grandis de 
l'Angleterre. 

Plus bas sont rangées, dans la colonne réservée à la Hollande, les 
couches d'Eibergen et de Winterswyck , puis celles du Boldérien supé- 
rieur du Limbourg et, enfin, à un niveau plus bas encore, dans la 



1 Bull. Acad., tome VI, 2 e partie, p. 478. 

2 Coup d'œil sur la géologie de la Belgique. Bruxelles, in-8°, avec carte géol. —Voir p. 86, 
note. 

3 Bull. Acad., tome XVI, 2« partie, p. 371. 

4 De bodemvan Nederland. Haarlem, 1856-1860. 2 vol. in-8°, avec cartes géol. et plan- 
ches. —Voir tome II, pp. 170-171. 



12 SOCIÉTÉ MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE 

colonne réservée à la Belgique, le système boldérien inférieur ou marin 
correspondant aux f aluns de la Touraine. 

M. Staring qui, dans son tableau, met le « sable noir » dans le Pliocène 
et les sables de Diest dans le Miocène, semble, dans son texte, rapprocher 
davantage ces deux formations. Il regarde, en effet, comme probable que 
le dépôt du sable de Diest s'est effectué immédiatement avant celui du 
« crag d'Anvers » ou peut-être en même temps que celui du « crag noir 1 » . 
C'est à cette dernière idée qu'il paraît s'être arrêté. Dans le coup dœil sur 
l'histoire du monde ancien qui termine son ouvrage, il dit, en effet 2 , 
qu'après l'époque miocène, les sables de Diest se sont déposés parallèle- 
ment au crag et qu'il n'y aurait rien d'inadmissible à ce qu'ils fussent les 
dunes de la mer où se formait ce dépôt dont elles contiendraient alors, 
comme dans certaines localités de la Belgique, les fossiles à leur partie 
inférieure. 

L'ouvrage de M. Staring, écrit en hollandais, et dont il n'existe ni 
traduction ni même de compte rendu en français, est malheureusement 
peu connu. 

Vers 1860 eut lieu la découverte du gisement d'Edeghem. M. Nyst 3 , 
signale l'analogie de ses fossiles avec ceux des couches argileuses de 
Rekken près d'Eibergen et de Giffel près de Winterswyck, en Gueldre, 
dont on trouve la liste dans le Bodem van Nederland A . M. Nyst reconnaît 
alors aussi les rapports que la faune du nouveau gisement établit entre 
celle de la couche fossilifère du Bolderberg et celle du sable noir ou à 
Pétoncles. Après avoir rapporté les sables d'Edeghem au « crag inférieur » 
et celui-ci conformément à l'opinion reçue au système diestien, M. Nyst 
dit : « Nous ajouterons que c'est avec les espèces du crag noir du fort 
Hérenthals et du système boldérien de notre pays qu'elles ont le plus de 
rapport, ce qui nous fait penser que le système boldérien n'est en réalité 
que la base du système diestien de Dumont 5 . » 

De cette époque, croyons-nous, date l'introduction de la faune boldé- 
rienne de Dumont dans le Diestien. L'erreur devient ainsi moins sensible, 
puisque les divers dépôts en question se trouvent réunis dans un même 
système; mais leurs relations avec les sables de Diest de Dumont, 



1 De bodem van Nederland. Haarlem, 1856-1860. 2 vol. in-8°, p. 266. 

2 Ibid.,?. 462. 

3 Notice sur un nouveau gîte de fossiles se rapportant aux espèces faluniennes du midi 
de l 'Europe, découvert à Edeghem, près d'Anvers. Bull. Acad., 2 e série, tome XII, 1861, 
pp. 29 à 53 avec une planche. — Voir p. 35. 

* Tome II, pp. 210-215. 

5 Nous nous permettrons de faire observer qu'il ne nous semble pas qu'on puisse inter- 
préter ce passage comme Lyell en 1864 (voir plus loin) ou récemment M. Gosselet 
(ante p. 6). 



MEMOIRES 13 

c'est à dire avec le type du système, ne sont pas définies. Aussi, devant 
le vague de cette classification, ne faut-il pas s'étonner de voir les géo- 
logues se montrer d'opinions très diverses : 

Lyell 1 considère, en 1864, les dépôts fossilifères du Bolderberg, d'Ede- 
ghem et du « crag noir » comme d'âges différents. Malheureusement, il 
trouve fondée l'opinion « que la formation appelée Diestienne par Dumont, 
est du même âge que les sables d'Edeghem 2 » . Il est amené ainsi à mettre 
les sables de Diest avec Terebratula grandis des environs de Louvain au 
dessous du « crag noir » qu'il range dans le groupe plus récent du « crag 
d'Anvers 3 » . 

Lyell va même plus loin encore en disant 4 que, « par suite de la disette 
de fossiles dans les sables de Diest, on ne peut déterminer quant à présent 
les relations exactes de ces couches avec celles d'Edeghem, ou décider si 
ces formations sont intermédiaires entre celles d'Edeghem et du Bolder- 
berg... » 

On voit que cette remarquable interversion de l'ordre de succession 
des dépôts est la conséquence directe du placement des sables noirs à la 
partie supérieure des sables de Diest. 

En 1868, d'Omalius 5 maintient, dans son système des sables du Bol- 
derberg, qui correspond à l'étage marin du système boldérien de Dumont, 
la couche fossilifère de cette localité, mais, réunissant sous la dénomina- 
tion de « sables noirs » les gisements découverts à Edeghem, à Berchem, 
au fort Hérenthals et les comprenant dans le groupe des « sables 
d'Anvers » , il arrive à intervertir dans le même sens que Lyell l'ordre de 
succession des dépôts, puisqu'il met le groupe entier des sables d'Anvers, 
ainsi composé, au dessus des sables de Diest. 

C'est encore là le résultat de l'adoption de l'opinion de Dumont sur la 
relation de la partie supérieure de ces sables avec les sables noirs. 

La même année, M. Dewalque 6 rapporte la couche fossilifère du Bol- 
derberg au système diestien qui comprend alors, outre cette couche, les 
sables de Diest sans fossiles, ceux des environs de Louvain avec Terebra- 
tula grandis , les sables des environs d'Anvers connus sous le nom de 
« sables noirs » , les sables qui séparent ces derniers de l'argile rupé- 
lienne, enfin les sables d'Edeghem. Tous ces dépôts sont envisagés 

1 Éléments de géologie. Trad. franc, faite sur la 6 e édit. anglaise. (Dec. 1864.) Paris, 
2 vol. in-8°. 

2 Ibid. Tome I, p. 375. — Lyell attribue cette opinion à M. Nyst, qui ne nous paraît pas 
l'avoir exprimée. 

3 Ibid., p. 334. 

4 Ibid., p. 377. — Voir aussi, p. 165, le Tableau synoptique des couches fossilifères. 

5 Précis élément, de géol., 8 e édit. — Voir pp. 544-545. 

6 Prodrome d'une description géologique de la Belgique, 1868, in-8°. — Voir p. 221. 



14 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

comme appartenant aune même époque, le commencement de la période 
pliocène 1 . 

En 1873, M. Mourlon 2 conserve dans l'assise des sables du Bolderlerg 
de d'Omalius, le conglomérat fossilifère de cette localité et considère cette 
assise comme le représentant dans le Nord des faluns de la Touraine. 
Malgré les analogies signalées par M. Nyst entre la faune boldérienne 
et celles des sables d'Edeghem et des sables noirs d'Anvers, il place ces 
gisements dans le système diestien tout en rapprochant des couches du 
miocène supérieur du nord de l'Allemagne, de la Touraine, du bassin de 
Vienne, des faluns de Bordeaux, etc., les sables d'Edeghem qui semblent, 
dit-il, former une assise un peu plus ancienne que celle des sables 
noirs. 

Les sables de Diest qui s'étendent jusque dans la Flandre française et 
en Angleterre, dans le comté de Kent, sont qualifiés de « derniers vestiges 
de nos sables noirs » ; mais dans le tableau 3 qui résume son travail, 
M. Mourlon, après avoir cité les sables du Bolderberg, puis ceux d'Ede- 
ghem, les fait suivre des « sables noirs de Diest et d'Anvers » en 
nommant les sables de Diest les premiers, comme s'il tendait à les inter- 
caler entre les sables d'Edeghem à Panopœa Menardi et les sables noirs 
à Pectunculus pilosus. 

On reconnaîtra là encore l'influence de la manière de voir exprimée 
par Dumont. 

M. Vanden Broeck comprend la couche fossilifère du Bolderberg dans 
le système diestien. Selon notre collègue, elle représente 4 « un niveau 
supérieur de balancement des marées, un fragment de cordon littoral 
dont les matériaux provenaient de la mer diestienne qui s'étendait aux 
environs » . Les sables de Diest constituent la ceinture littorale des sables 
inférieurs (à Panopées et à Pétoncles) d'Anvers, à la partie supérieure des- 
quels (sables verts) ils se relient latéralement 5 . Les sables d'Edeghem ou 
à Panopcea Menardi représentent un dépôt de profondeur moyenne qui a 
dû précéder pendant un certain temps le dépôt plus littoral des sables à 
Pectunculus pilosus -pour devenir ensuite leurs contemporains 6 . 

C'est le premier essai de classification des divers dépôts considérés 
comme diestiens et d'explication raisonnée des différences qu'ils présentent; 
il mérite donc une attention particulière. Mais les faunes du Bolderberg, 



1 Prodrome d'une description géologique de la Belgique, 1868, in-8°, p. 225. 

2 Article géologie dans Patria Belgica. Belgique physique, p. 172. 

3 RM., p. 191. 

4 Esquisse géologique, p. 77. (Ann. de la Soc. Malacologique de Belg., tome IX.) 

5 Ibid. t p. 75 et p. 78. 
Ç Ibid., p. 54. 



MÉMOIRES 15 

des sables à Panopées et des sables à Pétoncles étant admises dans le 
Diestien au même titre que les vrais sables de Diest,il en résulte que l'on 
trouve ainsi réunies des formations appartenant en réalité à deux 
systèmes. 

Il est donc permis de regretter qu'une opinion émise par Dumont sous 
forme de simple rapprochement ait été adoptée comme s'il l'eût appuyée 
de preuves directes ou démontrée exacte. 

Ayant depuis longtemps, en cherchant à classer les diverses couches 
des environs d'Anvers, conçu des doutes sur la manière dont nous les 
trouvions réparties dans les systèmes géologiques créés par Dumont, et 
ces doutes s'étant accrus par suite de l'étude des derniers travaux de 
M. Gosselet et de M. Mourlon, nous nous permettrons d'exposer les 
raisons sur lesquelles nous croyons qu'on peut s'appuyer pour partager 
la manière de voir de M. Gosselet, quoiqu'elle soit, il faut bien le 
reconnaître, en opposition avec celle qui est généralement adoptée 
aujourd'hui. 

Pour Dumont, il est nécessaire de le répéter, les fossiles du Bolderberg 
n'appartiennent pas à la même formation que les sables dies tiens. 

Pour M. Dewalque, il est impossible de séparer cette couche fossilifère 
des sables ferrugineux diestiens qui la recouvrent 1 . 

Un point sur lequel tous les observateurs se montrent cependant 
d'accord, c'est pour mettre la couche de cailloux roulés à la base du sys- 
tème diestien de Dumont. 

Ces cailloux sont mélangés au Bolderberg avec les fossiles, de manière 
à constituer un conglomérat. Au point de vue absolu, ces fossiles sont 
donc dans le Diestien ; mais si on considère l'état dans lequel on les 
trouve, il paraîtra d'autant plus étonnant qu'on ne se soit pas demandé de 
tout temps si ces fossiles sont en place, ou du moins qu'on n'ait pas insisté 
sur ce point comme son importance le mérite. 

En effet, on s'accorde pour considérer la démarcation stratigraphique 
qui sépare le système diestien des formations précédentes comme la plus 
tranchée qui s'observe dans notre terrain tertiaire 2 . 

Dumont, pour l'expliquer, admettait un mouvement violent qui aurait 
ramené la mer sur des terrains successivement mis à sec et y aurait déposé 
le système diestien 3 . 

M. Dewalque l'attribue de même à un mouvement brusque qui serait 



1 Prodrome, pp. 221-222. —Voir aussi Bull. Acad., 1870, 2 e série, tome XXX, p. 490. 

2 Voir Dewalque, Prodrome, p. 224, et Dumont. Rapport. 1849, Bull. Acad., tome XVI, 
2 e partie, p. 367. 

3 Note sur la position gêol. de Vargile rupél. Bull. Acad., tome XVIII, n° 8. (Séance 
du 2 août 1851.) 



16 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

survenu après une faible retraite des eaux que semble indiquer la direction 
des dépôts précédents 1 . 

Ce retour de la mer est démontré notamment par les observations 
faites par M. Dewalque, en 1861, à Edeghem 2 , par MM. Vanden Broeck 
et Rutot, en 1875, au Kiel 3 , sur la rive droite, et par M. Dewalque, en 
1876, à Burght 4 , sur la rive gauche de l'Escaut, localités où l'on trouve à 
la base des sables d'Edeghem ou zone à Panopœa Menardi, au contact de 
l'argile rupélienne, les traces évidentes d'un ancien littoral. 

Cette constatation est très précieuse, parce qu'à l'aide de la présence de 
sables marins au dessus de cette zone littorale, ainsi qu'à l'aide de la faune 
qu'ils renferment, elle fournit, d'une part, la preuve de l'affaissement du sol 
et qu'elle permet, d'autre part, de retrouver la limite exacte du rivage à 
une époque déterminée. 

Nous insisterons sur la manière remarquable dont ces observations, 
qu'il n'a été donné de faire que longtemps après la mort de Dumont, 
confirment l'opinion sur les mouvements du sol qu'avait conçue réminent 
géologue qui considérait les sables glauconifères de Diest, de Louvain, etc. , 
comme déposés sur des terrains mis à sec, puis recouverts de nouveau par 
la mer. 

On sait combien sont généralement lents les mouvements qui affectent 
une certaine étendue de terrain. 

La nature minéralogique des sables d'Edeghem, légèrement argileux 
et à grain fin, la présence de la faune si riche qui s'y est développée 
témoignent à l'évidence que ce dépôt s'est effectué calmement et lente- 
ment. On trouvera dans le consciencieux ouvrage de M. Vanden Broeck 
les listes de fossiles les plus complètes que nous possédions de cette zone, 
ainsi que de celle des sables à Pectunculus pilosus . On consultera surtout 
avec intérêt les listes des espèces spéciales à chacune de ces zones et on 
en conclura, nous en avons l'assurance, que, bien que leurs relations 
soient prouvées par la présence des 88 espèces qui leur sont communes 5 , 
il n'en reste pas moins évident que chaque formation conserve son cachet 
particulier. La zone des sables à Pétoncles le doit à la présence de 55, la 
zone des sables à Panopées, à celle de 88 espèces spéciales 6 . Du reste, la 



1 Prodrome, pp. 224-225. 

2 Voir Nyst. Not. sur un nouv. gîte de foss. déc. à Edeghem. Bull. Acad., 1861, t. XII, 
p. 31, et sur le même sujet Bull. Soc. paléont. deBelg. (Séance du 9 juin 1861.) 

3 Vanden Broeck. Note sur la présence de Vargile Oligocène sous les sables Pliocènes 
du Kiel, près d'Anvers. Soc. Malac. de Belg. Bulletin, tome X, p. LXXVII. 

4 Ann. de la Soc. géol» de Belg., tome III, p. 9. 

5 Vanden Broeck. Esquisse, p. 60. 

6 Nous entendons, avec M. Vanden Broeck, par espèces spéciales à l'une des zones, 
celles qui ne sont pas communes aux sables à Pétoncles et aux sables à Panopées. 



MÉMOIRES. 17 

proportion des espèces vivantes qui est de 53 p. c. dans les sables à Péton- 
cles, c'est à dire de 8 p. c. plus élevée que dans les sables à Panopées, 
est un indice certain de la plus grande ancienneté de ce dernier dépôt 1 . 

Si l'on pouvait négliger les espèces rares pour ne tenir compte que des 
espèces abondantes, les différences entre les deux dépôts apparaîtraient 
plus sensibles encore; ainsi, en acceptant les appréciations deM.Vanden 
Broeck, qui nous ont paru généralement exactes, on trouve que sur 
61 espèces abondantes dans les sables à Panopœa Menardi, il y en a 29, 
soit une proportion de 47 p. c, appartenant à des espèces encore vivantes, 
tandis que sur les 38 espèces abondantes dans les sables à Pectuncnlus 
pilosus le nombre des espèces vivantes s'élève à 25, soit 68 p. c. Ces 
chiffres ne peuvent évidemment être considérés que comme approximatifs, 
mais l'ensemble des considérations que nous avons exposées suffit pour 
prouver l'antériorité des sables à Panopées sur les sables à Pétoncles. La 
différence d'âge des dépôts donne, du reste, dans le cas présent, l'explica- 
tion la plus naturelle de leurs différences fauniques et minéralogiques 
que l'extrême rapprochement des gisements rend difficile d'attribuer 
exclusivement aux influences locales. 

Quant à la couche à Pétoncles, on conviendra qu'elle présente moins 
encore que la zone à Panopées le caractère d'une sédimentation 
rapide. 

L'affaissement du sol était donc très lent, ce dont il faut conclure qu'un 
temps considérable a dû se passer entre l'époque du dépôt des sables de la 
zone littorale du Kiel et celle de la formation du conglomérat littoral du 
Bolderberg. 

D'après tout ce que l'on vient de voir, on devrait s'attendre à trouver à 
la faune du Bolderberg moins de rapports avec la faune des sables à 
Panopées qu'avec celle de la zone plus récente des sables à Pétoncles. 
En tout cas, l'élément faunique miocène devrait être moindre au Bolder- 
berg que dans les zones à Panopées et à Pétoncles. Or, l'observation con- 
duit à des résultats tout opposés; la proportion des espèces vivantes 
diminue sensiblement au lieu d'augmenter, et se trouve réduite à 
32 p. c, chiffre encore trop élevé, comme on le verra plus loin, et qui, 
à plus forte raison, suffira pour faire considérer la faune du Bolderberg 
comme antérieure à celle des sables à Panopées. Ce fait joint à l'abon- 
dance numérique des Oliva ainsi qu'à la présence de plusieurs autres 
genres indiquant un climat chaud, tels que les Conus, Ancillaria, Pleuro- 
toma, Cancellaria, sur l'importance desquels Lyeli a eu soin d'insister, 

1 Sur les 175 espèces recueillies dans les sables à Panopées, il y en a 79 d'indiquées 
comme se retrouvant encore dans les mers actuelles ; dans les sables à Pétoncles, il y en 
a 76 sur un total de 143. 



18 SOCIÉTÉ MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE 

serait entièrement anormal à ce niveau si le retour de la mer signalé par 
Dumont n'en donnait une explication très naturelle. Le sol s' étant trouvé 
émergé quand le littoral était transporté à Edeghem, il s'ensuit que dans 
les premiers dépôts effectués par la mer lors de son retour, ont été intro- 
duites des coquilles, déjà fossiles, arrachées aux sables précédemment 
émergés que les eaux envahissaient de nouveau et dont elles formaient 
des cordons littoraux. Mais à ce moment la zone littorale du Kiel était 
depuis longtemps submergée ; les sables à Panopées eux-mêmes devaient 
être recouverts par d'autres dépôts enlevés dans la suite, puisqu'on ne 
trouve actuellement au dessus d'eux que des couches quaternaires ou 
modernes. 

L'état de conservation des fossiles de cette zone littorale du Kiel est 
remarquable ; rien ne rappelle là dans le mode de dépôt l'accumulation du 
Bolderberg. Près d'Anvers, nous avons les traces de l'affaissement lent 
resté inconnu à Dumont; au Bolderberg nous voyons, au contraire, une 
accumulation rapidement effectuée par des agents puissants; en un mot, 
la preuve d'une révolution dont Dumont s'est si bien rendu compte qu'il 
considère, d'accord en cela avec d'Omalius, la couche de cailloux formée 
dans ces circonstances comme la base d'un nouveau système. Or, entre le 
mouvement du sol, qui est la cause directe de l'arrivée des cailloux, et le 
remaniement des fossiles à caractère miocène, la corrélation est évidente; 
l'état de débris dans lequel on retrouve ces coquilles et leur mélange avec 
les cailloux, premier dépôt du nouveau système, sont, à nos yeux, une 
raison décisive pour faire considérer la faune à laquelle elles appartien- 
nent comme bien antérieure au mouvement qui a amené les cailloux, c'est 
à dire comme antérieure à V époque diestienne. Nous partageons donc 
complètement en ce point l'opinion de M. Gosselet. 

Nous ne pensons pas qu'il suffise de regarder, ainsi que le fait 
M. Vanden Broeck, la couche fossilifère du Bolderberg comme contempo- 
raine de la sédimentation des sables inférieurs d'Anvers 1 . En effet, il faut 
supposer pour cela l'existence d'une période où auraient vécu les 
coquilles, antérieure à la formation de la couche de cailloux et, de cette 
manière, en ne considérant plus celle-ci comme la base même du système 
diestien, la démarcation stratigraphique qu'elle sert à établir et qui 
dépend d'une révolution géologique vient se placer vers le milieu du 
système. Or, n est-il pas plus naturel que cette révolution et le dépôt 
auquel elle a donné lieu en soient regardés l'une comme le point de départ 
et l'autre comme la base ? 

Nous ajouterons à ce sujet qu'il nous semble que si le conglomérat du 

1 Esquisse, p. 77 (ante, p. 12). 



MÉMOIRES 19 

Bolderberg était réellement une formation littorale de la mer où vivaient 
les coquilles qu'on y trouve, il existerait dans cette localité, outre le con- 
glomérat, une autre formation littorale en témoignage de l'affaissement du 
sol qui, après la période d'émersion constatée par Dumont, a permis aux 
sables glauconifères des environs de Louvain et du Bolderberg même 
d'effectuer leur dépôt. 

M. Gosselet, dans le passage rapporté au commencement de cette 
étude, parle de l'existence de deux couches au Bolderberg, l'une étant 
une formation littorale contenant les fossiles contemporains du dépôt, 
l'autre les contenant remaniés et constituant la base du système diestien. 
C'est là évidemment une question des plus intéressantes à examiner, mais 
dont nous tenons à constater que la solution, quelle qu'elle soit, n'entraî- 
nera en rien la modification de nos conclusions. 

En effet, sans nous appuyer sur la manière de voir de M. Gosselet con- 
cernant ce point spécial de l'existence de deux couches et en considérant 
le conglomérat du Bolderberg comme ne formant qu'une seule couche, 
nous sommes arrivés à supposer l'existence, de toute nécessité, d'une 
formation fossilifère antérieure non seulement au dépôt des sables de 
Diest, mais encore à celui des sables à Panopées. Eien ne s'oppose donc 
en principe à ce que la couche inférieure fossilifère du Bolderberg soit 
une formation littorale de la mer boldérienne effectuée avant que le rivage 
de cette mer n'eût reculé jusqu'aux environs d'Anvers. 

Nous avons insisté déjà sur l'obligation où l'on est souvent de distin- 
guer l'âge des fossiles de celui de la couche où ils se trouvent enfouis. 
Aux considérations que nous avons fait valoir pour prouver que tel est 
le cas ici, nous ajouterons que l'analyse des matériaux fauniques recueillis 
dans le conglomérat tend à démontrer que toutes les espèces ne sont pas 
contemporaines. En effet, avec des espèces indiquant une ancienneté 
plus grande que celle de la zone à Panopées, il y en a quelques autres 
qui manquent dans la zone plus récente à Pétoncles, mais qui se présentent 
soit dans le 'système scaldisien, soit dans le crag anglais ou les mers 
actuelles. Ce sont les Gancellaria Bonellii? Bell, Cancellaria conforta 
Bast, Troplwn gracile? Da Costa, Nassa granulata? J. Sow., Pleuro- 
toma denticwla Bast, Vermetus intortm L., Cardium ecMnatwm? L., 
Diplodonta trigonula, Bronn 1 . 

Parmi ces espèces, il en est dont la détermination est restée douteuse et 
qu'il nous paraît prudent de n'accepter qu'avec la plus grande réserve. 
Tel est notamment le cas pour le Trophon gracile et la Nassa graimlata, 
coquilles qui apparaissent à Anvers dans les couches les plus récentes du 

1 Dewalque. Prodrome, p. 418. Listes dressées par M. Nyst. — Vanden Broeck. 
Esquisse, p. 79. 



20 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

crag et dont la présence au Bolderberg, si elle venait à se confirmer, con- 
tribuerait à faire considérer les sables de Diest comme contemporains des 
sables supérieurs 1 sinon comme plus récents, contrairement aux observa- 
tions qu'on peut faire à Anvers sur la succession des couches, ainsi qu'on 
le verra plus loin; aussi, malgré tout l'appui que donnerait la présence 
de ces coquilles à l'opinion exprimée par nous que la formation du 
conglomérat est postérieure à celle des sables à Pectunculus pilosus où 
elles font défaut, préférons-nous renoncer à nous en servir, parce qu'elle 
nous paraît inadmissible. Du reste, la présence au Bolderberg de la 
Glycimeris angiista qui manque dans les sables à Panopées et ne se ren- 
contre dans les sables à Pétoncles qu'à la partie supérieure de cette couche 
aux bassins, a pour notre manière de voir une valeur toute spéciale. 
La constatation du niveau exact occupé au Bolderberg par cette espèce 
ainsi que par le Diplodonta trigonula servira de plus à résoudre la ques- 
tion soulevée par M. Gosselet de la réunion ou de la séparation des 
deux zones du conglomérat. 

Nous avons exposé les raisons pour lesquelles, au point de vue de la 
géologie, il nous semble difficile de continuer à considérer comme dies- 
tienne la faune du Bolderberg et, par conséquent, celles des sables 
à Panopées et des sables à Pétoncles qui ont avec elle de grands rap- 
ports. 

Au point de vue de la paléontologie, nous arrivons au même résultat et 
pensons qu'il devient impossible de maintenir dans le système diestien 
des gisements contenant des fossiles qu'on ne rencontre dans ce système 
que dans le conglomérat qui en constitue la base, car aux divers points 
où l'on a découvert des fossiles, dans des gisements appartenant sans 
conteste au système diestien, c'est à dire dans les formations mêmes pour 
lesquelles Dumont a établi cette division, ce sont des espèces qui n'appar- 
tiennent pas à la faune boldérienne. Le plus reconnaissable de ces fossiles 
est la Terebratula grandis qui a été recueillie à Pellenberg, près de Lou- 
vain, et au Bolderberg même 2 , dans les sables diestiens. Au Bolderberg, 
cette térébratule se trouve donc séparée de la faune boldérienne, au point 
de vue du temps écoulé, par toute la durée de l'émersion suivie de 
l'immersion des gisements de ces fossiles boldériens, et au point de 
vue géologique, par une révolution bien marquée dans la localité en 
question. 

1 Voir comment M. Gosselet (Observ. sur les sables d'Anvers. Ann. Soc. Géol. du Nord, 
tome II, p, 129, 1875, et Relations des sables d'Anvers avec les systèmes Diestien et Boldé- 
rien. Ibid., t. IV, p. 1, 1876) établit le parallélisme des sables de Diest avec la partie 
supérieure des sables d'Anvers. 

8 Staring. De bodem van Nederland, t. II, p. 266. 



MÉMOIRES 21 

Au point de vue stratigraphique, nous ferons remarquer que si l'on 
applique aux sables à Pétoncles le nom de Diestien, il faut reconnaître 
que les sables glauconifères sous-jacents sont aussi diestiens. M. Dewalque 1 
et M . Van Ertborn 2 considèrent cette formation comme diestienne, mais 
sans dire quels rapports existent entre elle et les sables sur lesquels Dumont 
a établi son système. Aussi avons-nous le regret de devoir nous éloigner 
ici de la manière de voir de nos honorables collègues de la Société Géolo- 
gique. En comprenant cette formation glauconifère inférieure d'Anvers 
dans le système diestien, il nous semble, en effet, qu'on en vient à faire 
disparaître ce système, tel du moins que l'entendait Dumont, puisque l'on 
fait passer à une formation antérieure à la couche de cailloux, regardée 
comme la base du système, la dénomination créée pour la formation qui 
a succédé à cette même couche. Il ne faut pas perdre de vue, en effet, que 
les deux formations glauconifères, dont l'une se trouve sous la couche à 
Pétoncles à Anvers et l'autre au dessus du conglomérat du Bolderberg, 
sont entièrement distinctes. 

On pourrait objecter que, les rapports de la glauconie inférieure avec 
les sables à Panopées n'étant pas connus, il pourrait se faire que cette 
formation glauconifère inférieure séparât les sables à Panopées des sables 
à Pétoncles et conclure de là qu'après le retour de la mer qui a opéré le 
remaniement des fossiles et formé le conglomérat, la glauconie inférieure 
s'est déposée à Anvers en même temps que les sables de Diest se dépo- 
saient près des nouveaux rivages. Cela rentrerait dans la manière de 
voir exprimée par Dumont en 1849. 

Mais nous avons déjà fait remarquer que la base du Diestien est 
de formation plus récente que le dépôt des sables à Pétoncles, résultat 
auquel on arrivera toujours si l'on tient compte du temps nécessaire pour 
ramener la mer sur les terrains émergés précédemment, et de la présence 
dans le conglomérat d'espèces telles que la Qlycimeris angusta et le 
Diplodonta trigonula. Ce qui prouve, du reste, d'une manière péremptoire, 
que les deux formations glauconifères sont bien distinctes, c'est la décou- 
verte dont il a été fait mention plus haut de fossiles particuliers dans les 
sables de Diest de Dumont. 

A Anvers, les sables à Pétoncles sont généralement recouverts par une 
couche de sable glauconifère désignée sous le nom de sable vert par 
M. le capitaine Dejardin 3 , dans laquelle on a découvert, lors des travaux 

1 Prodrome, p, 225. 

2 Note sur les sondages de laprov. d'Anvers. Ann. de la Soc. géol. de Belg., tome I, 
1874, pp. 41-43, et Mémoire sur les puits artésiens. Anvers, 1866. 

3 Description de deux coupes faites à travers les couches des systèmes scaldisien et 
diestien, ainsi que les couches supérieures près de la ville d'Anvers. Bull. Acad. R. de 
Belg., 2e série, tome XIII, p. 470. 1862. 



22 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

de fortification, des gisements de TerebraHla grandis. M. Nyst 1 a, le pre- 
mier, croyons-nous, comparé le sable vert avec les sables diestiens des envi- 
rons de Louvain. Ayant constaté à Kesseloo la présence de Turbinolia en 
dessous du niveau occupé par les Térébratules, il s'appuie sur cette obser- 
vation pour dire qu'il pense qu'on trouvera à Anvers, également sous les 
Térébratules, la couche de polypiers et de bryozoaires dont on n'avait pas 
encore pu reconnaître à ce moment la position exacte. Dans la suite, 
M. Nyst paraît avoir négligé de rectifier ce que cette conclusion, basée 
sur une assimilation erronée de la couche à bryozoaires avec le niveau à 
TurUnolia, avait d'inexact et c'est seulement en 1874 que nous avons 
fait remarquer que ces niveaux étaient séparés par la zone à Térébra- 
tules. Dans la discussion qui eut lieu au sujet du gisement de ces bra- 
chiopodes, nous avons insisté sur la présence de la Terehratula grandis 
dans les sables du système diestien de Louvain et du Bolderberg, pour 
placer dans ce système la couche de sable vert, quoique cette Téré- 
bratule ne fût signalée ni dans les sables à Panopées, ni dans les sables à 
Pétoncles. 

Enfin, M. Mourlon, dans son dernier travail, vient d'émettre l'idée que 
la partie des sables de Diest contenant des Térébratules, comme à Pel- 
lenberg, correspond au sable vert des environs d'Anvers où se présente 
le même fossile. Nous avons rapporté ce passage au début de cette 
étude. 

Ce qu'il y a de plus important à constater en tout ceci, c'est que l'on 
peut établir, pour les environs d'Anvers, les mêmes divisions que pour les 
autres localités où les systèmes boldérien et diestien ou des témoins de 
leur présence ont été rencontrés et conclure que, de même que les 
sables à Pectunculus ^ilosns se rapportent au Boldérien, la couche à 
Térébratules y représente d'une manière incontestable le système 
diestien. 

Seulement, à cause de l'éloignement du rivage qui était transporté à 
cette époque dans l'intérieur des terres actuelles, on ne trouve pas à 
Anvers la couche de cailloux qui marque d'une manière si caractéristique, 
sur l'ancien littoral, la base du système. Il ne faut pas confondre avec 
cette couche de cailloux diestienne les graviers qui ont été introduits plus 
tard dans la partie supérieure des sables verts et qui appartiennent au 
commencement de l'époque scaldisienne; aussi considérons-nous la couche 
diestienne à Térébratules comme ayant subi des remaniements ou change- 
ments, notamment quand le sable vert fut devenu la plage de la mer scal- 
disienne. 

1 Notice sur quelques recherches paléontologiques faites aux environs & Anvers, Bull. 
Acad. Belg.,2 e série, tome XI, p. 625. 1861. 



MÉMOIRES 23 

S'il manquait de points de comparaison, il serait bien difficile de séparer 
à Anvers deux couches telles que les sables à Pétoncles et le sable vert à 
Térébratules 1 ; mais la constatation de la présence de la Térébratule dans 
une couche postérieure à la révolution géologique et l'antériorité du dépôt 
des sables à Pétoncles sur celui du conglomérat qui constitue la base du 
nouveau système, permettent de les classer dans deux systèmes différents. 
Quant aux dénominations à employer pour les distinguer, nous ajouterons 
encore aux observations précédentes que si l'on continue à appliquer le 
nom de système diestien au groupe dont la faune du Bolderberg et celle 
des sables à Pétoncles font partie, le mouvement du sol, constaté par 
Dumont et auquel il faut attribuer l'arrivée des cailloux, ne commence 
ni à Louvain, ni au Bolderberg le système diestien dont la faune est 
éteinte à ce moment, puisqu'elle ne passe pas dans la masse des sables, 
mais commence l'époque suivante ou scaldisienne, ce qui est formellement 
en désaccord avec la classification de Dumont, qui a créé ce terme de 
Diestien pour les sables glauconifères déposés au-dessus de la couche de 
cailloux. 

En résumé, les formations dont le classement fait l'objet de cette étude 
sont la couche glauconifère inférieure d'Anvers, celles auxquelles appar- 
tiennent les faunes du Bolderberg, d'Edeghem ou des sables à Panopœa 
Menarcli et du sable noir ou des sables à Pectunculus pilosus, la couche 
à Térébratules et les sables de Diest de Dumont. 

Par tout ce qui a été rapporté précédemment on voit qu'un soulèvement 
du sol a d'abord fait émerger des dépôts coquilliers depuis le Bolderberg 
jusqu'aux environs d'Anvers; puis, quand un mouvement inverse ramène 
la mer sur' les espaces abandonnés par elle, on assiste à la formation des 
zones littorales de Burght, du Kiel et d'Edeghem, points qui se trans- 
forment en mer profonde à mesure que les eaux regagnent du terrain; 
mais cette submersion s'opère cependant avec une grande lenteur qui 
permet au Pectunculus pilosus de former la prodigieuse accumulation que 
l'on connaît. 

Vers cette époque, le mouvement prend le caractère de violence que 
lui a reconnu Dumont, et c'est alors que se forment la couche de cailloux 

1 C'est une raison pour laquelle nous ne pouvons admettre sans difficulté la présence 
dans le conglomérat du Bolderberg, du Trophon gracile et de la Nassa granulata qui 
apparaissent dans les couches les plus récentes du crag d'Anvers. Celles-ci devraient 
ainsi venir se placer à Anvers sous les térébratules, tandis qu'elles se trouvent, au 
contraire, à un niveau plus élevé. L'absence de ces espèces, dans la série des sables infé- 
rieurs à Anvers et dans les sables & Isocardia cor, jointe à leur présence dans les sables 
supérieurs, constituerait-elle un cas d'émigration dont la Tellina Benedeni qui se trouve 
dans les sables à Panopées et les sables supérieurs d'Anvers, mais disparaît dans les sables 
à Pétoncles, le sable vert et les sables à Isocardia cor, offre un exemple très-remarquable 
si ces coquilles appartiennent réellement à une même espèce? 

1877 2 



24 [SOCIÉTÉ MALACOLOGLQUE DE BELGIQUE 

et le conglomérat du Bolderberg au-dessus desquels les vrais sables de 
Diest se déposent aux environs de Louvain et au Bolderberg, sous une 
profondeur égale probablement à celle qu'avait atteinte la mer à Anvers, 
puisque la Terebratula grandis se présente dans les dépôts de ces diverses 
localités. 

On est encore réduit aux bypothèses sur la position de la glauconie 
inférieure par rapport aux sables à Panopées. 

Le sondage fait, en 1834, à l'établissement industriel le Phénix, à Bor- 
gerbout, fournit cependant quelques-unes des données nécessaires pour 
arriver à la déterminer. 

Voici, d'après les données publiées par M. Norbert de Wael 1 , l'ordre de 
succession des couches. Sous la couche de Pétoncles, à partir de 9 m 04 de 
profondeur, on trouve 12 m 51 de sable vert dont les derniers 6 mètres très- 
mouvants et mêlés de petits cailloux blancs; puis, 2 m 75 de sable de même 
composition contenant un morceau de bois carré et un fragment d'os sans 
forme ; ensuite, 2 m 43 de sable vert mouvant avec beaucoup de coquilles, 
mais peu d'entières; enfin, 3 m 06 de sable mêlé d'argile avec des coquilles 
mieux conservées. L'argile rupéliennese présente alors à la profondeur de 
29-79. 

Des échantillons de ces sables fossilifères qui nous ont été remis récem- 
ment ont tout à fait l'aspect des sables à Panopées et contiennent quelques 
débris, notamment à'Ancillaria olsoleta et de Venus multilamella. 

L'interprétation de la partie inférieure de cette coupe paraît au premier 
abord assez facile. Les fossiles bien conservés doivent indiquer ici un 
dépôt effectué à une certaine profondeur auquel succède un dépôt de 
plage caractérisé par la présence des coquilles brisées. Le sable sans 
coquilles qui le surmonte doit être de même le restant d'un cordon de 
dunes qui vient compléter une série de couches dont l'ensemble fournit 
la preuve d'un soulèvement du sol. 

La difficulté devient plus grande quand il s'agit de déterminer l'époque 
de ce soulèvement. 

La zone avec les fossiles bien conservés a-t-elle encore participé à 
l'émersion de la contrée entre le Bolderberg et Burght ou bien cor- 
respond-elle simplement aux sables à Panopées d'Edeghem et du Kiel? 
Dans la première hypothèse, cette zone, étant antérieure à la formation 
des dépôts d'Edeghem et du Kiel qui témoignent déjà de l'affaissement du 

1 Observations sur les formations tertiaires des environs oV Anvers. Acad. R. de Belg., 
tome XX, 1™ partie, pp. 30-63. 1853. 

La Société Paléontologique de Belgique a fait lithographier cette coupe ainsi que celles 
de plusieurs autres forages. M. Octave van Ertborn, avec l'autorisation de la Société, a 
joint la plupart de ces planches à son Mémoire sur les puits artésiens. Anvers, 1866. 



MÉMOIRES 25 

sol, serait incontestablement boldérienne et, dans ce cas, les sables à Pano- 
pées, dont la faune est intermédiaire entre celle du Bolderberg et celle des 
sables à Pétoncles, devraient se trouver à Borgerhout entre ceux-ci et le 
dernier terme de la formation littorale boldérienne qui, par suite de 
l'affaissement du sol, avait dû peu à peu disparaître sous les eaux. 

Dans la seconde hypothèse, la couche de coquilles brisées et les couches 
suivantes représenteraient la partie supérieure des sables à Panopées qui 
manque à Edeghem et au Kiel par suite de la dénudation ultérieure des 
sables de ces localités, et il faudrait, en conséquence, admettre qu'après 
le retour de la mer, pendant lequel s'est effectué le dépôt des sables à 
Panopées, il se serait produit un nouveau soulèvement du sol qui aurait 
amené leur émersion aux environs d'Anvers. La puissante couche glau- 
conifère serait alors la formation littorale, peut-être même le cordon de 
dunes élevées pendant cette période et que l'affaissement du sol 
aurait transformées en bancs sous-marins et disposées d'une manière 
favorable pour le développement de la faune et la formation du banc de 
Pétoncles. 

On comprendra facilement qu'en présence de documents insuffisants 
nous ne puissions émettre ces idées qu'avec de grandes réserves. 

Quoi qu'il en soit, Dumont, n'ayant pu connaître la manière dont le 
terrain des environs d'Anvers a participé aux mouvements du sol, s'est 
trouvé réduit à faire de simples rapprochements que les découvertes 
ultérieures n'ont pas justifiés. Nous ne serions pas étonné que l'origine de 
l'erreur fût dans l'identification de la glauconie inférieure ou d'Anvers 
avec la glauconie supérieure ou de Diest. 

Dans ces circonstances il faut se demander si, pour la répartition des 
diverses couches dans les systèmes, on peut se placer au même point de 
vue que Dumont, puisque le phénomène qu'il invoque comprend ainsi 
deux périodes dont l'une est peut-être même indépendante du phénomène 
dont il avait connaissance et, en tout cas, antérieure à la manifestation, 
parfaitement reconnue par lui, du caractère de violence du mouvement 
qui entre alors dans une nouvelle phase bien distincte de la pré- 
cédente. 

Nous craignons que les opinions ne restent divisées sur cette question. 
En effet, suivant qu'on adopte la manière de voir de Dumont, qui considé- 
rait la faune du Bolderberg comme appartenant à un système distinct du 
Diestien, ce que nous espérons être parvenu à démontrer, ou bien qu'on 
s'appuie sur les passages où il dit que le système diestien a été formé 
après le mouvement violent qui a ramené la mer sur des terrains succes- 
sivement mis à sec et changé la direction des côtes, et qu'on les interprète 
sans avoir égard aux interruptions possibles du mouvement, comme s'il 



26 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

voulait dire qu'après la dénudation qui a entamé l'argile rupélienne et 
à partir du moment où le sol a commencé à s'affaisser aux environs 
d'Anvers, tous les dépôts sont diestiens, on peut considérer les sables à 
Panopées et les sables à Pétoncles soit comme boldériens, soit comme des 
assises du système diestien. Toutefois, dans cette dernière manière de 
voir, il faut tenir compte de ce fait que les fossiles du Bolderberg prove- 
nant de formations émergées d'abord et détruites lors du retour de la mer, 
sont exclus du système diestien par suite de la définition qu'a donnée 
Dumont lui-même de ce dernier système. Deux faunes voisines l'une de 
l'autre sont donc réparties dans deux systèmes, tandis que la faune des 
sables à Pétoncles se trouve comprise avec les Térébratules dans un même 
système qui réunit ainsi deux faunes ; aussi croyons-nous qu'il est préfé- 
rable, pour grouper les formations en question, d'accorder une grande 
importance à la paléontologie et, pour trouver le point de départ du 
système diestien, de s'arrêter au caractère particulier de violence acquis à 
un moment donné par lé mouvement du sol et concordant avec le chan- 
gement de faune. Cette manière de voir maintient entre les données 
paléontologiques et stratigraphiques un accord complet auquel il serait 
impossible d'arriver d'une manière différente. Pour la même raison, nous 
préférons placer encore dans le Miocène les faunes des sables à Panopées 
et des sables à Pétoncles. 

En résumé, nous regardons comme fondées les opinions émises par 
M. Mourlon et par M. Gosselet dans les passages que nous avons reproduits 
au commencement de nos recherches. On a vu comment nous sommes 
arrivé à ce résultat. Il serait donc superflu de retracer ici la marche que 
nous avons suivie. Nous avons cru inutile également de préciser les diffé- 
rences qui séparent l'ensemble de notre manière de voir du reste de 
celles qu'ont exprimées nos honorables confrères, soit parce que ces I 
points n'ont pas de rapports directs avec la question traitée en ce moment, 
soit parce que nous avons déjà fait connaître notre opinion à cet 
égard. 

Nous étant surtout attaché à développer dans notre travail des considé- 
rations dont plusieurs, croyons-nous, sont nouvelles, nous espérons que la 
Société Malacologique voudra bien en accepter l'hommage. 



VALVATA DISJUNCTA, G. DOLLF. 

ESPÈCE NOUVELLE DES MEULIÈRES SUPÉRIEURES DES ENVIRONS DE PARIS 



GUSTAVE DOLLFUS 



SEANCE DU 5 AOUT 1877 



Coquille très -petite, spirale, discoïde, subplane, assez épaisse, bouche subronde 
péristome continu; surface couverte de stries fines d'accroissement espacées; 
dernier tour disjoint, prolongé en crosse. 

Le diamètre de notre coquille est de 2 millimètres environ, l'enroule- 
ment n'est pas absolument plan, car la spire est beaucoup plus apparente 
d'un côté que de l'autre; à la face supérieure on compte 3 tours, à la face 
inférieure 2 tours seulement; les premiers tours sont joints, accolés, mais 
sans présenter de muraille commune, le tube est soudé mais complet. La 
bouche, un peu ovale dans le sens du travers, est oblique vers la face 
inférieure, et son ouverture n'est point visible en dessus, son diamètre est 
de 3/4 de millimètre environ ; les bords assez épais sont lisses et légère- 
ment évasés vers l'extérieur. La partie détacbée du dernier tour a 1 milli- 
mètre au moins, la suture est simple à l'intersection des deux surfaces 
courbes des tours, le nucleus central est légèrement saillant. 

Localité : Bessancourt (Seine- et- Oise). 

Gisement : Meulières supérieures (Oligocène supérieur). Une centaine 
d'échantillons sur une seule plaquette silicieuse. 

Il ne saurait y avoir de doutes sur le genre auquel appartient notre 
espèce ; elle ne peut être un planorbe, la bouche étant entière, et aucun 
point de la spire n'ayant de muraille commune avec les tours précédents. 



28 



SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 



Tous les caractères de notre espèce sont ceux du genre Valvata et notam- 
ment du type discoïde de nos eaux douces Valvata cristata Mûller sp., 
pour lequel Fitzinger a créé le genre Gyrorhis, admis comme sous-genre 
par MM. Adams et Deshayes. 

Comme nous l'a appris M. Fischer, on connaît déjà des valvées dont le 
dernier tour est disjoint, mais dont la spire est, il est vrai, élevée; ce 
sont : la Valvata pupoïdea Gould, des fleuves de l'Amérique du Nord, et la 
Valvata Perroçuini Crosse, de la Nouvelle-Calédonie, pour laquelle 
l'auteur, méconnaissant d'abord ses véritables affinités, avait proposé le 
genre HeterocycHs 1 . 

Il résulte enfin de ces observations, comme de l'abondance et de la 
constance de nos échantillons, que nous n'avons pas affaire à une 
monstruosité fortuite ; en admettant même comme anomale la disposition 
détachée de dernier tour de notre espèce, elle n'en serait pas moins nou- 
velle pour la faune des meulières supérieures où aucune valvée n'est 
connue. 

Nous n'avons pas cru devoir établir un genre nouveau basé sur le 
caractère spécial de notre espèce, considérant que la nature actuelle pré- 
sente des caractères équivalents, et que d'autres genres offrent des variétés 
analogues dans la disposition de la spire de la coquille (variétés scalaires 
ou séuestres) qui ne sont point accompagnées de modifications organiques 
notables. 

Aucune espèce de ce genre, ni aucune espèce analogue n'a encore été 
signalée à notre connaissance dans le terrain tertiaire supérieur du 
bassin de Paris. 





^ 



Valvata disjuncta, G. Dollfus. 

(Grandeur naturelle et grossie 15 fois.) 



Journal de Conchyliologie, 1872, p. 355. 



ADDITIONS A LA FAUNE TERTIAIRE DU BASSIN DE PARIS 



-ooo- 



DESCRIPTION 



DE 



DEUX SOLENS NOUVEAUX 

PAR 

TH. LEFÈVRE et A. WATELET 



(Planche I.) 



— SÉANCE DU 7 OCTOBRE 1877 — 



L'époque de la première apparition du genre Solen laisse aux natura- 
listes des doutes légitimes; il y a plusieurs raisons qui contribuent à 
prolonger cette incertitude; la plus réelle est certainement la mauvaise 
conservation, ainsi que la rareté des échantillons rapportés à ce genre et 
provenant des terrains anciens. 

Un autre motif, c'est que les naturalistes ne sont pas encore d'accord 
sur l'étendue qu'on doit donner au genre Solen. Les uns rédigent leur 
diagnose de façon à y laisser entrer des espèces que d'autres rangent 
dans des genres différents; c'est ainsi qu'on a démembré des Solens de 
De Lamarck, les genres : Ensis, Cultellus, Solecurtus et Siliquaria. 



30 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

De Blainville, quoiqu'il limitât davantage le genre Solen, y laissait cepen- 
dant plusieurs de ceux que nous venons de citer. 

Pictet comprend encore, dans les véritables Solens, le genre Ensis, 
puis un autre désigné sous le nom d'ENSATELLA, par Swainson. 

Le savant paléontologue suisse dit que les Solens paraissent avoir 
existé à toutes les époques géologiques, mais en petit nombre, et que leur 
apparition semble remonter à V époque dévonienne. 

Il cite plusieurs espèces des terrains dévonien et jurassique, mais avec 
doute, et en en rejetant plusieurs dans des genres différents. Il donne aussi 
une liste des espèces tertiaires. 

Quant à nous, nous limitons l'étendue du genre Solen, comme le fait 
Deshayes. 

A ce point de vue, les espèces du Bassin de Paris se distribuent ainsi : 

Des six espèces signalées dans le travail sur les animaux sans ver- 
tèbres, deux appartiennent en propre aux sables inférieurs ; l'une d'elles 
est parfaitement connue dans tous ses détails et l'autre qui , jusqu'à 
présent, ne l'était que par des fragments, a été rapportée, avec doute, 
par Deshayes, au S. rimosus de M. le professeur Bellardi. Nous en possé- 
dons de bons échantillons, dont nous donnons ci-après la description en 
désignant ce fossile sous un nom spécifique nouveau. 

Trois autres espèces proviennent du calcaire grossier et trois des sables 
moyens. 

Mais, de ces dernières, deux espèces sont communes au calcaire gros- 
sier et aux sables moyens, ce qui, en réalité, ne porte le nombre des espèces 
qu'à six. 

Ajoutons que, dans la collection de l'un de nous, se trouve une petite 
espèce parfaitement distincte de toutes ses congénères ; elle a été décou- 
verte par M. de Laubrière, dans le calcaire grossier d'Essomes (Aisne), 
et nous la décrivons sous le nom spécifique de #. Latcbrierei, comme 
hommage rendu à cet amateur éclairé et plein de zèle. 



Avant de donner les deux descriptions nouvelles qui font l'objet du 
présent travail, jetons un coup d'oeil sur les espèces connues d'Angleterre 
et de Belgique. 

Le genre Solen, dans la série des terrains tertiaires du Bassin de 
Londres, comme aussi en Belgique, n'est pas plus riche en espèces que 
dans le Bassin parisien. 

Notre intention était d'abord de donner la liste de ces espèces d'après 
les travaux des auteurs, tels que : Sowerby, Lowry, Morris et d'autres 
paléontologues bien connus qui ont décrit ou figuré des coquilles apparte- 
nant au genre dont nous nous occupons en ce moment, mais grâce 



MEMOIRES 31 

à l'obligeance d'un de nos correspondants, M. Gardner, à qui la science 
est redevable d'un travail important sur les Aporrbais du Gault, nous 
avons reçu communication d'un extrait du grand travail que prépare 
en ce moment M. Etheridge, et nous donnons ci-après la liste des espèces 
admises par ce savant distingué, en le priant d'accepter ici l'expression 
bien sincère de notre reconnaissance. 

Red crag S. siliqua, Linn. 

Vieux pliocène. .<J Coralline crag S. ensis, Linn. 

— S. gladiolus, Gray. 

Barton clay S. gracilis, Sow. 

^ \ — S. vaqinalis, Desh. 

EOCENE MOYEN . .< _ „ , . , ,?. ' 

Bracklesham beds . . . . S. obhquus, Sow. 
— . . S. Dixoni, Sow. 

Suivant M. Etheridge, les Solen affinis et S. cultellus de Sowerby 
doivent être classés dans le genre Cultellus sous les noms de G. affinis 
et C. tennis. Quant au Solen legnmen de Linné, il est considéré comme 
un Ceratisolen. 

Comme on le voit, trois espèces de Féocène moyen d'Angleterre sont 
communes au Bassin de Paris, où elles se trouvent dans les sables moyens 
et le calcaire grossier. 

Le genre Solen, en Angleterre, n'existe pas dans les couches de Téocène 
inférieur, correspondant aux sables du Soissonnais ; mais il est repré- 
senté, comme en Belgique, par plusieurs espèces dans les terrains plio- 
cènes. 

En Belgique, les espèces connues aujourd'hui sont les suivantes : 

fS. siliqua, Linn. 
S. gladiolus, Gray. 
S. ensis, var. minor, Nyst. 

ÎS. vagînalis, Desh. 
S. obliquus, Sow. 
S. angustus, Desh. 

' Bruxellien ' S ' m ginalis, Desh. 

f S. proximus, Desh. 

Les espèces du Pliocène belge sont identiques à celles de l'Angleterre, 
sauf qu'à Anvers le Solen ensis est représenté par une variété. Nous 
croyons savoir que M. Cogels, notre collègue, qui a tant exploré les gise- 
ments de cette riche localité fossilifère, possède une espèce qui doit être 
nouvelle. 



32 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Le Solen ensis a été cité également en 1862, dans l'Abrégé de géologie 
de d'Omalius d'Halloy, 7 e édition, p. 596, par M. Bosquet, dans la liste 
des fossiles des sables coquilliers supérieurs aux Marnes de Hénis. En 
1868, dans l'édition suivante du même ouvrage, M. Nyst cite, p. 619, 
cette même espèce, mais avee un signe de doute. Quelques mois plus 
tard, dans le Prodrome de géologie de M. Dewalque, M. Bosquet cite 
encore, p. 414, cette même espèce, sans accompagnement du signe de 
doute; ce qui ferait supposer qu'il n'avait pas encore eu connaissance de 
la dernière publication de feu d'Omalius, ou bien que l'espèce fait partie 
de ses collections. Dans ce cas, il s'agirait d'examiner d'une façon minu- 
tieuse la question du gisement de cet échantillon. 

Ne possédant pas cette coquille du système Eupelien, nous ne pouvons 
trancher la question, mais nous supposons qu'elle n'existe pas, en Bel- 
gique, dans ce niveau, où le genre même est encore inconnu, malgré les 
nombreuses recherches faites dans des gisements très-fossilifères, appar- 
tenant à ce système. 

Le genre Solen qui est abondant en France, dans le Soissonnais, où 
il est représenté par deux espèces, dont les fragments sont nombreux 
dans certaines localités, n est connu en Belgique qu'à partir de l'éocène 
moyen. 

Les deux espèces du système Bruxellien sont admises depuis longtemps 
et celles de Wemmel ont été trouvées par MM. Vincent et Lefèvre, qui 
en possèdent de beaux exemplaires ; sauf le Solen obUquus, qui est de 
Sowerby, elles se rapportent toutes à celles du bassin de Paris, décrites 
par Deshayes. 



SOLEN LAFERSIJSEJSSIS, Lef. et Wat. 

PL I, fig. 1, 2, 3. 
Solen rimosusj Deshayes, non Bellardi, Anim. s. vert, du Bass. de Paris, t. I, p. 154. 

Localité : Laversine (Aisne). 

Gisement : Sables inférieurs. — Horizon de Cuise. 

Coquille très-allongée, peu renflée, à bords dorsal et ventral parallèles 
et droits ; bâillante à ses extrémités postérieure et antérieure. 

Le côté antérieur, très-court et arrondi, offre un angle très-obtus à sa 
partie supérieure, et le côté opposé est obliquement tronqué. 

Des crochets descend un sillon très-oblique, assez profond, qui divise 
les stries d'accroissement, qui sont nombreuses, en deux parties bien 
distinctes. Ces stries sont concentriques du côté du bord antérieur pour 



MÉMOIRES 33 

suivre le bord ventral et se redresser ensuite parallèlement au bord 
postérieur. Les points d'intersection de ces stries décrivent, dans leur 
ensemble, une ligne oblique qui, se dirigeant du sommet, aboutit à 
l'angle inférieur du côté anal de la coquille. 

Sur la face interne se trouve un bourrelet, assez saillant, correspondant 
au sillon. La cbarnière, qui est assez épaisse, quoique de dimension 
médiocre, offre, sur la valve droite, une dent simple en forme de palette, 
proéminente, perpendiculaire au bord dorsal ; l'autre valve est pourvue 
en sens inverse d une dent à peu près semblable ayant les mêmes propor- 
tions que la première. Elles s'élargissent vers leur base et sont presque 
identiques à celles du S. obliquiis. 

L'impression musculaire antérieure est ovalaire et dépasse le bourrelet 
interne correspondant au sillon. 

On remarque aussi deux petites impressions musculaires en arrière de 
l'impression antérieure et un peu au-dessous du crocbet. 

L'état de nos échantillons ne nous permet pas de parler des impressions 
postérieures. Cependant, d'après un de nos fragments, cette impression 
paraît être plus rapprochée du bord postérieur que dans le S. obliqwus 
du calcaire grossier et des sables moyens. 

L'impression palléale est très-voisine du muscle adducteur antérieur ; 
à son origine, elle occupe la partie médiane des valves et prend une 
direction oblique en se rapprochant du bord postérieur. 

Ajoutons encore que les bords sont tranchants et les nymphes allongées, 
étroites et séparées, pour donner place au ligament qui les recouvre et 
qui est conservé dans l'exemplaire figuré. 

Cette espèce, rapportée avec doute par Deshayes au Solen rimosu$> 
décrit par notre honorable collègue M. le professeur L. Bellardi, dans 
son catalogue raisonné des fossiles nummuli tiques du comté de Nice, s'en 
rapproche; mais, dans l'espèce du Soissonnais, la forme est toujours 
moins renflée, le sillon plus oblique et moins profond et les valves ne 
sont pas aussi bâillantes en avant; disons encore que le lobe anal est 
plus tronqué, l'angle inférieur étant beaucoup moins grand. 

Dans une visite faite récemment au Musée de Turin, il nous a été 
permis d'étudier le type du S. rimosus, et nous nous empressons 
d'ajouter que l'auteur de cette espèce a reconnu lai -même les différences 
que nous venons de signaler, et que Deshayes avait déjà fait pressentir 
dans son grand ouvrage des Animaux sans vertèbres du Bassin de Paris. 

Notre espèce ne peut davantage être identifiée au Solen oUiquus, 
figuré dans le travail de Deshayes, tant par la surface extérieure, qui offre 
beaucoup plus de stries d'accroissement fines et serrées, que par le côté 
antérieur proportionnellement plus allongé, ainsi que par les stries parai- 



34 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

lèles du bord postérieur qui toujours sont obliques dans notre espèce et 
perpendiculaires au bord ventral dans l'espèce du calcaire grossier. C'est 
lors d'une excursion faite par nous dans les environs de Soissons que 
nous avons eu Foccasion de recueillir deux beaux exemplaires dont nous 
figurons ci-après le mieux conservé. Ajoutons que nous avons retrouvé les 
caractères donnés sur l'autre individu, ainsi que sur les fragments figurés 
sous les n° 8 3 a b de notre planche et qui nous ont été obligeamment 
communiqués par M. le docteur Bezançon, de Paris, qui est toujours 
heureux quand il peut mettre sa belle et grande collection à la disposition 
des travailleurs. 

Ajoutons que nous considérons notre Solen des sables inférieurs 
comme l'ancêtre du Solen obliqwMs, du calcaire grossier, dont il se rap- 
proche ; mais notre coquille possède des caractères distinctifs constants, 
que Ton retrouve sur tous les individus de ce niveau, et qui la séparent 
suffisamment de l'espèce de Deshayes que nous venons de citer. 

Nos deux exemplaires mesurent 17 mill. de largeur sur 95 mill. de 
longueur. 

Collection Lefèvre. 



SOLEN LAUBRIEREI, Wat. et Lef. 
PI. I, fig. 4, 5, 6. 

Localité : Essomes (Aisne). 
Gisement : Calcaire grossier. 

Cette petite coquille est allongée, étroite, déprimée latéralement, 
tronquée transversalement en arrière et fort obliquement en avant ; elle 
est versante à son extrémité buccale, où le côté est arrondi inférieu- 
rement. 

Le bord supérieur est rectiligne, tandis que l'inférieur est un peu bombé 
en son milieu. En avant des crochets on remarque une gouttière large et 
profonde sur la surface extérieure, qui parcourt obliquement sa surface 
et qui se termine au bord inférieur; il correspond, à l'intérieur, à un 
épaississement très-peu considérable. Ses crochets sont arrondis, relati- 
vement assez forts, et font une très-légère saillie sur le bord supérieur. 
La surface extérieure est lisse ; comme dans la plupart des Solens, elle se 
partage en deux régions, reconnaissables à la direction des stries d'accrois- 
sement; celles qui contribuent à l'augmentation de la largeur occupent 
un espace presque égal en avant et en arrière. Ces stries, ainsi que les 
autres, sont d'ailleurs peu visibles. 



MÉMOIRES 



35 



La charnière est constituée comme dans tous les autres Solens; la dent 
en patelle est soutenue, sur la valve gauche, par une sorte d arc-boutant 
qui se termine en pointe et s'attache sur la partie interne du bord supérieur 
de la coquille ; il laisse entre lui et ce bord une gouttière assez profonde 
et déclive. Auprès de cette dent on remarque sur le bord une petite échan- 
crure due à la gouttière pratiquée sur la partie extérieure de la coquille. 

Les impressions musculaires, dont il est difficile de préciser la forme, 
sont situées respectivement très-près des extrémités buccale et anale; 
l'impression palléale parallèle au bord inférieur en est assez rapprochée. 

Cette espèce singulière montre quelques caractères qui la rapprochent 
des Cultellus, mais la forme caractéristique de la charnière la retient 
parmi les Solens. 

Nous ne connaissons qu'un seul échantillon de cette rare espèce, la plus 
petite du genre, pour la faune du Bassin parisien. 

Elle mesure 12 mill. de longueur et environ 2,5 mill. en largeur. 

Collection Watelet. 



Par suite des découvertes que nous venons de signaler, le genre Solen, 
dans le Bassin de Paris, se trouve réparti comme suit : 



ESPÈCES. 



Sables 
moyens. 



Calcaire 
grossier. 



Sables 
inférieurs. 



Solen proximus, Desh. 

» angustus, Desh . 

» graciltSy Sow. . 

» vaginalis, Desh . 

» obliquus, Sow. . 

» Laversinensis, Lef . et Wat 

» Laubrierei, Wat. et Lef. 



X 



X 



X 



X 
X 



X 



X 



EXPLICATION DE LA PLANCHE. 



Figure 4. Solen Laver sinensis, Lef. et Wat., exemplaire de grandeur naturelle. 
2. » » » échantillon bivalve vu du dos. 

j valve droite et valve gauche, vues 
I intérieurement. 

4. Solen Laubrierei, Wat. et Lef., valve vue intérieurement, grossie 4 fois. 

5. » » » la même, vue extérieurement, grossie 4 fois. 

6 . » » » même valve, grandeur naturelle. 



TABLEAU 



DES 



TERRAIS TERTIAIRES DE LA FRANCE SEPTENTRIONALE 



PAR 



J. DE COSSIGUMY 



NOTE EXPLICATIVE 



SÉANCES DU 7 JANVIER ET DU 7 OCTOBRE 1877 - 



A la suite du tableau, représentant sous une forme synoptique la suc- 
cession des assises tertiaires du Bassin de Paris, j'aurais désiré placer des 
colonnes destinées à recevoir les équivalents de ces mêmes assises dans la 
Belgique et même dans d'autres contrées. Mais ma connaissance person- 
nelle des terrains de la Belgique est trop superficielle ; et les documents 
écrits dont je dispose se sont trouvés insuffisants pour qu'il m'ait été pos- 
sible de remplir la plupart des cases que j'avais préparées. 

Quelques-uns de nos savants confrères de la Société Malacologique 
pourraient peut-être entreprendre de combler une partie de ces lacunes ; 
ce serait un véritable service à rendre à la science. J'aurais pu moi- 
même tenter d'indiquer, mais seulement pour Téocène inférieur, les équi- 
valences entre les formations du centre ou du sud du bassin et celles du 
nord, grâce au Congrès géologique tenu à Mons en 1874 et aux expli- 
cations données à cette occasion par MM. Cornet et Briart, qui ont fait 
de leur région une étude approfondie; grâce surtout aux travaux si 



38 SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

remarquables de MM. Hébert et Gosselet, sur la comparaison de l'éocène 
inférieur dans le Bassin de Paris, en Belgique et en Angleterre l . 

On remarquera que j'ai placé les sables et les calcaires lacustres de 
Billy au-dessus et non au-dessous des sables de Bracheux; je m'appuie 
pour cela sur un travail très-consciencieux de MM. Aumônier et Eck 2 . 

Certainement, avant d'assigner définitivement aux formations dont il 
s'agit une position aussi contraire aux idées reçues jusqu'à ce jour, il 
faut attendre que cet ordre de superposition ait été confirmé par de nou- 
velles études. Mais ce qui m'a plus particulièrement déterminé à main- 
tenir, jusqu'à plus ample informé, les couches de Billy au niveau où 
elles figurent dans le tableau, c'est la remarquable simplicité avec laquelle 
elles viennent ainsi cadrer avec les formations du nord de la France et 
de la Belgique. Les couches de Rilly, qui autrefois ne pouvaient être 
considérées que comme une anomalie locale, trouvent ainsi leur place 
parmi les formations tertiaires les plus régulières et les plus étendues ; 
résultat qui, à lui seul, me paraît établir une grande présomption en 
faveur de l'opinion de MM. Aumônier et Eck 3 . 

J'ai exposé ailleurs 4 qu'après le dépôt de la craie, une vaste dénuda- 
tion avait fait disparaître une partie des terrains crétacés en attaquant 
surtout les assises supérieures ; que, par suite de circonstances assez sin- 
gulières et difficiles à déterminer, la majeure partie des silex de la craie 
ainsi détruite n'avait pas été entraînée fort loin et était restée, sous la 
forme d'amas d'une grande étendue, à la surface des couches restantes; 
que, dans ces dépôts, les silex n'étaient point roulés, usés, ni altérés; 
qu'un certain nombre, il est vrai, étaient brisés, mais avaient conservé 
leurs arêtes parfaitement vives. Ces dépôts, dont j'ai présenté un type 
dans Yargile à silex d'Allogny (département du Cher), sont évidemment 
connexes du phénomène quel qu'il soit qui a mis fin à la période crétacée 
et a produit la première dénudation de la craie; ils sont donc, en réalité, 
intermédiaires entre les terrains crétacés et les terrains tertiaires propre- 

i Hébert. Bullet. Soc. Géol. de France. 3 e série. T. II, p. 27. 
Gosselet. Id. id. p. 598. 

2 Aumônier et Eck, membres de la Société Géologique de France. Notice sur la consti- 
tution géologique de la montagne de Berru. Mémoire couronné par l'Académie de Reims 
en 1870. 

3 Le sable de Rilly, dans les carrières où il est visible aux environs de Reims, repose 
.immédiatement sur la craie; mais en même temps il est situé à une altitude très-peu 

différente du niveau supérieur des sables qui correspondent à ceux de Bracheux. Il fallait 
supposer, dans le système admis jusqu'à ce jour, qu'un relèvement local de la craie avait 
eu lieu entre le dépôt des couches de Rilly et celui des sables de Bracheux. Dans le nou- 
veau système proposé, une colline de craie aurait existé à Rilly, antérieurement à l'un et 
l'autre dépôt. 

4 Bullet. Soc. Géol. de France. 3* série. T. IV, p. 230. 



MÉMOIRES 39 

ment dits, sans faire précisément partie ni des uns ni des autres ; mais, 
pour les convenances de la classification, on peut les considérer comme 
constituant le premier terme de la série éocène. Il y a eu ensuite une 
période de calme, et il me semble que c'est alors qu'à dû se déposer le 
calcaire de Mous. Il est peu vraisemblable que ce dépôt n'ait eu lieu que 
sur l'espace si restreint de la Belgique où on le retrouve aujourd'hui ; 
peut-être les recherches ultérieures feront-elles découvrir dans d'autres 
contrées des lambeaux des formations synchroniques ; il est toutefois 
probable que la plus grande partie de ceux-ci a été détruite par les phé- 
nomènes diluviens qui n'ont pas tardé à se manifester en occasionnant 
de nouvelles dénudations et qu'attestent les argiles à silex plus ou moins 
remaniées et à silex généralement altérés, ainsi que des conglomérats de 
nature variée. S'il n'est pas démontré que tous les dépôts dont il s'agit 
aient été rigoureusement simultanés, du moins ils se rapportent certaine- 
ment à une période de temps très-restreinte, et je n'ai pu que les ranger, 
dans le tableau, sur une même ligne horizontale. A la suite de ces dépôts 
clysmiens, une nouvelle et longue période, plus calme, a permis la sédi- 
mentation régulière du reste de la série éocène. 

D'après ce qui précède, si une coupure rationnelle devait être faite dans 
l'éocène inférieur, c'est entre le calcaire de Morts et les poudingues de 
Nemours qu'elle semblerait devoir être placée ; ces poudingues étant la 
base des étages subséquents au même titre que Y argile à silex d'Allogny 
est la base de l'étage que représente le calcaire de Mons K Quant à la ligne 
séparative établie par Dumont, entre les systèmes heersien et landenien, 
on peut la conserver comme repère local ; mais, ainsi que la remarque en 
a déjà été faite 2 , elle me paraît avoir peu de valeur au point de vue d'une 
classification générale. 

1 On objectera peut-être que, bien que le calcaire de Mons repose directement sur le 
terrain crétacé, il pourrait bien être en réalité moins ancien que je ne le suppose. Cette 
objection peut être fondée ; cependant il me semble que s'il en était ainsi, le calcaire de 
Mons aurait été en grande partie préservé des érosions par les terrains qui lui sont supé- 
rieurs, et qu'on devrait alors le trouver fréquemment vers la base des terrains tertiaires. 

2 Réunion à Mons en 1874. Bullet. Soc. Géol. de France. 3 e série, t. II. Voir Gosselet, 
p. 605, et Vanden Broeck, p. 617. 



RAPPOKTS 



SUR 
3L,E TRAVAII- DE 1ML. DE GOSSIGHSTY 

INTITULÉ 

TABLEAU DES TERRAINS TERTIAIRES DE LA FRANCE SEPTENTRIONALE 



Rapport de M. A. Rutot. 

J'ai examiné avec intérêt le tableau des terrains tertiaires de la France 
septentrionale, dressé par M. de Cossigny. 

Je suis d'avis que le tableau représente bien, en général, les superpo- 
sitions réelles qui peuvent s'observer dans le Bassin parisien; déplus, il 
concorde avec les découvertes les plus nouvelles. 

A l'appui de cette appréciation, je ferai remarquer notamment que les 
sables, marnes et calcaires de Rilly figurent au tableau au-dessus des 
sables de Bracbeux, fait qui vient de recevoir une confirmation définitive, 
grâce aux belles observations faites par notre collègue M. G. Dollfus, à 
Rilly-la-Montagne l . 

Cela étant, j'espère que, dans l'intérêt de la science, l'auteur me per- 
mettra de lui signaler une petite lacune : les tableaux comme celui qui 
nous est présenté, étant surtout destinés à établir le synchronisme des 
couches avec celles des pays voisins, doivent être aussi détaillés que pos- 
sible et indiquer bien en évidence les niveaux ou horizons fossilifères. 

A mon avis, le terme supérieur de l'éocène inférieur : Sables de Cuise, 
Sables supérieurs du Soissonnais, etc., n'est pas suffisamment détaillé; il 

1 Note sur une nouvelle coupe observée à Rilly -la-Montagne près Reims, par G. Dollfus. 
Présentée à la Société Géologique du Nord, le 5 juillet 1876. 



MÉMOIRES 41 

aurait dû comprendre sur trois lignes les trois horizons distincts, reconnus 
dans les Sables de Guise, surtout les trois horizons fossilifères reconnus 
par M. Watelet et qui sont, en partant du has : l'horizon d'Aizy, l'horizon 
de Cuise-la-Motte ou de Mercin et l'horizon de Visigneux. 

Au point de-vue helge, ces subdivisions sont très-importantes à con- 
naître, car elles correspondent à des systèmes différents de Dumont. C'est 
ainsi que nous sommes en mesure de démontrer, et nous le ferons bientôt, 
que notre Ypresien inférieur doit correspondre à la partie inférieure des 
Salles de Cuise, comprenant les sables siliceux à concrétions calcaires et 
l'horizon d'Aizy; que notre Ypresien supérieur, avec ses lits à Nummulites 
planulata et à Turritella édita et hybrida, correspond à l'horizon fossi- 
lifère moyen de Cuise-la-Motte ou de Mercin, qui contient en abondance 
les mêmes fossiles caractéristiques et qu'enfin notre Paniselien correspond 
à l'horizon de Visigneux et aux sables glauconifères qui forment la partie 
la plus supérieure des Sables du Soissonnais , ce qui maintient le Paniselien 
dans l'éocène inférieur et ne permet pas de le synchroniser avec le Bruxel- 
lien, qui doit entrer dans l'éocène moyen. 

Nous ferons la même remarque au sujet des sables de Bracheux, dont 
les subdivisions devraient être de préférence : horizon inférieur de Bra- 
cheux ou de la Fère et horizon supérieur de Châlons-sur-Vesles ou de 
Jonchery, au lieu d'être prises dans des niveaux non fossilifères et locaux 
comme les argiles de Louvil et de Clary. 

En Belgique, nos couches heersiennes et landeniennes inférieures étant 
marines et fossilifères, pourront de la sorte être plus facilement synchro- 
nisées avec celles du Bassin de Paris. 

On voit donc que dans ce cas, grâce à la nature marine des dépôts, les 
subdivisions des assises peuvent être plus minutieusement raccordées. 

Avant de terminer ce rapport, je crois également devoir entrer dans une 
discussion au sujet de la place que doit occuper la ligne de séparation 
entre l'Éocène et le Miocène. 

M. de Cossigny, à l'exemple de Lyell et de beaucoup d'auteurs français, 
place cette limite entre le gypse et les marnes et calcaires de Brie. 

En Allemagne et en Belgique, les géologues pensent autrement et pren- 
nent comme terme supérieur de l'éocène, les sables et grès de Beauchamp, 
ou plutôt les marnes et calcaires à Pholadomya Ludensis. 

En ne considérant que le Bassin français, une ligne de séparation est 
bien difficile h tracer, car entre les sables de Beauchamp et les sables de 
Fontainebleau, on se perd dans un dédale de couches d'eau douce ou d'eau 
plus ou moins saumâtre, de gypse, etc., passant de l'une à l'autre et le 
plus souvent localisées. Il en est de même pour le Bassin anglais du 



42 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Hampshire, relativement' aux assises qui surmontent l'argile de Barton 
ou mieux les couches de Brockenhurst et Lindhurst. 

En Allemagne, au contraire, nous voyons le grand Bassin tertiaire du 
Nord commencer par des lignites, sur lesquels reposent immédiatement 
des sables argileux marins, avec faune extrêmement riche et parfaitement 
caractérisée. En Belgique, nous possédons le prolongement de ce Bassin» 
avec les mêmes sables et les mêmes fossiles ; c'est ce que Dumont appelle 
Tongrien inférieur. Au-dessus de cette base immense, nous voyons se 
développer en Allemagne et en partie en Belgique, une série d'autres 
couches, toutes marines, sans lacunes et qui se continue sur une grande 
épaisseur, avec un faciès constant et une faune se modifiant lentement au 
travers de la succession des étages. Ce n'est guère qu'après le dépôt de 
ces différentes assises, que s'est montrée la faune typique du Miocène, 
c'est-à-dire celle des faluns de la Touraine, de Bordeaux, de Vienne et de 
la partie supérieure du Bassin de Mayence. 

C'est à cet ensemble de couches du nord de l'Allemagne que M. Beyrich 
a donné le nom d'Oligocène et il l'a divisé en trois parties : l'Oligocène 
inférieur, moyen et supérieur. 

Or, dans le Bassin de Paris et dans le Bassin allemand, il existe un 
horizon qui établit une concordance parfaite : l'identité des fossiles montre 
que les sables de Fontainebleau correspondent au Septarien Thon des 
Allemands, ou à l'argile de Boom et aux sables à faune marine de Bergh, 
dans le Limbourg, des géologues belges ; en un mot, à l'Oligocène moyen. 

Mais comme en dessous de ce terme se développe largement l'Oligocène 
inférieur, c'est donc à cette formation que doit se rattacher ce qui se 
trouve sous les sables de Fontainebleau, c'est-à-dire la formation gyp- 
seuse. 

Si, maintenant, on compare les faunes des sables de Beauchamp et de 
TOligocène inférieur d'Allemagne et de Belgique, on voit qu'elles ont un 
certain nombre d'espèces communes, ce qui les rapproche ; mais d'autre 
part, alors que la faune des sables de Beauchamp est franchement éocène, 
celle de l'Oligocène inférieur se rapproche plutôt du Miocène ; il semble 
donc, dès l'abord, que c'est entre les sables de Beauchamp et l'Oligocène 
inférieur, représenté en France par la formation gypseuse, qu'il faut 
placer la limite. 

C'est en Belgique qu'il faut chercher la confirmation évidente de cette 
manière de voir. 

Si dans notre pays nous observons Taire géographique, occupée par le 
Laekenien supérieur, qui correspond aux couches de Beauchamp, et par le 
Tongrien inférieur, qui n'est que la prolongation de l'Oligocène inférieur 
d'Allemagne, on voit que, malgré un assez grand nombre d'espèces com- 



MÉMOIRES 43 

munes qui prouvent que ces couches ne se sont pas déposées à long 
intervalle, ces aires sont entièrement différentes, au point qu'elles n'ont 
que de rares points de contact. 

On voit donc qu'il y a eu entre le Laekenien supérieur et le Tongrien 
inférieur un mouvement important du sol, pendant lequel le Bassin du 
nord de la France s'est soulevé, puis émergé, pendant que les eaux se 
jetaient à l'est et envahissaient tout le nord de l'Allemagne jusqu'à la 
frontière de Russie et y déposaient l'Oligocène inférieur. 

C'est donc au moment de cet important phénomène, qui a changé si 
complètement la configuration de l'Europe, qu'il convient d'établir une 
grande ligne de séparation. 

Envisagée de cette façon générale, cette modification profonde dans la 
répartition des terres et des mers fait mieux comprendre l'utilité qu'il 
y a de séparer nettement la période marine qui finit en France par les 
sables de Beauchamp et les marnes à Pholodomya Ludensis, de la période 
d'oscillations émergeant et immergeant successivement la côte, qui se 
continue pendant une longue suite de siècles, jusqu'au retour des eaux de 
la mer dans le Bassin de Paris où se sont déposés les sables de Fontai- 
nebleau. 

Telles sont les remarques que m'a suggérées l'examen du tableau de 
M. de Cossigny. Comme elles sont du domaine de la discussion, je ne crois 
pas devoir insister plus longtemps; aussi, pour terminer, je proposerai 
à la Société l'impression du travail de M. de Cossigny, tel qu'il nous a été 
présenté. 

Rapport de M. Gustave Dollfus. 

Un tableau bien fait vaut à lui seul un volume; c'est le résumé d'un 
grand travail, c'est l'essence d'une profonde étude, et je ne comprends 
guère la critique générale qui veut le proscrire. Mais aussi, comme la place 
déterminée de chaque chose ne permet aucune incertitude, la netteté est 
obligatoire, la pensée doit être concise, la forme abrégée ; la difficulté 
en devient très-grande et la réussite presque impossible. 

Réunir en un seul coup d'œil toutes les couches parisiennes, les 
grouper logiquement, est encore, vingt ans après le grand tableau de 
Charles d'Orbigny, si remarquable à tant d'égards, une entreprise épi- 
neuse ; cela vient en partie de ce que la géologie parisienne n'est dans 
aucun livre, mais dispersée dans une foule de notes éparses, et plus encore 
dans renseignement oral et les nombreuses coupes des terrains des envi- 
rons. M. de Cossigny me pardonnera donc une révision critique très- 
rapide de son tableau, en considérant que j'ai déjà vu et étudié par moi- 



44 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

même, sans préventions, les diverses couches tertiaires si magnifiquement 
développées aux environs de Paris. 

Commençant par le bas, je lis d'abord : Argile à silex d'Allogny (Berry). 
Soit; mais pourquoi chercher si loin un type si éloigné de la série marine, 
notre chronomètre le plus parfait? 

D'après M. de Lapparent, les argiles à silex anguleux sont un simple 
produit d'altération de la craie par les eaux atmosphériques ; elles n'ont 
donc pas dage précis, elles continuent à se former, elles sont de tous les 
temps. Cette observation s'applique également aux sables à silex d'Allogny, 
cités à la ligne au-dessus; ils ne sont vraisemblablement qu'un produit 
relavé à une époque indéterminée et variable de l'argile à silex sous- 
jacente. 

Continuons; je trouve sur la même ligne : Poudingue de Nemours, 
conglomérat de Meudon à Coryphodon, conglomérat de Cernay près Reims. 
Ce rapprochement est en effet très-probable ; mais sont-ce bien là les 
dépôts tertiaires les plus inférieurs du Bassin de Paris ? Il est permis d'en 
douter. Sans parler du calcaire pisolitliique, dont l'âge, comme tertiaire, 
est encore discuté, n'avons-nous pas les sables de Br adieux, ou de la Fère, 
sables de Monclienot et de Cernay, sables de Châlons-sur-Vesles , d'une part, 
les marnes strontianiféres, de Meudon, les sables et calcaires de Rilly, 
d'autre part, qui sont nettement ravinés par le conglomérats Cette ligne 
tout entière est à transporter beaucoup plus haut, à la base des lignites. 

Notre confrère aura été induit en erreur sur ce point, dans l'interpréta- 
tion d'une excellente brochure de M. Eck et Aumônier, sur le mont Berru, 
près Reims, dans laquelle le conglomérat de Cernay repose directement sur 
la craie par suite de l'absence assez générale, au mont Berru, des sables infé- 
rieurs de Monclienot, visibles seulement en peu de points (mont Thabor) 
et par le faciès tout spécial que présentent en ce point les sables de Rilly ; 
le calcaire de Rilly faisant complètement défaut. 

Il en résulte que les sables supérieurs blancs d'Ostricourt, placés au 
niveau de ceux de Rilly, me semblent descendus bien trop bas; quant aux 
calcaires de Rilly , je ne leur vois aucune analogie avec les lignites d'Os- 
tricourt et Landen (d'Omalius). 

Continuant notre lecture, nous arrivons aux lignites et argiles du Sois- 
sonnais. Les, fausses glaises d'Auteuil sont inférieures à Yargile plastique 
et intimement liées à la base au conglomérat de Meudon, de même que la 
partie supérieure des poudingues de Nemours est insérée dans Yargile 
plastique et il n'est pas douteux qu'il n'y ait ici un ensemble matérielle- 
ment démontré dans un ordre très-différent, presque stratigraphiquement 
inverse de celui inscrit au tableau l . 

1 G. Planté. Bull., Soc. Géol., de France 2 e série, t. XXVII, p. 204. 1860. 



MÉMOIRES 



45 



ÊOCÈNE 



MOYEN. 



Je regrette, comme M. Rutot, l'absence de quelques développements de 
plus à&nsïétage de Bracheux, dans celui des ligniles dont l'horizon lacustre 
intercalé aurait été intéressant à noter; d'autres lacunes sont encore 
à déplorer : le travertin de Sézanne, la marne de Dormans, le grès de 
Belleu, les sables à rognons, les sables de Sinceny n'ont pas été placés. 

J'arrive au Parisien d'Orbigny. Le calcaire grossier est de tradition 
divisé en trois masses principales, les divisions de M. Michelot sont clas- 
siques depuis 1855. 

On peut les figurer comme suit : 

10 Caillasses sans fossiles. 

9 Calcaire caillasseux à Corbules. 

8 Calcaire à Lutines, etc. (faune en partie de Beau- 
champ). 

7 Cliquart à fossiles variés. 

6 Banc vert (végétaux, eaux douces, etc.). 

5 Calcaire à Cerithium lapidum. 

4 Calcaire royal à Orbitolites complanata. 

3 Calcaire vergelé à Terebratula bisinuata. 

2 Calcaire à Cerithium giganteum. 

1 Calcaire à Nummulites lœvigata. 

Zone de dents de squales et cailloux roulés. 

Chacun de ces horizons, ayant parfois 6 et 10 mètres d'épaisseur, pos- 
sédant une faune caractéristique abondante, visible quelquefois sous 
plusieurs de ses aspects dans la même localité (Ex. : Grignon : Grignon- 
Thiverval = cale, gross. inf. ; Grignon le parc. = cale, gross. moyen, 
horizon le plus riche et le mieux développé; Grignon le plateau et le 
bois = cale, gross. sup. à Cerithes, etc.). 

Pour les sables de Beauchamp, trois divisions très-importantes ont été 
dès 1859 nettement établies par Goubert ; aujourd'hui leur liaison avec 
le calcaire de Saint-Ouen apparaît une nécessité et on peut dresser avec 
quelques variantes le tableau abrégé suivant : 

Marne à Pholadomya ludensis. 



Calcaire grossier supérieur. 
(Caillasses.) 



Calcaire grossier moyen. 
(Calcaire à Milioles.) 

Calcaire grossier inférieur. 
(Calcaire glauconieux.) 



ÉOCÈNE SUPÉRIEUR. . 

(Sables moyens.) 
(Parisien supérieur.) 



Système marin 
infra-gypseux. 



Calcaire de St-Ouen^ 



Horizon 
de Mortefontaine. 



Horizon 
de Beauchamp. 

Horizon d'Auvers. 



4 me masse gypseuse. 

Sable vert de Monceaux, à Cerith. Cordieri. 

Marnes à Lymnea longiscata . 

Calcaire à Bithinia pusilla. 

Marne à Cyclostoma mumia. 

Calcaire à grès à Avicula fragilis. 

Sable de Mortefontaine. 

Calcaire à Lymnées de Ducy. 

Calcaire gréseux marin de Lisy. 

Calcaire à Melania hordacea. 

Sable de Beauchamp à C. mutabile. 

Sable du Gespel à Trigonocœlia. 

Sable d'Auvers à Nummulites variolaria. 

Sable sans fossiles et galets. 



46 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Ainsi la faune des salles moyens, partie du sommet du calcaire grossier 
s'éteint dans la base du gypse, en comprenant à différents niveaux des 
horizons d'eau douce d'importance variable. 

Si, à la base, un ravinement très-marqué isole les sables moyens, au 
sommet, la stratigraphie n'indique aucune limite ; la faune marine, quoique 
mal connue, des Marnes à Lutines, les rares fossiles d'eau douce du gypse 
comme la parenté des mammifères me portent à croire que la plus grande 
partie du gypse s'est déposée sous l'empire des mêmes conditions d'exis- 
tence. La limite à tracer dans le Bassin de Paris, puisqu'il semble y avoir 
nécessité d'en placer une au voisinage de ces couches, serait à mon avis 
au milieu du gypse, avant les marnes bleues dont la liaison aux marnes 
Hanches à Lymnea strigosa est évidente, horizon très- intéressant, précur- 
seur du calcaire de Brie et où apparaît déjà fixée la faune oligocène. 

M. de Cossigny donne le Cerithium Lamarckii comme caractéristique 
du sable de Beauchamp; il veut dire C. deperditum, car le nom de 
C. Lamarckii est aujourd'hui réservé à une espèce du calcaire de Beauce 
un peu différente. Enfin, il aurait été intéressant d'indiquer dans le cal- 
caire grossier les niveaux d'eau douce comme : Calcaire de Provins et de 
Longpont. 

La rapidité de ce rapport ne me permet pas d'insister sur les marnes 
stratifiées supra-gypseuses à Cyrena semis triata (non marnes à Cythé- 
rées), à faune de Fontainebleau, ni sur les marnes vertes à rognons stron- 
tianifères sans fossiles qui les surmontent et qui sont la base du calcaire 
de Brie. Observons toutefois que les marnes vertes ou plutôt brunes à 
Ostrea cyalhula, base de la molasse marine de Fontainebleau, n'ont 
jamais été vues au-dessous du calcaire de Brie; il existe ici une erreur 
manifeste. J'arrive aux sables de Fontainebleau, l'état actuel de nos con- 
naissances permet de les développer un peu plus et indique un groupe- 
ment différent pour les assises supérieures. 



supérieur. 
Oligocène 

moyen. 



Meulière de Trappes à Hélix Ramondi. 
Calcaire de Beauce à Lymnées. 
Marne marine à Cardita Bazini et sable d'Ormoy. 
Marne de Beauce à Bith. Dubuissoni et Cerithium 
Lamarckii. 

Masse des sables blancs de Fontainebleau. 

Sable de Morigny à Buccinum, Pleurotoma, etc. 
Sable de Jeurre à Natic.a crassatina. 
Molasse marine à Os t. longirostris. 



L'insertion de la faune d'Ormoy dans les assises inférieures du calcaire 
de Beauce est visible et connue au Carrefour, près d'Étarapes, à la Ferté- 
Aleps, etc. Cette récurrence indique une liaison dont il faut tenir grand 
compte. 



MÉMOIRES 47 

C'est au sommet de l'ensemble que je viens d'indiquer, que se place la 
plus importante division du Bassin de Paris, le contact de l'Oligocène 
supérieur et du Miocène. C'est entre les calcaires de Beauce et la Molasse 
du Gâlinais, base du calcaire à Hélix de l 'Orléanais, que nous pouvons 
placer une division de premier ordre, car nous voyons en contact deux 
faunes continentales très-différentes; et ce fait a pour moi une plus grande 
valeur, il indique une plus forte discordance que la présence de deux cou- 
ches marines différentes en contact. La population malacologique est 
changée, et des mammifères entièrement nouveaux apparaissent brus- 
quement. 

C'est au niveau supérieur du calcaire de Beauce que doit s'arrêter, selon 
moi, un tableau des couches tertiaires du nord de la France; avec les 
couches suivantes, nous entrons franchement dans la faune méridionale, 
dans la faune miocène. 

Toute cette partie du tableau de M. de Cossigny serait donc à revoir. 

Qu'est-ce que les Meulières du Saunois? Sont-elles les mêmes que celles 
de Montmorency ? que j'ai désignées dans mon petit tableau sous le nom 
de Meulière de Trappes, gîte de l'Hélix Ramondi, le fossile tertiaire le 
plus récent du Bassin de Paris. Quant aux f aluns, ils sont de plusieurs 
niveaux; le crag du Cotentin est hors du cadre déjà tracé et de plusieurs 
âges. Dans le Bassin de la Loire il en existe, il est vrai, un représentant 
que j'identifie au crag des Bohons (Manche), à Terebratula variabilis; 
mais c'est là un renseignement inédit dont M. de Cossigny n'a pu avoir 
connaissance, le gîte de la Dixmerie près le Loroux-Bottereau n'ayant 
été exploré sérieusement que l'été passé par mon ami M. Vasseur et la 
situation stratigraphique au-dessus des faluns de l'Anjou à Tereb. per- 
forata n'ayant pas encore été indiquée. 

Je dois m'arrêter dans cette appréciation déjà trop longue, car ce serait 
un volume entier à écrire si je voulais développer et expliquer toutes les 
idées qui surgissent en foule devant une étude libre du tertiaire parisien. 

La géologie du Bassin parisien est d'ailleurs encore sur le chantier, le 
réseau des voies ferrées nouvelles qu'on construit aux environs va fournir 
une quantité étonnante de faits inconnus, et on peut prévoir que des 
remaniements importants de classification en pourront sortir; il serait 
peut-être préférable d'attendre encore quelque temps avant d'insérer dans 
nos annales le travail de M. de Cossigny, l'auteur pouvant prendre son 
temps pour développer, compléter son œuvre et la mettre au niveau des 
découvertes récentes. 



48 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 



/ 



Rapport de M. J. Ortlieb. 



Mes collègues Dollfus et Rutot ayant déjà examiné le travail de 
M. de Cossigny, à différents points de vue, il me restera peu à ajouter 
à leurs intéressants comptes-rendus pour compléter l'expression des sen- 
timents éprouvés par les rapporteurs sur le Tableau des terrains tertiaires 
de la France septentrionale, dont la Société malacologique a bien voulu 
nous charger. 

Comme M. Dollfus, je pense qu' « un tableau bien fait vaut à lui seul 
un volume, c'est le résumé d'un grand travail... mais aussi la place 
déterminée de chaque chose ne permet aucune incertitude » ni omission, 
dirai-je encore. 

Les tableaux comme celui qui nous est présenté, dit M. Rutot, « étant 
surtout destinés à établir le synchronisme des couches d'un pays avec 
celles des pays voisins, doivent être aussi détaillés que possible et indi- 
quer bien en évidence les niveaux ou horizons fossilifères. » 

A ces considérations de première nécessité, j'ajouterai pour ma part le 
vœu de voir aussi figurer dans ces tableaux une évaluation des épaisseurs 
des différentes formations dans les diverses régions examinées. Ces indi- 
cations sont d'utiles éléments dont l'emploi judicieux permet d'intéres- 
santes remarques comparatives. Leur altitude, par rapport à la mer, 
serait aussi avantageusement accueillie. 

M. de Cossigny a certainement cherché à satisfaire aux deux pre- 
mières conditions. 

Pour ne pas répéter les observations de mes collègues, je m'attacherai 
de préférence à un autre côté du sujet. Je vais rendre compte du paral- 
lélisme fait par l'auteur entre les assises tertiaires du Bassin de Paris et 
celles du département du Nord. Le titre du tableau fait du reste rentrer 
ce département dans le cadre de l'ouvrage. 

Sous le point de vue du département du Nord, le tableau présente 
malheureusement de sérieuses omissions. Je crois devoir les signaler et 
caractériser les inconvénients, les erreurs même, qui peuvent en résulter. 

N'est-on pas fondé à conclure de cette lacune que la mer a abandonné 
le pays des Flandres depuis le dernier dépôt inscrit au tableau, celui des 
sables à Nummulites planulata ? Ne peut-on pas déduire également que 
de grandes dénudations ont pu enlever toutes traces de couches supé- 
rieures auxdits sables nummulitiques, si toutefois il s'en était déposé ? 



MEMOIRES 49 

Heureusement pour la monotonie de nos plaines et pour nos connais- 
sances géologiques, il n'y a aucun doute à concevoir à cet égard et d'assez 
éloquents témoins sont restés debout pour attester l'évolution du sol de 
notre département pendant qu'aux environs de Paris, les eaux marines 
et les eaux douces ont occupé plusieurs fois alternativement le pays. 

Mais tout d'abord, est-il convenable de réunir le département du Nord 
dans la même colonne que le Bassin de Paris? Je pense que personne ne 
sera de cet avis. En considérant donc séparément le centre et le nord de 
la France, l'examen du détail présentera l'avantage de nous laisser voir 
très-vite qu'à l'époque tertiaire il se trouvait en ces points des régions 
assez différentes pour être considérées comme des Bassins distincts. Ce 
n'est pas innover, car on a presque toujours et avec raison suivant nous, 
considéré le terrain tertiaire de la France septentrionale comme appar- 
tenant à trois Bassins parfois plus ou moins largement en communication 
entre eux, s'isolant à d'autres époques pour se réunir encore et mêler 
leurs eaux par des chemins différents et après avoir subi des régimes bien 
opposés. 

Ces Bassins sont : 

Le Bassin central ou de Paris. 

Le Bassin du Hampshire ou anglo-normand, à l'ouest et celui de Lon- 
dres ou anglo-flamand, à l'est. 

Pour dominer l'évolution géologique de ces Bassins, le moyen le plus 
concis et en même temps le plus clair est de les considérer dans un 
tableau géographique rationnellement divisé. La netteté dépend de ses 
divisions. Il sera ensuite aisé d'y inscrire sur une même ligne les modi- 
fications horizontales d'une même formation ; on doit aussi pouvoir y lire 
facilement les modifications verticales en ne superposant deux dépôts qu'à 
coup sûr et dans la colonne relative à la contrée même où la superposition 
est démontrée. 

Après ces préliminaires, parcourons rapidement le détail du travail dont 
il s'agit, au point de vue spécial du département du Nord. 

La superposition des diverses couches du Suessonien, considéré dans le 
Bassin anglo-flamand, est exacte, mais pas assez complète. Les termes 
employés sont de valeur très-inégale. Les géologues indigènes regrette- 
ront, sans doute, de jie pas retrouver dans le tableau de M. de Cossigny, 
les termes usités de Tnffeaw de Tournai, d'Angres, etc., notre niveau fos- 
silifère landénien le plus connu ; la marne de Heers méritait également 
une mention pour sa flore; l'argile d'Ypres pour sa puissance. Cette omis- 
sion est surtout rendue frappante par l'emploi des nouvelles subdivisions, 
encore sous le seuil de la science, telles que argile de Louvil, argile du 
Favril, argile de Clary, créées par M. Gosselet pour désigner différents 



50 SOCIÉTÉ MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE 

niveaux de l'argile landénienne. Disons, en passant, que le lignite d'Oslri- 
court ne mérite pas les honneurs d'une citation séparée du sable d'Ostri- 
court; de plus, les parties tachées d'un peu de matière charbonneuse s'ob- 
servent plutôt à la base qu'au sommet de l'assise (collines de Montigny, 
près Douai). 

La partie supérieure du Suessonien de notre région comprend les 
assises yprésienne et panisélienne. Cette dernière ne figure pas au 
tableau, elle semble correspondre à l'horizon de Visigneux, c'est-à-dire à 
la partie la plus élevée des sables du Soissounais et, dans ce cas, les sables 
de Mons-en-Pévèle auraient été placés trop haut. L'assise yprésienne a 
été désignée dans ces derniers temps, sous le nom plus général d'argile 
des Flandres ; ses subdivisions sont : Y argile d'OrcMes à la base, corres- 
pondant à la partie inférieure des sables de Cuise et aux lignites du Sois- 
sonnais et Yargile de Roubaix synchronisée avec les sables de Mons-en- 
Pévèle, mais qui pourrait bien être la zone de soudure, sous un faciès 
argileux, dans l'intérieur du bassin, des sables de Mons-en-Pévèle et du 
Panisélien, ne formant pour ainsi dire qu'un étage dont les différents 
termes ne sont bien reconnaissables que sur le pourtour du bassin. C'est 
une question locale qui n'est pas encore débrouillée, mais dont on doit 
connaître le sens lorsque l'on rencontre l'expression & argile de Roubaix. Le 
figuré de M. de Cossigny représente donc, dans leur ordre de succession, 
les différents degrés du Suessonien supérieur de notre département ; mais 
les citations ne dépassent pas l'horizon des sablés de Mons-en-Pévèle. Or 
nous avons déjà laissé entrevoir plus haut qu'on trouve, dans le départe- 
ment du Nord, d'autres couches tertiaires plus récentes dont l'auteur ne 
laisse pas soupçonner l'existence. 

Pour préciser, je vais rapidement les esquisser. 

Au-dessus des sables fins à Nummulites, de Mons-en-Pévèle, vient une 
assise formée de sables glauconieux, de tuffeau et de bancs de grès fossi- 
lifères dont le contact avec les premiers s'observe à Cassel, au mont des 
Chats, et particulièrement dans les collines entre l'Escaut et la Dendre 
(mont de la Trinité, collines de Renaix et de Grammont). En compagnie 
de M. de Cossigny, nous avons vu cette formation au mont Panisel \ c'est 
le Panisélien dont l'équivalent parisien se retrouve dans les couches supé- 
rieures des sables du Soissonnais, éocène inférieur par conséquent *. 

L'assise du calcaire grossier est nettement représentée dans le dépar- 
tement du Nord. La belle coupe classique du mont des Récollets, près de 

1 Soc. Géol. de France. Réunion extraordinaire à Mons, 1874. 

2 Ortlieb et Chellonneix : Collines tertiaires, page 206, et Société géologique du Nord, 
1873, p, 23. 

Hébert. Comparaison de V éocène inférieur, etc. Ann. Soc. Géol. Art. 4. 1874. 



MÉMOIRES 



51 



Cassel, ne laisse aucun doute à cet égard, et sans aucune hésitation, 
M. de Cossigny pourrait l'indiquer au tableau. 

On voit, en effet, au-dessus du Panisélien (éoc. inf.) du mont des 
Récollets, la superposition suivante, résumant tout l'étage éocène moyen 
du Bassin flamand. 



ÉOCÈNE MOYEN. . 

(Parisien.) 



ÉOCÈNE INFÉRIEUR 

(Suessonien.) 



supérieur. 
(Laekenien.) 



inférieur. 
(Bruxellien.) 



Argile glauconifère à Pecten comeus. 
Sable fin, calcareux à l'état normal, à Num- 

mulites planulata, var. minor. 
Sable fin, calcareux, à Num. variolaria et à 
Cerithium giganteum . 

Sable quartzeux et grès, à Num. lœvigata. 

Id . à Rostellaria robusta 4 . 

Sables glauconifères et bancs coquilliers 
dits couches à Turritelles. Couches d'Ael- 
tre (base). 

[ Panisélien. 
Sables à Num. 
planulata. 



Couches du M 1 Panisel. 



Argile des Flandres. 



Le Bruxellien correspond à la base du calcaire grossier inférieur de 
Paris ; le Laekenien est synchronique avec le calcaire grossier supérieur 
jusques et y compris les caillasses. Ces dernières correspondent à l'argile 
glauconifère à Pecten comeus et aux sables chamois du Bassin flamand. 
Voilà pour l'éocène moyen. 

Il nous est beaucoup plus facile de comprendre que le tableau soit muet 
pour la période éocène supérieure du département du Nord. Cependant 
il y a des indices 2 qui permettent de considérer certains lambeaux de 
sables sans fossiles du mont des Chats, comme se rapportant à l'éocène 
supérieur. M. Ch. Barrois 3 vient de confirmer cette supposition en recon- 
naissant dans les sables de l' Ujpper Bagshot beds fossilifères du Bassin de 
la Tamise, les caractères des sables douteux du mont des Chats. Ce fait 
démontre que, depuis la fin de l'éocène inférieur, le Bassin de Paris et le 
Bassin anglo-flamand tendent vers des destinées bien différentes, et que 
le rattachement du département du Nord au Bassin anglo-flamand est 
fondé et susceptible de vérification. 

Nous arrivons à l'époque oligocène. 

A la mer parisienne du calcaire grossier a succédé pour la deuxième 

1 Rost. robusta (Rutot) était autrefois confondue avec R. ampla (Brand). Cette dernière 
se trouve dans l'argile de Barton et dans le Tongrien inférieur. Voir Ann, de la Soc. Mal. 
de Belgique, 1876, p. 105. 

« Soc. Géol. du Nord. T. II, p. 201. 1875. 

3 Soc. Géol. du Nord. T. III, p. 84. 1876. 



52 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

fois un grand lac d'eau douce ; le département du Nord était vraisembla- 
blement à l'état de terre ferme (île de l'Artois, île de la Manche) et 
subissait les effets de la désagrégation et de la dénudation atmosphé- 
riques. Depuis les hauteurs de l'Artois jusqu'aux collines de Bruxelles, 
on ne connaît aucune trace de terrain se rapportant à la période oligo- 
cène. Ce n'est qu'après avoir franchi le dernier bourrelet des collines 
bruxelloises, que l'on peut constater, dans les ondulations des environs 
de Louvain et dans le sous-sol du Limbourg, les intéressants dépôts du 
Tongrien et du Eupelien. Ces deux formations marines y sont séparées 
Tune de l'autre par les couches fluvio-marines à Cyrena semistnata et à 
Cerithium plicatum qui forment un horizon paléontologique si remar- 
quable, en France, en Angleterre, en Belgique comme en Allemagne. 
Entre l'éocène et l'oligocène, une oscillation brusque avait fait pencher 
le Bassin vers l'est, tandis que le bord ouest (Pas-de-Calais, Nord, etc.) 
s'était exhaussé de près de 100 mètres. Tel est le sens de la lacune dans 
notre région comme dans le tableau synoptique. 

Enfin, le département du Nord possède encore une dernière assise 
d'âge tertiaire, beaucoup plus élevée dans la série. Elle est falunienne ou 
subapennine, nous le saurons sans doute bientôt plus exactement. Elle 
est formée de bancs de poudingue, de grès et de sables ferrugineux : 
c'est le Diestien de Dumont. 

Cette formation couronne le sommet des collines depuis le Blanc-Nez 
(Pas-de-Calais) jusque dans le voisinage d'Anvers. Le terme Diestien 
peut donc être inscrit dans la colonne relative au département du Nord, 
avec les localités suivantes : Cassel, Récollets, mont des Chats et mont 
Noir. 

J'ai toutefois exprimé 1 une autre opinion qui, si elle venait à être 
acceptée, pourrait rajeunir le Diestien de nos collines. Cette formation 
serait alors comparable à un dépôt de transport, un fleuve par exemple, 
ou plus vaguement à un diluvium particulier, glaciaire peut-être, mais 
en tous les cas étranger et bien différent des sables du même nom, si 
riches en fossiles, des environs d'Anvers (sables d'Edeghem) auxquels il 
a été assimilé. L'âge et le mode de formation du Diestien des collines 
est donc encore en question; cependant M. Gosselet admet que, stratigra- 
phiquement, le Diestien des collines correspond à la zone supérieure 
d'Anvers. Ce rajeunissement est un grand progrès de la question. 

Telles sont les observations que nous avons cru devoir consigner au sujet 
du tableau des terrains tertiaires de la France septentrionale que la Société 
a bien voulu soumettre à notre appréciation. 

1 Ann. Soc. géol. du Nord, III, p. 99. 



MÉMOIRES 53 

En résumé, si les omissions relevées font voir que le tableau est incom- 
plet en ce qui concerne le département du Nord, je pense néanmoins que 
ces lacunes sont aisées à réparer, surtout si M. de Cossigny pouvait se 
décider à visiter et à parcourir notre pays et nos collections. 

On voit par les rapports auxquels le tableau de M. de Cossigny a donné 
lieu, l'étendue de la difficulté du travail : en effet, bien des points sont 
encore du domaine de la discussion, d'autres sont depuis quelque temps 
sur le chantier, d'autres, enfin, nous sont, sans doute, encore inconnus. 
Néanmoins, la tentative de M. de Cossigny doit être considérée comme 
un jalon de plus dans nos connaissances d'ensemble et, à ce titre, j'ex- 
prime le vœu que la Société veuille bien faire connaître à l'auteur l'avis 
des rapporteurs et réserver un bon accueil au tableau synoptique de 
M. de Cossigny. 



-*oec=<*-«- 



Extrait d'une lettre de M. de Cossigny. 



Si quelques parties de mon tableau, bien que critiquées par nos col- 
lègues, me paraissent plus ou moins défendables, je serais, par contre, 
disposé à reconnaître, sur d'autres points, la justesse des observations qui 
me sont adressées. Toutefois, chacun comprendra qu'un tableau de ce 
genre qui, de l'avis même des savants rapporteurs, touche à plus d'une 
question épineuse et non encore définitivement résolue, ne peut être cor- 
rigé sans réflexion et d'un simple trait de plume. 

En faisant pari à la Société Malacologique de ce simple tableau que 
j'avais commencé pour moi-même, je n'ai pas eu la prétention de pré- 
senter un travail magistral et définitif. Notamment, en ce qui concerne 
les contrées situées en dehors du Bassin ^parisien proprement dit, je n'ai 
pas prétendu donner des séries complètes, mais seulement faire ressortir 
quelques-unes des équivalences qui m'ont paru les plus remarquables, et 
poser ainsi quelques jalons propres à guider dans les études ultérieures, 



r 



54 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

ou tout au moins à servir de bases à d'utiles discussions. En définitive, 
j'ai été mû uniquement par cette pensée que la science a toujours à gagner 
à la mise en commun de toutes les études, même les plus modestes et les 
plus imparfaites. 

Mon but a été atteint au delà de mes espérances, puisque mon essai a 
donné lieu à trois importants rapports où sont traitées, avec une grande 
clarté et avec une compétence hors ligne, plusieurs questions sur les- 
quelles on trouverait bien laborieusement, dans les livres, quelques ren- 
seignements incomplets. 

S'il s'agissait seulement de mon tableau synoptique, je ne verrais aucun 
inconvénient à ce qu'il soit considéré par la Société Malacologique comme 
non avenu. Mais peut-être trouvera-t-on que, dans ce cas, les rapports dont 
il est l'objet n'auraient plus leur raison d'être. S'ils devaient aussi rester 
inédits, ce serait, à mon avis, une conséquence infiniment regrettable. 



PLIOCÈNE. 



MIOCÈNE. 



TABLEAU DES TERRAINS TERTIAIRES DE LA FRANGE SEPTENTRIONALE. 



SUBAPENNIN. 



Falunien. 
d'Orbigny. 



TONGRIEN 
d'Orbigny. 



Cras- du Colcntin. 



Faluns de la Touraine. Argiles à meulières du Sannois. 



Calcaire d'eau douce et meulière de Beaucc. 



Sables de Fontainebleau 



Sables argileux de la Sologne, non fossilifères. 

Marnes de l'Orléanais. 

Sables de l'Orléanais. 

Molasse du Gatinais. — Calcaire supérieur de Beauce. 

Calcaire inférieur de Beauce. — Meulières de Meudon et de Montmorency (près Paris) [Potamides Lamarckii Brong. , Paludina Dubuissoni Bouillet, 
Limnées, Planorbcs, etc.] 

Sables marins d'Ormoy (près Étampes) [Cardita Bazini Desh., Cytherea incrassala Desh., Lucina Heberti Desli.]. 

Masse principale des sables et des grès, généralement peu fossilifères. 

Sables coquilliers de Jeurre et de Marigny (près Etampes). [Très-nombreux fossiles marins, parmi lesquels les trois ci-dessus et Cerithium 
plicatum, C. terebellum, Buccinum Gossardi, etc.]. 



Calcaires d'eau douce, marnes et meulières de Brie. — Calcaire de Château-Landon et de Briare. 
Marnes vertes à Ostrea cyathula et 0. longirostris . 
Lit marneux à Cylhc'rées des environs de Paris. 



ËOCÉNE. 



Paiusien 
d'Orbigny. 



Marnes a Limnées de Pantin (près Paris) . 

Gypses et marnes à Paleotherium. — Travertin de Champigny (près Paris). 

Marnes et calcaires à Pholadomya Ludensis. 

Calcaire d'eau douce de Saint-Ouen (près Paris) [Limnea longiscata, Planorbis rotundatus, Cyclostoma mumia, etc.]. 

Sables et grès de Beauchamp (Seine-et-Oise) à nombreuses coquilles marines [Cerithium Lamarckii, C. tuberculosum, etc.]. 



Suessonien. 
d' Orbigny . 



supérieur 



Calcaire grossier 



inférieur glauconieux 



Caillasses (marnes cariées quartzifères). 
Calcaire à Certifies. 
Couches à Miliolithes. 
Couches à Cerithium giganteum. 



[Nummulïtes lœvigata']. 



Sables de Cuise (près Compiègne). — Sables supérieurs du Soissonnais. — Sables de Mons en Pévèle. — Argile de Roubaix [Nummulites planulata]. 

Argiles et lignites du Soissonnais. — Fausses glaises d'Auteuil (près Paris) avec lignites et coquilles d'eau douce et marines. — Argile d'Orchies [Cerithium variabile, Cyrena cuneiformis']. 

Argile plastique de Meudon (près Paris). 

Marnes et calcaires lacustres de Rilly-la-Monlagne (près Reims) à Physa giganlea et autres fossiles d'eau douce, avec lits de lignites. — Couches à lignites d'Ostricourt (Nord). — Grès à 

végétaux terrestres de l'Artois. 
Sables blancs de Rilly-la-Montagne. — Sables de Laon. — Sables supérieurs (blancs) d'Ostricourt (Nord). 

! Sables inférieurs glauconieux d'Ostricourt. 
Argile de Clary (Cambraisis). Cyprina Deshaijesi, Hébert. Cyprina scutellaria. [Pholadomya Konincki], 
Argile de Louvil. 

Poudingues de Nemours. — Conglomérat à Coryphodon des environs de Paris. — Conglomérat à rognons calcaires et débris de coquilles de Cernay, près Reims. — Sables à silex d'Allogny 

(Dép. du Cher). — Argiles à silex de Favril (Hainaul français). 
— (En Belgique : Calcaire de Mons.) — 
Argile à silex anguleux d'Allogny (Cher). — Conglomérats à silex anguleux de Louviers (Normandie). — Probablement partie des argiles à silex du département du Nord. 



LISTE DES PRINCIPAUX OUVRAGES 

MEMOIRES OU NOTICES 

QUI TRAITENT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT DES 

BRACHIOPODES VIVANTS & FOSSILES 

PAR 

TH. DAVIDSON 



- SÉANCE DU 1 AVRIL 1876 - 



1867. Abich, H. — Geognostiche Beobachtungen auf Reisen in den 

Gebirgslândern zwischen Kur und Araxes. 
1858. Adams, A. — Gênera of récent Mollusca. 
1860-1863. — On the gênera and species of récent Brachiopoda found 

in the seas of Japan. (Annals and Magaz. of Nat. Hist., 3 d ser. 

1860 and 1863.) 
1867. — Descriptions ofnew species of shells from Japan. (Proc. Zool. 

Soc. London.) 
1850. — and Reeves. — Mollusca of the Voyage of the Samarang. 
1846. Agassiz, L. — Nomenclator zoologicus. Fasc. 1846. 
1864. Alberti, J.-V. — Ueberblick ûber den Trias. 
1848. Alder. — A Catalogue of the Mollusca of Northumberland and 

Durham (in Trans. Tyneside Naturalisas Field Club). 
1850. Allois, Alth. — Geologisch-palseontologische Beschreibung der 

nâchsten Umgebung naturwissenschaften Abhandlungen. 
1763. Andrew. — Lettre écrite de la Suisse. 

1877 4 



56 SOCIÉTÉ MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1865. Angas, G.-French. — On the marine molluscan Fauna of the pro- 
vince of South Australia, with alistof ail the species known 
uptothe présent time : toge ther with remarks on their habitats. 
(Proc. Zool. Soc. London, p. 643.) 

1867. — A list of species of marine Mollusca found in Port Jackson har- 
bour, New South- Wales, and on the adjacent coasts, with 
notes on their habitats. (Proc. Zool. Soc, p. 912.) 

1760. Annone, J.-J. d\ — De petrifîcatis quibusdam minus cognitis. 
(Acta helvetica, vol. IV.) 

1839. Anton. — Verzeichniss der Conchylien, p. 21. 

1846-1847. Aradas. — Memorie di Malacologia Siciliana. (Atti delF Acad. 
Gioenia in Catania.) 

1870. — et Benoit. — Corichiliologia vivente marina délia Sicilia. 

1843. Archiac, d\ — Description géologique du département de l'Aisne. 
(Mém. Soc. Géol. de France, vol. V, l re sér.) 

1847-1862. — Histoire des progrès de la Géologie. 

1847. — Rapport sur les fossiles du Tourtia. (Mém. Soc. Géol. de 
France, vol. II, 2 e sér.) 

1841. — et de Verneuil, Ed. — On the fossils of the older deposits of the 
Rhenish Provinces. (Transact. Geol. Soc. of London. 2 d ser., 
vol. VI.) 

1742-1757. Argenville, Ant.-J. d\ — L'Histoire naturelle, éclaircie dans 
deux de ses parties principales, la conchyliologie et la litho- 
logie. 

1853. Asbjôrnsen. — Bidrag till Christianiafjordens litoral Fauna. 
1: Mollusker. 

1840 Austen, R.-A.-C.-Godwin. — Fossils of the lower limestone of 
South Devon (Trans. Geol. Soc. London, 2 e sér., vol. VI.) 

1850. — Age and position of the sand and gravels of Farringdon. 
(Quarterly Journ. Geol. Soc. Loadon, vol. VI.) 

1853. — On the séries of the Upper Palseozoic groups in the Boulonnais. 
(Quart. Journ. Geol. Soc. London, vol. IX.) 

1758. Baier, J.-J. — Oryctographia norica. 

1858. Bailt, W.-H. — Descriptions of fossil Invertebrata from the 

Crimea. (Quart. Journ. of Geol. Soc. of London, vol. XIV.) 

1859. — On fossil localities near Drogheda. 
1867-1869-1871-1875. — Figures of characteristic British fossils. 
1847. Barrande, J. — Ueber die Brachiopoden der silurischen Schichten 

von Bôhmen. 
1859. — État actuel des connaissances acquises sur la faune primordiale. 
(Bull. Soc. Géol. de France, 2 e sér., t. 16.) 



MEMOIRES 57 

1860. — Documents anciens et nouveaux sur la faune primordiale du 

système taconique eu Amérique. (Id. 2° sér., t. 18.) 
1862. — Assentiment du prof. J. Hall et autres documents nouveaux au 

sujet de la faune primordiale en Amérique. (Id. 2 e sér., t. 19.) 
1862. — Existence de la faune seconde silurienne en Belgique. 

(Id. 2 e sér., t. 19.) 
1855. Barrett, L. ■ — Notes on the Brachiopoda observed in a tour on 

the coast of Norway. (Ann. and Mag. of Nat. Hist.) 
1875. Barrois, Ch. — Sur la zone à Belemnites plenus du bassin de 

Paris. 
1875. — Description géologique de la craie de l'île de Wight. (Annales 

Soc. Géol. du Nord.) 
1855. Baudon, A. — Notice sur quelques Térébratules du calcaire 

grossier. (Bull, delà Soc. Académ. de l'Oise, vol. II.) 
1763-1764. Baumer, W. — Naturgeschichte der Mineralien. 
1780. — Historia naturalis regni mineralogici. 

1873. Bayan, F. — Études faites dans la collection de l'École des Mines. 

(Notes sur quelques fossiles tertiaires, fasc. 2, p. 91.) 

1874. — Fossiles paléozoïques de la Chine (Brachiopodes). (Bull. Soc. 

Géol. de France, 3° sér., vol. II.) 

1851. Bayle. — Mémoire sur les fossiles secondaires recueillis dans 

le Chili. (Mém. Soc. Géol. de France, 2 e sér., vol. IV.) 
1870. Bell, A. — On some little-known Crag shells. (R. psittacea, etc.) 
1870. — Catalogue de3 mollusques des marnes bleues de Biot près 

Antibes, Alpes maritimes. (Journ. de Conchyl.) 
1872. — OnEnglish Crags. (Proc. Geol. Assoc. of London, vol. II.) 
1867-1868. Belt. — On the Lingula-flags or Festiniog Group of the 

Dolgelly District of Wales. (Geol. Mag., vol. IV et V.) 
1866-1869. Benecke, E., Schloenbach und Waagen, W. — Geognos- 

tisch-palâontologische Beitrâge, Band I, II. 
1843. Benoit. — Ricerche malacologiche. 
1776. Beuth, — Julise et Montium Subterranea. 

1852. Beyrich, E. — Beriçht ûber die von Overweg auf der Reise 

von Tripoli nach Murzuk und von Murzuk nach Ghiat gefun- 
denen Versteinerungen. (Zeits. der deuts. Geol. Gesells.) 

1865. — Ueber eine Kohienkalk Fauna von Timor. (Abhandl. K. Akad. 
der Wissensch. zu Berlin, 1864.) 

1858-1859. Bigsby, J.-J. — On the palseozoic basin of the State of New- 
York. (Quart. Journ. Geol. Soc. London, vol. XIV et XV.) 

1868. — Thésaurus siluricus. 

1857. Billings, E. — On some new gênera and species of Brachio- 



58 SOCIÉTÉ MÀLACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

poda (Obolus canadensis et Eichwaldia) fromthe Silurian 
and Devonian formations of Canada. (Eep. of the Geol. 
Survey of Canada.) 

1858-1859. — Fossils of the Calciferous Sandrock including those of a 
deposit of white limestone. (SirW.-E. Logan. Geol. Survey of 
Canada for 1 858- 59 . (Canadian Naturalist and Geologist, 1 859.) 

1859. — Fossils of the Chazy limestone. (Eeport of the Geological Survey 
of Canada.) 

1860-1861. — On the Devonian fossils of Canada. (West-Canadian 
Journal .) 

1861 . — On some rocks and fossils occurring near Phillipsburgh. (Geo- 
logical Survey of Canada.) 

1861-1862-1866. — Geological Survey of Canada. 

1865-1874. — Palseozoïc fossils, t. I, 1865, t. II, part 1, 1874. 

1867. — On the classification of the subdivisions of M c Coy's genus 

Athyris as determined by the laws of zoological nomenclature. 
(Natural History Society of Montréal.) 

1868. — Description of two new species of Stricklandinia. (Geol. Mag., 

vol. V.) 
1871. — On some species of palseozoïc fossils (Obolella, Obolellina, and 
Monomerella.) (The Canadian Naturalist.) 

1871. — Note onTrimerella acuminata. (Annals and Magazine of Natural 

History, 4 d ser., vol. VIII.) 

1872. — Remarks on the Taconic controversy. (Canadian Naturalist.) 
1872. — Note on a question of priority. (Amer. Journ. of Science.) 
1869. Binney. — Gould's Invertebrata of Massachusetts. 
1816-1830. Blainville, de. — Conchyliologie et Malacologie. 
1824. — Dictionnaire des sciences naturelles. 

1825-1827. — Manuel de malacologie et de conchyliologie. 

1875. Blake, J.-F. — On the Kimmeridge Clay of England. (Quart. 

Journ. Geol. Soc. Lonclon, vol. XXXI.) 
1803. Blumenbach. — Spécimen archssologiae Telluris Terrarumque 

imprimis Hannoveranarum. (T. grandis.) 
1856. Boll. — Die Brachiopoden der Kreideformation in Meklen- 

burg. (BoH*s Archiv der Naturgeschichte fur Meklenburg, 

t.X.) 
1859. — Brachiopodes crétacés. (Archiv des Vereins der Freunde der 

Naturgeschichte in Meklenburg, Heft X.) 
1709. Bonanni. — Musaîum Kircherianum. 

1778. Bobn. — Index rerum naturalium Musœi Cœsarei Vindobonensis. 
1780. — Muséum Vindobonense. 



MÉMOIRES 59 

1854. Bornemann. — Lias von Gôttingen. 

1854. Bosquet, J. — Notice sur quelques nouveaux Brachiopodes du 
système Maestrichtien. (Mém. de la Commission pour la 
description de la carte géologique de la Néerlande.) 

1859. — Monographie des Brachiopodes fossiles du terrain crétacé supé- 
rieur du duché de Limbourg. 

1862. — Notice sur deux nouveaux Brachiopodes du terrain oligocène. 
(Acad. royale des Se. d'Amsterdam, vol. IV.) 

1864. — Description d'une espèce nouvelle du genre Argiope. 

1842-1849. Bouchard-Chantereaux. — Notes sur le genre Productus et 
sur le Davidsonia Verneuili. (Annales des Sciences Natu- 
relles.) 

1742* Bourguet, L. — Traité des pétrifications. 

1840. Braun, F. — Verzeichniss der Petrefakten des Bayreuth Kreis- 
sammlung. 

1874. — Der obère Jura in Nordwestlichen Deutschland. (Braun- 
schweig.) 

1866. Brauns, D. — Nachtrag zur Stratigraphie und Palâontologie 
der Hilsmergel. 

1869. — Der mittlere Jura in Nord-Deutschland. 

1869. — Der mittlere Jura in Nordwestlichen Deutschland. 

1871. — Der untere Jura in Nord-Deutschland. 

1871. — Der untere Jura in Nordwestlichen Deutschland. 
1874. — Der obère Jura in Nordwestlichen Deutschland. 
1814. Brocchi. — Conchologia fossile subapennina. 
1833-1835-1836. Broderip, W.-J. — Descriptions of some new spe- 

cies of Cuvier's family of Brachiopoda. (Proc. Zool. Soc. 
London, 18331836. Trans. Zool. Soc. of London, 1835.) 
1850. Brodie. — On the Inferior Oolite near Cheltenham (Quart. Journ. 
Geol. Soc. London, vol. 6.) 

1872. Brôgger, W.-C. — Bidrag till Kristianiafjordens Mollusk Fauna. 
1829. Brongniart, Al. — Tableau des terrains. 

1824. Bronn, H. -G. — System der urweltlichen Konchylien. 

1835-1837. — Lethsea geognostica. 

1848. — Index Palaeontologicus. 

1862. — Klassen und Ordnungen des Thierreichs, Bd. III, I 8te Abth. 

1851-1856 — und Roemer, F. — Lethsea geognostica, 3 e Edit. 

1838. Brown, T.— Illustrations of the fossil Conchology of Great Britain. 

1839. — Conchologist's Textbook. 

1742. Bruckmann, F.-E. — Centuria epistolarum itinerariarum. 
1781. Brugmans, S.-J. — Lithologia groningana. 



60 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1789-1792. Bruguière. — Histoire naturelle des Verstestacés : Genres 

Térébratule et Lingule. 
1857. Brtjnner. — Geognostiche Beschreibung des Stockhorns. 
1865-1866. Brusina, Spiridione. — Conchilie Dalmate inédite. (Ver- 

handlungen der K. K. Zool.-Bot. Gesellschaft in Wien.) 
1868. Bucaille. — Essai d'une liste de fossiles observés dans l'étage 

Cénomanien de Rouen. 
1828. Buch, L. von. — Ueber die Silicification organischer Korper, etc. 

(Abhandl. d. K. Akad. d. Wissens. zu Berlin.") 
1831. — Pétrifications remarquables recueillies en Amérique par Alex, de 

Humboldt. 
1834. — Ueber Terebrateln. (Abhandl. K. Akad. Wiss. zu Berlin.) 

1837. — Ueber Delthyris oder Spirifer und Orthis. 

1838. — Essai d'une classification et d'une description des Térébratules. 

(Mém. Soc. Géol. de France, l re série, t. III.) 
1840. — Essai d'une classification des Delthyris, etc. (Idem.) 

1840. — Beitrâge zur Bestimmung des Gebirgsformation in Russland 

(Archiv. fur Miner.) 

1841. — Ueber Productus oder Leptsena. 

1847. — Die Bâren-Insel. (Quart. Journ. Geol. Soc. of London, vol. III.) 

1845. Buckman, J. — Geology of Cheltenham. 

1853. — On the Cornbrash of the Neighbourhood of Oirencester. (Ann. 

and Mag. of Nat. Hist., vol. XII.) 
1784. Burtin, F.-X., de. — Oryctographie de Bruxelles, p. 110, pi. VIII. 
1843. Buvignier, A. — Statistique géologique, etc., du département des 

Ardennes. 
1852. — Statistique géologique, etc., du département de la Meuse. 
1861. Caillaud, F. — Sur l'existence de la faune troisième silurienne 

dans le nord-est du départememt de la Loire-Inférieure. 

(Bull. Soc. Géol. de France, 2 e sér. t. XVIII.) 
1797. Calonne, de. — Catalogue spécifie of the various articles which 

compose the Magnificent Muséum Collection of M. de 

Calonne. 
1869. Canefri, C.-J. — Indice sistematice dei Molluschi testacei dei 

dintorni di Spezia e dei sùo golfo. (Atti Soc. Ital. Se. Nat.) 
1857. Carpenîer, P. -P. — Report on the Mollusca of the West Coast 

of North America. (Report of the British Association.) 
1861. — Lectures on Mollusca. (Smithsonian Institution.) 
1865. — Diagnosis of new forms of Mollusca from the Vancouver dis- 
trict, p. 201. 
1843. Carpenter, W.-B. — On tbe microscopic structure of Shells. 



MÉMOIRES 61 

(Proc. Royal Soc. London; abstract in Ann. and Mag. of 

Natural History.) 
1844-1847. — On the microscopic structure of Shells. (Report of British 

Association.) 
1850. — «Shell » dans : Cyclopœdia of Anatomy andPhysiology. 

1853. — Intimate structure of the Shells of Brachiopoda. (Davidson's 

Introd. to British Fossil Brachiopoda.) 

1854. — On a peculiar arrangement of the sanguiferous System in Tere- 

bratula. (Proceed. Royal Soc. London, vol. VII.) 
1867. — On the Shell-structure of Spirifer cuspidatus. (GeologicalMag.) 

1870. — « Porcupine » Report. (Proc. Royal Soc. Lond.) 

1871. — Report of the « Shearwater » Expédition. (Ibidem.) 

1865. Carrington, S. — Carboniferous fossils of Wetton. (Midland 

Scientifîc Assoc.) 
1869. — Notice on some interesting discoveries in acleft in the Mountain- 

limestone of Narrowdale, Staffordshire. (Archasol. Journ. 

and Review.) 
1867. Caruana, A. — Enumeratio ordinata molluscorum Gaulo-Meli- 

tensium. Malta, 1867. 
1843. Castelnau, F. de. — Essai sur le terrain silurien de l'Amérique 

du Nord. 
1840. Catullo, J.-A. — Osservazioni geognostico-zoologiche. 
1847. — Remarques sur la géognosie paléozoïque des Alpes vénitiennes. 

Vol. II. délia Racolta fisico-chimica italiana. 

1850. — Note. (Brachiopodes. T. diphya, etc.) (Bull. Soc, Géol. de 

France, 2 e sér., t. VII.) 

1851. — Remarks on Terebratula diphya. (Quart. Journ. Geol. Soc. 

London, t. VII.) 
1853. — Intorno ad una nuova classificatione del calcare rosso ammo- 

nitico délie Alpi Venete. 
1856. — Considerazione intorno ad alcune recenti memorie di geognosia 

paleontologica. (Atti. del Istituto Veneto, 3 a ser. vol. I.) 

1863. Chapman, E.-J. — Manual of Geology. 

1864. — Exposition of the minerais of Canada, etc. 

1853-1858. Chapuis, F., et Dewalque, G. — Description des fossiles des 
terrains secondaires de la province de Luxembourg. 

1837. Charlesworth. — Description of a gigantic species of Terebratula 
of the Coral Crag. (London's Mag. of Nat. Hist. , new ser.) 

1785. Chemnitz. — Neues systematisch.es Konchylien-Kabinet. Vol. VIII. 
1785. Nouvelle édition 1875. (Neues syst. Conch.-Cab. 
Vol. IV-XI, 1780-1795.) 



62 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1845-1846. Chenu. — Bibliothèque Conchyliologique, l re et 2 e par- 
ties. 

1847. — Leçons élémentaires d'histoire naturelle. 

1862. — Manuel de Conchyliologie, t. IL 

1845. Chevaliek, M.-E. — Silurian fossils from Hobart-Town, New 
South-Wales. (Voyage de la Bonite, p. 332.) 

1855. Clark. — Ahistory of the British marine testaceous Mollusca. 

1860. Clàrke, W.-B. — Researches in the Southern Goldfields of New 
South-Wales. 

1871. Cleve, P.-J. — On the geology of the North-Eastern West-India 
Islands. (K. Svenska Vetenskap Akad. Handlingar.) 

1874. Cogels, Paul. — Notes sur un gisement de Térébratules aux 
environs d'Anvers. (T. grandis.) (Ann. Soc. Malac. de Bel- 
gique, t. IX, Bull. p. XX, XXXVIII, LXVII.) 

1606-1616. Colonna, F. — Minus cognitarum stirpium ac etiam 
rariorum... — suivi de : — aquatilium et terrestrium aliquot 
animalium. (A. diphya.) 1606. 2^ Edit. 1616. 

1616-1675. — Opusculum de Purpura, 1616. 2 m Edit. 1675. 

1834-1840-1842-1843. Conrad. — Reports. (Journal of Academy of 
Natural Sciences of Philadelphia. Vol. VIII, 1842-1843; et 
Annual Geol. Reports. New- York, 1834-1840.) 

1860. Conrad, T. -A. — Descriptions of new species of cretaceous and 
eocene fossils of Mississipi and Alabama. (Journ. of the 
Acad. of Nat. Se. of Philadelphia, t. IV.) 

1874. Conte jean, C. — Géologie et Paléontologie. 

1865. Cooper, G. — Proc. Zool. Soc. London, 1865, and Geogr. Cat. 
Cal. Moll. 1867. 

1859. Coquand, H. — Synopsis des animaux et des végétaux fossiles 

observés dans la formation crétacée du sud-ouest de la 
France. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 e sér., vol. XVI.) 

1860. — Synopsis des animaux fossiles observés dans les formations 

secondaires de la Charente et de la Dordogne. 
1776. Costa, da Mendez. — Eléments of Conchology. 
1778. — The British Conchology. 
1851-1852. Costa, O.-G. — Fauna del Regnodi Napoli. 
1853-1857. Cotteau, G. — Études sur les Mollusques fossiles du 

département de l'Yonne. 
1838. Couthouy. — Boston Society of Natural History. (Journ. vol. II.) 
1857. Cox. — Geological Report of Kentucky. 
1869. Craig, R. — Sketch of the carboniferous basin of Dalry. (Trans. 

Geol. Soc. of Glasgow, t. III.) 



MEMOIRES 63 

1864. Credner, H. — Die Brachiopoden der Hilsbildung in Nord- 

westlichen Deutschland. 
1872. — Elemente der Géologie. 
1866. Crosse, H. et Fischer, P. — Journal de Conchyliologie. 

1827. Crouch. — Introduction to Lamarck's Conchology. 

1850. Cunnington, W. — Section of the lower greensand at Seend 
near Devizes. (Quart. Journ. Geol. Soc. London, vol. VI.) 

1797. Cuvier, G. — Sur l'animal des Lingules. (Bull. Soc. Philomatiqne 

de Paris, vol. I.) 

1798. — Tableau élémentaire d'histoire naturelle. 
1798. — Leçons d'anatomie comparée. 

1802. — Sur l'animal des Lingules. (Mém. du Muséum, t. I.) 

1831-1843. — Das Thierreich, von Voigt. 

1825. — et Brongniart.— Description géologique des environs de Paris. 

1870. Dall, W.-H. — Revision of the classification of the Mollusca 

of Massachusetts. (Proceedings of the Boston Soc. of Nat. Hist.) 
1870-1871. — A revision of the Terebratulidse and Lingulse. (Amer. 
Journ. of Conch., vol. Vî, part 2, 1870, et suppl. vol. VII, 
part 2, 1871.) 

1871. — Report on the Brachiopoda obtained by the U. S. Coast Survey 

Expédition. (Bulletin of the Muséum of Comparative Zoôlogy 
of Cambridge.) 

1872. — On Magasella Aleutica, etc. (Proc. Californ. Acad.) 

1873. — A catalogue of the récent species of the Class Brachiopoda, 

(Proc. Philadelphia Acad. Nat. Se.) 

1874. — Notes on some tertiary fossils from the California coast. (Ibidem.) 

1828. Dalman, J.-W. — Uppstâllning och Beskrifning af de i Sve- 

rige faune Terebratuliten. (K. Vetensk. Akad. Handlingar.) 
1849. Dana, J. — Geology of the U. S. exploring expédition during 

theyears 1838-1842, under the command of Ch. Wilkes. 
1859. Danielssen. — Beretning om en Zoologist Reise. Christiania, 1859. 
1844. Darwin, C. — Geological observations on the Volcanic Islands. 

1846. — Geological observations on South America. 

1847. Davidson, T. — Remarks on some species of Brachiopoda. 

(London Geol. Journ.) 
1847. — Observation on some Wenlock limestone Brachiopoda. (Ibidem.) 

1847. — Description of some species of Brachiopoda. (Ann. and Mag. 

of Nat. Hist.) 

1848. — Mémoire sur les Brachiopodes du système silurien supérieur 

de l'Angleterre. (Bull. Soc. Géol. de France, t. V, 2 e sér.) 
1848. — Note sur le Magas pumilus. (Ibidem.) 



64 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1849. — Observations sur quelques Bracbiopodes siluriens. (Ib., t. VI.) 
1849. — Notes sur quelques espèces de Leptsena du lias de France et 
d'Angleterre. (Ibidem.) 

1849. — Sur quelques Brachiopodes nouveaux ou peu connus. (Ibidem, 

t. VIII.) 

1850. — Notes on an examination of Lamark's species of fossil Terebra- 

tulae, and on the internai structure of T. pectunculoïdes 

(Ann. and Mag. of Nat. Hist., t. V.) 
1850-1876. — British fossil Brachiopoda. (Palseontographical Society.) 
1852. — Notes and descriptions of a few Brachiopoda, including a mono- 

grapb of Frencb Liassic Brachiopoda. (Ann. and Mag. Nat. 

Hist., 2 d ser.,t. IX.) 
1852. — Sketch of a classification of récent Brachiopoda based upon 

internai organisation. (Idem.) 

1852. — On some récent species of Brachiopoda. (Proc. Zool. Soc. of 

London.) 

1853. — Lettre sur la classification des Brachiopodes. (Bull. Soc. Géol. 

France, 2 e sér., t. X.) 
1853. — Sur les Obolus anglais. (Ibidem.) 

1853. — On some fossil Brachiopoda of the Devonian âge of China. 

(Quart. Journ. Geol. Soc. of London, t. IX.) 

1854. — Observations on the Chonetes comoides. (Ibidem, t. X.) 

1854. — Lettre sur la distribution géologique des Brachiopodes vivants, 

tertiaires, crétacés et jurassiques des Iles Britanniques. (Bull. 
Soc. Géol., France, 2 e sér., t. XL) 

1855. — A few remarks on the Brachiopods. (Ann. and Mag. Nat. Hist.) 

1857. — Notes sur les genres Athyris, Camarophoria, Orthesina et Stro- 

phomena des terrains permiens de l'Angleterre. (Bull. Soc. 
Lin. de Normandie, t. II.) 

1858. — On the gênera and sub-genera of Brachiopoda that are provided 

with spiral appendages. (The Geologist, 1858.) 

1859. — Sur les genres et les sous-genres de brachiopodes munis 

d'appendices spiraux. (Mém. de la Soc. royale des Sciences de 

Liège.) 
1859. — On the families Strophomenidae and Productus. (The Geologist.) 
1859. — On Spirifer convolutus, Phil. (Ibidem.) 

1859-1860. — A monograph of Scottish carboniferous Brachiopoda. (Ib.) 
1861. — On British carboniferous Brachiopoda. (Ibidem.) 
1861. — On récent Brachiopoda. (Ann. and Mag. Nat. Hist.) 
1861. — Carboniferous Brachiopoda of the Punjaub. (Quart. Journ. 

Geol. Soc. London.) 



MEMOIRES * 65 

1862. — Palseontological notes on Scottish jurassic and cretaceous Bra- 
chiopoda. (The Geologist.) 

1862. — Résumé du tome II de mon ouvrage sur les Brachiopodes des 

Iles Britanniques. (Bull. Soc. Géol., France, 2 e sér., t. XIX.) 

1863. — Onthe lower carboniferous Brachiopoda of Nova Scotia. (Quart. 

Journ. Geol. Soc. London.) 

1864. — On récent and tertiary species of the genus Thecidium. (Geol. 

Mag.) 
1864. — On Maltese tertiary Brachiopoda. (Ann. and Mag. of Nat. 

Hist.) 
1866. — : Notes on the carboniferous and jurassic Brachiopoda collected 

in North-Western Himalaya, Thibet and Cashmire. (Quart. 

Journ. Geol. Soc. London, t. XXII.) 
1866. — On the Brachiopoda from the carboniferous limestone and shales 

of the county of Cork, Ireland. (Description of sheet 192 of 

the map of Ireland.) 

1866. — Notes on récent Brachiopoda from Jamaïca. (Proc. Zool. Soc.) 

1867. — On the genus Syringothyris. (Geol. Mag.) 

1867. — On Terebratula venosa. (Ann. and Mag. of Nat. Hist.) 

1868. — On the earliest forms of British palseozoic Brachiopoda. (Geol. 

Mag.) 

1868. — On the upper silurian Brachiopoda of the Pentland Hills. 

(Trans. Geol. Soc. of Glasgow.) 

1869. — Note on the âge of the rocks containing T. viato£ and T. diphya. 

(Quart. Journ. Geol. Soc. of London, t. XXV.) 
1869. — Notes on récent Mediterranean Brachiopoda. (Ann. and Mag. 
of Nat.. Hist.) 

1869. — Notes on continental geology. (Geol. Mag.) 

1869-1870. — Notes on the Brachiopoda hitherto obtained from the Peb- 
ble Bed of Budleigh-Salterton. (Proc. of the Brit. Assoc. 1869, 
Quart. Journ. Geol. Soc. of London, t. XXVI, 1870.) 

1870. — On Italian tertiary Brachiopoda. (Geol. Mag.) 

1871. — On Japanese récent Brachiopoda. (Proc. Zool. Soc.) 

1872. — Report on our présent knowledge in connection with the Bra- 

chiopoda. (Brighton Daily News.) 

1873. — Notes on some Brachiopoda collected by M r Judd in Scotland. 

(Quart. Journal. Geol. Soc. of London, t. XXIX.) 

1874. — Observations on the genus Porambonites. (Geol. Mag., new ser. 

vol.I.) 
1874. — Onthe tertiary Brachiopoda of Belgium. (Geol. Mag., new 
ser., vol. I, 1874.) 



66 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1874. — Sur les brachiopodes tertiaires de Belgique (Traductions et 

reproductions publiées par la Soc. Malacologique de Bel- 
gique). 

1875, — "What is a Brachiopod? (Sussex Daily News.) 

1875. — Qu'est-ce qu'un Brachiopode ? (Ann. Soc. Malac. de Belgique, 
t. X, 1875.) 

1874. — andKiNG. — On the Trimerellidse a Palœozoïc family of Pallio- 
branchiata. (Quart. Journ. Geol. Soc. of London, vol. XXX.) 

1861. Davies,D.-C. — Themountainlimestoneof North Wales. (Oswestry 
and Montgomerysbire Advertiser.) 

1870. — The millstone grit of iNorth Wales. (Geol. Mag., vol. VIL) 

1767. Davila. — Catalogue systématique et raisonné des curiosités de 
la nature. 

1833. Davreux, Ch. — Essai sur la constitution géologique de la pro- 
vince de Liège. 

1855-1868. Dawson, J.-W. — Acadian geology. 

1860. — On the silurian rocks of Nova Scotia. (Nat. Hist. Soc. 

of Montréal.) 
1863. Day, E.-C.-H. — On the middle and upper lias of the Dor- 

setshire coast. (Quart. Journ. Geol. Soc. of London, vol. XIX.) 
1816-1828. Defrance. — Dictionnaire des sciences naturelles, 1816 et 

vol. LUI, 1828. 
1824. — Tableau des corps organisés fossiles. 
1874. Derby, O.-A. — On the carboniferous Brachiopoda of Itaitûba, 

Rio Tapajos, Prov. of Para, Brasil. (Bull, of the Cornell 

University.) 

1830. Deshayes, G. -P. — Encyclopédie méthodique, Vers. 

1831. — Description des coquilles caractéristiques des terrains. 

1836. — Animaux sans vertèbres de Lamarck, 2 e édition. 

1841. — Sur deux Térébratules vivantes de la Nouvelle-Zélande. (Mag. 

de Zool.) 
1855. — Quelques observations au sujet de la famille des Rudistes de 

Lamarck. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 e sér., t. XII.) 

1861. — Analyse du travail de M. Suess sur les Brachiopodes de la col- 

lection du Musée de Vienne. (Ibid., t. XVIII.) 

1863. — Catalogue des mollusques de l'île de la Réunion. (Morrisia 

gigantea, Desh.) 

1864. — Description des animaux sans vertèbres dans le bassin de Paris. 

(Brachiopodes), vol. I et suppl. vol. IL 
1864. — et Maillard. — Mollusques de l'île de Bourbon. 

1837. Deslongchamps, E. — Essai d'un arrangement des Brachiopodes 



MEMOIRES 67 

fossiles du Calvados. (Bull. Soc. Lirméenne de Normandie : 

Séance publique tenue h Honfleur.) 
1842. — Genre Argiope, (Mém. Soc. Lin. Norm.) 
1847. — Note relative à la T. pectita, etc. (Procès-verbaux des séances 

de l'Institut des Provinces.) 
1853. — Notes sur quelques Brachiopodes nouveaux. (Annuaire de 

Tlnstit. des Provinces.) 
1853. — Sur les genres Leptsena et Thecidea des terrains jurassiques du 

Calvados. (Mém. Soc. Linnéenne de Normandie.) 
1855. — Notice sur l'appareil brachial des Thécidées. (Ibidem.) 

1855. — Notice sur un genre nouveau de Brachiopode. (Annuaire de 

Tlnstut des Provinces.) 

1856. — Notes paléontologiques et géologiques sur le Département de la 

Manche. (Bull. Soc. Linnéenne de Norm., t. I.) 
1856. — Note sur le genre Anoplotheca et catalogue des Brachiopodes 

de Montreuil-Bellay, (Ibidem.) 
1856. — Notes sur deux nouvelles Térébratules du lias moyen de 

Précigné. (Mém. Soc. Lin. Norm.) 

1856. — Introduction à l'histoire naturelle des Brachiopodes vivants et 

fossiles par M. Davidson. Traduit de l'anglais par MM. Eudes- 
Deslongchamps et E. Eudes-Deslongchamps, (Mém. de la 
Société Linéenne de Normandie.) 
1856-1863. — Notes pour servir à la Géologie du Calvados. 

1857. — Description des couches du système oolithique inférieur du 

Calvados. (Bull. Soc. Linnéenne de Norm.) 

1858. — Brachiopodes vivants des côtes du département de la Manche. 

(Ibidem, t. III.) 

1858. — Sur la couche à Leptsena du lias. (Bull. Soc. Géol. de France, 

t. III.) 

1859. — Mémoire sur les Brachiopodes du Kelloway rock. (Mém. Soc. 

Lin. Norm., t. XI.) 

1859. — Notes sur le terrain callovien. (Bull. Soc. Lin. Norm. t. IV.) 

1860. — Sur la fonction des spicules calcaires renfermés dans le 

manteau de certains Brachiopodes. (Mém. Soc. Philomatique 
de Paris.) 

1862. — Sur le développement du deltidium chez les Brachiopodes arti- 
culés. (Bull. Soc. Géol. France, 2 fl sér., t. XIX.) 

1862-1863. — Études critiques sur des Brachiopodes nouveaux. 

1864. — Eecherches sur l'organisation du manteau chez les Brachio- 
podes articulés. (Mém. Soc. Lin. Norm.) 

1864. — Documents sur la géologie de la Nouvelle-Calédonie et des- 



68 SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

cription des fossiles triasiques de l'île de Hugon. (Bull. Soc. 
Lin. Norm.) 
1854. Dewalque, G. — Note sur divers étages qui constituent le lias 
moyen et le lias supérieur dans le Luxembourg et les contrées 
voisines. (Bull. Acad. Belg., t. XXI.) 

1861. — Sur la constitution du système Eifélien dans le bassin anthraxi- 

fère du Condroz. (Bull. Acad. Belgique» 2 e sér. t. XI.) 

1862. — Notice sur le système Eifélien dans le bassin de Namur. (Ib., 

t. XIII.) 

1863. — Observations sur le terrain anthraxifère de la Belgique. (Ib., 

t. XV.) 
1868. — Prodrome d'une description géologique de la Belgique. 

1873. — Eapport sur l'excursion de la Société Malacologique de Bel- 

gique à Couvin. (Ann. Soc. Malac. de Belg., t. VIII.) 

1874. — Sur l'extension verticale de quelques fossiles dévoniens réputés 

caractéristiques. (Ann. Soc. Géolog. de Belg., 1. 1.) 

1875. — Compte-rendu de la réunion extraordinaire de 1874 de la 

Société Géologique de Belgique à Marche. (Ibidem.) 
1817. Dillwyn. — Catalogue of récent shells. 
1823. — Index Historiée Conchyliorum Mart. Listeri. 
1871. Dittmar, A. — Palâontologische Notizen ueber ein neues Bra- 

chiopoden Geschlecht aus dem Bergkalk (Akad. der Wissen- 

scb. zu Mûnchen.) 
1850. Dixon, F. — The geology and fossils of the tertiary and cretaceous 

formations of Sussex. 
1789. Dixon, G. — A voyage round the World. 
1799-1803. Donovan. — Natural History of British Shells. 
1874. Douvillé et Jourby. — Note sur la partie moyenne du terrain 

jurassique dans le Berry. (Bull. Soc. Géol. France, 2 e sér., 

t. III.) 

1870. Dowker. — On the chalkof Thanet. (Geol. Mag.) 
1860. Ducret. — Revue savoisienne. 

1848. Du jardin. — « Mollusques. » (Dictionnaire universel d'histoire 
naturelle.) 

1806. Duméril. — Zoologie analytique. 

1857. Dumobtier, E. — Notes sur quelques fossiles peu connus ou mal 
figurés du lias moyen. 

1864-1867-1869-1871. — Études paléontologiques sur les dépôts juras- 
siques du bassin du Ehône. Infra-Lias, 1864. Lias inférieur, 
1867. Lias moyen, 1869. Lias supérieur, 1871. 

1871 . — Sur quelques gisements de l'Oxfordien inférieur del'Ardèche. 



MEMOIRES 69 

1857. Dunker und Meyer. — Palseontographica : Beitrâge zur Natur- 

geschichte der Vorwelt. 
1861 . Dupont, E. — Notice sur les gîtes de fossiles du calcaire des bandes 

carbonifères de Florennes et de Dinant. (Bull. Acad. R. de 

Belgique, 2 e sér., t. XII.) 

1863. — Sur le calcaire carbonifère de la Belgique et du Hainaut fran- 

çais. (Ibidem, 2 e sér. t. XV.) 

1864. — Notice sur le marbre noir de Bâchant (Hainaut français). 

(Ibidem, 2 e sér., t. XVII.) 
1831. Eaton. — Geological Text Book. 

1829. Eichwald. — Zoologia specialis. (Vol. I.) 

1830. — Skisse von Podolien. 

1840. — Die Thiere und Pflanzenreste des alten rothen Sandstein u. 

Bergkalks in Novogorodschen Gouvernement. (Bull. Acad. I. 
des Se, St-Pétersbourg, t. VIL) 
1840-1842-1843. — Die Urwelt Russlands. 

1841. — Ueber das silurische Schichten System von Esthland. (Journ. 

fur Nat. und Heilkunde von der K. Medico-Chirurg. Acad., 
zu St-Petersburg.) 
1861. — Lethsea Rossica, ancienne période. 

1871. — Geognostisch-paleontologische Bemerkungen ueber die Hal- 

binsel Mangischlak. 
1870. Emerson. — Lias von Markoldendorf. 
1842-1843-1859. Emmons. — Report on the Geology of the second district 

of New- York. 
1857. Emory, H. — Report on the United States and Mexico boundary 

Survey. 

1865. Etheridge, R. — Catalog of the Collection of fossils in the Mu- 

séum of practical Geology. 
1867. — On physical structure of West Somerset and North Devon and 

on the palaeontological value of the devonian fossils. (Quart. 

Journ. Geol. Soc, vol. XXIII.) 
1869. — Appendix on the fossils of the carbon. limestone of Derbyshire. 

(Mem. Geol. Survey.) 

1872. — Description of the palaeozoic and mesozoic fossils of Queensland. 

(Quart. Journ. Geol. Soc. vol. XXVIII.) 
1876. — Fossils of the British Islands stratigraphicaly arranged. Part 

first, Palaeozoic. 
1876. ETHERmaE, R.-J r . — The upper deposits of mount Gambier south 

Australia Brachiopoda. (Ann. andMag. of Nat. hist., 4 e ser. 

vol. XVII.) 



70 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1844. Fahrenkohl, A. — Bemerkungen ueber einige fossilien des 

Moskowischen Gouvernements (Bullet. Soc. des Natur. de 
Moscou, t. XVII.) 

1856. — Fluchtiger Blick auf die Bergkalk und Jura Bildung in der 
Umgebung moskwas (Verhand. desRiissisch. Miner. Gesells.) 

1799. Faujas de Saint-Fond. — Histoire naturelle de la Montagne de 
Saint-Pierre de Maestricht. 

1780. Favanne. — La conchyliologie ou l'histoire naturelle des coquilles. 

1784. — Catalogne systématique et raisonné. 

1819-1821. Férussac, de. — Tableaux systématiques des mollusques 
p. 38. 

1865-1869. Fischer, P. — Faune conchyliologique marine du départe- 
ment de la Gironde et des côtes du sud-ouest de la France 
(Act. de la Soc. Linn. de Bordeaux 1865 et supplém. 1869.) 

1869. — Description de nouveaux Brachiopodes du terrain tertiaire 

moyen du sud-est delà France. (Journ. de conch. 3 e série, 
vol. IX.) 

1870. — Brachiopodes des côtes océaniques de la France. (Journ. de 

conch., 3 e sér. vol. X.) 
1809-1825-1829. Fischer de Waldheim. — Programme d'invitation à 

la Société Impériale des Naturalistes de Moscou. 
1830-1837. — Oryctographie du Gouvernement de Moscou. 

1842. — Revue des fossiles du Gouvernement de Moscou. (Bullet. Soc. 

I. des Natur. de Moscou, vol. XVI.) 

1848. — Notice sur quelques fossiles du Gouvernement d'Orel (Ibidem 

vol. XXI.) 

1836. Fitton. — Observations on some strata between the chalk and 
Oxford oolite. (Trans. Geol. Soc, vol. IV.) 

1822. Fleming. — ■ Philosophy of zoology, IL 

1828. — History of British animais. 

1828. — Edinburgh Encyclopedy, vol. VIL 

1850. Forbes, E. — Report on the investigation of British marine zoo- 
logy by means of the dredge. (Rep. Brit. Assoc. London.) 

1843. — Report on the Mollusca and Radiata of the JEgean sea. (Rep. 

Brit. Assoc. of Sciences.) 

1845. — On fossil shells collected by M. Lyell from the cretaceous for- 

mations of New Jersey America. (Quart. Journ. Geol. Soc, 
vol. I.) 
1856. — On the connection between the distribution of the existing 
British fauna, etc. (Mem. Geol. Survey of Great Britain.) 

1849. — and Hanley. — A History of British Mollusca. 



MÉMOIRES 71 

1850-1851. Foster J.-W. and Whitney, J.-D. — Report on the geology 
and topography of a portion of the Lake superior Land District, 
in two parts. 

1850-1851. Fraas, 0. — On the comparison of the German Jura forma- 
tion with those of England. (Leonhard und Bronn's Neues 
Jahrhuch f. Min. u. s. w. 1850, et Quart. Journ. Geol. Soc, 
. vol. VIL 1851.) 

1875. Friele, Herman. — Bidrag til Vestlandets Molluskfauna. (Con- 
tributions to the fauna of the Molluskes of theWestland Videns- 
kablige Selskahels Forhandlingar.) 

1837. Galeotti. — Mémoire sur la constitution géognostique du Bra- 
bant. 

1858. Gay, L. — Catalogue des Mollusques du département du Var. 
(Bull. Soc. Se. Nat. du Var.) 

1865. Geikie. — On the order of succession among the silurian rocks of 
Scotland. (Trans. Geol. Soc. of Glasgow, vol. IL) 

1869. — Memoirs of the Geological Survey of Scotland Explanations of 
Sheet 7 Ayrshire and Sheet 14 Peebleshire ; Sheet 24 ; 
Sheet 13. 

1837. Geinitz, H.-B. — Beitrag zur Kenntniss des Thuringer Muschel- 
kalkgebirges. 

1839-1843. — Charakteristik der Schichten und Petrefacten des sâch- 
sisch-bôhmischen Kreidegebirges, und Versteinerungen von 
Rieslings walda. 

1842. — Ueber Versteinerungen des Herzogthums Altenburg. (Mitth. aus 
dem Osterlande.) 

1842. — Ueber einige Petrefacten des Zechsteins und Muschelkalks. (N. 

Jahrb. f. Min.) 

1843. — Gsea von Sachsen. 

1846. — Grundriss der Versteinerungskunde. 

1847. — Ueber Terebratula Jugleri. (Sachsis. Allg. Deutsch. Naturhistor. 

Zeitung. Heft. 2.) 

1848. — Die Versteinerungen des deutschen Zechsteingebirges. 

1849. — Ueber die Gattung Orthothrix oder Strophalosia. (N. Jahrb. f. 

Min.) 

1849-1850. — Das Quadersandsteingebirge oder Kreidegebirge in Deutsch- 

land. 
1852-1853. — Die Versteinerungen der Grauwackenformation in Sachsen 

und den angrenzenden Lândesabtheilungen. 
1857. — Ueber die Strophalosien des Zechsteins. (Zeitsch. d. Deutsch. 

Geol. Gesells., t. IX.) 

1877 5 



72 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1861-1862. — Dyas oder die Zechsteinformation und das Rothliegende. 

(Permische Formation, 2 th.) 
1866. — Carbonformation und Dyas in Nebraska. (Act. Acad. Leop. Cses, 

vol. XXXIII.) 
1871-1875. — Das Elbthalgebirge in Sachsen. 

1872. — Ueber eine Siluriscbe Lingula aus der Oberlausitz. (Sitz. Ber. d. 

Ges. Isis in Dresden.) 
1871. Gemmellaro, G. -G. — Studii paleontologici sulla fauna del Cal- 

care a Ter. janitor. 
1874. — Sopra i fossili délia zona con Tereb. asparsia délia provincia di 

Trapani. (Giornale di Se. Nat., vol. X.) 
1848. Giebel, C.-G. — Gsea germanica excursoria. Deutschlands Géologie, 

Geognosie und Paléontologie. 
1852. — Deutschlands Petrefacten. 
1858. — Die silurische Fauna des Unterharzes. 

1871. Gill, J. — Arrangement of the Families of Mollusks. (Smiths. Mise. 
'Coll.) 

1873. — On the primary divisions of the Brachiopoda. (Ann. and Mag. 

Nat. Hist. 4 th sér.,vol. XII.) 
1845. Glocker, E.-F. — Bemerkungen ùber einige Terebrateln. (Acta 

Acad. Leop. Car., t. XIX, XXI.) 
1792. Gmelin. — Systema naturse. 
1826-1844. Goldpuss, A. — Abbildungen und Beschreibungen der 

Petrefakten Deutschland's. 
1832. — In v. Dechen's Handbuch der Geognosie von H. -T. de la Bêche. 
1834. — In v. Alberti's, Beitr. z. e. Mon. d. Trias. 

1856. Gosse. — Manuel de Zoologie IL 

1860. Gosselet, J. — Sur le terrain primaire de la Belgique. (Bull. Soc. 

Géol. de France, 2 e sér., t. XVIII, et Bull. Acad. des Se. de 

Belgique, 2 e sér., t. XL) 
1850. Gould. — Proceedings of ,the Boston Society of Natural history. 

Dec. 1850. 

1852. — United States Exploring Expédition « Mollusca ». 

1873. Gouroff. — Les fossiles du système carbonifère du Donetz, p. 3 

à 68. 
1848-1854. Grange, J. — Géologie et minéralogie du Voyage au pôle sud 

et dans l'Océanie, sous le commandement de J. Dumont- 

d'Urville (fossiles par A. d'Orbigny). 

1853. Gratiolet, P. — Les Muscles des Térébratules. (Acad. des Se. de 

Paris.) 

1857. — Recherches pour servir à l'histoire des Brachiopodes. (Journ. de 

Conchyl.) 



MÉMOIRES 73 

1860. — Études anatomiques sur la Lingule anatine. (Ibidem). 

1865. Gray, J. — Biographical Notice of the rev. D. Ure with an exami- 

nation of his History of Rutherglen. 
1821. Gray, J.-E. — London Médicinal Eepository. 
1825. — Observations on the Gênera Anomia, Crania,OrbiculaandDiscina. 

(Ann. of Philosophy.) 

1847. — List of the Gênera of récent Mollusca. (Proc. Zool. Soc.) 

1848. — On the arrangement of the Brachiopoda. (Ann. and Mag. Nat. 

Hist. 2 d sér., vol. II.) 
1850. — Proceedings of the Boston Society of Natural History. 

1853. — Catalogue of the Mollusca in the British Muséum. 

1859. Gray, M es . — « Mollusca » IV. 

1839. Grifflth, R. — On the Geological Structure of the South oflreland. 

(Journ. of the Geol. Soc. of Dublin, vol. II.) 
1842. — Notice respecting the fossils of the Mountain Limestome of 

Ireland. 

1860. — Catalogue of the irish carboniferous fossils. (Journal of the Geol. 

Soc. of Dublin, t. IX.) 
1844. Gross, L. von. — Géologie, Geognosie und Petrefaktenkunde. 
1857. Grube. — Unterschied von den Muscheln. (Schlesische Arbeiten.) 

1854. Gruenewaldt, M. von. — Ueber die Versteinerungen der silurischen 

Kalksteine von Bogosslowsk. Ein Beitrag zur Geol. des oest- 
lichen Ûral. (Mém. Sav. étrangers del'Acad. de St-Pétersbourg, 
vol. VII.) 

1860. — Beitrâge zur Kenntniss der sedimentâren Gebirgs Formation 
des Urals. (Mém. acad. St-Pétersbourg, sér. 7, t. II.) 

1774. Grûndler, 0. — Animal de la T. cap ut serpentis. (Der Naturfor- 
scher, 1. 1.) 

1742. Gualtieri, N. — Index Testarum Conchyliorum quse adservantur in 
Museo Nicolai Gualtieri. 

1853. Guéranger, E. — Essai d'un Bépertoire paléontologique du dépar- 
tement de la Sarthe. 

1866. Guppy, E.-J.-L. — Tertiary Brachiopoda from Trinidad. (Quart. 

Journ. Geol., Soc. vol. XXII.) 

1842. Hagenow, F. von. — Monographie der Kreide Versteinerungen Neu- 

vorpommerns und Rùgen. (Jahrb. fur Min. Geol. und Petrefac. 
von Leonhard und Bronn.) 

1855. Haime, J. — Notice sur la Géologie de l'Ile de Majorque. (Bull. Soc. 

Géol. France, 2 e sér., t. XII.) 

1843. Hall, J. — Geology of the State of New- York. 
1847-1852-1859-1867. — Palseontology of New-York. 

1850. — On the Brachiopoda of the silurian period, particularly the 
Leptsenidse. (Proceed. Amer. Assoc. adv. Science., t. II.) 



74 SOCIÉTÉ MALAGOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1856. — Description of new species of fossils ffom the carboniferous 
limestone of Indiana and Illinois. (Albany Institute, t. IV.) 

1857. — Descriptions ofPalseozoïc fossils. (Tenth annnal Report of the 
Régents of the University of New- York.) 

1858. — Report of the Geological Survey of the State of Iowa. 

1859. — Twelfth Annual Report of the Régents of the University ofthe 

State of New-York. 
1859-1860. — Contributions to Palseontology being some of the results 

of investigations made during the years 1859 and 1860 

(13th Annual Report.) 
1860-1861-1862-1863. — 13, 14, 15, 16th Annual Reports ofthe Régents 

ofthe University ofthe State of New-York. 
1861 — Descriptions of new Fossils. (Continuation of 14th Annual 

Report.) 
1863. — Observations upon some Brachiopoda with référence to the 

Gênera Cryptonella, Centronella, Meristella and allied forms. 

(Albany Institute.) 

1863. — Preliminary notice of the Fauna of the Potsdam Sandstone. 

1864. — Account of some new and little known species of fossils of 

the âge of the Niagara Group. (Printed in advance of the 
18th report on the State of New- York Cabinet.) 
1866. — Descriptions of some new Species of Crinoidea and other fossils. 

1866. — Observations on some species of Spirifera. (Proc. of American 

Phil. Soc, vol. X.) 

1867. — Notice of vol. IV of the Palseontology of New- York. 

1867. — New-York State Cabinet, Annual Report revised Ed. 

1868. — Twentieth Annual Report of the Régents of the University of 

New- York. 
1871-1872. — Preliminary notice on some imperfectly known forms 

among the Brachiopoda, 1871. Reprinted with addition, 

1872. 
1872. — Reply to a Note of M r Billings on the question of priority (Amer. 

Journ. of Se. and Arts.) 
1856. — and Meek, F.-B. — Description of new species of fossils from 

the Cretaceous Formation of Nebraska. (Amer. Acad. of 

Arts and Se.) 
1872. — and Whitfield, R.-P. — Descriptions of new species of fossils 

from the Devonian rocks of Iowa. 
1872. Descriptions of new species of fossils from the vicinity of 

Louisville, etc. 
1867. Hall, T. — On the relative distribution of fossils throughout the 

North Dsvon Séries. (Quart. Jour. Geol. Soc, t. XXIII.) 



MÉMOIRES 75 

1857. Hancock, A. — On the organisation of the Brachiopoda. (Proc. 

Royal Soc, vol. VIII.) 

1858. — On the organisation of the Brachiopoda. (Phil. Trans. Roy. Soc. 

Lond., vol. CXLVIII.) 

1855. Hanley. — Ipsa Linnaei Conchylia. 

1856. — Récent Shells. 

1871. Harkness and Hicks. — On the ancient rocks of S'-Davids. (Quart. 

Journ. Geol. Soc, t. XXVII.) 
1874. Hartt. C.-F. — Preliminary Report of the Morgan Expédition 

1870-71. Reconnaissance of Lower Japajos. (Bull, of the 

Cornell University of Sciences.) 

1865. Haswell. — On the silurian formations of the Pentland Hills. 
1853. Hauer, F. Ritter von. — Ueber die Gliederung der Trias, Lias und 

Juragebirge in den nordôstlichen Alpen. (K. Geol. Reichs- 

anst.) 
1856. Hébert. — Études sur le terrain crétacé. Fossiles de Meudon 

(Mém. Soc Géol. de France, 2 e Sér., t. V et VI.) 
1858. — Note sur les caractères paléontologiques de la craie de Meudon. 

(Bull. Soc Géol. France, 2 e sér., t. XVI.) 

1866. — Observations sur les Calcaires à T. diphya du Dauphiné. (Ibid., 

t. XXIII.) 

1867. — Deuxième note sur les calcaires à T. diphya. (Ibid., t. XXIV.) 
1869. — Observations sur les caractères de la Faune des calcaires de 

Stramberg. (Bull. Soc. Géol. de France.) 
1869. — Sur les couches comprises dans le midi de la France, etc., et le 

Néocomien marneux à Belemnites dilatâtes. (Ibid., t. XXVI.) 
1871. — Le Néocomien inférieur dans le midi de la France. (Ibid. 

t. XXVIII.) 
1874. — Age relatif des Calcaires à T. moramca et du Diphya Kalke ou 

Calcaire à T. janitor et T. diphya. (Ibid. 3 e sér., t. II.) 
1863. Heller, C. — Horse Dalmatinse. (Verhand. Akad. Wissens. Wien.) 

1852. Helmersen, von — On Aulosteges variabilis. (Bull. Physico-Mathé- 

matique de l'Acad. Imp. de St-Pétersbourg, t. VI.) 

1853. — Ueber Aulosteges und Strophalosia (Bull. Soc. des Natur. de 

Moscou, t. XI.) 
1858. — Geognostische Untersuchungen in den mittleren Gouv. Russlands 

der Dûna und Volga. 
1858. — Geologische Bemerkungen auf einer Reise in Schweden und 

Norwegen. (Acad. I. des Se St-Pétersbourg, t. VI.) 
1860. — Die geologische Beschaffenheit des untern Narovathals und die 

Versandung der Narovamûndung. 
1860. — Die in Angriff genommenen Steinkohlenlager des Gouv. von 

Tula. (Mém. Acad. Se. St-Pétersbourg.) 



76 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1861. — Noch ein Wort ûber die Tulaer Steinkohle. (Ibid., vol. V.) 
1846-1849-1852. Hermannsen. — Indicis Generum Malacozoorum primor- 

dia et Supplementa et Corrigenda. 
1871. Hicks. — Descriptions of new species of fossils from the Long- 

mynd rocks of St-Davids. (Quart. Journ. Geol. Soc, t. XXVII.) 
1875. — On the succession of the ancient rocks in the vicinity of 

St-Davids. (Ibid., t. XXXI.) 
1865. — and Salter. — Report on further researches in the Lingula Flags 

of South Wales. (Report of the Brit. Assoc. 1865.) 

1867. Hidalgo, J.-G. — Catalogue des Mollusques testacés marins des 

côtes de PEspagne et des Iles Baléares. 
1844. Hinds, R.-B. — Zoology of the voyage of Sulphur, vol. VIL 
1802-1804-1825-1826. Hisinger. — K. Svenska Vetenskaps Academiens 

Handlingar. 
1819-1831-1837-1840. — Anteckningar i Physik och Geognosie. 
1837-1841. — Lethsea Suecica seu Petrificata Sueciœ cum supplem. 
1828. Hoeninghaus, J.-W. — Lettre sur quelques Productus de Visé. 
1828. — Beitrag zur Monographie der Gattung Crania. 
1827-1835-1850. Hoeven, van der — Handbuch der Zoologie. 

1856. — Handbook of Zoology (Translated in to English by W. Clark). 

1863. Holl. — : On the corrélation of the several subdivisions of the inf. 

Oolite in the Middle and South of England. (Quart. Journ. 
Geol. Soc, t. XIX.) 

1864. — On the geological structure of the Malvern Hills. (Proc. Geol. 

Soc.) 

1868. — On the older rocks of South Devon and East Cornwall. (Quart. 

Journ. Geol. Soc, t. XXIV.) 

1830. Holl, F. — Handbuch der Petrefaktenkunde. 

1842. Hombre Firmas, d' — Observations sur la T. diphya et sur deux 
Térébratules de la Collection Géologique des Cévennes (com- 
muniquées à Tlnstitut en 1842 et publiées aussi dans ses 
Mélanges, vol. VI). 

1846. — Ueber Terebratula diphya. (Neues Jahrb. fur Miner., p. 117.) 

1855. — Note sur la Terebratula diphya. (Bull. Soc. Géol. de France.) 

1745. Hoppe, T.-C. — Kurze Beschreibung Versteinerter Gryphiten. 

1848. Howse, R. — A catalogue of Permian Fossils. (Trans. of the Tyne- 
side Naturaliste Field Club.) 

1857-1858. — Notes on the Permian System ofthe Counties of Durham 
and Northumberland. (Ann. andMag. of Nat. Hist., 2 e ser., 
vol. XIX and Trans. ofthe Tyneside Naturalisas Club.) 

1857. Hull. — Geology ofthe County around Cheltenham. (Mem. Geol. 

Survey, Sheet 44.) 



MÉMOIRES 77 

1873. — The Coal-Fields of Great Britain, 3 th edit. 

1845. Humphkeys. — ■ Contributions towards the Fauna and Flora of the 

County of Cork. 
1854. Hunt and Logan. — (Canadian Journal, p. 264.) 
1875. Hunter. — ■ The Palseontology of the Carboniferous strata of the 

West of Scotland, part. 2. 
1781. Hupsh. — Naturgeschichte des Niederdeutschlands. 
1873. Hutton, T.-W. — Catalogue of the tertiary Mollusca etc. of New 

Zealand in the Collection of the Colonial Muséum. 
1854. Huxley. — Contributions of the anatomy of the Brachiopoda. 

(Proc. Royal Soc. vol. VII, et Ann. and Mag. of Nat. Hist. 

vol. XIV, 2 e ser.) 
1864-1869. — Lecture Class. 1864. Mtr. Class. 1869. 

1869. — An Introduction to the Classification of Animais (p. 27). 

1858. Hyndman, G.-C. — Eeport on the Proceedings of the Belfast 

dredging Committee. (Rep. Br. Assoc. for 1857.) 
1861. Ives, J.-C. — Report upon the Colorado River of the West. 
1856-1870. Jeffreys, J. Gwyn. — On some marine testacea of the Pied- 

montese Coast. (Ann. andMag. ofNat. Hist.) 

1859. — Gleanings in British Conchology. (Ann. and Mag. of Nat. 

Hist.) 
1863-1869. — British Conchology, vol. Il, 1863 et vol. V, 1869. 

1870. — Norwegian Mollusca. (Ann. and Mag. of Nat. Hist. June 

1870.) 
1870. — Mediterranean Mollusca n° 1. (Ibid. July 1870.) 
1870. — Porcupine Report. (Proc. R. Soc.) 
1876. — On some new remarkable North Atlantic Brachiopoda. (Ann. 

and Mag. of Nat. Hist.) 
1876. — Dredging Reports. (Proc. Royal Society. — Annals and Mag. 

of Natur. Hist. — Nature.) 
1856. Jeremejew, P. — Geognostiche Beobachtungen an den Ufern des 

Wolchow. (Verhandl. d. Russisch. Miner. Gesells.) 
1858. Jones, J. — On Rhynchonella acuta and its afîinities. (The 

Geologist, vol. I.) 
1872. Jones, T. Rupert. — On some fossils from the devonian rocks of 

the Witzenberg Flatss Cape Colony. (Quart. Journ. Geol. Soc, 

vol. XXVIII.) 

1867. Judd, J.-W. — On the strata which form the base of the Lin- 

colnshire Wolds. (Quart. Journ. Geol. Soc, vol. XXIII.) 

1868. — On the Speeton Clay. (Ibid., vol. XXIV.) 

1870. — Additional observation on the Neocomian strata of Yorkshire 
and Lincolnshire, etc. (Ibid., vol. XXVI.) 



78 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1858-1864. Jukes, L.-B. — Memoirs of the Geological Survey of Ireland. 
Explanations of Sheet 102, 1861;Sheet 192, 1864; quarter 
Sheet 35, 1858; Sheet 187, 1864; Sheet 197, 153. 

1865. — Notes on a comparison between the rocks of the South-West 

of Ireland and those of North Devon and of rhenish Prussia. 
(Proc. R. Soc. of Ireland.) 

1866. — On the Carboniferous Slates, or devonian rocks of Devonshire. 

(Proc. Geol. Soc. of London.) 

1867. — Additional Notes on the Grouping of North Devon and Somerset. 
1875. Jukes-Browne, A.-J. — On the relations ofthe Cambridge Gault and 

Greensand. (Quart. Journ. Geol. Soc. London, vol. XXXI.) 

1852. Kade, G. — Die losen Versteinerungen des Schanzenberges bei 

Meseritz. 

1871. Kayser, E. — Die Brachiopoden des mitler und ober Devonian der 
Eifel. (Deutsche Geol. Gesells. 1871.) 

187Î. — Notiz iïber Rhynchonella pugnus mit Farben aus dem Eifeler 
Kalk. (Zeits. d. Deuts. Geol. Gesells. 1871, p. 257.) 

1872-1873. — Studien aus dem Gebiete des rheinischen Devonian. (Deut- 
sche Geol. Gesells. 1872-73.) 

1875. Keeping, W. — On the occurrence of Neocomian Sands at Brickhill, 
Bedfordshire. (Geol. Mag. Dec. 2, vol. II.) 

1855. Kelly, J. — On localities ofFossils ofthe Carboniferous Limestone 

of Ireland. (Journal of Geol. Soc. of Dublin, vol. VI. 1855.) 

1859. — On the Carboniferous rocks of Ireland and chieây the Yellow 

Sandstone from the Atlantic. 

1860. — On the Grauwacke rocks of Ireland compared with those of 

England. (Journal of the Geol. Soc. of Dublin, vol. IX.) 

1864. — Some remarks on the doctrine of characteristic fossils. (Royal 

Soc. of Ireland.) 

1865. Ketley, C. — The Silurian Shale of Dudley. (Trans. of the 

Dudley and Midland. Geol. et Nat. Hist. Soc, vol. II, 1865.) 
1846. Keyserling, Graf A. — Wissenschaftliche Beobachtungen auf 
einer Reise in das Petschora-Land. 

1853. — Sur les Fossiles des environs de Sterlitamak. (Bull. Soc. Géol. 

de France, 2 e sér., vol. II.) 

1854. — Paleontologische Bemerkungen Dorpat. (Fossiles Devoniens et 

Permiens.) 

1856. — in Hofmann. — DerNôrdliche Ural und dasKùstenGebirge, Pae 

Choi. 
1835. King, W. — Zoological Journal, vol. V, p. 337. 
1846. — Remarks on certain gênera belonging the class Palliobranchiata. 

(Annals and Mag. of Nat. Hist., vol. XVIII.) 



MEMOIRES 79 

1848. — A Catalogue of the organic remains of Northumberland and 

Durham. 

1849. — A Monograph of Permian fossils of England. (Pal. Soc.) 

1856. — Notes on Permian fossil Palliobranchiata. (Annals and Mag. of 

Nat. Hist., 2 nd ser., vol. XVII.) 
1859. — On Terebratulidse. (Dublin, univ. zool. bot. Assoc.) 

1859. — On Gwynia, Dielasma and Macandrevia. (Proc. of the Dublin 

university zool. andbotanical Association, vol. I.) 
1862. — On certain species of Permian Sbells said to occur in carbo- 
niferous rocks. (Phil. Journal, vol. XV, New Séries.) 

1867. — Notes of some perforated Palœozoic Spiriferidse. (Geol. Mag., 

vol. IV.) 

1868. — Monographie of Spirifer cuspidatus. (Annals and Mag. of nat. 

Hist.) 
1868. — On some Palliobranchiata Shells from the Irish Atlantic. (Nat. 
Hist. Soc. of Dublin.) 

1869. — On the Histology of the test of the Class Palliobranchiata. (Trans. 

Royal Irish. Acad., vol. XXIV.) 
1871. — On Agulhasia Davidsoni. (Annals and Mag. of Nat. Hist.) 

1873. — On some characters of Lingula anatina. (Annals and Mag. of 

Nat. Hist., 4th séries, vol. XII.) 

1874. — and Davidson, Th. ■ — On the Trimerellidse. (Quart. Journ. 

Geol. Soc. of London, vol. XXX). 

1860. Kirkby, J.-W. — On the occurence of Lingula Credneri in the 

Coal measures of Durham. (Proc. of the Geol. Soc. vol. XVI.) 

1861. — On the permian rocks of South Yorkshire. (Quart. Journ. Geol. 

Soc. London, vol. XVII.) 

1862. — On species common to carboniferous and permian strata. (Ann. 

and Mag. of Nat. Hist. 3 th ser., vol. X.) 
1864. — On some Fossils from the lower magnesian limestone of Sun- 

derland. (Trans. of the Tyneside Naturalisas field Club.) 
1873. Klecak, B. — Catalogus marinorum Molluscorum Dalmatise. 
1753. Klein, S.-J. — Tentamen Methodi Ostracologise, etc. 
1770. — Petrefacta Gedanensia. 
1845. Klipstein, A. von. — Beitrâge zur geolog. Kenntniss der ostlichen 

Alpen. 
1834. Kloeden, K.-F. — Die Versteinerungen der Mark Brandeburg. 

1850. Kner, R. — Versteinerungen der Kreide von Lemberg und seiner 

Umgebung. (Naturwiss. Abhandlungen III.) 
1755. Knorr, G.-W. — Lapides diluvii universalis testes. 
1837. Koch, F.-C, und Dunker, W. — Beitrâge zur Kenntniss des nord- 

deutschen Oolitengebildes. 



80 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1856. Koechlin-Schlumberger. — Études géologiques dans le département 

du Haut-Rhin. (Bull. Soc. Géol. de France, vol. XIV, 2 e série.) 
1865. Koenen, A. von. — Die Fauna der Unteroligocàner Tertiârschichten 

von Helmstadt bei Braunschweig. (Deutsche Geol. Gesells.) 
1825. Kônig. — Icônes Fossilium sectiles. 
1842-1844-1851. Koninck, L.-G. de. — Description des animaux fossiles 

du terrain carbonifère de la Belgique. 1842-44. Suppl. 1851. 
1846. — Notice sur deux espèces de Brachiopodes paléozoïques de la Chine. 

(Bullet. Acad. Roy. de Belgique, vol. XIII.) 

1846. — Notice sur quelques fossiles du Spitzberg. (Bullet. Acad. Roy. de 

Belgique, vol. XIII.) 

1847. — Monographie des genres Productus et Chonetes. 

1847. — Monographie du genre Productus. (Tome IV des Mém. de la Soc. 

Royale des Sciences de Liège.) 
1852. — Notice sur les genres Davidsonia et Hypodema. 
1855. — Notice sur une nouvelle espèce de Davidsonia. 
1859. — Mémoire sur les genres et les sous-genres de Brachiopodes munis 

d'appendices spiraux. (Trad. du Mém. de M. Davidson.) 
1863. — Sur les fossiles paléozoïques recueillis dans l'Inde. 
1868. — Notice sur quelques fossiles dévoniens des environs de Sando- 

mirz, en Pologne. 

1873. — Monographie des fossiles carbonifères de Bleyberg, en Carin- 

thie. 

1875. — Notice sur le calcaire de Malowka et sur la signification de ses 

fossiles. (Bulletin de la Soc. des Nat. de Moscou.) 

1876. — Notice sur quelques fossiles du système Gedinien de A. Dumont. 

(Mém. de la Soc. Géol. de Belgique, t. II.) 
1876. — Recherches sur les fossiles paléozoïques de la Nouvelle-Galles du 
Sud. (Mém. de la Soc. Roy. des Sciences de Liège, 2 a sér., 
t. VI et VIL) 

1874. Kowalevsky. — Observations sur le développement des Brachio- 

podes. 

1857. Krantz, A. — Ueber ein neues bei Menzenberg aufgeschlossenes 

Petrefackten Lager in den devonischen Schichten. 

1848. Krauss. — Die Sûdafrikanische Mollusken. 

1825. Kruger, J.-F. — Urweltliche Naturgeschichte der organ. Reiche. 
1839. Kubtze, G. -A. — Commentatio de Petrefactis quaein Schisto Bitu- 

minoso Mansfeldensi reperiuntur. 
1843. KiïsTER, H.-C. — Martini und Ghemnitz Conchylien Cabinet. 

Vol. VII, Brachiopoda. 
1842. Kutobga. — Zur Paléontologie Russlands. (Verhandlungen der 

Kaiserlich-Russ. Min. Gesells. in St-Petersburg.) 



MÉMOIRES 81 

1844. — Zweiter Beitrag zur Paléontologie Russlands. (Min. Gesells. 
St-Petersburg.) 

1846. — Dritter Beitrag zur Paléontologie Russlands. (Verhand. Min. 
Gesells.) 

1848. — Ueber die Brachiopoden Familie der Siphonotretacse. 

1861. Lacaze-Duthiers. — Sur les Brachiopodes vivants de la Méditer- 
ranée. (Annales des Sciences Naturelles. Zoologie, 4 e sér.) 

1669. Lachmund, D.-F. — Oryctographia Hildesheimiensis. 

1798. Lamanon, de. — Sur les Térébratules ou Poulettes et Description 

d'une espèce trouvée dans les mers de la Tartarie orientale. 
(Voyage de la Pérouse autour du monde, t. IV, p. 135.) 

1799. Lamarck. — Prodrome. 

1801. — Système des animaux sans vertèbres. 

1807. — La Division des Mollusques. (Ann. du Muséum, vol. X.) 

1809-1830. — Philosophie Zoologique. 

1819. — Histoire des animaux sans vertèbres, vol. VI. 

1708. Langius. — Historia lapidum figuratorum Helvetise. 

1863. Lankester, E.-R. — On cretaceous Brachiopoda. (The Geologist, 
vol. VII, p. 414.) 

1870. — On a new large Terebratula occurring in East Anglia. (Geol. 
Mag., vol. VII.) 

1825. Latreille. — Familles naturelles du règne animal. 

1865. Laube, G.-C. — Die Fauna der Schichten von St-Cassian. Brachio- 
poden. 

1840. Lea. — Notice on the Oolitic Formation in America with descrip- 
tions of some of its organic remains. (Trans. of the Phil. Soc. 
ofPhil. 2 d ser., vol. VII.) 

1860. — Check Lists of the Shells of North America. (Smithsonian Insti- 
tution.) 

1814. Leach. — Zoological Miscellaneous, vol. 1. 

1852. — Mollusks of Great Britain. 

1873. Lefèvre, Th. et Vincent, G. — Note sur la Faune Laekenienne 
supérieure des environs de Bruxelles. (Ann. Soc. Malac. de 
Belgique.) 

1870. Le Hon, H. — Sur quelques espèces nouvelles du Dévonien de 
Belgique. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 e sér., t. XXVII.) 

1799. Leibnitz, G. -G. — Protogsea. 

1830-1876. LEONHARDund Bronn. — Neues Jahrbuchfûr Miner. Geolog. 
u. Petrefaktenkunde. 

1843. Leuchtenberg, M. -H. — Beschreibung einiger neuer Thierreste der 
Urwelt aus den Silurischen Kalkschichten von Sarskoje 
Selo. 



82 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1838. L'Eveillé, G. — Aperçu géologique de quelques localités très-riches 
en fossiles. (Mémoires de la Société Géologique de France, 
vol. IL) 

1842. Leymerie. — Brachiopodes du Dép. de l'Aube. (Mém. Soc. Géol. de 
France, vol. V.) 

1851. — Sur un nouveau type pyrénéen. (Mém. Soc. Géol. de France, 

2 e sér., vol. IV.) 
1869. — Brachiopodes du grès vert pyrénéen. (Bull. Soc. Géol. de France, 

2 e sér., vol. XXVI, p. 277.) 
1730. Liebknecht. — Hassise subterranise spécimen. 

1852. Liljeboeg, W. — Malacologiska Bidrag. (Kong. Vetens. Akad. 

Fôrh. Stockholm.) 

1861. Lincklaen, L. — Guide to the Geology of New-York and to the 
State Geological Cabinets. 

1860. Lindstrôm, G. — Bidrag till Kânnedomen om Gotland Brachio- 
poden. (Ôfversigt af K. Vet. Akad. Fôrhandlingar.) 

1867. — Nomina Fossilium Siluriensium Gotlandise. 

1867. — Om Brachiopodslâgtet Trimerella. (Kong. Vetens. Akad. Fôrhand- 
lingar.) 

1826-1830. Link. — Handbuch der Physikal, etc., l re Ed., 1826, 2 e Ed., 
1830. 

1753. Llnn^us, C. — Muséum Tessinianum. 

1761. — Fauna Suecica. 

1767. — Systema Naturae, XII éd., vol. 1. 

1788. — Idem Ed. T. Gmelin. 

1865. Linnarsson, L.-G.-O. — Om Trias och Juraforsteingar fran 
Spitsbergen. (Kongl. Svenska Vetenskaps Akad. Handlingar.) 

1869. — On some fossils found in the Cophyton Sandstone at Lugnâo 
in Sweden (Translated from the Ôfversigt of Kongl. Vetens- 
kaps Akad. Fôrhandlingar.) 

1869. — Om Vestergôtlands cambriska och siluriska Aflagringa (Kongl. 

Vet. Akad.) 

1870. — Ueber eine Reise nach Bôhmen und den Russischen Ostsee- 

Provinzen in Sommer 1872. (Deutsche Geol. Gesellschaft.) 

1871. — Geognostiska och Palseontologiska Jaktagelser ofver Eophyton- 

sandstenen i Verstergotland (Till Kongl. Vetens. Akad. 

inlemnad.) 
1876. — On the Brachiopoda of the Paradoxides beds of Sweden. (Bihang 

till K. Svenska Vet. Akad. Handlingar. Band. III.) 
1869-1874. Lischke, C.-E. — Japanische Meeres-Conchylien. 
1687-1688. Lister, M. — Historia sive Synopsis methodica Conchyliorum. 
1770. — Le même ouvrage reproduit en 1770. 



MEMOIRES 83 

1699-1760. Lhwyd. — Lithophylacii Britannici Ichnographia. 

1868. Lobley, J.-L. — The range and distribution of British fossil Bra- 

chiopoda. (Geol. Mag., vol. V.) 
1870. — On the stratigraphical distribution of British fossil Brachiopoda. 

(Proc. Geol. Àssoc, vol. II.) 
1843. Longuemar. — Études géologiques des terrains de la rive gauche 

de l'Yonne. 
1861-1863. Loriol, P. de — Description des animaux invertébrés fos- 
siles du Mont Salève. 
1864. — Description de quelques Brachiopodes crétacés. (Mém. de la Soc. 

de Physique et d'Hist. Naturelle de Genève, t. XVII.) 
1866-1874-1875. — Monographie paléontologique et géologique de 

l'Étage Portlandien des environs de Boulogne-sur-Mer. 
1868. — ■ Monographie des couches de l'Étage Valangien des cantons 

d'Arzier. (Canton de Vaud.) 
1868. — Monographie paléontologique et géologique des couches portlan- 

diennes du département de l'Yonne. 
1872. — Description des Étages jurrassiques supérieurs de la Haute- 
Marne, en collaboration avec MM. E. Royer et H. Tombeck. 
1872. — Monographie de l'Étage Urgonien inférieur du Landeron, canton 

de Neuchâtel. (Vol. XXIII, Soc. Helvétique.) 
1852. Lory. — De l'Étage Néocomien des Hautes- Alpes. (Bulletin Soc. 

Géol. de France, vol. X.) 
1852. — De l'Étage Néocomien du Vallon de Charée. (Bull, id., vol. XL) 
1846. Loven. — Index Molluscorum Scandinavie. 
1825. Lowe. — Zoological Journal. 
1867. Lundgren, B. — Palseontologiska Jaktagelser ôfver Faxôkalken 

fra Zimhamn. (Lunds Universitats Arsskrift.) 
1867. — Om den vid Eamsasa och Ofvedskloster i Skâne Fôrekommande 

Sandstenens Aider. (Lunds Univers. Arssk., vol. X.) 
1845. Lyell, C. — On the Geology of Nova Scotia. (Travels in North 

America.) 
1845. — List of Eocene Shells from the limestone of Wilmington, N. 

Carolina. (Quart. Journ. Geol. Soc, vol. I.) 
1857. Lyon, S. -S., Cox, E. T. and Lesquereux, Léo. — Paleontological 

Report of Kentucky. (In vol. III, of the Geological Report.) 
1854. M c Andrew, R. — On the geographical distribution of Testaceous 

Molluska in the North Atlantic and neighbouring seas. 
1856. — Report on the marine Testaceous Mollusca of the N.-E. Atlantic 

sea : Report of the British Association, 1856. 
1859. M c Chesney, J.-H. — Descriptions of new species of fossils from 

the palseozoic rocks of the Western States. (Transactions of the 

Chicago Academy of Sciences.) 



84 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1844. M c Coy. — Synopsis of the characters of the carboniferous fossils 

of Ireland. 
1846. — Synopsis of the characters of the Silurian fossils of Ireland. 
1851. — New devonian fossils. (Ann. and Mag. of Nat. Hist., vol. VIII, 

2 d sér.) 
1851. — On new Cambro-Silurian fossils. (Ibidem.) 
1855. — British Palseozoïc fossils. 

1860. M c Crady. — Notice on a larval Brachiopod. (Proc. of Elliot Soc. 

of. Nat. Hist. of Charleston S. C.) 
1870. — On Ligula pyramidata of Stimpson. (Silliman Amer. Journ. of 
Sciences, vol. XXX.) 

1861. Macdonald, L.-D. — On the physiology of the palliai sinuses of 

the Brachiopoda. (Trans. ofLinm. Soc. vol. XXIII.) 
1863. — Description of a new fossil Thecidium from the miocène of Malta. 

(Quart. Journ. Geol. Soc. London, vol. XIX.) 
1860. Macé, J.-A. — Essai d'un catalogue des Mollusques marins, terres- 
tres et fluviatiles vivants dans les environs de Cherbourg et de 
Valognes. 

1845. Macgillivray. — Conchologist Text-Book. Ed. VI. 

1789. Macquart. — Essais ou recueil de mémoires sur plusieurs points de 
minéralogie, avec la description des pièces déposées chez le 
Eoi, la figure et l'analyse chimique de celles qui sont les plus 
intéressantes et la topographie de Moscou. 

1838. Malacological and Conchological Magazine. — Part. I. 

1862. Malaise, C. — De l'âge des phyllades fossilifères de Grand-Manil 

près de Gembloux. (Bull. Acad. Roy. deBelg., vol. XIII, 2 e série.) 
1873. — Description du Terrain silurien du Centre de la Belgique. 

(Mémoires couronnés de l'Acad. Roy. de Belg.) 
1873. — Note sur la description du Terrain silurien du Centre de la 

Belgique. (Annales de la Soc. Malac. de Belgique, vol. VIII.) 
1854-1861. Malakozoologische BLâTTER. 
1858. Malm, A.-W. — Om Hafs-Mollusken i Gôtteborgs okârgârd och i 

Gôlaelfs mynning (in Gôtteborgs K. Vetens. och Vitter. Samh. 

Handl.) 
1867. Malzine, F. de. — Description de trois coquilles fossiles nouvelles. 

(Ann. Soc. Malac. de Belgique, 1867.) 
1822. Mantell, G. — Fossils of the southdowns and the Geology of Sussex. 
1833. — Geology of the South-East of England. 
1850. — Account of the strata and organic remains exposed in the cut- 

ting of the branch Railway from the Great- Western line near 

Chippenham. (Proc. Geol. Soc. of London, vol. VI, p. 310.) 
1850. — On the Geology of New-Zealand. (Proc. Geol. Soc. of London, 

vol. VI.) 






MÉMOIBES 85 

1838. Maravigna, E.-M. — Mémoires pour servir à l'histoire naturelle de 

la Sicile. 
1853. Marcou, L. — A Geological map of the United States, with an 

exploratorj. Text and plates of fossils, 2 e vol. in-8°. 
1855. — Résumé explicatif d'une carte géologique des États-Unis, etc. 

(Bull. Soc. Géol. de France, vol. XII, 2 e sér.) 
1858. — Geology of North- America Rocky Mountains, etc. 

1861. — The Taconic and Lower-Silurian Rocks of Vermont and Canada. 

(Proc. of the Boston Soc. of Nat. Hist.) 

1862. — Lettre à M. Barrande on the Taconic Rocks of Vermont and 

Canada. 

1851. Marcy, R.-B. — Natural History of the red river of Louisiana. 

1860. Martin. — Paléontologie stratigraphique de l'Infra-Lias du dépar- 
tement de la Côte-d'Or. 

1796. Martin, W. — Account of some species of fossil Anomia found in 
Derhyshire. (Linn. Trans. vol. IV.) 

1809. — Petrefacta Derbiensia. 

1843. — Martini et Chemnitz. — Systematisches Conchylien Cabinet, 
vol. VII. Brachiopoden. 

1850. Massalongo, A. — Schizzo geognostico sulla Valle del progno o 
Torrente d'Illaci, etc. 

1843. Matter. — Report on the first Geological District of New- York. 

1823. Mawe. — Introduction to the Conchology. 

1864. Meek, F.-B. — Geological Survey of California. 

1867. — Review of Geinitz work on the rocks and fossils of Nebraska. 

(Amer. Journ. of Se. and Arts, vol. XLIV.) 

1868. — : Shetch of the Geology and Palseontology of the Valley of Mac- 

kensie River. (Trans. Chicago Acad. Se, vol. I.) 
1871 . — Notice on new Brachiopoda from the lead bearing rocks at Mine- 

la-Motte, Missouri. (Proc. of the Acad. of Nat. Se. of Phila- 

delphia.) 
1871. — Observations on the microscopic shell structure of Sp. cuspidatus 

and some similar American forms. (Proc. of the Acad. of Nat. 

Se. of Philadelphia.) 

1871. — Preliminary notice of a new species of Trimerella from Ohio. 

(Amer. Journ. of Se. and Arts, vol. I, 3 e sér.) 

1872. — Report on the Palœontology of Eastern Nebraska. Final Report 

of the United States Survey of Nebraska. 

1873. — Descriptions of invertebrata fossils of the silurian and devonian 

Systems. (Report of the Geological Survey of Ohio, vol. I.) 
1873. — Report on the Geological Survey of Ohio; Geology and Palseon- 
tology. 



86 SOCIÉTÉ MALACOLOGJQUE DE BELGIQUE 

1875. — Geological Survey of Illinois. 

1876. — Eeport on the Geology of the Country between Fort Leaven- 

worth K. T. Report on palseontology. 

1865. — and Hayden. — Palseontology of Upper Missouri. (Smithsonian 

Institution.) 
1866-1860-1873. — and Worthen. — Geologocal Survey of Illinois. 

Palseontology. 
1811. Megekle von Mùhlfeldt, J.-C.-M. — Entwurf einen neuen System 

der Schalthiergehâuse, etc. 
1811. — Berliner Muséum. 
1818-1829. — Beschreibung einiger neuen Conchy lien, (in Verh. d. Ges. 

Nat. Freunde z. Berlin.) 

1861. Meglitzky and Antipoff. — Geological Map of the southern por- 

tion of the Oural Mountains. (Quart. Journ. Geol. Soc, 

vol. XVII.) 
1857. Meneghini. — Paléontologie de l'île de Sardaigne. 
1828-1830. Menke. — Synopsis methodica Molluscorum. 

1873. Metzger, A. — Nordseefahrt der Pommerania. 

1864. Meyer, C.-J.-à. — New species of Terebratella from the Bayali 

stone. (The Geologist, vol. VIL) 
1864. — Notes on Brachiopoda from the Pebble bed of lower green sand 

of Surrey. (Geol. Mag.) 
1864. — Three days at Farringdon. Position of the Spongygravel. 

(The Geologist, vol/VII.) 
1868. — Notes on cretaceous Brachiopoda and on the development of the 

loop and septum in Terebratella. (Geol. Mag., p. 268.) 
1868. — On the lower green sand of Gadiclmeng. (Geol. Association.) 

1874. — On the cretaceous rocks of Béer Head. (Quarterly Journal 

Geol. Soc.) 

1866. Miall, L.-C. — Summary notes of the organisation and class of 

Brachiopoda. 
1847. Michelotti. — Description des fossiles du terrain miocène de l'Italie 

septentrionale. 
1849. Midbendorff. — Beitrâge zu einer Malacol. Eossica. (Mém. Acad. 

St-Pétersbourg.) 

1862. Moller, von. — Description des Brachiopodes carbonifères de l'Oural. 

(Notices paléontologiques et géologiques sur le système car- 
bonifère de l'Oural. Annales des mines russes, t. IV.) 

1863. — Ueber oberen devonischen Schichten des mittleren Russlands. 

(Bull. Acad. Imp. des sciences de St-Pétersbourg, vol. V.) 
1871. — Sur le Productus Orelianus, nouvelle espèce du terrain dévonien 
de la Eussie centrale. 



MÉMOIRES 87 

1874. — Volborthia eine neue Gattung fossilen Brachiopoden. (Neues 

Jahrb. fur Min.) 

1875. — Aperçu géologique de la partie méridionale du Gouvernement de 

Nijni Novgorod. 
1875. — Description géologique des districts miniers Him et Outka. 

1864. Montagna, C. — Generazione délia terra. 

1808. Montagu, G. — Transactions of the Linnean Society, vol. XI. 

1811. — An account of some new and rare British shells. 

1815. — An account of some new and rare British shells and animais. 

(Trans. Lin. Soc. London.) 
1869-1875. Monterosato. — Diverses notices sur les Mollusques de la 

Méditerranée. 
1875. — Poche note sulla Conchiologia Mediterranea. 
1875. — Nuova rivista délie Conchiglie Méditerranée. 

1853. Moore, C. — On the Palseontology of middle and upper lias. 

(Proc. of the Somersetshire Archseol. and Nat. Hist. Soc.) 

1854. — On new Brachiopoda from the inferior oolite of Dundy. 

(Proc. of the Somersetshire Archseol. and Nat. Hist. Soc.) 
1857. — On the abnormal conditions of the secondary deposits, etc. 

(Quart. Journ. of the Geol. Soc, vol. XXIII.) 
1860. — On new Brachiopoda and on the development on the loop in 

Terebratella. (The Geologist, December 1860, p. 438.) 

1865. — On the middle and upper lias of the South-West of England. 

(Proc. of the Somerset. Arch. and Nat. Hist. Soc, vol. VIII.) 

1869. — Report on minerai Veins in carboniferous limestone and their 

organic contents. (Rep. of the Brit. Assoc) 

1870. — On Australian Mesozoic Geology and Palseontology. (Quart. 

Journ. of the Geol. Soc, vol. XXVI.) 
1852. Morch, O.-A.-L. — Catalogus conchyliorum quœ reliquit Cornes de 

Yoldi. 
1867. — Faunula Molluscorum Insularum Fœroënsium. (in Naturh. for 

Vid. Medd. Kjôbenhavn.) 
1869. — Catalogue des Mollusques du Spitzberg. (Annales de la Soc 

Malacologique de Belgique, tome IV.) 
1843-54. Morris, J. — Catalogue of British fossils. 
1846. — On the subdivision of the Genus Terebratula. (Quarterly Journal 

of the Geol. Soc, p. 382, vol. IL) 
1849. — On the Genus Siphonotreta with a description of a new species. 

(Annals and Mag. of Nat. Hist., 2 d séries, vol. IV.) 
1851. — Pakeontological notes. (Annals and Mag. of Nat. Hist.) 
1859. — British fossils stratigraphically and zoologically arranged. 
1846. — and Sharpe. — On Falkland Islands. (Quarterly Journal of the 

Geol. Soc, vol. IL) 



88 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1862. Morse, E. — Haemal and Neural régions of Brachiopoda. (Proc. 

Boston. Nat. Hist. Soc, vol. IX.) 
1865-1866. — Class of the Mollusca basedon the principe of Cephaliza- 

tion. (Proc. Essex Inst. Salem Mass., vol. IX, and Journal of 

Sciences and Arts, vol. XLII, 1866.) 

1869. — Embryôlogy of Terebratulina caput serpentis. (Boston. Soc. of 

Nat. Hist., vol. II.) 

1870. — The Brachiopoda a division of Annelida. (Amer. Journal of 

Sciences and Arts, vol. I.) 

1871. — On the early stages of Tereb. caput serpentis. (Annals and 

Mag. ofNat. Hist.) 

1872. — On the oviduct and embryôlogy of Terebratulina. (Amer. Journ. 

of Sciences and Arts, vol. IV.) 
1875. — On the systematic position of the Brachiopoda. (Proc. of the 

Boston Soc. of Nat. Hist., vol. XV.) 
1858. Mortillet, G. de — Géologie et Minéralogie de la Savoie. 
1712. Morton. — The Natural History of Northamptonshire. 
1834. Morton, S. -G. — Synopsis of the organic remains of the cretaceous 

group of the United States. 
1875. Mourlon, M. — Sur l'étage dévonien des Psammites du Condroz. 

(Bull, de l'Acad. Royale de Belgique.) 
1347-1851. Mûller, J. — Monographie der Petrefacten des Aachener 

Kreideformation. 
1860-1861. Mûller, F. — Beschreibung einer Brachiopoden Larve. 

(Reichert und du Bois-Reymond. Archiv. fur Anatomie und 

Physiologie, p. 72, 1860, et Wiegman's, Archiv., p. 53, 1861.) 
1776. Mûller, O.-F. — Zoologia Danica. Prodromus. 
1788. — Zoologia Danica. 
1839-1846. Munster, G. zu — Beitrâge zur Petrefactenkunde. 

1840. — Die Versteinerungen der Uebergangskalken mit Clymenien, etc. 

1841. — Beitrâge zur Petrefactenkunde van D r Wissmann und Graf 

Munster unter Mitovirking des D r Brown. 
1843. — Beitrâge. Berner kungen iiber den Weissenkalk. 
1833. Murchison, — The silurian system with description of fossils by 

J. d. C. Sowerby. 
1840. — Sur quelques-unes des coquilles fossiles les plus abondantes 

du Bas-Boulonnais. (Bull, de la Soc. Géol. de France, t. XI, 

p. 250.) 
1851. — Silurian rocks and fossils of the South of Scotland. (Quart. 

Journ. of the Geol. Soc, vol. VII.) 
1858. — On the Silurian rocks and fossils of Norway. (Quart. Journal 

of the Geol. Soc, vol. XIV.) 



MEMOIRES 89 

1859. — Siluria. 

1870. Nicholson, H. -À. — A Manual of Zoology. 

1872. — A Manual of Palseontology. 

1874. — Report upon the Palseontology of the Province of Ontario. 

1874. — Summary of récent researehes on the Palseontology of the Pro- 
vince of Ontario, Canada. (From the Canadian Journal.) 

1874. — Notes on fo'ssils of the Clinton, Niagara and Guelph formations 
of Ontario. (From the Canadian Journal.) 

1824-1825. Nilsson, S. — Brattensburgs Penningen. (Anomia cranio- 
laris Linné.) (Kong. Vet. Akad. Handlingar 1824, p. 378, et 
1825, p. 324.) 

1827. — Petrificata Suecana. 

1860. Norman, M.-A. — The Mollusca of the Frith of Clyde. (In the 

Zoologist.) 

1854. Norwood and Pratten, H. — Notice of Producti found in the Wes- 
tern States and terri tories. (Journ. of the Acad. of Nat. Se. of 
Philadelphia.) 

1855. Notice of fossils from the Carboniferous séries of the Western 

States belonging to the gênera Spirifer, etc. (Ibid.) 

1843. Nyst, H. — Coquilles et polypiers fossiles des terrains tertiaires de 
la Belgique. 

1839. — et Westendorp. — Nouvelles recherches sur les coquilles fos- 
siles de la province d'Anvers. 

1863. Ooster, W.-A. — Pétrifications remarquables des Alpes suisses. 

1853. Oppel. — Der mittlere Lias Schwabens. (Wûrttemb. Naturw. 
Jahresb.) 

1856-1858. — Die Jura Formation. 

1860. — Ueber die weissen und rothen Kalke von Vils in Tyrol. (Wûrt- 

temb. naturw. Jahresb. Jahrgang XVII.) 

1861. — Ueber die . Brachiopoden des untern Lias. (Deutsch. geol. 

Gesells.) 
1863. — Ueber das Vorkommen von jurassischen Posidonomyen-Gesteinen 
und in der Alpen. (Ibid.) 

1846. Orbigny, A. d' — Voyage dans l'Amérique méridionale, vol. V. 

1847. — Considérations zoologiques et géologiques sur les Brachiopodes. 

(Ann. des Se. nat. 3 me sér., vol. VIII, et Comptes-rendus de 
l'Acad. des Se, vol. XXV.) 
1847. — Paléontologie française. Terrain crétacé, vol. IV. 

1849. — Cours élémentaire de Paléontologie, II. 

1850. — Prodrome de paléontologie stratigraphique. 

1852. — Sur une nouvelle espèce du genre Terebrirostra (Journ. de 
Conch.) 



90 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1853. — Mollusques de Cuba. 

1846. Owen, D. — On the geology of the Western States of North Ame- 
rica. (Quart. Journ. geol. Soc, vol. IL) 

1852. — Report of a Geological Survey of Wisconsin,Iova and Minnesota. 
1860. — Annual report of Wisconsin. 

1835-1845. Owen, R. — On the anatomy of the Brachiopoda. (Trans. zool. 

Soc. 1835. — (Traduit en français et publié dans les Annales 

des Se. Nat., 3™sér., vol. III, 1845.) 
1843. — Lectures on comparative anatomy and physiology of the Inver- 

tebrate animais, p. 482 

1853. — Anatomy of In vertebrata. Index 1853. 

1853. — Anatomy of the Brachiopoda. (Dans l'introduction de British fos- 

sil Brachiopoda de Davidson.) 
1853. — Lettre sur l'appareil circulatoire chez les Mollusques de la classe 

desBrachiopodes. (Ann. des Se. Nat., 3 me série, 1853.) 

1858. -— Article « Mollusca ». (Encyc. Brit. Ed., vol VIII.) 

1859. — Article « Palaeontology ». (Encyc. Brit. Ed., vol. XVII, Part 1.) 
1867. Packàsd, A.-S.-Jun f . — On the Glacial phenomena of Labrador 

and Mayen. (Boston Soc. Nat. Hist.) 
1846. Paillette et de Verneuil. — Note sur le terrain carbonifère de Pola 

de Lena. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 me série, t. III, p. 170.) 
1766. Pallas. — Miscellanea Zoologica. 

1830. Pander,, C.-H. — Beitrâge zur Geognosie des Rûssischen Reiches. 
1851. — Sur une découverte de fossiles faite dans la partie inférieure du 

terrain Silurien de Russie. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 me sér., 

vol. VIII, p. 251.) 
1874. Parfitt, E. — The fauna of Devon. Conchology. 
1811. Parkinson. — Observations on some strata in neighbouring of 

London. (Transact. Geol. Soc. vol. I.) 
1814. — Organic remains of a former world. 

1821. — Remarks on Fossils collected by Phillips near Dover and Fol- 

kestone. (Trans. Geol. Soc, vol. V.) 

1822. — An introduction to the study of organic remains. 

1826. Payraudeau, B. — Catalogue descriptif et méthodique des Anné- 

lides et des Mollusques de l'île de Corse. 
1867. Pengelly, W. — On the distribution of the devonian Brachiopoda of 

Devonshire and Cornwall. (Trans. of the Devons. Assoc. t. IL) 
1773. Pennant. — Sur la T. Caput serpentis. (Nov. Act. Reg. Soc. Upsa- 

liensis, vol. I.) 
1851-1857. Petit de la Saussaye. — Catalogue des Mollusques marins 

qui vivent sur les côtes de la France et appendice. (Journal de 

Conchyliologie.) 



MÉMOIRES 91 

1843. Petzholdt. — Beitrâge zur Geognosie von Tyrol. 

1836-1844. Philippi, ïï.-k. — Enumeratio Molluscorum Sicilise. Vol. I, 
1836, vol. II, 1844. 

1844. — Beitrâge zur Kenntniss der Tertiârversteinerungen des nord- 

westlichen Deutschlands. 
1845-1846. — Remarks on the Molluscous animais of South Italy. 

(Erichson's Archiv fur Naturgeschichte, vol. X, et Quart. 

Journ. oftheGeol. Soc, vol. I, 1845, et vol. II, 1846.) 
1853. — Handbuch der Conchyliologie und Malacologie. 
1788. Philipson. — Dissertatio Historiée Naturalis. 
1829-1836-1875. Phillips. — Illustrations of the Geology of Yorkshire. 

Vol. 1, 1829, vol. II, 1836, revised Ed. 1875. * 
1841. — Palseozoic fossils of Devon and Cornwall. 
1857. — The Malvern Hills compared with the Palseozoic district of Alberley . 

(Pal. Appendix to the Mem. of the Geol. Survey, vol. II.) 
1844-1845. Pictet, J.-J. — Traité élémentaire de Paléontologie. 
1867. — Discussion des documents géologiques fournis par la comparaison 

des fossiles. (Bibliographie universelle. Archives de Genève, 

1867.) 
1867. — Études monographiques des Térébratules du groupe de la 

T. diphya. (Mélanges paléontologiques.) 

1867. — La faune à Terebratula diphyoides de Bernas (Ardèche). 

(Mélanges paléontologiques.) 

1868. — Études provisoires des fossiles de la Porte de France, d'Aizy et 

de Lemenc. (Ibid.) 
1872. — Description des fossiles du terrain crétacé de Sainte-Croix. 
1856. Piette. — Bulletin de la Société Géologique de France, tome XIII, 

2 me série. 
1847. Pilla, L. — Trattato di Geologia. (T. diphya, p. 389.) 
1677. Plot. — Natural history of Oxfordshire. 
1791-1795-1826. Poli, J.-X. — Testacea utriusque Sicilise, 1791-1795. 

Supplément par Delle Chiaie, 1826. 

1843. Portlock. — Report on the Geology of Londonderry, etc. 

1844. Potiez, V.-L.-V., et Michaud, A.-L.-G. -— Galerie des Mollusques 

du Musée de Douai. 
1867. Pourtalès, L.-J. de. — Contributions to the Fauna of the Gulf- 

stream at great depths. (Bull, of Mus. of Compar. Zool. at 

Harvard Colleg. Cambridge Mass.) 
1871. — and Dall. — Report on the Brachiopods obtained by the United 

States coast Survey Expédition. (Ibid.) 
1840. Prestwich. — On the Geology of Coalebrook Dale (Trans. Geol. 

Soc. 2 de ser., vol. V.) 



92 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1857. Prout, H. -A. — Description of new species of Productus from 

the carboniferous limestone of St-Louis. (Trans. Acad. of Se. 

of St-Louis, t. I, p. 43.) 
1851. Puggaard, C. — Sur la Géologie de l'île de Moën. (Bull. Soc. Géol. 

de France, 2 me sér., vol. VIII, p. 532.) 
1837. Pusch. — Polens Palâontologie. 
1835. Quenstedt. — Ueber das Oefnen und Schliessen der Brachiopoden 

(Wiegmann's Archiv, vol. II, p. 220-222.) 
1835. — Ueber die identitât der Petrefakten des Thuringinsen undEnglis- 

chen Zechsteins. (Ibidem, p. 75.) 
1843. — Das Flôzgebirge Wurtembergs. 
1851. — Handbuch der Petrefaktenkunde. 
1871. — Petrefaktenkunde Deutschland's. II. Brachiopoden. 
1834. Quoy et Gaimard. — Voyage de l'Astrolabe, vol. III. 
1816. Rafinesque, C.-S. — Analyse de la Nature. 
1831. — Enumeration and account of some remarkable natural objects of 

the cabinet of Prof. Rafinesque. (Strophomenes.) 
1864. — The complète writings of Constantine Swaltz Rafinesque on 

récent and fossil Conchology. (Edited by W. G. Binney and 

G. W. Tryon.) 
1829. Rang, Sander. — Manuel des Mollusques. 
1875. Rathbum, R. — On the Devonian Brachiopoda of Ereré, province of 

Para, Brazil. (Bull. Buffalo Soc. Nat. Hist. vol. 1.) 

1841. Reeves, L. — Proceedings of the Zoological Society of London. 

1842. — Annals and Magazine of Natural History, t. X, p. 210. 
1860-1862. — Monograph of the gênera Lingula, Orbicula and Terebra- 

tula. (Conch. Icon.) 
1861. — Revision générale des Térébratules vivantes. (Journ. de Conch.) 
1861. — A revision of the History and geographical distribution of récent 

Terebratulse. (Ann. und Mag. of Nat. Hist.) 
1854. Renevier, E. — Seconde note sur la Géologie des Alpes Vaudoises. 

(Bull. Soc. Vaudoise des Se. Nat.) 

1868. — Quelques observations géologiques sur les Alpes de la Suisse 

centrale. (Ibid.) 

1869. — Notice géologique et paléontologique sur les Alpes Vaudoises. 

(Ibid.) 
1848. Requien, E. — Catalogue des coquilles de l'île de Corse. 
1788. Retz. — Nova gênera Testaceorum. 
1752-1781. Retzius. — Schriften der Berliner Gesellschaft der Natur- 

forschende Freunde. (Opuscul. I, 1752. Bd. II, p. 72, 1781.) 
1846. Reuss, A. — Die Versteinerungen der Bôhmischen Kreideforma- 

tion. 









MÉMOIRES 93 

1861. Reynès. — Etudes sur le synchronisme. 

1853. Ribeiro, C. — On the Carboniferous and Silurian formations of 

Bussaco in Portugal. (Proc. of theGeol. Soc. ofLondon, 1853 
p. 135.) 

1840. Richard. — Sur la Rhynchonella cynocephala de l'oolite inférieure 
de Bourmont (Haute-Marne). Bull. Soc. Géol. France, t. XI, 
p. 263.) 

1848. Richter, R. — Beitrag zur Paléontologie des Thûringer Waldes. 

1872. Rigaux, E. — Description de quelques Brachiopodes du terrain 
Dévonien de Ferques. (Bull, de la Soc. académique de Bou- 
logne.) 

1863. — et Sauvage. — Description d'espèces nouvelles des terrains Ju- 
rassiques de Boulogne-sur-Mer. (Ibid.) 

1867. — — Description de quelques espèces nouvelles de l'étage 
Bathonien du Bas-Boulonnais. (Mém. de la Soc. académique 
de Boulogne.) 

1852. Rink, H. — De Danske Handelsdistriker i Nordgrônland. 

1826. Risso, A. — Histoire naturelle des principales productions de l'Eu- 
rope méridionale, t. IV. 

1733. Ritter. — Opuscula. Oryctologia Goslariensis. 

1845. Robert, E. — Géologie des voyagesen Scandinavie, en Laponie, etc. 

1839. Roemer. — Die Versteinerungen des Norddeutschen Oolitischen 

Gebirges. 

1840. — Die Versteinerungen Norddeutschen Kreidegebirges. 

1854. — Die Kreidebildungen Westphalens. (Verhandl. der Natur. Ver. 

fur Rhein. und Westph. Jahrg. 11.) 
1867. — und Degenhart. — On palseozoïc strata in Russian Poland (Proc. 

Imp. Geol. Inst. Vienna 1867.) 
1844. Roemer, C.-F. — Rheinische Uebergangegeb. 
1852. Roemer, F. — Erste Period in Lethsea Geognostica von Bronn und 

Roemer, p. 251-397. 

1860. — Die silurische Fauna des westlichen Tennessee. 

1861. — Die fossile Fauna Ober-Silurischen Diluvial. 

1863. — Geognostiche Bemerkungen auf einer Reise nach Constantinopel. 

(Jahrb. fur Miner, p. 513.) 
1870. — Géologie von Oberschlesien mit einem Atlas von 50 die bezei- 

chnenden Versteinerungen. 
1843. Roemer, F. -A. — Die Versteinerungen des Harzgebirges. 
1850-1852-1855. — Beitrâge zur geologischen Kenntniss des Nordischen- 

Harzgebirges. 
1858. Rogers. — Geology of the State of Pensylvania. 
1848. Rouault, Marie. — Sur la composition du test des Trilobites et 

Brachiopodes. (Bull. Soc. Géol. France, 2 me série, t. VI.) 



94 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1850-1851. — Note préliminaire sur une nouvelle formation découverte 
dans le terrain Silurien de la Bretagne. (Bull. Soc. Géol. de 
France, 2 me sér. t. VII, et t. VIII.) 

1847. Rouillier, C. et Vossinsky, Al. — Etudes progressives sur la 
paléontologie des environs de Moscou. (Bull. Soc. des Natu- 
ralistes de Moscou.) 

1847. — Second supplément à l'expédition de la coupe géologique des 
environs de Moscou. (Ibidem t. XX.) 

1705. Rumphius. — : Amboinsche Rariteskamer. 

1847. Ryckholt, P. de — Mélanges paléontologiques, l re et 2 J parties. 
(Mémoires de l'Acad. Royale des Se. de Belgique, t. XXIV.) 

1852. — Notice sur le genre Terebrirostra, d'Orb. 

1860. S^emann et Triger. — Sur les Anomia biplicata et vespertilio de 

Brocchi. (Bull. Soc. Géol. France, 2 me sér. t. XIX.) 

1849. Salter, W. — On the fossils from the limestone of the Stincher 
River. (Journ. Geol. Soc. of London, vol. V.) 

1852. — On the fossileferous beds of North Wales. (Report of the British 

Assoc.) 

1853. — On Arctic Silurian Fossils (Quart. Journ. Geol. Soc. of London, 

vol. IX.) 

1861. — Geological Neighbourhood of Edinburgh. Appendix : the list of 

fossils. (Geol. Survey of Great Britain, map. 32.) 

1865. — On the fossils of North Wales (Mem. Geol. Survey of Great Britain.) 
1873. — A catalogue of the collection of Cambrian and Silurian fossils in 
Cambridge Muséum. 

1854. — and Aveline. — On the Caradoc Sandstone of Shropshire. (Quart. 

Journ. Geol. Soc. of London, vol. X.) 
1861. On fossils from the High Andes. (Ibid. vol. XVII.) 

1863. On the upper old red Sandstone and upper devonian Rocks. 

(Ibid. vol. XIX.) 
1864. On the fossils on Budleigh Salterton. (Ibid. vol. XX.) 

1865. — and Blanford, H. — Palaeontology of Niti in Northern Hima- 
laya. Calcutta 1865. 

1867. — and Hicks, H. — On a new Lingulella from the red lower Cam- 
brian rocks of St-Davids. (Proc. of the Geol. Soc. of London, 
vol. XXIII.) 

1845. Sandberger, G. — Die erste Epoche der Entwickelungs geschichte 
des Erdkôrpers. 

1855. — Untersuchungen ûber den inneren Bau einiger rheinischen Bra- 

chiopoden. (Akad. der Wissens.) 
1855. — Die Brachiopoden des Rheinischen Schichtensy stems in Nassau. 



MÉMOIRES 95 

1850-1856. — und Sandberger, F. — Systematische Beichreibungen 
und Abbildungen der Versteinerungen des Kheinischen 
Schichtensystems . 

1865. Sars, 0. — Om de i Norge forekommende fossile Dyrelevninger 
fra quartœrperioden, etc. (Bitrag til ver Faunas Historié.) 

1833. Scacchi, A. — Osservazionizoologiche. 

1853. Schauroth, K.-F. — Ein Beitrag zur Fauna des deutschen Zechs- 

teingebirges. (Akad. der Wissensch. in Wien.) 

1854. — Ein Beitrag zur Paléontologie des deutschen Zechsteingebirges. 

(Deuts. Geol. Gesells.) 

1855. — Uebersicht der geognosticben Verhâltnisse der Gegend von 

Veconaro in Vicentkiischen. (Akad. d. Wissensch.) 

1856. — Ein Neuer Beitrag zur Paléontologie des deutschen Zechstein- 

gebirges. (Deutsche Geol. Gesell.) 

1857. — Die Schalthierreste der Lettenkohlenformation des Herzogthums 

Coburg. (Deutsch. Geol. Gesells.) 
1859. — Kritisches Verzeichniss der Versteinerungen der Trias in Vicen- 
tinischen. (Akad. d. Wissens.) 

1865. — Verzeichniss der Versteinerungen im Herzogthum Naturalien 

Cabinet zu Coburg. 
1716. Scheuchzer, J.-J. — Muséum diluvianum. 
1746. — Naturgeschichte der Schweizerland. 
1752. — Helvetise Historia naturalis. 
1863. Schloenbach, U. — Ueber den Eisenstein des mittleren Lias im 

Nordwestlichen Deutschland(Zeitsch. der Geol. Gesells. t. XV.) 

1866. — Beitrâge zur Paléontologie der Jura und Kreideformation in 

Nordwestlichen Deutschland. (Dunker Palseontographica.) 

1867. — Ueber die Brachiopoden der Norddeuschen Cenomanbildungen. 

(Band I Heft 3 der geognostisch-palâontologischen Beitrâge 
von Benecke, Schlônbach und Waagen.) 

1868. — Die Brachiopoden der bôhmischen Kreide. (Pal. Mittheilungen.) 

1869. — Bemerkungen ùber den Brachialapparat von T. vulgaris. 

(Verhandl. d. K. K. Geol. Eeichsanstalt.) 
1809. Schlotheim, E. von — Brief an Karsten (Naturf. Freunde in 

Berlin, t. IV.) 
1813. — Leonhard's Minerai Taschenbuch, t. VII. 
1816-1817. — Beitrâge zur Naturgeschichte der Verstein. in geognostis- 

cher Hinsicht. (Denksehrift. der K. Akad. der Wissess. zu 

Mûnchen, t. 6.) 
1820. — Die Petrefactenkunde, etc. 

1820. — Petrefacten-Sarnmlung Erste Abtheilung, das Thierreich. 
1822-1823. — Nachtrâge zur Petrefactenkunde. 



96 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1832. — Systematisches Verzeichniss der Petrefacten. (Sammlung des 

verstorben Wirklichen geh. Raths Goth.) 
1868. — Ueber die Norddeutschen Galeriten-Schicliten und ihre Brachio- 

poden-Fauna. (Akad. der Wissensch.) 

1866. Schluter. — Teutoburger. Wald bei Altenbeken (Zeitschr. d. 

Deutsch. Geol. Ges. Bd. XVIII.) 
1846. Schmidt, F. — Petrefacten Buch. 
1854-1855. — Die neuesten Untersuchungen iiber die Brachiopoden. (Zeits- 

chrift fur gesammten Naturwiss. 1854, et Ann. and Mag. of 

Nat. Hist. 2 nd ser. t. XVI, 1855.) 
1858. — Silurische Formation von Ehstland, Nord Livland and Oesel. 

(Archiv. fur die Naturh. Liv. Ehstl. Bd. 2.) 
1875. — Einige Bemerkungen iiber die Podolischgalixische Silurformation 

(Akad. d. Wissensch.) 

1853. Schnur, S. — Beschreibung Eifeler Brachiopoden. (Palseontogr. 

von W. Dunker und H. v. Mayer.) 

1867. Schrenck, L. von — Mollusken des Amur Landes. 

1854. Schrenk, A.-L. — Reise nach dem Nordosten des europâischen 

Russlands. 
1775. Schroeter, J.-S. — Von dem innern Bau der Gryphiten. (Journ. 

fur die Liebhaber des Steinr., t. II, p. 323.) 
1779. — Lithologisches real und Verballexicon. 
1777-1785. Schrôter, S. — Die Terebratuliten (Espèces dévoniennes). 

(Abth. Naturgeschichte 1777. Leth. Lex. 4. 1785.) 
1817. Schumacher. — Essai d'un nouveau système des habitudes des 

Vers. 
1820. Schweigger. — Naturgeschichte. 
1759. Scilla, A. — De corporibus marinis. 
1853. Sedgwick, A. — On a proposed Séparation of the so called Caradoc- 

Sandstone into two distinct groups. (Quart. Journ. Geol. Soc. 

of London. vol. IX.) 
1837. — and Murchison, R. — On the physical structure of Devonshire. 

(Trans. Geol. Soc. of London, vol. V, 2 nd ser.) 

1864. Seebach, V. — Hannover Jura. 

1865. Seguenza, G. — Brevi cenni di ricerche geognostiche e organo- 

grafiche intorno ai Brachiopodi terziarii délie rocce Messinesi. 
(Ann. dell'Accad. degli aspiranti naturalisa di Napoli. sér. III, 
vol. V.) 

1865. — Paleontologia Malacologica dei Terreni terziarii del distritto di 

Messina. Brachiopodi. 

1866. — Intorno ai Brachiopodi Miocenici délie provincie Piedimontesi. 

(Ibid. sér. III, vol. VI.) 



MÉMOIRES 97 

1868. — La formation Zancléenne ou recherches sur une nouvelle for- 
mation tertiaire. (Bull. Soc. géol. France. 2 me sér. t. XXV.) 

1870. — Dei Brachiopodi viventi e terziarii publicati dal 0. S. Costa nell 
Bull. Mal. Ital. 1870. , 

1870. — Sul antica distribuzione geographica di talune specie malacolo- 

giche viventi. (Bull. Malac. Ital.) 

1871. — Brevi nota intorno le formazioni primarie e secondarie délia 

Provincia di Messina. (Bollet. R. Comitato Geol. d'Ital.) 
1871. — Studii Paleontologici sui Brachiopodi terziarii dell' Italia méri- 
dionale. (Bull. Malac. Ital.) 
1854. Semenow, P. — Ueber die Fossilen des Schlesischen Kohlenkalkes. 

(Zeits. Geol. Gesells.) 
1863. — und Muller, V. von — Ueber die oberen devonischen Schich- 

ten des mittleren Russlands. (Bullet. Acad. Se. St-Peter6- 

bourg, t. VII, p. 227.) 
1859-1864. Semper, C. — Sur l'animal de la Languie. (Zeitschrit fur 

wissenschaftliche Zool. t. II, 1859 et t. XIV, 1864.) . 
1865. Shaler. N.-S. — List of the Brachiopoda from the Island of Anti- 

costi, etc. (Mus. of Comparât. Zoôlogy.) 
1876. — On the fossil Brachiopods of the Ohio Valley. 

1847. Sharpe, D. — On Trematis, etc. (Proc. Geol. Soc. of London, 

vol. V.) 

1848. — Report on the fossil remains of Mollusca from the Palaeozoïc 

formation of the United States. (Quart. Journ. Geol. Soc. 
t. IV.) 

1849. — On the Geology of Oporto. (Ibid. t. V, p. 143.) 

1850. — On the secondary district of Portugal with lias on the North of 

the Tages. (Ibid. t. VI.) 
1853. — Descriptions of new species of Zoophyta and Mollusca from 
Portugal. (Ibid. t. IX.) 

1853. — Note on the Fossils of the Boulonnais. (Ibid. t. IX.) 

1854. — On the âge of the fossiliferous sands and gravels of Farringdon. 

(Ibid. t. X.) 
1870. Sharpe, S. — Oolites of Northamptonshire. (Proc. Geol. Soc. 

London, t. XXVI.) 
1873. — Idem part. 2. (Ibid. t. XXIX.) 
1858. Shumard, B.-F. — Notice of new Permian fossils of New Mexico 

and Texas. (Trans. Acad. se. of S l -Louis, t. 1, p. 290.) 
1858. — Observations on the geological Formations of the country bet- 

ween the Rio Pecos and the Rio Grande. (Trans. Acad. Se. of 

St-Louis, 1. 1.) 
1858. — Permian Fossils. (Ibid. t. I, p. 113.) 



98 SOCIÉTÉ MALACOLGIQUE DE BELGIQUE 

1859. — Notice on new fossils from the Permian strata of Texas and New 

Mexico. (Ibid. t. ï, p. 387.) 
1862. — Fossils of the primordial zone. (Ibid.) 

1858. — and Swallow, G.-C. — New fossils from the Coal measures of 

Missouri andKansas. (Ibid. t. I, p. 198.) 

1848. Sismonda, A. — Lettre de M. E. de Beaumont. (Brachiopodes etc.) 

(Bull. Soc. Géol. France, 2 me sér. t. V.) 
1851. Sjôqren. — Description de l'Ile d'Oeland. (Mém. Acad. roy. de 

Stockholm.) 
1816-1827. Smith. — Strata identified by organic remains. 
1780. Soldani. — Saggio orittographico, etc. 
1818. Sowerby, G.-B. — Remarks on the gênera Orbicula and Crania, 

(Trans. Linn. Soc. of London, vol. XIII.) 
1820-1824. — Gênera of Shells. 
1825. — Catalogue of Shells of the late Earl of Tankerville. 

1837. — Terebratula from the Cutch. (Trans. Geol. Soc. vol. V. 2 nd ser.). 
1842. — A Conchological Manual. 

1844. — Descriptions of fossils, in Darwin's volcanic Islands. 

1846. — Descriptions of sixteen new species of Brachiopoda. (Proc. Zool. 

Soc. London, 1846, p. 91.) 
1846-1847. — The récent Brachiopoda. (Thésaurus Conchyl. part. 

6 and 7.) 

1838. — and Lea. — On Crania and Orbicula. (Mal. and Conch. Mag.) 

1859. Sowerby, Jun f . — Illustrated Index of British Shells. 
1812-1829-1835-1845. Sowerby, J. — Minerai Conchology of Great 

Britain. 
1872. Stearns, R.-E.-C. — Proceedings of the Californian Academy of 

Sciences. (With figures of Magasella alvatica and Terebratella 

occidentalis.) 
1847-1848. Steenstrup, J. — Sur les affinités des Brachiopodes. (Acad. 

roy. de Danemark.) 

1849. Steininger, J. — Ueber die Versteinerungen des Uebergangs- 

gebirges der Eifel. 
1853. — Geognostiche Beschreibung der Eifel. 
1851. Stimpson, W. — Shells of New-England. 
1731. Stobœus. — Dissertatio Epis toi. (Acta Lit. Sci. Svec.) 
1872. Stoliczka, T. — Cretaceous Fanna of Southern India. Brachiopoda. 

(Pal. Indic, t. IV.) 
1866. Stossich, A. — Enumerazione deiMolluschi del Golfo di Trieste. 
1857. Strombeck. A. — Gliederung des Plâners im nordwestlichen Deutsch- 

land. (Nacht. zu dem Harze Geolog. Gesells.) 
1859. — Beitrag zur Kenntniss des Plàners ûber der Westphalischen 

Steinkohlenformation. (Geol. Gesells.) 



MEMOIRES 99 

1861. — Ueber den Gault und insbesondere die Gargas Mergel. (Aptien 
d'Orb.) in Nordwestlichen Deustchland. (Ibid.) 

1863. — Ueber die Kreide bei Lûneburg. (Ibid.) 

1866. — Ueber die Brachiopoden aus dem unteren Gault (Aptien) von 
Rhaus in Westphalen. (Ibid.) 

1869. — Beitrag zur Altersbestimmung des Grtinsandes von Rothenfelde 
unweit Osnabrùck. (Neues Jahrb. fur Min.) 

1845. Stbzelecki, P.-E. — Physical description of New South Wales and 
Van Diemen's land. Description of Brachiopoda by M r Morris. 

1853. Studer. — Géologie der Schweiz, t. II. 

1834. Sturt, C. — Two expéditions in to the interior of Southern Aus- 
tralia during the years 1828, 1829, 1830 and 1831. 

1852. Suess, E. — Uber Terebratula diphya. (Akad. der Wissensch.) 

1853. — uber die Brachial-Vorrichtung bei den Thecideen. (Ibid.) 

1853. — Zur Kenntniss des Stringocephalus Burtini. (Verhandl. C. Z. B. 

Vereines. 3.) 

1854. — uber die Brachiopoden der Kôssener Schichten. (Akad. der Wis- 

sensch. 1853-1854.) 

1855. — uber die Brachiopoden der Hallstâtter Schichten. (Ibid.) 

1855. — uber Meganteris eine neue Gattung von Terebratuliden. (Ibid. 

t. XVIII.) 

1856. — Classification der Brachiopoden von T. Davidson. (Traduit en 

allemand par E. Suess et A. Marschall.) 

1858. — Die Brachiopoden der Stamberger Schichten. 

1859. — Sur le Waldheimia Stoppani. 

1859-1860. — Ueber die Wohnsitze der Brachiopoden. (Akad. Wissens. 
Wien.) 

1860. — Einige Bemerkungen uber die secundâren Brachiopoden Por- 

tugais. (Vorgelegt in der Sitzung 1860.) 
1823. Swainson. — Philosophical Magazin. 
1855. Swallow, G.-C. — The first and second annual reports of the 

geological Survey of Missouri. 
1860. — Description of new fossils from the Carboniferous and Devonian 

rocks of Missouri. (Trans. of the Acad. of Se. of St-Louis, 1. 1 

p. 635.) 
1868. — and Hawn, F. — The rocks of Kansas. (Ibid. t. I, p. 173.) 
1868. Taslé, père. — Faune Malacologique marine de l'ouest de la France. 
1852. Tate, G. — On the Geology of the Howick Coast. (Proc. of the 

Berwischshire Naturalisas Club, t. III.) 
1858. — The Geology and Archseology of Beadnell Northumberland. 

(Trans. Berwickshire Nat. Club.) 



100 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

3859. — Fauna of the mountain limestone formation of the Berwickshire 
Coast. (Proc. Geol. Soc. of London, vol. IV.) 

1864. Tate, Ralph. — On the corrélation of the Cretaceous formations of 

the North East of Ireland. (Quart. Journ. Geol. Soc. of London 
vol. XXI.) 

1869. — Additional to the list of Brachiopoda of the British secondary 

rocks. (Geol. Mag.) 

1870. — A list of Irish liassic fossils. (Belfast Naturalisas field Club.) 

1870. — On the Palseontology of the junction beds of the town and midle 

lias of Gloucestershire. (Quart. Journ. Geol. Soc. of London 
vol. XXVI.) 

1873. — On the Palseontology of Skye and Raasay. (Ibid. vol. XXIX.) 

1875. — On the lias about Radstock. (Ibid. vol. XXXI.) 

1869. Tawney, E. — On the occurrence of Terebrat. diphya in the Alps 

of the Canton de Vaud (Quart. Journ. Geol. Soc. of London, 
vol. XXV.) 

1874. — Notes on the lias in the neighbourhood of Radslock. (Bristol. 

Nat. Hist. Soc. vol. I.) 

1854. Tchihatchef, P. de — Dépôts paléozoïques de la Cappadoce et du 

Bosphore. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 me sér. t. XI.) 

1875. Teall, J.-J.-H. — The Gotton and Wichen Phosphatic deposits. 

1865. Tenison Woods, J.-E. — Brachiopoda of the tertiary rocks of 

South Australia. (Adélaïde Phil. Soc.) 
1847. Tennant. — A stratigraphical list of British fossils. 
1850. Tekquem. — Observations sur quelques espèces de Lingules (du 

Lias). (Bull. Soc. Géol. France, 2 me sér. t. II.) 

1855. — Paléontologie du département de la Moselle. (Statistique de la 

Moselle.) 
1865. — et Piettc — Lias supérieur de l'est de la France. 

1871. Thielens, A. — Relation de l'excursion faite par la Société Mala- 

cologique de Belgique à Orp-le-Grand. (Ann. Soc. Malac. de 
Belgique, t. VI.) 

1870. Thomson. — Porcupine Report. (Proc. R. Soc.) 

1863. Thomson, T. — On the Geology of the Campbeltown district of 
Scotland. (Trans. of Geol. Soc. of Glasgow, vol. II.) 

1844. Thorpe. — British marine Conchology. 

1870. Tietze, E. — Ueber die devonische Schichten von Ebersdorf und 
ihre Conchilien Fauna. 

1859. Torrell, O. — Bitrag Spitzbergens Mollusker Fauna. 

1754. Torrubia, F. J. — Apparato para la Historia Natural Espaîïola. 

1773. — Historia Naturalis Hispanica. 



MÉMOIRES 101 

1869. Toula, F. — Uebereinige Fossilien des Kohlenkalks von Bolivia. 
(Sitzungsber. d. k. Akad. d. Wissens. zu Wien. t. LIX.) 

1873. — Kohlenkalk Fossilien von Spitzbergen. (Ibid. t. LXVIII.) 

1874. — Kohlenkalk und Zechstein-Fossilien aus dem Hornsand von 

Spitzbergen. (Ibid. t. LXX.) 

1875. — Eine Kohlenkalk-Fauna von den Barents Insein. (Ibid. t. LXXI.) 
1875. — Permo-Carbon-Fossilien von der Westkùste von Spitzbergen. 

(Neues Jabrb. der Miner, p. 225.) 
1867. Trautschold, H. — Thierreste des jungeren Bergkalks im Gouv. 

Moskau. (Bull, de la Soc. Imp. des Natur. de Moscou.) 
1867. Trenkner, W. — Palseontologische Novitâten vom nordwestlichen 

Harze. (Abhand. der Naturfors. Gesells. zu Halle, t. X.) 
1819. Turton. — A Conchological dictionary of the British Islands. 
1793. Ure, D. — History of Rutherglen and East Kilbride. 
1865. Val. — Verhandlungen der zoologisch-botanischen Gesellschaft 

in Wien. 
1872. Velatn. — Position stratigraphique des Calcaires à Ter. Janitor. 

(Bull. Soc. Géol. de France, 2 me sér. t. XXIX.) 
1862. Verani, J.-B. — Zoologie des Alpes maritimes (dans la Statistique 

générale du départ, des Alpes maritimes). 
1840. Verneuil, E. de — Sur quelques espèces intéressantes de Brachiopodes 

des terrains anciens. (Bull. Soc. Géol. de France, vol. XI.) 

1844. — Sur les équivalents du système Permien en Europe, etc. (Ibid. 

2 e sér. vol. I.) 

1847. — Note sur le parallélisme des dépôts paléozoïques de 1* Amérique 

septentrionale avec ceux de l'Europe. (Ibid. 2 me sér. vol. IV.) 

1848. — Note sur quelques Brachiopodes de l'Ile de Gothland. (Ibid.2 mc sér. 

vol. V.) 

1850. — Notice géologique sur les terrains de Sabero et de ses environs 
(Espagne). (Ibid. 2 me sér. vol. VII.) 

1855. — Sur la géologie d'Almaden, d'une partie de la Sierra Morena,etc. 
(Ibid. 2™ sér. vol XII.) 

1864. — Note sur les fossiles recueillis par M. de Tchichatchef aux environs 
de Constantinople. (Ibid. 2 me sér. vol. XXI.) 

1860. — et Barrande, J. — Sur l'existence de la faune primordiale dans la 
chaîne Cantabrique par C. de Prado. Description des fossiles 
par MM. de Verneuil et Barrande. (Ibid. 2 me sér. vol. XVII.) 

1853. — et Colomb. — Coup d'œil sur la constitution géologique de l'Es- 
pagne. (Bull. Soc. Géol. de France.) 

1845. — et d'Archiac. — Notes sur les fossiles du terrain paléozoïque 

des Asturies. (Bull. Soc. Géol. de France, 2 me sér. vol. II, 
p. 458.) 



102 SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

1850. — et de Lorière, G. — Sur les fossiles recueillis dans les mines de 

Poillé près de Sablé (Sarthe). (Bull. Soc. Géol. de France. 
2 rae sér. vol. VIL) 
1845. — Keyserling, A. et d'Orbigny, A. — Géologie de la Russie, 
vol. II, Paléontologie. 

1851. Vicary, major. — On the geology of the upper Punjaub and Pes- 

hawer. (Quart. Journ. Geol. Soc. vol. VII.) 

1864. Vicary, W. and Salter, J.-W. — On the pebble bed and fossils 

of Budleigh Salteston. (Quart. Journ. Geol. Soc. ofLondon 

vol. XX.) 
1845. Vogt, C. — Anatomie der Lingula anatina. (Nouv. Mém. de la 

Soc. Helvét. des Se. t. VIL) 
1846-1854-1872. — Lehrbucn der Géologie und Petrefaktenkunde l re éd. 

1846-47. 2™ éd. 1854. 3™ éd. 1872. 
1868. Volborth, A. — Ueber Schmidtia und Acrites, zwei neue Bra- 

cbiopoden Gattungen. (Akad. d. Wissenscb. in Wien.) 
1720. Volkman. — Silesia subterranea. 

1865. Waagen, W. — Versuch einer allgemeinen Class. der Schicbten 

des oberen Jura. 
1864. Wagener. — Ver handlungen der geol. Gesellschaft. Bd. XXL 
1821. Wahlenberg, G. — Petrifîcata telluris Svecanae examinata. (Act. 

Soc. reg. Scientiarum Upsaliensis vol. VIII.) 
1762-1769. Walch, J.-E.-J. — Das Steinreich systematisch entworfen. 
1775. — Naturforscher. 
1780. — Beitrag zur Geschichte der Gryphiten (Productus). (Natur. 

forseber XIV, p. 24 et 33.) 
1768-1773. — und Knorr. — Die Naturgeschichte der Versteinerungen. 
1799. Walcott. — Descriptions and figures of Petrefactions near Batb. 
1860. Walker, D. — On Arctic zoology. (R. Dublin Soc. Journal.) 

1867. Walker, T. -F. — On some new Terebratulidse from upware. (Geol. 

Mag. vol. IV.) 

1868. — On the species of Brachiopoda which occur in the Lower green- 

sandat Upware. (Ibid. vol. V.) 
1870. — On secondary species of Brachiopoda. (Ibid. vol. VIL) 
1775. Waller. — Systema Mineralog. IL 
1862. Wardle, T. — On the geology of Leek in Staff ordshire. A chapter 

contributed by T.-J. Sleigh. (Ancient Hist. of Leeds.) 
1867-1868. Weinkauff, H.-C. — Die Conchylien des Mittelmeeres. 

1866. Wetherell, J.-W. — On some fossils from the Margate Chalk. 

Proc. of Geol. Assoc. vol. III.) 

1867. White, C. — Preliminary notice of new gênera and species of 

fossils (Genus Meekella). (State Geol. Survey of Iowa.) 



MÉMOIRES 103 

1871-1873. — Preliininary report upon the Invertebrate fossils collected 
by the Expéditions of 1871-72-73. Eng. Dept. of U. S. 
Army. 

1868. — and St-JoHN. — Descriptions of new subcarboniferous coal 

measure fossil Brachiopoda. (Chicago Acad. of Se.) 
1860. White, C.-A. — Descriptions of seven new species of Brachiopoda 

from the Chemung Rocks at Burlington Town. (Boston Journ. 

ofNat. Hist. t. VII, p.226.) 
1769. Wilkens, C.-F. — Nachricht von seltenen Versteinerungen. 

1859. Wiltshire. — On the red chalk ofEngland. (Proc. Geol. Assoc.) 

1869. — On the red chalk of Hunstanton. (Quart. Journ. Geol. Soc. of 

London.) 

1862. Winchell, A. and Marc y, 0. — Descriptions of fossils from the 

Marshall and Huron group of Michigan. (Proc. of the Acad. 
of Se. of Philadelphia.) 

1863. — — Description of the founds of the yellow sandstones lying 

beneath the Burlington limestone at Burlington Iowa. (Ibid.) 

1865. Enumeration of Fossils collected in the Niagara limestone at 

Chicago, Illinois. 
1865. Notes on some fossils of the same âge previously described. 

(Proc. Acad. Se. of Philadelphia.) 
1865. Some indications of the Northward transportation of the drif 

material in lower Peninsula of Michigan. (Amer. Journ. Soc. 

and Arts. vol. XL.) 
1863-1867. Winkler, T.-C. — Annales du Musée Teyler. 
1840. Wood, S. — Catalogue of Crag Shells. (Ann. and Mag. of Nat. 

Hist. voL V.) 
1874. — A Monograph of Crag Mollusca Sup. (Pal. Soc.) 
1856. Wood. — Index Testaceorum. 

1830. Woodward. — A synoptical table of British organic remains. 
1833. — Outline of the geology of Norfolk. 
1854-1868. Woodward, S. -P. — A manual of the Mollusca. l re et 

2 e éd. 

1870. — Manuel de Conchyliologie, traduit par Humbert. 
1655. Worms, O. — Muséum Wormianum. 

1856. Wright, Th. — Palseontological and stratigraphical relations of 
the so called sands of the inferior Oolithe. (Quart. Journ. 
Geol. Soc. of London, vol. XII.) 

1858. — Lias fossils from Skye. (Ibid. vol. XIV.) 

1860. — On the subdivisions of the inferior Oolithe in the South of 

England. (Ibid. vol. XVI.) 

1877 7 



104 SOCIÉTÉ MALAGOLOG1QUE DE BELGIQUE 

1869. — Corrélation of the Jurassic Rocks of the Côte-d'Or and the Cot- 

teswold Hills. (Trans. Cotteswold Club.) 
1790. Wulfens, Z. — Abhandling von Tarnkentchen. 
1847. Yandell, L.-P. and Shumard, B.-F. — Contributions to the geology 

of Kentucky. 
1863. Young, John. — Notes on the genus Lingula and its occurrence in 

carboniferous strata beyound Glasgow. (The Collège Miscel- 

lany 1863.) 
1871. — and xAmstrong, J. — On the carboniferous fossils of the West of 

Scotland. (Trans. Geol. Soc. of Glasgow, t. III suppl.) 
1828-1875. — and Bird. — Geological Survey of Yorkshire Coast. 1828. 

New édition 1875. 
1846. Zejszner. — Géologie de Latwegs pojecia Zestoson nowe lub 

Needskladone opisane etc. (I Heft.) 

1846. Zeuschner. — Mémoire sur le Tatra. 

1847. — Ueber Terebratula diphya. (Wiener Gesavun. Abhandl. t. III.) 

1856. — Beschreibung einer neuer Rhynchonella genann R. pachytheca 

(Akad. d. Wissenschaften.) 

1857. — Palseontologische Beitrage sur Kenntniss der weissen Jura- 

Kalkes. 

1869. — Geologische Beobachtungen aus dem central Apenine. 
1832. Zieten, C.-H.-V. — Versteinerungen Wùrtembergs. 

1866. Zittel, K.-A., Hower und Suess. — Fossil Mollusca und Echini 
von new Zealand. 

1870. — Ueber der Brachial- Apparat bei einigen jurassischen Tere- 

bratuliden. (Palseont. Dunker und Zittel Band XVII.) 



MONOGRAPHIE 



DU 



Genre SINUSIGERA. d'Orb. 



ALFRED-E. GRAVEN 



(PLANCHES II, III, IV) 



— SÉANCE DU 7 MAI 1876 



D'Orbigny décrivit en 1846, dans le volume V (Moluscos) de YHis- 
toHa politica y natural de la Isla de Cuba de Ramon de la Sagra, une 
curieuse petite coquille pélagienne à laquelle il donna le nom de Sinusi- 
gera cancellata. Elle se trouve figurée pi. 23, fig. 7 à 9. La diagnose du 
genre Sinusigera se trouve dans la page 241 du livre, et à la page 108 on 
retrouve le Sinusigera dans une liste de Pectinibranchiata, dans la famille 
des Buccinidœ entre les genres Columbella et Planaxis. L'auteur annonce 
qu'il range provisoirement son nouveau genre près des Nassa, à cause de 
l'épaississement de la bouche ; il fait en même temps remarquer qu'il 
s'éloigne de tous les autres Buccinidœ par l'étroitesse de son ouverture. 

En 1852, lé professeur E. Forbes décrivit sous le nom de Cheletropis 
Huxleyi une autre petite coquille pélagienne, assez différente du SiniisL 
géra cancellata (d'Orb.), mais qui présentait les mêmes caractères dans la 
disposition de l'ouverture. Cette coquille est décrite dans le volume II du 



106 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

« Voyage of the Eattlesnake » de Macgillivray, p. 385 ; elle est figurée 
pi. III, fig. 9. 

L'auteur dit que le G. Huxleyi a l'aspect d'un Turbo en miniature, 
mais le considère comme étant probablement un ptéropode. Il ajoute que 
cette curieuse coquille pélagienne éclaircira peut-être la véritable nature 
et les habitudes de plusieurs types paléozoïques. 

MM. H. et A. Adams établirent, en 1853, la famille des Macgillivrayidce 
pour recevoir les genres Sinusigera et Macgillivray ta, ainsi que quelques 
autres mollusques pélagiens. 

En 1855, John D. Mac Donald publia dans les « Philosophical Trans- 
actions of the Eoyal Society » une notice surl'anatomie au Macgillivray ia 
peïagica (Forbes) et du Glieletropis Huxleyi (Forbes) et dans laquelle il 
propose la formation d'un nouveau genre de Gastéropode. 

Ce travail, ainsi qu'un supplément ajouté par l'auteur peu après, se 
trouve inséré dans le tome 145 des Phil. Trans. pp. 289-293 et 295-297. 
La planche XVI du volume sert à illustrer ces deux notices. 

Plus tard, le D r Gray désigna sous le nom de Strutliiolaria micro- 
scopica,xme petite coquille assez voisine du G. Huxleyi et qui fut recueillie 
pendant le voyage du « Blossom » dans l'océan Indien. C'est cette espèce 
qui fut décrite plus tard par A. Adams sous le nom de Sinusigera glabra. 

Dans une notice publiée, en 1857, dans les « Annals and Magazine of 
Natural History »(vol. XIX de la 2 e série, pp. 461-463), A. Adams annonce 
avoir recueilli, dans le filet de surface, deux espèces de Sinusigera, toutes 
deux différentes du S. Hîùxleyi (Forbes). 

Voici ce qu'il en dit : « L'une de ces coquilles est d'une couleur brun 
« rougeâtre foncé ; elle présente une spire élevée et est carénée sur le 
« dernier tour. L'autre espèce est d'une couleur rosée ou de chair ; elle 
« est beaucoup plus globuleuse que l'autre. Les deux espèces sont fine- 
« ment réticulées. Je regarde l'espèce à coloration foncée comme étant 
« l'espèce décrite en premier lieu pard'Orbigny : le Sinusigera cancellata. 
« Je dédie l'autre espèce à ce célèbre et consciencieux naturaliste. (Sinu- 
« sigera d'OrMgnyi (A. Adams). 

« L'animal si bien décrit et figuré par M. Mac Donald n'est nullement 
« craintif. Il semble se servir de ses bras céphaliques pour la reptation 
« qui s'opère la tête en bas, un peu à la manière d'un Octopus. Ces mêmes 
« bras remplissent également les fonctions de bras tentaculaires, attra- 
« pent et retiennent les petits crustacés dont ces mollusques se nourris- 
« sent. 

« Le genre Sinusigera appartient à la famille des Macgillivrayidœ 
« établie par mon frère et moi dans notre « Gênera of Mollusca » . Cette 
« division paraît cependant différer assez des autres Hétéropodes pour 



MÉMOIRES 107 

« constituer un sous-ordre spécial et distinct, qui pourrait être nommé 
« Bracliiocepliala. » 

Le même auteur décrivit en 1858, dans le vol. I er de la 3 e série des 
« Annals and Magazine of Natural History» (pp. 125-126), trois nouvelles 
espèces : les S. nitrea, S. trochoïdes et S. glabra. Il n'en donna toutefois 
que les diagnoses sans figures ni descriptions détaillées. 

Il en est de même pour deux autres espèces : les#. fusoïdeset 8. bicari- 
nata qu'il décrivit tout aussi sommairement dans le vol. VIII (1861, p. 402) 
de la même publication. 

Les espèces connues jusqu'ici s'élèvent donc au nombre de huit. Ce 
sont: S. cancellata d'Orb., S. Huxley r iForbes, S. d'Orbignyi A. Adams, 
a?, mtrea A. Adams, S. trochoïdes A. Adams, 8. glabra A. Adams, 
S.fusoides A. Adams et S. bicarinata A. Adams. 

Le StmtMolaria microscopica du D r Gray est vraisemblablement le 
S. glabra et, d'après ce que A. Adams dit à ce sujet, il serait peut-être 
bon de conserver le nom de microscopica qui a la priorité. 

Dans son « Manual of Mollusca » , S. -P. Woodward dit, mais sans donner 
aucune citation, ni surtout aucune preuve à l'appui de ce qu'il avance, 
que les Cheletropis représentent l'état jeune de mollusques gastéropodes 
appartenant à la famille des Muricidœ. 

Le D r Chenu, dans son « Manuel de Conchyliologie » , place provisoire- 
ment le genre Cheletropis-Sinusigera dans la famille des Macgillivrayidce 
parmi les Hétéropodes. 

Tel est, en résumé, l'état actuel des connaissances sur ce groupe curieux 
et intéressant de petites coquilles pélagiennes. 

Ayant eu le bonheur, pendant mes voyages en mer, de recueillir un 
grand nombre de Sinusigera appartenant à seize espèces distinctes, dont 
douze sont entièrement nouvelles, je crois utile, non seulement de faire con- 
naître les résultats de mes recherches, mais encore de réunir dans un 
travail monographique les observations, diagnoses et descriptions publiées 
antérieurement, de façon à obtenir un travail d'ensemble sur les coquilles 
composant l'intéressant groupe des Sinusigera. 

Je profiterai encore de cette occasion pour essayer de prouver que les 
coquilles du genre Sinusigera sont bien adultes et non l'état embryonnaire 
d'autres formes connues, ainsi que le pensent divers naturalistes. 

Si la publication de ce travail n'éclairait pas la question d'une manière 
suffisante, j'espère que les planches ci-jointes seront utiles aux naturalistes 
faisant des dragages sur la surface de la mer et qu'elles leur permettront 
de distinguer, plus nettement qu'il n'était possible de le faire jusqu'ici, 
les différentes espèces que l'on rencontre dans les filets. En admettant 
même que les Sinusigera fussent l'état embryonnaire d'autres mollusques, 






108 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

il est utile de bien connaître cet état, et nos planches serviraient alors à 
élucider les rapports de l'état embryonnaire avec la forme adulte. 

Mes devoirs comme officier à bord des navires dans lesquels j'ai recueilli 
ces mollusques ne me permettaient guère de travailler autant que je l'au- 
rais voulu. Je regrette surtout de n'avoir pu m'occuper que fort peu de 
l'organisation de l'animal. 

Mac Donald a heureusement pu faire des recherches minutieuses sur 
l'anatomie d'une des espèces du genre (le S. Huxleyi) et ses observations 
ont été confirmées par A. Adams. 

Les filets que j'employais pour recueillir les petites coquilles pélagiennes 
étaient composés d'une toile très fine et non d'étamine. 

Les êtres les plus microscopiques ne pouvaient donc échapper aux 
recherches : mais la résistance de l'eau étant alors considérable, j'ai du 
rendre mes filets très petits et je ne pouvais recueillir autant de mollus- 
ques pélagiens de grande taille: Ptéropodes, etc., que si j'avais constam- 
ment employé des filets en étamine. 

Ma collection de Ptéropodes étant déjà très considérable, je ne me suis 
occupé, pendant deux années de voyages en mer, que de la récolte des 
êtres pélagiens microscopiques. Mes peines ont été récompensées par la 
capture d'une énorme quantité de mollusques, de foraminifères, de radio- 
laires, de crustacés, etc. 

Les Sinusigera formant un groupe bien distinct parmi ces captures, 
j'ai commencé par eux mes études. 

Avant d'aborder la description des coquilles, je crois utile de résumer 
en quelques mots les rares observations que j'ai pu faire sur les habitudes 
de ces curieux petits êtres. 

Les Sinusigera sont, suivant mes observations, des êtres essentielle- 
ment pélagiens ; comme beaucoup de Ptéropodes, ils vivent en troupes, à 
la surface, dans la haute mer. Ils paraissent aimer le soleil et ne se mon- 
trent que rarement la nuit ; la plupart des Ptéropodes préfèrent, au con- 
traire, le crépuscule, certaines espèces même les nuits obscures. 

Il m'est souvent arrivé de prendre en même temps dans mes filets une 
vingtaine d'exemplaires d'une même espèce de Sinusigera, puis plus un 
seul individu pendant plusieurs heures. 

Après avoir rappelé les caractères génériques du groupe des Sinusigera, 
je vais maintenant donner la description détaillée de chacune des espèces 
que j'ai rencontrées dans le cours de mes recherches ; je reproduirai 
ensuite les diagnoses données par M. A. Adams pour d'autres formes non 
rencontrées par moi et je terminerai par la discussion de la question de 
savoir si les Sinusigera sont des coquilles adultes où l'état jeune ou lar- 
vaire de coquilles gastéropodes ou autres. 



MEMOIRES 109 



SINUSIGERA (d'Orb.). 

Synonymie. Struthiolaria pars(Gray). 
Cheletropis (Forbes). 

Coquille spirale, turbinée, dextre ou sénestre, imperforée, généralement 
munie de plusieurs carènes. Ouverture ovale, canalieulée antérieurement 
dans la plupart des espèces. Bord externe épaissi, ordinairement réfléchi 
et muni ou d'un lobe ayant une échancrure de chaque côté ou de deux 
lobes en forme de crochets. Coloration variable, généralement vive à l'état 
frais, ne se conservant pas avec toute sa fraîcheur après un certain temps 
d'exposition à la lumière ou même peu de temps après la récolte. 

Opercule toujours mince, vitré, très variable de forme dans les diffé- 
rentes espèces, étant tantôt spiral ou sub-spiral, tantôt à croissance con- 
centrique. 

Animal (celui du S. Huxley i seul est connu . Voir sa description donnée 
par Mac Donald). 



SINUSIGERA HUXLEYI. Forbes. 

PL II, fig. 2, a, b, c, d, e. 

Synonymie : Cheletropis Huxleyi . Forbes . 

Longueur 0,055 inches = l mm 383. 
Largeur 0,043 — == l mm 081. 

Cette espèce, presque toujours prise pour le type du genre, est bien 
connue ; mais la plupart des figures données par les auteurs ne montrent 
pas suffisamment les particularités de l'ouverture, si importantes dans le 
genre Sinusigera. 

La coquille a été décrite pour la première fois en 1851, par le profes- 
seur Forbes, sous le nom de Cheletropis Huxleyi. MM. H. et A. Adams 
ont cru pouvoir l'identifier avec le Struthiolaria microscopica du D r Gray ; 
mais je ne puis partager cette opinion, la taille et les caractères du 
microscopica suffisant à distinguer facilement les deux formes, ainsi qu'on 
le verra plus tard. 

L'anatomie du S. Huxleyi a été faite avec beaucoup de soins par 
M. Mac Donald et publiée dans les Philosophical transactions de 1865, 
pages 289-293 et 295-297. 



110 SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

Coquille. — Coquille un peu bombée, dextre, vitreuse, demi- transpa- 
rente, ouverture semi-ovale, canaliculée à la base, de hauteur égale à 
environ la moitié de la longueur totale de la coquille. Spire légèrement 
surbaissée, composée de 4 1/2 tours, dont le dernier est muni de deux 
carènes, les autres ne montrant que la carène supérieure. 

La carène supérieure, rapprochée de la suture, porte une série de petits 
tubercules allongés dans le sens transversal ; l'inférieure présente trois 
cordons longitudinaux disposés à intervalles inégaux dont les deux pre- 
miers sont séparés par une ligne de fines granulations. 

La suture, linéaire, porte une quantité de petits tubercules serrés, qui 
se rattachent, à la partie supérieure de l'ouverture, à la carène inférieure, 
laquelle vient s'éteindre dans le crochet médian. La columelle, légère- 
ment tordue, est recouverte de granulations disposées en lignes spirales 
parallèles. 

Le bord externe de l'ouverture est muni de deux expansions en gout- 
tière dont l'inférieure, plus petite, est située près du canal. La supérieure 
est placée au milieu du bord externe, qui est épaissi et réfléchi entre la 
suture et le crochet supérieur, ainsi qu'entre celui-ci et le crochet infé- 
rieur. 

La teinte générale de la coquille est d'un gris bleuâtre ; l'espace compris 
entre les deux premiers cordons de la carène inférieure, la suture, le bord 
externe et la columelle sont colorés en brun rougeâtre plus ou moins vif. 

Opercule. — Sub-quadrangulaire, à accroissements excentriques, 
développé autour d'un petit nucleus spiral situé près de l'angle inférieur. 
Il ressemble beaucoup à l'opercule des Atlanta et paraît très fragile. 

J'ai reproduit, fig. 2, d, d'après MM. H. et A. Adams, l'opercule de 
cette espèce; ce dernier ne paraît pas conforme à la description, attendu 
qu'il ne montre pas le nucleus spiral. 

Localités. — Deux exemplaires du S. Huxley! ont été recueillis par 
moi dans l'Atlantique septentrional, lat. 32° N., long. 19 1/2° 0. du 
méridien de Greenwich 1 . 

Mac Donald a recueilli cette espèce en abondance dans le détroit de 
Bass et dans l'Océan Pacifique méridional, entre Sydney et «Lord Howe's 
Island ». 



1 Ayant à mentionner souvent des longitudes dans ce travail, je ferai remarquer une 
fois pour toutes qu'elles sont calculées sur le méridien de Greenwich. Pour les réduire au 
méridien de Paris, il suffit d'ajouter 2 1/3° aux longitudes Ouest et de déduire 2 1/3° aux 

longitudes Est. 



MEMOIRES 111 

SINUSIGERA RETICULATA. Craven. 

PL III, fig. S, a, b, c. 

Longueur 0,026 inches = mm ,654. 
Largeur 0,017 — = mm ,428. 

Coquille. — Coquille un peu bombée, dextre, d'apparence solide, sommet 
aigu, spire composée de 5 à 5 1/2 tours; ouverture arrondie, aussi large 
que longue, représentant un peu plus du tiers de la hauteur de la coquille. 

Les tours de spire sont arrondis, un peu globuleux et sont couverts 
d'une série de côtes transversales rapprochées, dont les intervalles sont 
remplis par un grand nombre de stries longitudinales très serrées, croi- 
sant les premières et donnant à la surface une apparence réticulée. 

La partie inférieure du dernier tour est privée de côtes transverses, 
mais porte une série de cordons spiraux parallèles obscurément denticulés. 

La suture est simple et linéaire, bien accentuée ; la columelle est 
arquée, épaissie et recourbée à la base. Le bord externe de l'ouverture, 
très mince, transparent, est muni d'un appareil en forme d'aile présentant 
deux échancrures. 

L'échancrure supérieure part de la suture et offre deux sinus avant 
d'arriver au bord de l'appareil aliforme. 

L'échancrure inférieure, très simple, commence dans l'appareil aliforme 
et se prolonge jusqu'à la base de la columelle. 

La coloration générale est d'un brun foncé uniforme ; l'appareil ali- 
forme est transparent et d'une légère teinte bleuâtre. 

Opercule. — Spiral, très mince, transparent, composé de 2 tours, 
portant une strie médiane. Cet opercule rappelle celui des Spirialis. 

Localités, — J'ai recueilli une grande quantité d'exemplaires de cette 
espèce dans l'Océan Indien et près du cap de Bonne-Espérance : 



Lat. 


Long. 


Lat. 


Long. 


Lat. 


Long. 


32° S. 


— 30° E. 


34° S. 


— 32° E. 


39° S. 


— 22° E. 


11° S. 


— 80° £. 


10° S 


— 80° E. 


4°N. 


— 80 1/2° E 


5°N. 


— 79° E. 


8°N. 


— 76 1/2° E. 


14° N. 


— 86° E. 


15° N. 


— 72 3/4° E. 











J'en ai également rencontré près de Allippey et de Cochin, sur la côte 
occidentale de l'Hindoustan. 

Les mesures micrométriques prises sur de nombreux exemplaires ont 
démontré une grande constance dans la taille. Les différences constatées 
ne dépassent pas les dimensions données de mm 075. 



112 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

SINUSIGERA PERVERSA. Craven. 

PL III, fig. 4, a, b, c. 

Longueur 0,037 inches = mra ,930. 
Largeur 0,019 — = ,ura ,478. 

Coquille. — Coquille allongée, sénestre, mince et fragile ; sommet 
aigu. Tours de spire au nombre de 8 environ, s'accroissant graduelle- 
ment, le dernier tour n'étant guère plus grand que l'avant dernier. 
Ouverture petite, irrégulièrement ovale, plus longue que large, canali- 
culée à la base. Les tours sont ornés de 3 carènes dont l'inférieure, 
peu marquée, se perd dans la suture. La surface de la coquille est cou- 
verte de nombreuses côtes transverses, croisant les carènes et donnant à 
la coquille, nettement cancellée, des contours anguleux. Les côtes trans- 
verses ne descendent pas en dessous de la carène inférieure et la base de 
la coquille porte des stries longitudinales, contournant la columelle. 

La carène inférieure est composée d'une ligne de nodules circulaires et 
contigus, assez saillants et bien prononcés. La columelle est fortement 
arquée ; le bord externe, mince et non réfléchi, est armé vers le milieu 
d'un lobe en forme de crochet courbé en dedans. 

La coquille est d'une coloration brune uniforme, variable d'intensité, 
mais généralement très accentuée. 

Cette espèce est facilement reconnaissable à cause de son caractère de 
croissance sénestre qui lui est propre et qui ne se présente dans aucune 
autre espèce. Par la forme très simple du bord externe, elle caractérise 
moins le genre que la plupart des autres espèces. J'ai rencontré une 
variété dans laquelle la carène médiane manquait sur le dernier tour. 

Opercule. — Opercule à croissance spirale; transparent et très mince, 
composé de plusieurs tours de spire. 

Localités. — J'ai rencontré un très grand nombre d'exemplaires de 
cette espèce dans la mer des Indes, où elle paraît très commune. 



Lat. Long. 

Ho s. — 80° E. 

2° N. — 81° E. 

141/2° N. — 80° E. 
16° N. — 86° E. 



Lat. Long. 

1° N. — 82° E. 
2° N. — 81 4/2° E. 
8° N. — 76 1/2° E. 
lgo N . _ 86 o e. 



Lat. Long. 

1 1/2° N. — 82° E. 
11 1/2° N. — 81 1/2° JE. 

3° N. — 86 E. 
15° N. — 72 3/4 E. 



Nous l'avons également rencontrée près de Allippey et de Cochin sur 
la côte occidentale de THindoustan. 



MÉMOIRES 113 

SINUSIGERA MINIMA. Cmven. 

PL III, fîg. 5, a, b, c. 

Longueur 0,020 inches = mm ,503 
Largeur 0,013 — = mra ,327 

Coquille. — Coquille dextre, assez irrégulière, mince et fragile. Som- 
met aigu, 5 tours de spire. Ouverture petite, ovale, aussi longue que large. 
Les premiers tours de spire présentent une carène médiane, surmontée 
d'une rangée de tubercules inclinés et allongés, rapprochés les uns des 
autres. Le dernier porte, en outre, sous la carène deux rangées de tuber- 
cules plus petits séparés par de légères costules verticales, qui se prolon- 
gent jusqu'à la surface basilaire de la coquille où s'observent des stries 
spirales assez accentuées. 

Suture simple, légèrement ondulée. 

Columelle peu arquée, bord externe présentant deux échancrures nette- 
ment découpées, dont l'une est voisine de la suture et l'autre de la base de 
la coquille. 

Le lobe du bord externe, compris entre ces deux sinus, se prolonge en 
pointe vers le haut et vers le bas et constitue un appareil aliforme bien 
caractérisé. Le bord de cet appendice est mince et tranchant et se replie 
en dehors. 

La coquille est ordinairement colorée en brun pâle ; on rencontre cepen- 
dant des exemplaires de nuance assez foncée. 

L'appareil aliforme, très transparent, est d'une légère teinte bleuâtre. 

Opercule. — Opercule à croissance spirale, très mince et transparent ; 
il présente plusieurs tours de spire. 

Localités. — Près Mangaloe sur la côte occidentale de l'Hindoustan, 
ainsi que dans la mer des Indes, aux points ci-dessous : 



Lat. Long. 

11" S. — 80° E. 

4/2o S. — 83^ E. 
1/2° N. — 82. 1/2° E. 
5° N. — 79 E. 



Lat. Long. 

4» N. — 82°JE. 

1 4/2° N. — 82° E. 

2« N. — 84 4/2° E. 

8° N. — 76 4/2° E. 



Lat. Long. 

3 4/2° N. — 84 4/2° E. 
4°N. —80 4/2° E. 

4 4/2°N. — 8(KE. 
14o n # __ 86o E> 



Cette espèce est très commune et j'en possède une très grande quantité 
d'exemplaires, à peu près tous de la même taille. Elle est très petite, et 
c'est probablement pour cette raison qu'elle n'a pas été remarquée jus- 
qu'ici. 



114 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

SINUSIGERA MICROSCOPICA. Gray. 
PL II, fig. î, a, b. 

Synonymie : Struthiolaria microscopica. Gray. 

SlNUSIGERA GLABRA. A. Adams . 

Longueur 0,048 inches == l mm ,207. 
Largeur 0,036 — = mm ,880. 

Coquille. — Coquille dextre, anguleuse, lisse, luisante et transparente. 
Sommet aigu, tours de spire au nombre de 5. Ouverture ovalaire, de 
longueur égale à la moitié de la hauteur de la coquille. 

Le dernier tour est rendu anguleux par une carène composée d'une 
ligne de fins tubercules, comprise entre deux filets parallèles. 

La suture, qui se confond avec la carène des tours précédents, est net- 
tement indiquée et se compose d'une zone brunâtre, dans laquelle on dis- 
tingue difficilement de fines granulations serrées. 

La columelle, faiblement arquée, est canaliculée antérieurement ; elle 
est ornée de stries verticales, parallèles. 

Le bord externe est mince, réfléchi et muni de deux crochets. L'infé- 
rieur, simple et pointu, est contigu au canal; le supérieur se trouve au 
sommet du bord externe ; il est épaissi et se termine en projetant deux 
pointes. 

En dehors des deux crochets, le bord externe de l'ouverture est réflé- 
chi en dehors et présente une série de petits sillons longitudinaux for- 
mant crénelure. 

La coquille est d'une teinte grise uniforme, sauf les bords de l'ouverture, 
les crochets, la suture et la columelle, qui sont d'une teinte brunâtre plus 
ou moins accentuée. 

Localités. — MM. Gray et A. A dams ont recueilli cette espèce dans 
l'océan Indien, où je l'ai également rencontrée aux points suivants : 



Lat. Long. 
5° S. — 92° E. 



Lat. Long. 
^o n. —81° E. 



Je n'ai recueilli que quelques rares exemplaires de cette espèce, qni 
se rapproche beaucoup du Sinusigera Huxley i, mais qui en diffère par 
sa taille moindre, par l'absence de la seconde carène et par sa forme 
plus élancée et moins bombée. 



MÉMOIRES 115 



SINUSIGERA CANCELLATA. éTOrb. 

PL III, fig. 2, a, h c, d. 

Longueur 0,046 inches = l mm ,156. 
Largeur 0,039 — = mm ,980. 

Coquille. — Coquille dextre, globuleuse et mince, sommet obtus, 
tours de spire au nombre de 4 environ; le dernier très grand, compa- 
rativement aux autres. Ouverture ovale, plus longue que la moitié de 
la hauteur de la coquille ; elle est canaliculée à la base. 

La coquille est dépourvue de carène. Sa surface est finement réticulée 
par le croisement de stries longitudinales et de stries transversales, qui 
s'infléchissent en sens contraire, vers le milieu de la hauteur des tours de 
spire. 

Suture peu distincte, très faiblement granulée à la partie supérieure 
du dernier tour. 

La columelle est droite et porte, vers la moitié de sa hauteur, un épais- 
sissement ou pli transverse. 

Le bord externe est muni de deux lobes en forme de crochets; le lobe 
inférieur est simple et contigu au canal, le lobe supérieur s'élargit irré- 
gulièrement et rappelle vaguement la forme d'un trèfle. 

Le bord de l'ouverture est fortement réfléchi et très arqué entre la 
suture et le premier lobe, et entre celui-ci et le second. 

La partie située au-dessus du premier lobe porte une fine crénelure. 

La coloration de la coquille est d'un bleu d'indigo vif, sauf les premiers 
tours, les crochets et la columelle qui sont d'une nuance brune. 

Opercule. — Ovale, transparent, spiral, à tours peu nombreux et 
finement striés longitudinalement. 

Relativement à la taille de la coquille, l'opercule paraît assez grand. 

Animal. — Nous reproduisons, d'après d'Orbigny, la figure extérieure 
de l'animal. (Voir Histoire naturelle de l'île de Cuba, pi. III, fig. 2, c.) 

Localités. — J'ai recueilli plusieurs exemplaires de cette jolie espèce 
dans les mers des Indes aux points suivants : 



Lat. 


Long. 


Lat. 


Long. 


Lat. 


Long. 


lit» S. 


— 80° E. 


41° N. 


— 86° E. 


15° N. - 


- 73° E 



116 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

SINUSIGERA BRAZILIENSIS. Graven. 

PI. IV, fig. 1, a, h. 

Longueur 0,0195 inches = ram ,490. 
Largeur 0,013 — = mm ,327. 

Coquille. — Coquille dextre, mince, très fragile ; sommet large pour 
la taille de la coquille et arrondi ; quatre tours de spire. Ouverture ovale, 
plus large que longue, n'atteignant pas la moitié de la longueur de la 
coquille. La surface de la coquille est couverte de stries longitudinales 
assez éloignées les unes des autres dont trois, plus marquées, représentent 
probablement les carènes des autres espèces, mais ne sont que de simples 
côtes, non ornées. Suture simple, peu marquée. Columelle un peu arquée, 
épaissie, formant un canal à sa base. Bord externe très mince, muni de 
deux lobes simples, légèrement infléchis et dont l'inférieur est très petit. 
Coquille d'une couleur uniforme jaune pâle. 

Localité. — Je n'ai trouvé qu'une demi-douzaine d'exemplaires de 
cette espèce, près de la côte du Brésil, par lat. 12 1/2° S. Long. 33° 0. 

SINUSIGERA FUSIFORMIS. Craven. 
PL IV, fig. 2, a, l. 

Longueur 0,0255 inches = mm ,641 
Largeur 0,0125 — = mm ,314 

Coquille. — Coquille fusiforme, allongée, dextre; sommet aigu ; six 
tours de spire croissant graduellement. Ouverture de forme très irrégu- 
lière, canaliculée à sa base, deux fois plus longue que large. Le dernier 
tour est muni d'une carène, composée d'une côte saillante, qui va se 
perdre dans la suture du tour précédent. Au-dessous de la carène, la base 
est fortement striée dans le sens longitudinal; au-dessus de cette même 
carène (dans le dernier tour), et au-dessus de la suture (dans les autres), 
la moitié inférieure du tour est couverte de fortes côtes transverses et 
saillantes dont la partie supérieure est anguleuse et tient évidemment 
lieu d'une seconde carène : entre cette fausse carène et la suture du tour 
supérieur, la surface de la coquille est lisse. Suture très large et bien 
marquée, formée par une côte simple, peu saillante. Columelle un peu 
arquée, épaissie et couverte de plusieurs petits plis. Bord externe très 



MEMOIRES 117 

mince, non réfléchi, muni d'un appareil aliforme très remarquable, for- 
tement échancré à la suture, puis terminé par une pointe longue et fine du 
côté du sommet de l'ouverture : à la base de celle-ci, le canal est bordé 
par une prolongation ayant deux lobes et rejoignant la pointe du sommet 
dont nous venons de parler. Coquille d'un beau jaune, avec la suture et 
la columelle plus foncées. 

Localité. — Je n'ai recueilli qu'un seul exemplaire de cette singulière 
espèce, dans l'océan Indien, parlât. 1 1/2° N. Long. 82° E. 



SINUSIGERA BROECKIANA. Craven. 

PI. IV, fîg. 6, a, b. 

Longueur 0,047 inches *= l mm ,182. 
Largeur 0,032 — = mra ,804. 

Coquille. — Coquille dextre, bombée, assez mince et transparente ; 
sommet un peu large ; cinq tours de spire, dont le dernier et l'avant-der- 
nier sont très grands par rapport à la grandeur de la coquille. Ouverture 
irrégulièrement trigone, ayant un grand canal à sa base. Le dernier tour 
porte une carène, formée d'une simple strie peu saillante, et qui se perd 
dans la suture ; celle-ci simple et bien marquée. Sous la suture se trouve 
un petit sillon laissant bien voir les lignes d'accroissement. Entre ce sillon 
et la carène (dans le dernier tour), et entre ce sillon et la suture (dans les 
autres tours), la surface de la coquille est légèrement striée par des lignes 
rayonnantes très fines : ces lignes prennent une autre direction et sont 
transverses sur un étroit espace sous la carène. La base de la coquille porte 
des stries rayonnantes finement denticulées. La columelle est droite et 
porte un grand pli. Le bord externe est mince et très simple, n'ayant que 
deux échancrures bien prononcées. L'appareil aliforme n'est représenté 
dans cette espèce que par une simple prolongation, un peu infléchie, du 
bord externe. Coquille de teinte un peu jaunâtre : le sommet et les deux 
ou trois premiers tours d'un jaune rougeâtre, et la base de la coquille d'un 
brun assez foncé. 

Localités. — J'ai rencontré quelques individus de cette belle espèce 
dans les mers des Indes. 



Lat. Long. 
\\o s. _ 80 e E. 



Lat. Long. 
15° N. — 73°E. 



J'ai dédié cette espèce à mon collègue et ami Ernest Vanden Broeck. 



118 SOCIÉTÉ MALACOLQGIQUE DE BELGIQUE. 



SINUSIGERA STRIATA. Cmven. 

PI. IV, fig. 4, a, b. 

Longueur 0,020 inches = mm ,503. 
Largeur 0,0125 — = mm ,314. 

Coquille. — Coquille dextre, assez épaisse; sommet aigu. Cinq tours 
de spire croissant graduellement. Ouverture presque circulaire, canali- 
culée à sa base. Surface de la coquille couverte de fortes stries longitu- 
dinales qu'on pourrait presque nommer des carènes. Suture simple, assez 
mal prononcée. Colnmelle légèrement arquée. Bord externe un peu 
réfléchi et muni de deux échancrures simples formant entre elles un appa- 
reil aliforme simple, très mince et légèrement infléchi. Couleur de la 
coquille jaunâtre, avec la suture, la columelle et la partie réfléchie du 
bord externe d'un orange vif. Sommet souvent légèrement teinté de 
noir. 

Localités. — J'ai recueilli un assez grand nombre d'exemplaires de cette 
espèce près d'Allippey et de Cochin, sur la côte occidentale de l'Hin- 
doustan et dans l'océan Indien. 



Lat. Long. 
llos. — 80° E. 

1/2° S. — 83° E. 



Lat. Long. 
8°N. — 761/2°E. 
45° N. — 73°E. 



Cette espèce se distingue du Braziliensis par ses côtes longitudinales 
beaucoup plus nombreuses, par sa forme plus mince et par son sommet 
beaucoup plus aigu. 



SINUSIGERA DUBIA. Cmven. 

PI. IV, fig. 3, a, b. 

Longueur 0,027 inches «= mm ,679. 
Largeur 0,0145 — = mm ,365. 

Coquille. — ■ Coquille allongée, dextre, mince, luisante et presque lisse ; 
sommet aigu ; cinq et demi à six tours de spire croissant très régulière- 
ment; ouverture presque circulaire, ayant un très petit canal à sa base. 
Le dernier tour porte deux carènes dont l'une se perd dans la suture et 
l'autre, inférieure, plouge dans l'intérieur de l'ouverture : ces carènes ne 
se voient pas sur les tours précédents. Une rangée de petites stries fines, 



MEMOIRES 119 

transverses, se trouvent sur le dernier tour, au-dessus de la carène supé- 
rieure : ces stries deviennent de plus en plus fines en contournant l'avant- 
dernier tour et finissent par disparaître, laissant les autres tours lisses. 
L'on remarque à la base de la coquille quelques petites stries longitudi- 
nales très fines. La suture est très bien marquée et se compose d'une série 
de petits nodules arrondis qui se joignent. La columelle est un peu 
arquée et épaissie. Le bord externe est très mince et fragile : il porte deux 
écbancrures dont l'une, assez grande, part de la suture, et l'autre, plus 
petite, se trouve près de la base de la coquille. L'expansion aliforme entre 
les deux écbancrures est arrondie à sa partie supérieure et recourbée en 
forme de crocbet à sa base. La couleur de la coquille est d'un bleu pâle 
avec çà et là une légère nuance de jaune. La suture, les carènes et la 
columelle sont jaunes. 

Localités. — Je n'ai rencontré que quelques exemplaires de cette espèce 
dans l'Océan Indien. 



Lat. Long. 
40° S. — -80 o E. 



Lat. Long. 
1 4/2» N. — 82° E. 



Var. COSTATA. Cmven. 

Cette variété, au lieu d'avoir des stries fines sur le dernier tour et sur 
une partie de lavant-dernier, a des côtes plus ou moins saillantes, mais 
qui disparaissent comme les stries, sur l'avant-dernier tour. 

Je ne l'ai recueillie que près de la côte du Malabar par lat. 8° N. — 
Long. 76 1/2° E. 

Le Sinusigem d%bia est la seule espèce dont l'appareil aliforme est si 
fragile et si mince qu'il semble ne pas être une partie d'une coquille 
adulte et être d'une autre composition que la coquille elle-même. 

SINUSIGERA NYSTI. Cràven. 

(PI. II, ûg. 5, a, b.) 

Longueur 0,049 inches = l mm ,232 
Largeur 0,029 — = mm ,729. 

Coquille. — Coquille dextre, assez épaisse, sommet très aigu ; cinq et 
demi à six tours de spire. Ouverture presque circulaire, de la longueur 
du tiers de la coquille. Surface de la coquille très régulièrement réticulée. 
Pas de carène, mais stries transverses du dernier tour anguleuses à l'en- 
droit occupé par la carène dans la plupart des espèces. Columelle droite, 
sans canal. 

T. XII. 8 



120 



SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE. 



Péristome entier. Bord externe épais ; un peu réfléchi, muni d'un seul 
lobe, petit mais épais, en forme de crochet. Suture large et bien prononcée, 
ayant en-dessous d'elle un petit sillon dans toute sa longueur. Couleur 
uniforme d'un brun foncé, avec le bord externe un peu plus clair. 

Localité. — Je n'ai rencontré cette espèce qu'une seule fois, dans 
l'Océan Indien, Lat. 1/2° N. — Long. 82 1/2° E. 

J'ai donné à cette espèce de nom de Nysti, en l'honneur de mon excel- 
lent ami, M. H. Nyst. 

SINUSIGERA D'ORBIGNYI. A. Adam. 

(PI. II, fîg. 3, a, h.) 

Longueur, 0,0185 inches = mm ,465. 
Largeur, 0,015 — = mm ,377. 

Coquille. — - Coquille subglobuleuse, assez épaisse; sommet obtus et 
arrondi. Trois tours et demi de spire, le dernier beaucoup plus grand que 
les autres. Ouverture semi-ovale, non canaliculée à sa base. Surface de 
la coquille couverte de nombreuses côtes longitudinales, ou plutôt de 
carènes, entre lesquelles se trouvent de petites stries fines transverses, le 
tout donnant à la coquille un très joli aspect. Columelle régulièrement 
arquée. Bord externe réfléchi, un peu épaissi, muni de deux lobes dont 
l'inférieur est très simple, petit, obtus à son extrémité, et dont le supé- 
rieur est large et plissé intérieurement des deux côtés. La suture est 
simple, très peu marquée et pour ainsi dire pas visible sur les premiers 
tours. Couleur de la coquille d'un brun foncé uniforme, avec le bord 
externe un peu plus pâle. 

Localités. — M. A. Adams a recueilli cette espèce dans l'Océan Atlan- 
tique méridional, entre l'équateur et le cap Frio. Je l'ai trouvée en petite 
quantité dans l'Océan Indien, aux points suivants : 



Lat. Long. 
11° S. — 80° E. 



Lat. Long. 
1°N. — 82» E. 



Lat. Long. 
5° N. — 79° E. 



SINUSIGERA TECTURINA. Cmven. 

(PL II, fîg. 4, a. h) 

,006. 
,729. 



Longueur 0,04 inches = l n 
Largeur 0,029 — = 1 



Coquille. — Coquille d'une forme assez irrégulière, épaisse et assez 
solide. Sommet aigu. Quatre tours et demi de spire, graduellement crois- 



MEMOIRES 121 

sant en longueur, mais les deux derniers sont larges et les premiers très 
étroits. Ouverture en forme de secteur de cercle avec l'angle obtus, cana- 
liculée à sa base. La surface des deux premiers tours est lisse ; celle des 
suivants est assez remarquable : elle est ornée de deux rangées de gros 
nodules saillants en dessous de la suture, celle-ci étant également formée 
d'une ligne de nodules saillants. Sur le dernier tour, en dessous des ran- 
gées de nodules, se trouve une carène simple qui se perd dans la suture. 
La base de la coquille est couverte de plusieurs côtes plus ou moins 
grandes et qui se perdent dans l'intérieur. Columelle droite, mais garnie 
d'un grand pli épaissi et agréablement réticulé. Bord externe très carac- 
téristique, fortement réfléchi, épaissi et muni de deux lobes en forme de 
crochets, ayant leurs deux côtés réfléchis, et dont le supérieur est un peu 
plus grand que l'inférieur. Coquille d'un bleu assez foncé avec les nodules 
et le bord externe plus pâles, et avec une légère nuance de jaune sur la 
columelle et sur les crochets du bord externe. 

Localités. — J'ai recueilli un assez grand nombre d'exemplaires de 
cette belle espèce dans les mers des Indes, aux points suivants : 



Lat. Long. 

4 1/2° N. — 80°E. 



Lat. Long. 
15° N. — 73° E. 



SINUSIGERA COLBEAUIANA. Craven. 
(PI. IV, fig. 5, a, b.) 

Longueur 0,031 inches = mm ,779. 
Largeur 0,0235 — = mm ,591. 

Coquille. — Coquille un peu bombée, mince et fragile ; sommet arrondi 
et obtus. Trois tours et demi de spire, croissant assez régulièrement. 
Ouverture subovale, plus longue que large. Les deux premiers tours sont 
luisants et ne sont ornés que par de petits points cellulaires, les autres 
tours sont ornés de deux rangées de côtes transverses en dessous de la 
suture, et aussi de quelques petites stries longitudinales très fines. En 
dessous de ces rangées de côtes, se trouve une large carène composée de 
quatre ou cinq côtes longitudinales se perdant, à l'insertion du bord 
droit, moitié dans la suture, moitié dans l'intérieur de la coquille. Sous 
la carène se trouve une petite bande de stries trans verses. La base de la 
coquille est couverte de stries longitudinales. La columelle est droite et 
canaliculée à sa base. Bord externe réfléchi, épaissi et muni de deux 
lobes en forme de crochets. Ces lobes sont assez rapprochés l'un de 
l'autre, leurs extrémités sont émoussées et leurs bords réfléchis. La suture 



122 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

est bien prononcée et granulée. Couleur de la coquille d'un jaune uni- 
forme un peu brunâtre. 

Localité. — Je n'ai rencontré cette espèce qu'une seule fois, et en petit 
nombre d'exemplaires, sur la côte du Malabar, sous Lat. 15° N. — 
Long. 73° E. 

J'ai dédié cette espèce à notre honorable collègue, M. Jules Colbeau. 



SINUSIGERA ROSEA. Craven. 

(PI. III. fig, l,*, h.) 

Longueur 0,019 inches = mm ,478. 
Largeur 0,014 — = 0^,352. 

Coquille. — Coquille un peu bombée, mince ; sommet arrondi ; trois 
tours et demi de spire croissant graduellement, ouverture transversale- 
ment ovale, beaucoup plus longue que large. Surface de la coquille ornée 
de lignes longitudinales de petits nodules peu saillants. La base de la 
coquille est couverte de plusieurs côtes simples et saillantes, ou plutôt de 
carènes dont la supérieure se perd dans la suture. Suture large, profonde, 
simple et bien marquée. Columelle arquée, sans canal à sa base, épaissie 
et un peu réfléchie. Bord externe réfléchi et muni d'un simple appareil 
aliforme ayant deux échancrures, l'une commençant à la suture et l'autre 
à la base et donnant h l'appareil une forme de marteau. Couleur de la 
coquille bleuâtre avec une légère teinte rosée. La suture, la columelle et 
la partie réfléchie du bord externe d'un jaune un peu rougeâtre. 

Localités. — J'ai trouvé plusieurs exemplaires de cette espèce sur la 
côte occidentale de l'Hindoustan, près de Allipey et de Cochin et aussi en 
mer, par Lat. 15° N. — Long. 73° E. 

Nous reproduisons ici, à la suite de nos descriptions, et comme nous 
l'avons annoncé, les diagnoses des quatre autres espèces de Sinusigera 
connues et que nous n'avons pas rencontrées. 

SINUSIGERA VITREA. A. Adams. 

S. testa vitrea, semipellucida ; spira elata, conica ; anfractibus quinque, 
ultimo striis undulatis longitudinalibus ornato, ad peripheriam carina 
valida cincto et carina spirali antice instructo ; labio arcuato, in mu- 



MÉMOIRES 123 

crone simplici desinente , labro postice valde sinuato, margine incras- 
sato lobo rotundato in medio producto, lobo postice spina angulata 
armato. 

Hab. in Mare Sinense. 

SINUSIGERA TROCHOIDES. A. Adams. 

S. testa trocboidea, albida, spira brevi, conica ; anfractibus 3-4 pla- 
nuisculis, ultimo lineis longitudinalibus undulatis ornato, ad periphe- 
riam angulato et carina filiforme circumcincto; labio arcuato antice excur- 
vato, ad terminationem truncato et emarginato; labro margine incras- 
sato, valde sinuato etbilobato, labo antico valde producto, subspinoso. 

Hab. in Oceano Indico. 

SINUSIGERA FUSOIDES. A. Adams. 

S. testa ovato fusiformi, alba, subopaca; anfractibus tribus, ultimo 
magno, in medio tumido; apertura angusta; labio recto, crasso, antice 
producto, acuminato ; labro antice et postice sinuato, in medio lobato. 

Hab. in the Sea East coast of China. 

SINUSIGERA BICARINATA. A, Adams. 

S. testa ovato turbinata, fusca, semipellucida ; anfractibus 5 1/2 con- 
vexis, lœvibus, ultimo bicarinato ; basi carinula infra carinam inferiorem 
cincta; apertura ovata ; labio brevi, antice abrupte truncato ; labro mar- 
gine in medio lobato, antice et postice sinuato. 

Hab, Indian Océan. 



Le nombre des espèces connues du genre Sinusigera s'élève ainsi à 
vingt. Huit seulement étaient connues, mais la plupart imparfaitement, 
c'est-à-dire par suite de simples diagnoses. 

Outre les douze espèces nouvelles que je viens de décrire, il en existe 
sans doute un grand nombre d'autres, car mes recherches n'ont embrassé 
qu'une étendue limitée des mers tropicales. Bien que j'aie fait dans 
celles-ci de nombreux voyages, mes explorations successives ne m'ont pas 
permis d'étudier des régions différentes. 

Les Sinusigera sont-ils des mollusques adultes, ou bien repré- 
sentent-ils 1 état embryonnaire d'autres mollusques habitant la zone 
littorale? 



124 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Telle est la question qui se pose maintenant et qui d'ailleurs n'a jamais 
été étudiée d'une manière satisfaisante. 

Je crois utile d'exposer les raisons et les faits qui me font croire que ce 
sont bien des mollusques adultes. 

Tout d'abord, il est à noter que j'ai souvent recueilli des Sinusigera à 
de grandes distances des côtes. 

Dans une localité située en lat. 11° S. et en long. 80° E., j'ai une fois 
rencontré six espèces assez abondantes. 

Cette localité est à 720 milles nautiques, c'est-à-dire à plus de 
1,300 kilomètres de la terre la plus rapprochée, laquelle n'est autre chose 
qu'un groupe d'îlots, ou plutôt de rochers de corail, dont le plus grand 
se nomme Pona Molulique. 

Cette distance est considérable pour être traversée par des embryons. 

D'autre part, comment reviendraient-ils à la côte ? Ce n'est ni le vent 
ni des courants qui pourraient les y ramener, car, dans cette partie de 
l'Océan, la mer est généralement calme, les courants faibles et les tempêtes 
rares. 

La traversée d'une si grande étendue d'océan soit par les moyens de 
propulsion propres à l'animal, soit sous l'influence de vents faibles ou de 
courants, exigerait en tout cas un certain temps et, en supposant que 
nous ayons affaire à des mollusques embryonnaires, ce temps leur permet- 
trait de se développer et de grandir. 

Mais il n'en est pas ainsi. Les exemplaires d'une même espèce sont 
toujours à peu près de la même taille. Ceux que j'ai recueillis près des 
côtes ont la même taille que ceux que j'ai trouvés au large dans l'Océan. 
Je crois d'ailleurs que jamais l'on n'a recueilli d'individus de Simtsigera 
qui montrassent un passage du soi-disant état embryonnaire à une forme 
plus adulte. Personnellement, je n'ai jamais rien observé qui pût faire 
croire à l'existence de tels passages. 

C'est au jeune âge de mollusques de la famille des Muricidés que l'on a 
cru pouvoir rapporter les Sinusigera. 

La famille des Muricidés est très répandue dans toutes les parties du 
monde, et on en trouve même des représentants sur nos côtes. Or, je n'ai 
jamais entendu dire que l'on eût trouvé des Sinusigera dans les mers du 
Nord ; et ils sont rares dans l'océan Atlantique, même dans sa partie méri- 
dionale. Les côtes qui bordent cet océan sont cependant habitées par un 
grand nombre d'espèces appartenant à la famille des Muricidés. 

Par leur forme et leur aspect, les Sinusigera ne rappellent nullement 
des coquilles embryonnaires. Elles sont parfaitement formées ; elles ont 
plusieurs tours de spire; elles sont striées, costulées, ornées et sculptées 
avec une grande délicatesse, ce qui s'observe rarement chez les jeunes 



MÉMOIRES 125 

mollusques, ordinairement lisses et composés de très peu de tours. 

L'appareil aliforme, que l'on trouve plus ou moins développé dans 
toutes les espèces de Sinusigera, paraît dans plusieurs espèees être un 
appareil parfaitement adulte : les bords sont refléchis et repliés d'une 
façon si complète et l'ornementation de la coquille disparaît si graduel- 
lement au voisinage de la bouche que l'on aurait grand peine à admettre 
une nouvelle phase de croissance. 

Mon ami M. Ern. Vanden Broeck a eu l'occasion, en extrayant les Fora- 
minifères de plusieurs échantillons de sables littoraux de l'Océan Indien, 
d'observer une grande quantité de très jeunes coquilles de divers genres 
et surtout de nombreuses espèces de mollusques gastéropodes, parmi les- 
quelles se trouvaient plusieurs espèces du genre Murex. Or, les jeunes 
gastéropodes, n'ayant que mm ,50 à l mm ,50, dimensions dont ne s'écarte 
aucune espèce du groupe des Sinusigera, lui ont presque toujours montré 
un nombre de tours inférieur à celui que présentent nos petites coquilles 
pélagiennes c'est-à-dire de 4 à 6 et même de 7 à 8, comme dans le S. per- 
nersa Craven. Jamais il n'a retrouvé chez ces jeunes gastéropodes la 
délicatesse et l'élégance des formes si constantes chez les Sinusigera. 
Jamais enfin les stries, les côtes et les ornements de la coquille n'appa- 
raissent avec cette profusion de détails qui donne un faciès si remar- 
quable à presque toutes les espèces que j'ai figurées. 

La plupart de ces jeunes gastéropodes se distinguent aisément par 
leurs formes peu élégantes et lourdes et surtout par un nucleus plus ou 
moins volumineux qui constitue généralement le sommet de la spire. 
Presque toutes les espèces du genre Sinusigera présentent au contraire 
une spire élevée, parfois même très aiguë. 

J'ai fait remarquer que le prolongement ailé et bizarrement découpé qui 
forme le côté droit de l'ouverture de tous les Sinusigera est parfois très 
épaissi ou replié et réfléchi en dehors et indique à l'évidence une croissance 
complète. Le S. tecturina, par exemple, montre ce caractère d'une façon 
remarquable. 

Or, ni M. Vanden Broeck ni moi, nous n'avons jamais pu retrouver ni 
dans les coquilles de jeunes gastéropodes de l'Océan Indien, ni dans les 
premiers tours d'échantillons plus développés, aucune trace de ces épais- 
sissements, de ces replis et contours si singuliers que présente la bouche 
des coquilles du genre Sinusigera. 

Le Sinusigera perversa est très abondant dans l'Océan Indien, où je l'ai 
rencontré en treize localités différentes, toujours à la surface des flots. 
Si cette belle espèce sénestre, qui a jusque 8 tours de spire, représentait 
l'état jeune d'un gastéropode quelconque des côtes de l'Océan Indien, il 
serait aisé de retrouver celui-ci, non seulement à cause de la netteté des 



126 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

caractères de la coquille, mais par suite du sens anormal de l'enroulement. 
Mais il n'en est nullement ainsi. Aucun mollusque gastéropode de ces 
régions ne peut, à ma connaissance, se rapporter au S. perversa. On ne 
pourrait non plus citer aucune espèce dextre à nucleus sénestre dont le 
jeune âge serait cette coquille pélagique. 

Les observations anatomiques faites par Mac Donald et A. Adams sont 
me paraît-il, bien suffisantes pour écarter entièrement l'idée qu'une orga- 
nisation aussi spéciale, aussi bien caractérisée que celle dévoilée par l'étude 
des 8. cancellata et S. Hiixleyi, ne serait qu'une pbase transitoire ou lar- 
vaire. La disposition des tentacules, du siphon respiratoire, celle des 
branchies surtout, la présence de plaques triturantes et la dentition lin- 
guale constituent des caractères de réelle valeur, éloignant considérable- 
ment les Sinusigera de la famille des Muricidés et des autres gastéropodes 
prosobranches. 

Je ferai particulièrement remarquer la disposition, le nombre et la 
forme des dents du ruban lingual, complètement différents de ce que l'on 
observe chez les Murex et dans les types voisins. On sait que les carac- 
tères tirés de ces organes ont une grande valeur dans la classification des 
mollusques. Aucun genre connu n'offrant de dents linguales analogues à 
celles du Sinusigera Huxleyi, on peut donc conclure que cette petite 
espèce et ses voisines forment bien un groupe distinct de mollusques péla- 
giens parfaitement adultes. 

L'opercule des Muricidés est à croissance concentrique et à nucleus 
subapical. Or, l'opercule du S cancellata figuré par A. Adams, celui du 
S. reticulatà, du S. perversa et du S. minuta figurés par moi, présentent 
une croissance spirale et offrent plusieurs tours bien distincts. 

Je ferai remarquer que c'est là un fait important : la présence d'un 
opercule en spirale interdisant tout rapprochement entre les Muricidés 
et les espèces que je viens de citer. 

J'ajouterai qu'il est intéressant de noter que l'opercule du S. Huxleyi 
diffère sensiblement de celui des espèces précédentes. Il est de forme ova- 
laire et est marqué de lignes d'accroissement concentriques développées, 
paraît-il, autour d'un petit nucleus spiral situé vers l'une de ses extrémités. 
C'est du moins ce qu'indique la description donnée par Forbes : mais 
sa figure reproduite ici dans mes planches n'indique pas clairement ce 
nucleus spiral. 

Quoi qu'il en soit, l'opercule du S. Huxleyi diffère beaucoup de celui 
des autres espèces énumérées plus haut. Comme cet opercule de Sinusi- 
gera était le seul connu jusqu'ici (d'après la figure de Adams) et qu'il 
présente le même aspect que celui des Muricidés, on comprend aisément 
que plusieurs naturalistes ont cru pouvoir rapporter au jeune âge des 
Muricidés les coquilles du groupe des Sinusigera. 



MEMOIRES 127 

J'ai dit tantôt que les Sinusigera étaient des êtres pélagiens, vivant 
généralement à grande distance des côtes. Je dois ajouter cependant que 
le long des côtes de l'Hindoustan, j'ai recueilli un plus grand nombre d'es- 
pèces et d'individus que dans la haute mer. Je crois pouvoir en donner la 
raison. 

Pendant la moitié de l'année, la partie de l'océan comprise entre le cap 
Comorin et Bombay (région où j'ai effectué mes recherches les plus fruc- 
tueuses) est d'un calme remarquable. Pendant les premières heures du 
matin, le vent vient du côté de la terre ; et pendant quelques heures de 
l'après-midi, la brise de mer souffle à son tour. Pendant le reste du jour 
et durant toute la nuit, règne un calme complet accompagné d'une cha- 
leur extrême. 

Ces conditions sont on ne peut plus favorables aux êtres pélagiens, 
aussi la vie animale pullule dans cette région. En même temps que mes 
Sinusigera j'ai recueilli une quantité de Ptéropodes et d'autres animaux 
essentiellement pélagiens. Il ne me paraît donc pas que le fait d'avoir 
recueilli tant de /Sinusigera près des côtes de l'Hindoustan prouve qu'ils 
habitent sur ces côtes mêmes. Il n'en est d'ailleurs nullement ainsi pour 
les Ptéropodes qui accompagnent les Sinusigera. 

Je serai très reconnaissant à quiconque, ayant lu ces lignes, voudra 
bien me communiquer des observations sur le sujet que je viens de 
traiter. Je désirerais aussi connaître les motifs qui pourraient encore 
engager des malacologues à regarder les Sinusigera comme de jeunes 
coquilles de gastéropodes. Jusqu'à preuve du contraire, je regarde le 
groupe des Sinusigera comme nettement caractérisé et appartenant à une 
classe bien distincte de celle des gastéropodes. 

J'ajouterai encore que ce groupe présente le plus vif intérêt pour ceux 
qui ont le bonheur de pouvoir faire des recherches sur la faune de la 
surface de la mer ; bien des formes curieuses viendront encore s'ajouter 
aux vingt espèces actuellement connues. 

Je suis heureux d'adresser ici mes meilleurs remerciements à mon ami 
M. Ernest Vanden Broeck, pour les recherches qu'il a bien voulu faire 
dans les sondages des côtes de l'Hindoustan au sujet de la comparaison 
avec les jeunes coquilles de gastéropodes, ainsi que pour les idées qu'il m'a 
suggérées et les observations qu'il m'a communiquées sur divers points 
de ce travail. 



BULLETINS 



DE LA 




I 



v r 





DE 



BELG-IQTJE 



TOME XII 

(DEUXIÈME SÉRIE, TOME II) 



ANNÉE 1877 



à 



BRUXELLES 



TYP. DE M»* M. WEISSENBRUCH 

IMPRIMEUR DU HOI 
45, RUE DU POINÇON, 45 



I 



BULLETIN DES SEANCES DE LA SOCIÉTÉ 



BULLETIN DES SEANCES 



DE LA 



r r 



SOCIETE MALACOLOGIQUE 



DE 



BELGIQUE 



Séance du 7 janvier 1877. 

Présidence de M. Crocq. 

La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM. Crocq, président; Deby; Roniaen; De la Fon- 
taine ; E. Colbeau ; J, Cornet ; Cogels; Fologne; Vanden Broeck; Rutot; 
Lefèvre ; J. Colbeau, secrétaire. 

MM. H. Roniaen, E. Vincent, J. Deby, assistent à la séance. 

MM. Weinmann, Lambotte, Vincent, font excuser leur absence. 

Le procès-verbal de la séance du 3 décembre 1876 est adopté. 

M. Roniaen, vice-président, ayant demandé la parole, s'exprime comme 
suit : 

« Monsieur le Président, 

« Le corps électoral de Bruxelles honorant en vous un nom illustré 
par la science, une vie synonyme de probité, vous a confié hier le mandat 
de sénateur. 

« Quoique la Société Malacologique, qui s'honore de travailler sous 
votre présidence, ne s'occupe de rien moins que de politique, elle ne peut 
négliger de s'associer aux nombreuses marques de sympathie qui vous 
sont sans doute déjà parvenues , et elle vous prie, cher Président, 



VI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

d'accueillir les chaleureuses félicitations qu'il serait peut-être plus juste 
d'adresser au corps électoral lui-même qui, cette fois, a été si bien inspiré 
dans son choix. » (Applaudissements.) 

M. Crocq remercie la Société pour la marque de sympathie qu'elle 
vient de lui donner. C'est à son travail scientifique seul qu'il doit le 
mandat qui vient de lui être confié. Cette position exceptionnelle dans 
l'assemblée où il va siéger l'oblige à quelque chose : à représenter et à 
défendre les intérêts scientifiques et l'enseignement des sciences. 
L'instruction est le moyen par lequel un pays peut le plus s'illustrer, 
et pour elle on ne saurait jamais faire trop de sacrifices. (Applaudisse- 
ments.) 

Correspondance. 

La Société Zoologique d'Amsterdam demande qu on lui fasse savoir 
quelles sont celles de ses publications que notre Société possède, afin de 
compléter autant que possible ce qui pourrait lui manquer. 

L'Institution Smithsonienne remercie pour la réception des Procès- 
verbaux des séances de la Société. 

La Société Eoyale des Sciences d'Upsal annonce l'envoi de ses publi- 
cations. 

M. Élie Gaucher remercie pour sa réception comme membre corres- 
pondant de la Société. 

La Société Médico-Chirurgicale de Liège désirerait savoir ce que la 
Société se propose de faire relativement à la question de l'exploration 
scientifique de l'Afrique, avant de prendre elle-même une résolution à cet 
égard. 

La Société Géologique de Belgique annonce qu'elle a souscrit pour une 
somme de cent francs à cette œuvre. 

Le Conseil de salubrité publique de la province de Liège approuve 
l'appui que les Sociétés scientifiques devraient donner à ce projet, mais 
étant subsidié, il ne croit pas pouvoir intervenir pécuniairement dans 
l'entreprise. 

La Société belge de Microscopie approuve également l'idée d'une 
manifestation collective et se mettra volontiers à la disposition du Comité 
directeur de ce projet si son concours scientifique vient à lui être 
demandé. 

L'Association Américaine pour l'avancement des sciences adresse une 
circulaire relative à un Congrès géologique international qui serait con- 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 VII 

voqué à Paris, pendant l'exposition de 1878, et invitant les Sociétés à 
prendre part à l'exposition pour la partie géologique. 

L'Académie Royale des Sciences de Turin adresse le programme du 
prix Bressa institué pour le travail ou la découverte la plus utile en fait de 
sciences, et qu'elle est chargée d'adjuger. 



Dons et envois reçus. 
<> 

Brochures offertes par leurs auteurs, M. G. Jeffrey s {New and peculiar 
Mollusca of the Pecten, Mytilus and Arca familles procured in tlie 
« Valorous » expédition et The « Valorous » Expédition. Reports by 
D r Cf. Jeffrey s and D T C arpenter); M. Napoleone Pini (Molluschi ter- 
restri e d'acqua dolce viventi net territorio di Esino); M. A. Rutot (Rap- 
port sur l'excursion annuelle de la Société Malacologique, 17 septembre 
1876, et Note sur les divisions à établir entre quelques espèces de grandes 
Rostellaires du terrain éocène); M. Ern. Vanden Broeck (Notes sur une 
excursion scientifique en Suisse, août-septembre 1875); M. E . Colbeau (Mol- 
lusques terrestres et fiumatiles vivants du canton de Walcourt); M. Seno- 
rier (Revue allemande et italienne) ; M. Th. Lefèvre (Qu'est-ce qu'un 
Brachiopode? par Th. Davidson, traduit par Th. Lefèvre); M. Th. Davidson 
(Notice sur la vie et les travaux de sir Charles Lyelï); M. Fr. Crépin 
(Note sur le Pecopteris odontopteroides et Nouvelles recherches sur le 
Pecopteris odontopteroides). 

Publications reçues en échange, de la part de l'Académie Impériale des 
Sciences de Saint-Pétersbourg, de l'Institut Impérial-Royal Géologique 
d'Autriche, de la Fédération des Sociétés d'Horticulture de Belgique, de 
la Ligue de l'Enseignement, des rédactions du Moniteur horticole Belge, 
du Moniteur industriel Belge, de la Feuille des Jeunes Naturalistes, et des 
Sociétés suivantes : Royale des Sciences de Finlande, Linnéenne du Nord 
de la France, Royale des Sciences médicales et naturelles de Bruxelles, 
Royale Linnéenne de Bruxelles, des Sciences physiques, naturelles et 
climatologiques d'Alger, Géologique de France, Royale de Pharmacie de 
Bruxelles, Belge de Microscopie, Entomologique de Belgique, Royale des 
Sciences d'Upsal, Géologique de Londres, Impériale des Naturalistes de 
Moscou, d'Histoire naturelle et de Médecine de la Haute-Hesse, Italienne 
des Sciences naturelles. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le Secrétaire dépose pour la bibliothèque trois exemplaires du Procès- 
verbal de la séance de la Société du 3 décembre 1876, et trois exemplaires 
du tome X, 1875, des Annales de la Société, ainsi qu'un exemplaire des 



VIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

tirés à part suivants du tome XI, des Annales : Rapport sur l'excursion 
annuelle de la Société Malacologique (17 septembre 1876), par A. Rutot; 
Rapport sur le travail de M. Rutot « Description de la Rostellaria 
robusta » , par M. Lefèvre, et du tome X : Notes sur une excursion scienti- 
fique en Suisse, par Ern. Vanden Broeck; Qu'est-ce qu'un Brachiopode? par 
Th. Davidson, traduit par Th. Lefèvre; Notes sur quelques Scalaires éocènes 
des environs de Bruxelles , et Notes sur trois coquilles fossiles du terrain 
laekenien, par G. Vincent; Excursion de la Société Malacologique à 
Namur, Mollusques vivants, par F. Plateau; Relation au point de vue 
paléontologique de l'excursion de la Société à Namur, par A. Rutot ; Notice 
sur les sables inférieurs du Soissonnais, par A. Watelet. 

Rapports sur les travaux présentés. 

MM. Vanden Broeck et Colbeau donnent lecture des rapports suivants 
sur le travail de M. Alf. Craven, intitulé : Sur le Genre Sinusigera. 

Rapport de M. Vanden Broeck sur le travail de M. Craven : Sur le 

Genre Sinusigera. 

Mettant à profit les loisirs que lui laissaient, pendant de longues tra- 
versées, ses devoirs d'officier de marine, notre collègue, M. Craven, a eu 
l'heureuse idée de recueillir, surtout pendant ses voyages dans les mers 
tropicales, les mollusques et les animaux inférieurs qui flottent parfois 
si nombreux en certaines régions de l'océan. Il a ainsi recueilli des 
collections d'un intérêt, d'une richesse et d'une beauté vraiment remar- 
quables, ainsi que plusieurs d'entre nous ont pu en juger. 

Outre une série de Ptéropodes, sans doute unique dans son genre, 
M. Craven a recueilli un grand nombre d'animaux pélagiens, dont la 
plupart n'ont pas encore été décrits. 

Le travail qui nous est présenté aujourd'hui a pour but de faire con- 
naître une remarquable série de coquilles microscopiques du groupe des 
Sinusigera, recueillies par M. Craven à la surface des flots, pendant 
diverses traversées dans l'océan Indien, dans l'océan Atlantique méri- 
dional et dans le Pacifique. 

L'auteur a retrouvé quatre des huit espèces précédemment décrites et 
nous fait connaître douze types nouveaux, dont presque tous sont extrê- 
mement remarquables, tant par la beauté de la coquille que par la netteté 
de leurs caractères différentiels. Ces nouvelles recherches portent donc 
à 20 le nombre des espèces qui se rapportent au groupe des petites 
coquilles pélagiennes, rangées dans le genre Sinusigera. 

L'auteur décrit avec beaucoup de précision, de soin et de méthode, 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 IX 

chacune des seize formes qu'il a recueillies. Les descriptions, très com- 
plètes et très minutieuses, ne laissent rien à désirer. Celles des espèces 
déjà connues se trouvent accompagnées des renseignements anatomiques 
que Adams et Mac-Donald ont fait connaître. L r auteur n'a malheureuse- 
ment pu observer ni décrire en vie les espèces qu'il a recueillies; mais 
chaque fois qu'il a retrouvé l'opercule, il l'a soigneusement dessiné; ce 
qui a donné lieu à des résultats fort importants. 

La localité exacte des diverses prises est soigneusement notée et indi- 
quée en longitude et en latitude à la suite de la description de chaque 
espèce. Certaines formes décrites par M. Craven se trouvent représentées 
dans ses collections par plusieurs centaines d'échantillons et ont été 
recueillies en 10, 13 et 14 localités différentes, ce qui montre la valeur 
et la portée de ses observations. 

Les quatre planches coloriées, exécutées par l'auteur et représentant 
les seize formes observées par lui, sont de toute beauté, et ses dessins ont 
de plus le mérite d'une scrupuleuse exactitude. J'ai pu m'en assurer lors 
d'une excursion que j'ai faite dernièrement en Angleterre et dont j'ai 
profité pour étudier attentivement, chez M. Craven, toutes les espèces de 
Sinwsigera figurées sur ses planches. Les frais de l'impression en couleur 
de ces quatre planches eussent été, pour les finances de la Société, un 
sacrifice assez sérieux, mais devant lequel nous ne pouvions reculer, 
non seulement à cause de la valeur du travail, mais encore à cause du 
relief que doit donner à nos Annales la publication de ce beau mémoire. 
Mais je suis heureux de rappeler à nos collègues que, grâce à la géné- 
rosité de M. Craven, qui s'est spontanément offert à couvrir une partie de 
ces frais, nous n'avons même pas à nous occuper de la question 
financière. 

La question de savoir si les Sinusigem sont des coquilles pélagiennes 
adultes, formant un groupe distinct dans la classe des Hétéropodes, ou 
bien représentent l'état larvaire de certains Gastéropodes prosobranches, 
cette question, dis-je, divise encore actuellement les malacologues les plus 
autorisés. 

Les observations, les arguments et les faits énumérés par M. Craven 
dans son intéressant travail, me paraissent de nature à ne plus laisser 
de doutes bien sérieux sur l'exactitude de la première de ces interpré- 
tations. 

Etant donnée l'importance du mémoire qui nous est présenté, je me 
demande s'il ne serait pas désirable que la Société priât l'auteur de vou- 
loir bien faire suivre ses seize descriptions de celles des quatre seules 
espèces qu'il n'a pas rencontrées et dont la diagnose a été donnée par 
M. A. Adams. Ce léger supplément de texte permettrait à M. Craven 



X SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

d'intituler son travail : Monographie du genre Sinusigera; ce qui, même 
dans les conditions actuelles, serait infiniment plus en rapport avec 
l'importance du mémoire que le titre trop modeste qu'il a cru devoir lui 
donner. 

Pour conclure, je propose avec le plus vif plaisir l'impression du travail 
dans les Mémoires de la Société Malacologique, ainsi que la reproduc- 
tion en chromolithographie des quatre belles planches exécutées par 
l'auteur. 

Je prierai enfin la Société de voter à celui-ci des remercîments chaleu- 
reux pour avoir bien voulu nous favoriser de ce beau travail, ainsi que 
pour les offres généreuses qu'il nous a faites, relativement à la reproduc- 
tion des planches; je crois aussi être l'interprète de tous nos collègues 
en présentant à M. Craven des félicitations bien sincères pour les soins 
qu'il a apportés dans l'exécution du travail et des planches. 

Rapport de M. Golbeau sur le travail de M. Craven : Sur le Genre 

Sinusigera. 

Je me rallie entièrement aux conclusions de mon honorable co-rappor- 
teur pour demander l'impression du travail de M. Craven, qui fera hon- 
neur à nos publications. 

Notre collègue fait valoir plusieurs raisons nouvelles et sérieuses pour 
le maintien du genre Sinusigera ou Cheletropis, qui a déjà fait l'objet 
de plusieurs discussions et sur la valeur duquel on ne paraît pas encore 
bien fixé, non plus que sur la place qu'il doit occuper dans la série des 
Mollusques. 

Quant aux espèces nouvelles que l'auteur décrit et figure, et qu'il nous 
a montrées à l'une de nos séances, nous pouvons apprécier l'exactitude de 
leurs descriptions et le fini des planches qui les accompagnent. Nous 
devons aussi mentionner spécialement l'indication scrupuleuse des loca- 
lités où chaque espèce a été rencontrée. 

La seule observation que je me permettrai de faire est tout à l'avan- 
tage de l'auteur. Le travail me semble porter un titre bien modeste et son 
importance demanderait qu'il fût appelé : Monographie du Genre Sinu- 
sigera. J'espère que notre collègue voudra bien se rendre à notre désir 
qui sera partagé par la Société entière. 

Je suis certain aussi que la Société me saura gré de remercier de nou- 
veau notre collègue qui s'est offert à entrer pour moitié dans les frais 
d'exécution des planches, et qu'elle souhaitera avec nous que l'auteur 
nous fasse connaître encore quelques autres résultats des nombreuses 
recherches personnelles qu'il a faites dans ses lointains voyages. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 XI 

Conformément aux conclusions des rapporteurs, le travail de M. Craven 
sera publié dans les mémoires de la Société. 

M. De la Fontaine et d'autres membres sont d'avis que les rapports, 
lorsqu'ils entrent dans de grands détails, devraient être publiés à la suite 
des mémoires auxquels ils se rapportent plutôt que dans les Procès-ver- 
baux des séances : ceux-ci, paraissant longtemps avant les mémoires eux- 
mêmes, pourraient parfois leur enlever une partie de leur intérêt. 

M. Deby ne voit pas d'inconvénient à publier un rapport critique 
dans les Procès- verbaux lorsque l'auteur du mémoire ne s'y oppose pas. 

L'Assemblée croit que cette question mérite d'être examinée à une as- 
semblée générale, mais avant qu'une résolution soit prise à cet égard, elle 
est d'avis que Ton doit agir comme précédemment, quant à la publica- 
tion des rapports dans les Bulletins mensuels. 

Présentation de travaux pour les publications de la Société. 

M. Lefèvre présente, de la part de M. J. de Cossigny, un « Tableau 
des terrains tertiaires de la France septentrionale » , avec note expli- 
cative. 

Sont nommés commissaires, MM. Ortlieb, Dollfus et Rutot. 

Lectures. 

M. Eutot donne lecture de la note suivante et fait voir en même temps 
un certain nombre d'échantillons et de figures des Eostellaria robusta et 
ampla dont il est question dans sa communication : 

Quelques observations relatives aux conclusions de M. Lefèvre dans son 
rapport sur mon travail intitulé : « Description de la Eostellaria 
robusta Eutot. » 

J'ai lu avec le plus grand soin le rapport de notre collègue M. Lefèvre, 
sur mon travail intitulé : Description de la Eostellaria robusta. 

J'ai vu avec surprise que l'honorable rapporteur n'était pas d'accord avec 
moi sur les conclusions qu'il fallait tirer de la comparaison des coquilles 
provenant de l'étage Bruxellien d'une part et de l'étage Tongrien inférieur, 
de l'autre. Ma surprise a été d'autant plus grande que les conclusions du 
rapport sont basées sur des ressemblances de caractères plus que secon- 
daires et communs à plusieurs autres espèces nettement séparées, alors 
que les caractères de premier ordre, sur lesquels je m'appuie pour démon- 
trer les différences, sont laissés dans l'oubli. 

D'ailleurs, notre collègue avoue n'avoir eu à sa disposition qu'un 
échantillon dépourvu d'aile de la Rostellaire du Tongrien et semble 



XII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

croire que je n'ai guère eu mieux pour baser mes comparaisons; c'est là 
une erreur; la magnifique collection de fossiles du Tongrien inférieur 
que notre collègue M. G. de Looz m'a confiée depuis plusieurs années 
pour en faire la description, renferme quelques exemplaires complets et 
adultes de la coquille à laquelle M. Lefèvre croit pouvoir assimiler celle 
du Bruxellien ; de plus, des quantités de débris, parmi lesquels de fort 
intéressants, viennent affirmer la constance des caractères de l'aile, si dif- 
férente à tous points de vue de l'aile que porte la coquille du Bruxellien. 

Examinons maintenant un à un les arguments donnés par l'honorable 
rapporteur pour rejeter les conclusions de mon travail ; ces arguments 
sont résumés par l'auteur du rapport, comme suit : 

1° Même nombre de tours de spire ; 

2° Même proportion dans la hauteur du dernier tour ; 

3° Aile également demi-circulaire ; 

4° Même épaisseur de la coquille ; 

5° Surface également lisse avec stries d'accroissement. 

1° Même nombre de tours de spire. 

D'abord, le nombre de tours de spire est-il un caractère important pour 
différencier deux coquilles? Je ne le crois pas et beaucoup de conchylio- 
logues seront de mon avis. En effet, dans presque tous les genres de gas- 
téropodes les espèces ayant des proportions semblables ont ordinairement 
le même nombre de tours; de plus, dans la même espèce, ce nombre varie 
avec l'âge et quelquefois des coquilles de même âge n'en ont pas un 
nombre égal. 

Or, dans le cas qui nous occupe, il est surtout facile de démontrer que 
le caractère invoqué n'a aucune valeur, car, ayant constaté que dans les 
deux espèces que nous considérons, le nombre de tours des coquilles 
adultes est de 12 ou 13 environ, il nous a suffi de consulter notre collec- 
tion et les ouvrages de Deshayes pour voir que : 

Eostellaria Dewalquei possède 13 tours environ. 



m acr optera 


» 


12 » » 


incrassata 


» 


12 à 13 tours 


Baylei 


» 


12 tours. 


Murchisoni 


» 


13 » 


columbaria 


» 


12 à 13 tours. 


athleta 


» 


10 tours. 


Geoffroyi 


» 


13 » 


fissurella 


» 


12 » 



C'est à dire que le nombre de 12 à 13 tours n'est pas un caractère 
commun à deux formes, mais qu'il est commun à presque tout le groupe 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877 XIII 

des rostellaires et, par conséquent, qu'il ne peut servir à différencier ou à 
identifier des coquilles. 

Pour montrer, d'ailleurs, combien les caractères à tirer du nombre de 
tours sont illusoires, voici les résultats obtenus en comptant les tours d'in- 
dividus jeunes de trois Rostellaria ampla Brand., de l'Argile de Barton 
et de trois Rostellaires du Bruxellien : 

Argile de Barton : 

1 er échantillon, longueur 0,019, nombre de tours 12. 
2 e » » 0,025 » » 11. 

3 e » » 0,045 » » 10. 

Bruxellien : 

1 er échantillon, longueur 0,040, nombre de tours 11. 
2 e » » 0,050 » » 10. 

3 e » » 0,070 » » 10 ou 11. 

C'est à dire qu'à un certain moment, le nombre de tours semble dimi- 
minuer à cause de la disparition rapide des 2 ou 3 premiers ; plus tard, ce 
nombre augmente pour atteindre son maximum. 

J'ajouterai enfin que pour les espèces qui nous occupent il n'est pas pos- 
sible de compter les tours des individus adultes, attendu que les 6 ou 
7 premiers sont toujours usés ou encroûtés par les sécrétions de l'animal. 

2° Même proportion dans la hauteur du dernier tour. 

Notre collègue dit dans son rapport, en parlant de la coquille du 
Bruxellien : « La suture du dernier tour se trouve à la moitié de la lon- 
gueur totale de la spire, abstraction faite du canal et de la partie de l'aile 
qui dépasse le sommet. » 

J'ai pu vérifier qu'il en est ainsi pour la Rostellaire du Tongrien, mais 
il en est également de même pour presque toutes les rostellaires ; l'argu- 
ment dont nous nous occupons n'est donc pas plus sérieux que le précé- 
dent, car il s'agit encore ici d'un caractère commun au groupe. 

3° Aile également demi-circulaire. 

Nous touchons ici à l'un des points les plus graves de toute la dis- 
cussion. . . 

Il suffit de lire mon travail, puis la description que j'ai donnée de la 
Rostellaria ampla Brand., dans la monographie des fossiles de l'oligocène 
inférieur de Belgique, pour voir que je m'appuie tout spécialement sur la 
forme de l'aile de cette coquille. 

J'ai grand soin d'en donner une description détaillée, dans laquelle 
j'insiste sur. divers caractères très importants; mais de nouvelles études, 
entreprises depuis la publication du procès-verbal de la dernière séance, 



XIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

me permettent de faire part à la Société de faits nouveaux et intéressants 
qui avaient échappé jusqu'ici. 

Dans la Rostellaria ampla Brand. adulte, telle que je l'ai décrite, l'aile, 
qui forme le bord droit de l'ouverture, prend naissance à la base du canal, 
auquel elle se relie en courbe ; elle se développe ensuite suivant un demi- 
cercle dont le diamètre aurait pour longueur la distance comprise entre la 
base du canal et la suture du troisième tour à partir du dernier. 

Ce demi-cercle n'est cependant pas entièrement décrit par le limbe de 
l'aile, car, arrivé environ aux trois quarts de sa course, il forme avec sa 
dernière direction un angle d'environ 120° et suit une ligne presque 
droite ayant de 1 à 2 1/2 centimètres de longueur, puis prend encore 
presque subitement une autre direction qui lui permet d'aller se raccorder 
au dos de la spire à la hauteur du 6 e ou 7 e tour. C'est en ce point 
que le bord droit de l'aile rencontre le bord gauche qui, partant en courbe 
de la suture du dernier tour, monte en ligne droite le long de la spire et 
marche vers le bord droit en formant un crochet descendant, au point de 
jonction. 

La largeur totale de l'aile ne dépasse jamais déplus de 15 millimètres la 
largeur du dernier tour. 

Ainsi limitée, la surface extérieure de l'aile est couverte de stries d'ac- 
croissement irrégulières, dont les plus rapprochées du corps de la coquille 
suivent le contour complet de l'aile en en montrant les accroissements 
successifs, tandis que les autres, prenant naissance à la partie inférieure 
du bord, viennent s'arrêter subitement le long de la partie droite du bord 
supérieur dont il a été question ci-dessus. Cette disposition des stries 
d'accroissement qui, au premier coup d'oeil, fait paraître l'aile brisée, 
indique deux époques de croissance bien distinctes ; de plus, elle n'est pas 
propre à la forme qui nous occupe, elle est, au contraire, commune à plu- 
sieurs rostellaires. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder la digitation 
de l'aile de la Rostellaria columbaria du Bassin de Paris ; on y remarque 
parfaitement qu'à partir d'un certain point, elle ne présente plus que des 
stries d'accroissement courbes, allant simplement d'un bord à l'autre. 

Il existe sans doute d'autres exemples, mais, ainsi que M. Lefèvre l'a 
lui-même remarqué, quelque chose d'analogue se passe dans l'accroisse- 
ment final de l'aile de la coquille du Bruxellien ; nous y reviendrons plus 
tard. 

Observée sur sa face interne, l'aile de la Rostellaria ampla montre une 
surface polie et luisante, mais très sinueuse. En la regardant dans son 
plan, on voit qu'elle est pourvue d'un renfort ou callosité épaisse qui, 
dans quelques échantillons, en triple l'épaisseur ; enfin, le prolongement 
supérieur de l'aile longeant la spire est également renforcé et cette sur- 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877. XV 

épaisseur se continue sur la face interne en s élargissant et en formant des 
deux côtés une gouttière plus ou moins profonde. 

Voilà, dans tous ses détails, la description complète de l'aile de la Ros- 
tellaire du Tongrien ; abordons maintenant l'examen de l'aile de la coquille 
du Bruxellien. 

De la comparaison d'un grand nombre d'exemplaires adultes, il résulte 
que le bord de l'aile correspondant au bord droit de l'ouverture, part éga- 
lement de la" base du canal auquel il se raccorde en courbe; puis, décri- 
vant sur tout son parcours, un demi-cercle dont le diamètre est toujours 
supérieur à la longueur comprise entre la hase du canal et l'extrémité de 
la spire, il se recourbe largement du côté opposé et se raccorde à la spire 
à la hauteur du 9 e ou 10 e tour et quelquefois môme de l' avant-dernier. 

Quant au bord gauche, il présente des irrégularités singulières et 
assurément fort remarquables. 

Dans un assez grand nombre d'exemplaires, il est d'abord peu distinct 
et paraît se confondre avec les stries d'accroissement partant de la base 
du canal, tandis que, dans d'autres, on le voit se détacher très nettement 
en courbe de la suture de V avant-dernier tour, une dépression parallèle 
faisant cependant voir qu'auparavant le bord a dû partir de la suture du 
dernier tour. Sur les trois meilleurs échantillons appartenant à notre 
honorable secrétaire, cette particularité s'observe parfaitement ; dans le bel 
échantillon appartenant à M. Vincent, au contraire, rien de semblable ne 
paraît exister; sur beaucoup d'autres, également bien conservés, on reste 
indécis. C'est ce qui explique l'incertitude qui se remarque sur la figure 
accompagnant mon travail et la phrase où je me croyais en droit de dire : 
«Pendant que le bord intérieur, partant de la suture du dernier tour, 
longe la spire, etc. » 

Quoi qu'il en soit, dès que le bord gauche de l'aile est devenu distinct, 
il monte le long de la spire, mais ici encore, tout en restant bien visible, 
de nouvelles irrégularités se présentent, au point qu'il est difficile de ren- 
contrer deux échantillons qui se ressemblent. 

Cependant, lorsque la coquille est très adulte, le bord gauche de l'aile 
ne s'élève le long de la spire que jusqu'à la hauteur du 8 e ou 9 e tour; puis, 
se recourbant rapidement, il va se raccorder au prolongement descendant 
de l'autre bord. 

Dans les échantillons d'âge moins avancé, le bord gauche suit, au con- 
traire, en ligne droite le côté de la spire et s'élève jusque près de l'extré- 
mité, avant de se recourber pour aller rejoindre la partie descendante du 
bord droit. 

On voit donc que l'allure de l'aile de la coquille du Bruxellien est des 
plus irrégulières et qu'elle tend toujours à s'étendre et à recouvrir des par- 
ties de plus en plus grandes de la surface. 



XVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

D'après M. Lefèvre et d'après mes propres observations, la largeur de 
l'aile dépasse non seulement de beaucoup la largeur du dernier tour de 
spire, mais elle peut atteindre le double de cette largeur. 

Observée sur sa face externe, la surface de l'aile est couverte de stries 
d'accroissement irrégulières, assez bien marquées, qui, vers le bord, sem- 
blent ne plus en suivre le contour entier ; il se forme seulement vers le 
milieu un accroissement analogue à celui que nous avons déjà remarqué 
sur l'aile des i2. amplaet columbaria, et qui tend à donner au bord un 
contour elliptique dont le grand axe serait dirigé dans le sens transversal. 
C'est cet accroissement qui donne à l'aile sa largeur extraordinaire et 
vraiment remarquable. 

Vue sur la face interne, l'aile est lisse et luisante, sa surface est plane 
ou ne présente que de légers renflements parallèles aux stries d'accrois- 
sements. Son épaisseur moyenne paraît être de 3 à 5 millimètres, mais 
elle ne montre nulle part des callosités comparables à celles qui existent 
sur la R. ampla. 

Si nous mettons maintenant les deux descriptions en présence, que 
voyons-nous? L'honorable rapporteur semble n'avoir vu qu'une seule 
chose : c'est que les ailes sont toutes deux demi-circulaires ; mais je crois 
que les membres de la Société y verront avec moi autre chose que cette 
vague ressemblance et notamment : 

A . Que l'aile de la R. ampla est toujours relativement restreinte comme 
longueur et largeur et que ses contours sont toujours parfaitement dis- 
tincts et constants; qu'arrivée au maximum de largeur, elle se réduit 
subitement et qu'il n'en reste qu'une lame effilée qui se raccorde au dos de 
la spire en se recourbant longtemps avant d'en avoir atteint l'extrémité. 

B. Que, dans les derniers temps de la croissance, l'aile s'élargit très 
peu, mais qu'en revanche elle tend continuellement à s'épaissir. 

G. Que l'aile de la Rostellaire du Bruxellien est toujours relativement 
très grande comme largeur et longueur ; que ses contours sont très varia- 
bles, surtout en ce qui concerne le bord gauche; que, loin de se réduire 
vers le haut, elle s'étale largement en suivant une courbe assez régulière 
qui passe par dessus l'extrémité de la spire, pour aller redescendre de 
l'autre côté. 

D. Que, pendant toute sa croissance, l'aile ne tend nullement à 
s'épaissir, mais bien à s'élargir et à s'étaler sur la coquille de manière à 
en recouvrir une grande partie de la surface. 

A mon avis, ces différences sont capitales et suffiraient à elles seules pour 
justifier la séparation des deux coquilles si d'autres considérations tout 
aussi importantes ne venaient encore s'ajouter à celles-ci. 

Mais continuons en reprenant l'examen des arguments de notre hono- 
rable rapporteur. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XVII 

4° Même épaisseur de la coquille. 

Dans mon travail, je n'ai pas fait mention de ce fait, parce que j'ai 
toujours été d'avis que les deux coquilles avaient à peu près la même 
épaisseur. 

On remarquera, en effet, que je n'ai parlé que de l'épaisseur de l'aile, 
que je persiste à croire bien différente dans les deux espèces, ainsi que je 
viens, du reste, de le prouver. 

D'ailleurs, comme les deux premiers, cet argument est sans importance, 
car rien n'est plus commun que des séries d'espèces de même épaisseur ; 
c'est encore là un caractère commun au groupe plutôt qu'un moyen pou- 
vant servir à identifier ou à différencier des espèces. 

5° Surface également lisse avec stries d'accroissement. 

Si ce fait était exact, il n'aurait, à l'égal du précédent, qu'une bien 
médiocre valeur, car, sauf de très rares exceptions, toutes les autres 
grandes rostellaires présentent une surface lisse avec stries d'accroisse- 
ment. Heureusement, il est un caractère d'une certaine importance qui 
se présente ici et qui permet de différencier les espèces; je veux parler 
des stries transverses qui garnissent la base du dernier tour dans certaines 
espèces, alors qu'elles font toujours défaut dans d'autres. Ce caractère 
peut s'appliquer dans le cas qui nous occupe, car la base du dernier tour 
de la Eostellaire du Tongrien offre toujours une série de stries très visibles 
et assez espacées, alors qu'il n'y en a que peu ou point chez la Eostellaire 
du Bruxellien. 

J'avoue avoir dit dans mon travail qu'il en existe chez cette dernière 
forme, sans les avoir vues, parce qu'on en voit à la base des coquilles 
jeunes, ainsi qu'on le verra plus loin; depuis, M. Lefèvre en a observé de 
très faibles sur plusieurs de ses échantillons. Quant à moi, je n'ai pu en 
découvrir sur aucun des exemplaires que j'ai vus et principalement sur une 
empreinte extérieure du dernier tour et du canal que possède M. Vincent 
et qui montre avec la plus grande netteté les moindres stries d'accrois- 
sement. 

Enfin, je citerai ici pour mémoire un fait qui se présente sur toutes les 
spires des échantillons adultes de la R. ampla du Tongrien, alors qu'il ne 
s'observe jamais sur les spires des spécimens provenant du Bruxellien. 
Il s'agit de l'aplatissement résultant de l'usure du sommet de la spire, par 
suite de la marche de l'animal, qui se remarque toujours chez la R. ampla. 

Cette usure s'étend généralement sur les 6 ou 7 premiers tours, c'est à 
dire entre l'extrémité de l'aile et celle de la spire. C'est là une preuve de 
plus que l'aile n'en a jamais atteint l'extrémité. Si l'on retrouvait dans le 
Bruxellien des coquilles conservées comme celles du Tongrien, on pour- 

2 



XVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

rait sans doute constater le long du bord supérieur de l'aile une surface 
plane analogue à celle qu'on remarque sur la spire de la R. ampla. 

Nous avons épuisé les arguments donnés par l'honorable rapporteur 
pour arriver à l'identification des deux formes que je me suis vu dans la 
nécessité de séparer ; pouvons-nous dire qu'ils ont atteint leur but? Pour 
ma part, ils ne m'ont nullement convaincu, car trois d'entre eux sont sans 
importance et les deux autres renferment des inexactitudes. 

Mais si le chapitre des ressemblances est épuisé, celui des différences 
est loin de l'être et je dois encore faire part à la Société de deux faits de la 
plus haute importance, qui sont, d'abord, les g'randes différences qui 
existent entre les individus jeunes des deux formes comparées; ensuite, 
la distribution géologique de ces mêmes formes. 

Il suffit de jeter un coup d'œil sur la planche qui accompagne ma note 
ou, mieux, de comparer les coquilles jeunes elles-mêmes, pour être frappé 
de leur différence d'aspect. 

Les échantillons jeunes de la R. ampla sont caractérisés par leurs 
tours arrondis, globuleux, séparés par des sutures profondes et canali- 
culées ; par la forme toute particulière du dernier tour et par les sillons 
nombreux et profonds qui en garnissent la base et qui se sont perpétués, 
quoiqu'un peu affaiblis, jusque dans les exemplaires adultes. 

Dans la Rostellaire du Bruxellien, au contraire, la spire est pointue, 
les tours sont coniques, plats, imbriqués les uns dans les autres et séparés 
par une suture simple et linéaire. 

Le dernier tour est un peu globuleux et porte à la base quelques stries 
transverses faibles qui ne se sont perpétuées que dans des cas très rares 
sur les coquilles adultes. 

Or, on sait que, pour les mollusques comme pour beaucoup d'autres 
classes d'animaux, les individus jeunes de variétés ou d'espèces très 
voisines se ressemblent au point qu'on pourrait facilement les confondre ; 
les variations ne naissent et ne s'affirment qu'avec le développement, 
tandis que, dans le cas présent, les différences s'accusent dès que les 
coquilles ont atteint une taille appréciable. 

J'ai même remarqué, depuis peu de temps, que le mode de croissance 
des coquilles jeunes des deux formes encore dépourvues d'aile est presque 
inverse, car, dans la R. ampla, les tours de globuleux deviennent sensi- 
blement plus plats à mesure que la taille augmente, tandis que les derniers 
tours de la Rostellaire du Bruxellien deviennent légèrement convexes. 

Cela étant et les différences remarquées chez les jeunes se perpétuant 
chez l'adulte et devenant encore plus importantes par la croissance de 
l'aile, je crois avoir démontré qu'au point de vue malacologique, il n'est 
pas possible de confondre en une même espèce et sous le même nom les 
deux formes mises en présence. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 XIX 

Au même point de vue, pourrait-on en faire deux variétés différentes 
d'une même espèce? Je ne le crois pas non plus, d'abord, à cause de la 
netteté et de l'importance des différences constatées ; à cause de l'embarras 
que l'on éprouve de choisir entre les deux formes celle qui se rapproche- 
rait le plus d'un type réunissant à un haut degré les caractères des deux 
coquilles; enfin, parce que des passages d'une forme à l'autre n'ont pas 
été trouvés et que, dans ce cas, il est toujours téméraire de donner une 
opinion sans preuves, qui peut ne pas être justifiée par les faits. 

Telles sont les conclusions auxquelles j'arrive, à la suite de la compa- 
raison purement malacologique des coquilles ; mais il est encore d'autres 
considérations, tirées du domaine de la géologie, qui peuvent nous être 
aussi d'une grande utilité en nous donnant l'explication des faits que 
nous avons constatés. 

Cependant, avant d'entrer dans la question, je crois nécessaire de dire 
quelques mots au sujet de preuves soi-disant géologiques que notre 
honorable collègue a mentionnées dans son rapport. 

Laissant de côté l'incident de Brander et de Solander que tout le 
monde connaît et m'étant conformé en ce point à l'usage des auteurs du 
continent, je trouve dans le rapport que M. John Farey cite comme gise- 
ments du London clay : Barton, Highgate et Hordwell et que M. Lowry, 
dans ses tableaux des fossiles tertiaires caractéristiques de l'Angleterre, 
figure l'espèce du Bruxellien dans l'éocène moyen. 

A la première citation, j'aurais besoin, pour répondre, de l'année à 
laquelle elle a été faite. Si elle est relativement ancienne, M. J. Farey a 
bien pu lui-même confondre les argiles de Londres et de Barton, que 
l'on a cru pendant fort longtemps contemporaines. Gela me semble 
d'autant plus probable que je crois savoir qu'à Barton et au rocher de 
Hordwell on ne peut observer que Y argile de Barton surmontée des séries 
inférieures et moyennes de l'oligocène (éocène supérieur des Anglais). 
Dans le cas où la citation serait récente, M. John Farey, comme M. Lowry 
et tous les auteurs de l'Angleterre, n'ayant jamais remarqué les différences 
qui existaient entre les deux espèces, les font figurer à la fois sur les listes 
de l'éocène moyen (argile de Barton) et de l'éocène inférieur (argile de 
Londres), indifféremment sous les noms de Rostellaria rnacroptera Lamk. 
ou de Rostellaria ampla Sol., ces deux noms étant censés représenter la 
même espèce. 

Ces explications données, passons rapidement à l'examen des faits 
géologiques et paléontologiques. 

La géologie nous apprend : 

A. Que la forme que j'ai appelée R. robusta caractérise la partie supé- 
rieure de l'éocène inférieur et la partie inférieure de l'éocène moyen. 

B. Que la forme que j'ai appelée, avec Solander, M. Bosquet et les 



XX SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

auteurs allemands, R. awipla, caractérise la partie inférieure de l'éocène 
moyen (ou du moins considéré jusqu'ici comme tel) et la partie inférieure 
de l'oligocène inférieur. 

G. Qu'une lacune, représentée en Angleterre par les sables de Brack- 
lesham et en Belgique par le Laekenien inférieur ou couche à Ditrupa, 
existe entre les gisements des deux formes, mais que cette lacune est 
beaucoup plus petite comme temps et moins variable comme circonstances 
extérieures, que les périodes que chacune des deux formes caractérise. 

La paléontologie nous apprend : 

A . Que pendant toute la longue période de temps et les circonstances 
diverses dans lesquelles s'est trouvée la R. robusta, celle-ci n'a varié que 
d'une manière presque insensible ; car à la partie supérieure du Bruxellien, 
nous la retrouvons avec la forme qu'on lui connaît dans l'argile de 
Londres. 

B. Que pendant la longue période de temps et malgré les circonstances 
différentes dans lesquelles elle s'est trouvée, la R. ampla n'a également 
pas varié d'une façon sensible, car nous la retrouvons, à la partie supé- 
rieure de l'oligocène inférieur, à peu près telle qu'on la connaît dans 
l'argile de Barton et dans le Laekenien supérieur. 

Il suit de tous ces faits : 

1° Que la constance de chacune des deux formes dans le temps et 
leurs différences conchyliologiques considérables font positivement 
croire à l'existence de deux espèces bien distinctes. 

2° Que, vu cette constance de formes pendant de longues périodes de 
temps et malgré des circonstances variables, il n'est guère possible que 
la forme la plus ancienne se soit subitement modifiée d'une façon extra- 
ordinaire pendant le court espace de temps qui a suffi pour déposer le 
Laekenien inférieur et qu'en conséquence, il est infiniment peu probable 
que l'on découvrira des formes de passage, qui seules peuvent amener à 
réunir comme variétés, des coquilles de formes différentes. 

Mais en voilà assez sur ce sujet; j'espère, Messieurs, que vous consi- 
dérerez à présent la question comme vidée et que l'honorable rapporteur 
lui-même reconnaîtra la valeur des arguments que j'ai fournis pour ma 
défense. 

J'ajouterai seulement, pour terminer, que notre collègue M. Vincent 
partage entièrement mon avis et qu'il a pour ainsi dire été mon collabo- 
rateur. Je tiens à le remercier tout particulièrement des précieux maté- 
riaux qu'il a mis à ma disposition et des conseils qu'il m'a donnés. Mes 
vifs remercîments sont également dus à notre honorable secrétaire, 
M. Colbeau, dont les vastes collections sont toujours mises si libéra- 
lement à la disposition de tous les membres de notre Société. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXI 

A la suite de la communication de M. Rutot, M. Lefèvre dit qu'il n'a 
pu se baser dans son rapport que sur ce qui était contenu dans le premier 
travail de M. Rutot : il regarde celui lu aujourd'hui comme plus déve- 
loppé et y répondra après sa publication dans le Procès-verbal de la 
séance. 

Question à l'ordre du jour : Projet d'exploration de l'Afrique centrale : 
Appui des Sociétés Scientifiques. 

Plusieurs Sociétés faisant partie de la Fédération des Sociétés Scienti- 
fiques de Belgique , n'ayant pas encore fait connaître leur opinion au 
sujet du concours que pourraient apporter à ce projet les Sociétés scien- 
tifiques, la décision à prendre sur cette question est ajournée à la pro- 
chaine séance. 

Communications et propositions diverses des membres. 

M. Deby annonce la perte que vient de faire la Société de l'un de ses 
membres honoraires les plus distingués, M. David Forbes. — M. Deby 
est prié de donner une notice biographique sur notre regretté collègue. 

M. Deby rend compte des résultats scientifiques qu'il a obtenus dans 
son récent voyage aux États-Unis d'Amérique ; il montre diverses publi- 
cations d'Associations avec lesquelles il a préparé des relations d'échange 
au nom de la Société, telles que les Sociétés Géologiques du Canada, 
du Kentucky, du Missouri, de TAlabama, de la Pensylvanie, du Michi- 
gan, etc.; il montre également une partie de coquilles qu'il a recueillies, 
entre autres, une grande quantité d'Unios provenant de la rivière Oosta- 
naula, dans le comté de Gordon (Géorgie) : il en donnera pour les col- 
lections de la Société. 

M. le Président remercie M. Deby pour cette promesse, ainsi que pour 
les nouvelles relations qu'il a procurées à la Société. 

M. Deby donne ensuite lecture de la note suivante : 

Relation succincte d'un voyage fait aux bords de VOostanaula en Géorgie, 

États-Unis, par Julien Deby. 

Ayant eu l'occasion de passer quelques semaines pendant l'été dernier 
dans le nord de la Géorgie, j'y ai récolté un certain nombre de mollusques 
terrestres et fluviatiles que j'ai le plaisir de présenter à la Société de 
Malacologie. Cette petite collection est toute locale, ayant été recueillie 
dans la vallée de la rivière l'Oostanaula, qui prend sa source dans les 



XXTI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

derniers contreforts de la chaîne des Alleghanies, dans la partie nord- 
ouest de cet État. Cette rivière traverse une région accidentée de forma- 
tion Silurienne et Devonienne où les schistes, les grès, les psaminites 
se succèdent en plissements répétés et qui sont souvent coupés transver- 
salement par le lit de la rivière. 

L'Oostanaula se réunit à la rivière l'Etowah, à la ville de Rome, située 
à 25 ou 30 kilomètres du lieu de mon séjour. L'Etowah prend plus loin 
successivement les noms de rivière Coosa, puis de rivière d'Alabama et 
finit par se jeter à la mer dans le golfe du Mexique, à Mobile. 

Il ne sera peut-être pas sans intérêt pour les membres de la Société 
Malacologique d'avoir une idée générale du pays où j'ai fait mes récoltes ; 
je me propose, en conséquence, de leur en fournir, en aussi peu de mots 
que possible, une courte description. L'aspect du pays rappelle, par sa 
configuration, certaines parties des provinces de Liège et de Namur, 
connues sous le nom de Condroz, mais avec la différence que les mon- 
tagnes en Amérique sont de beaucoup plus élevées que celles de notre 
pays; mais en dehors de cette ressemblance topographique, rien ne rappelle 
la mère patrie. 

La végétation luxuriante de cette région se ressent déjà du climat 
méridional et frappe le botaniste par sa diversité : en effet, le Catalpa 
(Catalpa cordijblia), le Geltis occidentalis ou leaver-wood, ainsi nommé 
parce que anciennement les castors, aujourd'hui presque exterminés, en 
construisaient de préférence leurs curieuses habitations, le Tulipier 
(Liriodendron tulipifera), qui atteint plus de cent pieds de hauteur, le 
Magnolia, le Platane (Platanus occidentalis) et cent autres essences de 
haute futaie, parmi lesquelles prédominent les chênes et les noyers, pro- 
duisent un paysage qui diffère de celui que nous avons toujours connu 
et nous rappelle vivement leloignement. 

Sous ces grands arbres, au feuillage abondant et ombrageux, une 
riche flore, plus modeste il est vrai, mais pas moins belle pour cela, 
s'abrite surtout sur les bords du fleuve où les bosquets d'Azaleas, de 
Rhododendrons et de Kalmias, etc., sont réellement d'un effet des plus 
ravissants. 

Là où les bords de la rivière deviennent argileux, une énorme crois- 
sance de joncs (Arundinaria macrospermd) , formant une barrière presque 
impénétrable d'une hauteur de 20 à 25 pieds, s'étend en rideau d'un vert 
pâle et ondulant sous l'influence de la plus légère brise. 

L'Oostanaula est sujette à .de fréquentes, très rapides et très fortes 
crues, qui atteignent souvent une hauteur de 12 à 15 mètres et qui doivent 
avoir leur influence sur la vie des animaux qui l'habitent, qui doivent pou- 
voir se soumettre à des variations très grandes de pression et de vitesse de 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXIII 

courant. Lorsque l'eau est basse, comme cela a lieu pendant une grande 
partie de l'été, elle est parfaitement limpide et permet d'apercevoir partout 
le fond de la rivière tapissée, dans certains endroits, de cailloux roulés sur 
lesquels pousse une petite végétation de diverses algues d'eau douce et où 
abonde souvent le Podôstemum ceratophylltm, qui flotte dans le courant 
et qui sert d'alimentation aux innombrables Mélanies et Paludines qui 
habitent cette localité. Ailleurs, le lit de la rivière est vaseux et c'est là 
que, plongés dans la boue, vivent les Unios, dont la beauté et la variété 
des espèces est très remarquable. 

Pendant les grandes crues, ces coquilles sont souvent entraînées de 
leurs gisements et déposées sur les berges, et lorsque l'eau se retire, elles 
y restent à sec et peuvent s'y récolter par centaines, leur têt si épais et si 
solide leur permettant de résister pendant longtemps aux intempéries. 
Quand la rivière est rentrée dans son lit, on trouve tout le long de ses 
bords un banc de largeur variable d'un dépôt argileux, tendre et profond 
qui porte l'empreinte des mammifères rôdeurs du pays, tels que le Raton 
(Procyon lotor L.), la Sarigue (DidelpMs virginianm L.), le Daim 
(Cerws mrginianus, L.), la Loutre (Lutra canadensis, Sab.), le Lapin 
gris (Lepus syhaticus , Bach.) et beaucoup d'autres, et c'est aussi là que 
doit se faire principalement la récolte des Unios. 

Çà et là, un gros arbre séculaire déraciné est tombé la tête la première 
dans le fleuve, tout en reposant cependant encore par son point d'attache 
sur le sol qui l'avait soutenu pendant sa vie. Sur ces troncs morts, à leur 
partie qui se trouve au dessus du niveau des eaux et exposée à l'air, il 
n'est pas rare de trouver des amas de coquilles vides, mais parfaitement 
conservées, d'Unios. Leur position me paraissait problématique, mais 
j'appris plus tard que leur présence en cet endroit était due aux 
pêches du rat musqué (le Filer zihetliicus) qui abonde en ces parages. 
Ce mammifère, ne pouvant ouvrir les bivalves de vive force, a recours à 
un subterfuge : après les avoir capturés, .il les transporte au soleil où 
bientôt la chaleur les force d'entre-bâiller leur coquille. Notre rongeur 
peut alors les savourer sans encombre. 

Les Unios servent également d'alimentation à un poisson curieux qui 
habite cette rivière et ses affluents, le Pogonias chromis Lin. ou dr%m 
fisli des habitants du pays, ainsi nommé à cause du bruit curieux, res- 
semblant au roulement d'un tambour qu'il fait entendre étant sous l'eau. 

La nature a doué ce poisson d'une armature très remarquable du palais 
qui lui permet de croquer les coquilles des mollusques dont il fait sa 
proie 1 . 

1 M. Deby montre à la séance le palais curieux du Pogonias. 



XXIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Je ne puis décrire en détail les charmes d'une chasse aux Unios sur les 
rives fleuries de YOostanaula, doux nom indien qui signifie les grandes 
eaux venant de l'ouest. 

Le réjouissant soleil de cet heureux climat, le ciel d'un bleu d'azur 
rarement maculé par des nuages, les milliers de tortues d'eau douce 
groupées sur chaque vieille souche et sur chaque rocher qui surplombe 
l'eau, le martin-pêcheur (Alcedo alcyon), au cri perçant, qui traverse à 
tout moment d'une rive à l'autre pour se percher sur quelque branche 
morte ou dénudée d'où il puisse guetter sa proie aquatique, les échassiers, 
les palmipèdes qui s'élèvent dans les airs effarouchés par l'aspect du canot 
et du pagayeur, les buzards (Catliartes atratus et aura), ces vautours du 
nouveau monde qui planent au dessus de la tête en cerclant lentement, à 
la recherche de quelque animal mort ; tout cet ensemble d'impressions 
nouvelles laisse au naturaliste des so avenirs ineffaçables. 

Les broussailles et les arbrisseaux fourmillent de vie, les oiseaux au joli 
plumage abondent partout, l'oiseau moqueur, ce rossignol de l'Amérique, 
nous enchante de ses moelleux accents et les lézards nombreux en espèces 
et en individus glissent silencieusement parmi les feuilles mortes. Parmi 
ces derniers, j'ai recueilli YAnolius carolincnsis Cuv., l' Ameiva sexlineata 
Lin., le iScincus quinquelineatiis Lin., et l'admirable petit Scincusfas- 
ciatus dont la queue est du bleu métallique le plus vif. 

Je dois avouer, avec regret, qu'aux agréments du pays s'attachent 
également quelques inconvénients. C'est ainsi que les serpents venimeux 
ne sont pas rares et qu'ils rendent surtout les abords de la rivière quelque 
peu dangereux et la prudence toujours nécessaire. Le Trigonoceplialns 
piscivorus Opp. et le Trigon. contortrix sont communs et leur morsure 
autant à craindre que celle du Crotale ; le Crotophorus miliaris, serpent 
à sonnettes en miniature, n'est pas rare, et Y Heterodon platyrlvinus Eaf., 
plusieurs espèces de Tropidonotes dont le Trop, erytlirog aster Shaw. est 
le plus à craindre, se rencontrent également fréquemment. Parmi les 
serpents non venimeux dont le nombre est très considérable, on ren- 
contre à tout moment diverses espèces de couleuvres (Cohiber construc- 
tor L., Col. punctatus Lin., Col. quadrivittatus Holb., etc.), le Rhi- 
nostoma coccinea, le LeptopJms œstims L, le Psammophis fiagelliformis 
Catesb. et beaucoup d'autres, dont plusieurs se rencontrent sur les arbres 
et dans les broussailles, d'autres dans les lieux humides et d'autres 
enfin, là où il fait sec, aride et pierreux. C'est dans ces derniers endroits 
qu'on peut trouver le véritable serpent à sonnettes, le Crotahcs durissus 
L., tandis que le Crotalus adamanteus ne se trouve qu'au bord de l'eau. 
Depuis que l'on a découvert que l'imbibition d'une dose intoxicante de 
whiskey, la boisson alcoolique populaire aux États-Unis, était un remède 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXV 

presque infaillible contre la morsure des crotales, les accidents par cette 
cause sont devenus fort rares et les cas de mort presque inconnus. 

Nous ne pouvons passer entièrement sous silence les nombreux batra- 
ciens qui rendent jour et nuit harmonieuses, du moins aux oreilles du 
naturaliste, les solitudes de la forêt où leurs croassements et leurs sifflets 
se joignent aux cresserelles de millions de cigales (Cicada), au froisse- 
ment des sauterelles et au cri-cri des grillons formant un brouhaha 
impossible à décrire. 

Cette région des États-Unis n'a été qu'imparfaitement explorée par les 
naturalistes, et mérite un examen plus minutieux et un séjour plus long 
que celui qu'il m'a été permis d'y faire ; je la recommande spécialement à 
ceux de nos membres qui désireraient faire un voyage profitable et 
agréable en même temps et qui rapporteraient, j'en suis certain, des bords 
de l'Oostanaula : souvenirs agréables, santé florissante et collections à 
envier. 

J'ajouterai, pour en finir, que les mollusques terrestres ont été récoltés 
pendant la saison la plus sèche et ne peuvent, en conséquence, servir à 
donner une idée exacte de la distribution de ces espèces dans le nord de la 
Géorgie, car l'été là-bas correspond à la période d'hibernation des gasté- 
ropodes chez nous. 

Dès que nous aurons pu, avec l'aide de nos confrères, établir la liste des 
espèces de mollusques terrestres et fluviatiles rapportés de cette excur- 
sion, nous aurons l'avantage de la présenter à la Société. 

La séance est levée à 4 1/2 heures. 



Séance du 4 février 1877. 

Présidence de M. Crocq. 

La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM. Crocq, président; Cogels; De la Fontaine; 
E. Colbeau; J. Cornet; Lefèvre; J. Colbeau, secrétaire. 

MM. Dewalque, Vanden Broeck, Denis, Vincent, Deby font excuser 
leur absence. 

Le Secrétaire donne lecture du procès-verbal de la séance du 7 jan- 
vier 1877, qui est adopté. 

Correspondance. 

La Société Nationale des sciences naturelles de Cherbourg remercie la 
Société pour la part qu'elle a prise à sa fête jubilaire. 



XXVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

M. le Recteur du collège de la Paix, de Namur, fait part du décès de 
M. Aug. Bellynck, membre effectif de la Société, décédé à Namur le 
14 janvier dernier. — Une lettre de regret sera adressée au nom de la 
Société à M. le Recteur. 

La Société Géologique de Belgique communique une circulaire de 
l'Association Américaine pour l'avancement des sciences, invitant les 
Sociétés scientifiques à prendre part à une Exposition et à un Congrès 
géologiques, qui auront lieu à Paris en 1878. 

La Société chorale et littéraire des Mélophiles de Hasseït et la Société de 
médecine vétérinaire de Liège pensent que le rôle de la Fédération des 
Sociétés scientifiques de Belgique, dans la question du projet d'exploration 
scientifique de l'Afrique, doit se bornera une adresse d'adhésion avec offre 
de services, en se mettant à la disposition du Comité directeur, pour lui 
fournir les renseignements scientifiques dont il pourrait avoir besoin. 

La Ligue de l'Enseignement ne croit pas que cette question soit de sa 
compétence et puisse rentrer dans son programme. 

M. Frederik Muller, d'Amsterdam, adresse un catalogue de livres scien- 
tifiques de sa librairie. 

Dons et envois reçus. 

M. G. Jeffreys offre sa brochure intitulée : New and peculiar Mollusca 
of the Kellia, Lucina, Cyprina and Corbula familles procured in the 
« Valorous » expédition. 

Publications reçues en échange, de la part de l'Académie royale des 
sciences de Belgique, du Comité royal géologique d'Italie, des rédactions 
du Moniteur horticole Belge, du Moniteur industriel Belge, du Bulletin 
scientifique du département du Nord, de la Feuille des Jeunes Natura- 
listes et des Sociétés suivantes : Belge de Microscopie, Entomologique de 
Belgique, Entomologique Italienne, Royale Linnéenne de Bruxelles, 
Royale des sciences médicales et naturelles de Bruxelles, Centrale d'agri- 
culture de Belgique, Médico-Chirurgicale de Liège, Géologique de 
France, Géologique de Hongrie, Géologique du nord de la France, Lin- 
néenne de Bordeaux. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Communications du Conseil. 

Le Président annonce que le Conseil, dans sa séance de ce jour, a reçu 
membre effectif de la Société, M. le D r Thiriar, à Ixelles, présenté par 
MM. Denis et Colbeau. 

Dans la même séance, il a reçu la démission de M. Nicholson. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXVII 

Rapports sur les travaux présentés. 

Rapport de M. Th. Lefèvre sur le travail de M. Vincent, intitulé : 
Description de la faune de l'étage landenien inférieur de la Belgique. 

J'ai examiné le travail intitulé : Description de la faune de l'étage 
landenien inférieur de la Belgique, dont notre collègue, M. G. Vincent, a 
déposé récemment le premier fascicule. 

Ce mémoire, qui commence par une courte préface, se compose de deux 
parties : d'une introduction géologique et d'une suite de descriptions des 
restes organiques recueillis dans le tuffeau de Lincent. 

Dans la préface, M. Vincent expose les avantages qui, d'après lui, 
résultent des publications monographiques et il ajoute que, par le moyen 
qu'il préconise, « l'on peut pousser plus loin les connaissances acquises, 
sans qu'il soit pour cela indispensable de se procurer les ouvrages néces- 
saires pour la comparaison et la détermination » . Comme on le sait, nous 
ne partageons pas entièrement l'opinion émise par l'auteur au sujet de ce 
genre de travaux; dans une précédente séance, nous avons parlé de listes 
critiques qui, selon nous, pourraient rendre des services sérieux aux 
spécialistes. Nous n'admettons pas davantage que les publications mono- 
graphiques puissentnous dispenser de consulter les travaux publiés pré- 
cédemment. 

Les monographies sont ordinairement des travaux individuels dans 
lesquels on donne quelquefois des descriptions prises dans d'autres 
ouvrages, des citations souvent copiées dans des travaux publiés 
antérieurement, sans avoir même été vérifiées, tandis que nos listes 
critiques seraient le résultat d'une étude approfondie qui serait soumise 
ensuite à un travail collectif, ce que nous considérons comme un grand 
avantage. 

Certes, nous ne pouvons nier les facilités multiples que procurent les 
travaux analogues à celui qui nous est présenté; ils sont très recom- 
mandables au point de vue de la vulgarisation de la science. Cependant 
pour une Société organisée comme la nôtre, nous croyons qu'il serait 
préférable de ne publier, dans les Annales, que des espèces entièrement 
nouvelles pour la science, plutôt que de rééditer, comme c'est ici le cas 
pour plusieurs dessins, des figures que l'on trouve dans des ouvrages 
connus, tels que Deshayes, Wood, Edwards et autres spécialistes. 

Nous ne verrions aucun inconvénient à ce que l'auteur d'un travail 
d'ensemble publiât pour mémoire des descriptions succinctes des espèces 
déjà connues. 

Au sujet des planches qui accompagnent toujours les monographies, 



XXVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

nous ajouterons qu'à l'avenir la Société ne devrait pas publier à ses frais 
celles qui n'ont pas directement rapport à la Malacologie. 

Dans l'introduction, l'auteur rappelle les travaux de Dumont et divise, 
comme celui-ci, le système landenien en deux étages : l'étage inférieur 
ou marin et l'étage supérieur ou fluvio-marin. A l'exemple deM. Dewalque, 
il sépare le landenien inférieur en deux massifs principaux : celui de 
la Hesbaye et celui du Hainaut. 

L'auteur consacre ensuite quelques lignes à l'examen des équivalents du 
landenien inférieur. Adoptant la manière de voir de M. le professeur 
Hébert, il rapporte cet étage aux sables de Tbanet, en Angleterre, et à 
l'horizon inférieur des sables de Bracheux, en France. 

La seconde partie de ce Mémoire, qui est la plus importante, est 
consacrée à la description des espèces recueillies dans le landenien infé- 
rieur de la Hesbaye, que Ton a longtemps considéré comme ne renfermant 
que peu de fossiles. Après avoir décrit les poissons, les crustacés et les 
céphalopodes, l'auteur s'arrête à la fin des gastéropodes. 

Quand on jette un coup d'œil rétrospectif sur les listes données anté- 
rieurement, on remarque que, dans les premières éditions de la Géologie 
de la Belgique par d'Omalius, Ton ne connaissait que dix genres dont 
huit seulement étaient déterminés spécifiquement; dans la dernière 
édition de cet ouvrage, publiée en 1868, le nombre de ces espèces se 
trouve réduit à six. 

Dans le Prodrome d'une description géologique de la Belgique, que 
M. Dewalque publia dans le courant de la même année, les chiffres que 
nous venons de citer n'ont pas varié quand on tient compte que, dans la 
liste qui figure dans ce travail, se trouvent comprises les espèces du massif 
du Hainaut et de celui de la Hesbaye. 

Aujourd'hui, grâce aux patientes recherches de notre collègue, la faune 
de l'étage inférieur du système landenien est devenue une des plus 
remarquables et des plus intéressantes de celles de nos terrains tertiaires. 
Si l'on ne possédait encore que des notions imparfaites sur cette faune, 
c'est que les fossiles qui la composent sont souvent empâtés dans le 
psammite ou bien encore réduits à l'état d'empreintes. Après en avoir réuni 
un grand nombre qui, pour la plupart, proviennent de Wansin, près de 
Jauche, M. Vincent a contremoulé celles-ci et a, de cette façon, recon- 
stitué une faune très riche dont on ne soupçonnait en quelque sorte pas 
l'existence. C'est ainsi que, dans la première partie qui nous est soumise 
aujourd'hui, l'auteur ne cite pas moins de 25 genres représentés par 
45 espèces. 

Afin de donner une idée de la richesse de ce niveau où les indices de 
fossiles sont très abondants et prendre date des noms imposés par l'auteur, 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. 



XXIX 



pour éviter qu'ils ne soient employés dans d'autres travaux pendant 
l'intervalle du temps nécessaire à la publication du tome XI de nos 
Annales, nous donnons ci-dessous la liste des espèces décrites : 



POISSONS. 

Otodus Rutoti Winld. 

» striatus Winkl. 
Oxyrhina Winkleri Vinc. 
Lamna elegans Agass. 
Notidanus Loozi Vinc. 

CRUSTACÉS. 

Palinurus Sp. 

Pinces et articles de crustacés. 

CÉPHALOPODES. 

Aturia zigzag Edw. 
Beloptera Levesquei Fér. 

GASTÉROPODES. 

Rostellaria Malaisei Vinc. 
Triton fenestratum Vinc. 
Ficula Smithii Sow. 
Fusus Landinensis Vinc. 
» Colbeaui Vinc. 
» Wansinensis Vinc. 
Pleur otoma Loozi Vinc. 

» Gosseleti Vinc. 

» Balstoni Vinc. 

» vohUœformis Vinc. 



Pleur otoma sub-Duchasteli Vinc. 

» Dewalquei Vinc. 

» Corneti Vinc. 

» simplex Vinc. 

» incompta Vinc. 

» Rutoti Vinc. 

» Hallezi Vinc. 

» pagoda Vinc. 

Pseudoliva antiqua Vinc. 
M/m ? 
iVata Sp. ? 
» Sp. ? 
» Sp. ? 
» Woodi ? Desh. 
Turbonilla ingens Vinc. 
Cerithium Rutoti Vinc. 

» Broecki Vinc. 

» Morrisi Vinc. 

» quinquecinctum Vinc. 
Turritella compta Desh. 
Dentalium brève Desh. 

» Landinense Vinc. 
Chenopus Thielensi Vinc. 

» dispar Desh. 
Scalaria Angresiana De Ryck. 
Solarium bicarinatum Vinc. 
TWfco quinqwuarinatus Vinc. 
Tomatella Pœrisiensis Desh. 



Nous ferons remarquer qu'il sera nécessaire de changer deux ou trois 
de ces noms qui ont déjà été donnés précédemment et nous ajouterons 
qu'il serait bon de revoir les synonymies dont plusieurs pourraient, 
croyons-nous, être augmentées. 

Ce Mémoire est accompagné de quatre planches de coquilles plus une 
planche représentant des dents de squales et des débris de crustacés. 
Elles sont dues au crayon habile de notre collègue, M. A. Rutot, et me 
paraissent rendre exactement les caractères donnés par l'auteur du travail 
dans ses descriptions. 

En conséquence, je propose à la Société de conclure à l'impression 
de ce travail dans les Annales et de voter des remercîments à l'auteur. 



XXX SOCIETE MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

Lectures. 

M. Cogels donne lecture d'un travail intitulé : Coup d'œil sur les 
systèmes Boldèrien et Diestien. 

L'impression dans les Annales en est décidée. 

Le Secrétaire lit la Notice suivante de M. Deby : 

NÉCROLOGIE. 

DAVID FORBES, membre honoraire de la Société Malaoologique de Belgique, 

par JULIEN DEBY. 

La Société de Malacologie vient de perdre l'un de ses membres hono- 
raires les plus distingués, M. David Forbes, membre de la Société royale 
de Londres, secrétaire honoraire de la Société Géologique d'Angleterre, 
membre de la Société Chimique, etc. 

Il a été enlevé aux nombreux amis que ses relations exceptionnellement 
sympathiques lui avaient créés dans tous les pays du monde, ainsi qu'à 
la science pure à laquelle il venait de se décider à consacrer exclusive- 
ment le restant de sa vie, à l'âge peu avancé de 48 ans, étant né le 
6 septembre 1828 et mort le 5 décembre 1876. 

Frère du célèbre Edward Forbes, dont les recherches originales sont 
connues de tous les naturalistes, David Forbes n'était revenu se fixer en 
Angleterre que depuis peu d'années, à la suite d'une absence de plus de 
20 ans, pendant lesquels il vécut principalement en Norvège et dans 
l'Amérique méridionale. Il fut d'ailleurs peu de temps à prendre rang 
parmi les géologuas et les ingénieurs des mines les plus estimés de sa 
patrie. 

David Forbes naquit dans l'île de Man, et se vantait volontiers 
d'être né dans une possession britannique où l'on parlait encore une 
ancienne langue celtique et où les habitants avaient jusqu'à ce jour 
conservé des mœurs et des habitudes particulières ainsi que leur auto- 
nomie douanière et politique. 

Après avoir fait ses premières études à Brentwood, dans le comté 
d'Essex, Forbes les continua à l'Université d'Edimbourg où, dans le 
laboratoire du professeur Wilson, il acquit les bases des connaissances 
chimiques qui le distinguèrent plus tard dans cette branche spéciale des 
connaissances humaines. 

Avant d'avoir atteint l'âge de 20 ans, David Forbes fut engagé par 
M. Brooke Evans pour faire une exploration en Norvège au point de 
vue de l'étude des produits métallurgiques de cette contrée et, peu de 



BULLETINS DES SÉANCES — ANNÉE 1877. XXXI 

temps après, il lui confia la direction des mines et des importantes usines 
d'Espedal, qui lui appartenaient. 

Forbes occupa ce poste pendant 12 ans, sous un climat où, en hiver, l'on 
pouvait fabriquer des balles de carabine en congelant le mercure en plein 
air. Pendant son séjour en Norvège, il fit de nombreuses excursions, ne 
négligeant aucune occasion d'augmenter ses connaissances scientifiques, 
comme le témoignent assez ses écrits de l'époque. 

Forbes était un homme intrépide et courageux et, pour ne citer qu'un 
exemple, lorsqu'en 1848 une révolution éclata en Norvège, il arma 400 de 
ses ouvriers et vint à leur tête porter secours au gouvernement. Pour ce 
service, le Roi le fit appeler près de lui pour le remercier en personne et 
resta ensuite toujours son ami. 

Forbes fit à cette époque la connaissance des membres de la firme bien 
connue de Evans et Askin, célèbres fondeurs en nickel à Birmingham et 
bientôt après il partit pour leur compte afin de faire un voyage au Chili, 
au Pérou et en Bolivie, à la recherche de mines de nickel et de cobalt. 
Ce voyage dura six ans. 

Depuis 1857 jusqu'en 1860, il visita la Bolivie et la partie méridionale 
du Pérou et communiqua le résultat sommaire de ses études géologiques 
dans ces lointaines régions à la Société Géologique de Londres, dès 
l'année 1860. 

Cette notice est pleine de détails intéressants et, si le travail en paraît 
à première vue incomplet, l'on doit l'attribuer, comme le dit Forbes lui- 
même, « à la grande difficulté que rencontre le voyageur lorsqu'il explore 
seul, exposé à toutes sortes de dangers, de privations, d'intempéries et 
avec des fonds limités, une localité sauvage et presque inhabitée, dont 
l'état politique répond à celui d'une révolution et d'une guerre civile 
permanentes ». 

Pendant quatre années, Forbes parcourut en tous sens le Chili, depuis 
le désert d'Atacama jusqu'aux frontières de la Bolivie. Les aventures ne 
lui manquèrent pas pendant ce voyage, comme le témoignaient les cica- 
trices nombreuses des blessures que portait sa personne et les trophées 
d'armes qui ornaient sa galerie. Il fut même, paraît-il, à un moment 
donné, nommé colonel de cavalerie dans les colonnes insurgées de la 
république Chilienne. 

La seconde communication scientifique fournie par Forbes, résume la 
géologie et la minéralogie du Chili et des provinces Argentines, et com- 
plète, en beaucoup de points, ce qu'avaient présenté de superficiel ses 
observations antérieures en Amérique. 

Notre confrère, après avoir ainsi parcouru les Cordillères des Andes, 
fit une diversion par un voyage d'une certaine durée aux îles de la Poly- 



XXXII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

nésie, où il étudia avec soin les phénomènes volcaniques et la minéralogie 
plutonienne. 

Sa visite aux régions minières de la Cordillère lui fournit l'occasion 
de recueillir une splendide collection de minéraux, comprenant près de 
20,000 échantillons et dont il publia la liste, renfermant environ 
190 espèces, ainsi qu'une classification d'après la nature du gisement, 
dans le PMlosophical Magazine pour 1865. 

Pendant son séjour aux usines norvégiennes, Forbes avait déjà 
commencé l'étude des minéraux au point de vue des circonstances qui 
en avaient causé l'apparition 1 . Il avait même soumis certaines espèces 
à des extrêmes de température et de pression, ce qui lui avait valu de 
précieux renseignements à l'appui de ses théories relatives au métamor- 
phisme et à la structure des roches 2 . Sa précieuse collection, qui malheu- 
reusement sera bientôt dispersée, est toute remplie de collections-type, 
montrant les associations, la paragenèse et les relations qui existent entre 
certains minéraux et les roches encaissantes ou les veines métalliques qui 
les contenaient. C'est au travail de la coordination de tant de faits inté- 
ressants observés par lui, que Forbes pensait passer le restant de ses jours 
lorsque la mort est venue inopinément l'enlever. 

Nous regrettons d'apprendre du professeur John Morris, l'un des exécu- 
teurs testamentaires de M. Forbes, que les notes et les manuscrits nom- 
breux laissés par le défunt sont, pour la plupart, incompréhensibles à 
d'autres qu'à celui seul dont la mémoire aurait pu les compléter et que 
peu de ces écrits posthumes pourront voir le jour. 

L'étude des roches ignées et des phénomènes métamorphiques de la 
croûte terrestre était l'étude de prédilection de notre regretté confrère, 
mais il possédait, en outre, de vastes connaissances générales en presque 
toutes les branches de l'histoire naturelle et s'était particulièrement 
occupé, il y a quelques années, de paléontologie. 

Forbes fit plusieurs voyages moins connus aux Indes, en Australie et en 
Afrique et, pendant les dernières années de sa vie, il voyageait très fré- 
quemment en divers pays de l'Europe, en qualité d'ingénieur consultant 
de beaucoup d'importantes mines et usines métallurgiques, surtout en 
Espagne, en Allemagne, en Suède et en Norvège. Depuis six ans, il rédi- 
geait chaque semestre, pour l'Institut du fer et de l'acier de la Grande- 
Bretagne, des rapports sur la sidérurgie du monde entier, qui sont de 
véritables modèles en leur genre et dont la confection lui était singuliè- 
rement facilitée par sa remarquable connaissance des langues étran- 

1 Voir Edimb. Phil. Journ., 1856-57 et Quarter. Journ. Geolog. Se. ,1855 

2 Geolog. Soc, 1855; Report. Brit. Assoc, 1854; Edimb. Phil. Jour., 1855-57; Geol. 
Mag., vol. III, p. 23; Geol. Mag., vol. VIII, p. 1. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 XXXIII 

gères dont il comprenait quatorze et dont il parlait couramment une 
dizaine. 

En qualité de membre de la Société Ethnographique, il publia un 
travail fort remarquable sur le langage et les mœurs des Indiens Aymara 
de la Bolivie et du Pérou. 

Forbes fît plus de cinquante communications à diverses Sociétés 
savantes, sans compter une série d articles dans le Chemical News, dans 
le Popular science review, dans le Journal de VIron and Steel Insti- 
tute, etc. Presque tous ses travaux témoignent de la tendance de son 
esprit vers l'étude des grands phénomènes cosmiques de notre pla- 
nète. 

David Forbes m'écrivait, à la veille même de mon dernier départ pour 
l'Amérique, en date du 13 mars dernier, une lettre d'adieu pour me 
souhaiter un heureux voyage et un bon retour, mais il ajoute que sa 
santé est très délabrée, tellement même, qu'il craint fort de ne pouvoir 
entreprendre un voyage à Philadelphie, ce qu'il aurait beaucoup désiré 
faire. 

Il y a deux ans, Forbes avait été fait prisonnier par les Carlistes, 
lors d'un voyage de retour des mines du Rio Tinto, dont il était l'ingé- 
nieur en chef. On le prit d'abord pour un espion et, sans sa parfaite 
connaissance de la langue du pays, il était fusillé. Cependant une longue 
exposition aux rayons ardents d'un soleil méridional amena chez lui une 
congestion cérébrale dont il ne se remit plus complètement et qui le para- 
lysa partiellement. 

La mort subite, il y a quelques mois, d'une jeune et intéressante épouse 
qu'il adorait et qui le laissait seul au monde avec cinq enfants en bas âge, 
donna une nouvelle secousse à son système nerveux déjà très ébranlé, et, 
lorsque la fièvre périodique qui l'assaillait chaque année à pareille 
époque (ancien souvenir de l'Amérique méridionale), l'atteignit en 
décembre dernier, elle ne trouva en lui qu'un sujet incapable de sup- 
porter son étreinte énervante et il succomba, ne laissant parmi ceux qui 
eurent le plaisir de le connaître que d'unanimes regrets. 

Question à l'ordre du jour : Projet d' exploration scientifique de V Afrique 
centrale. Appui des Sociétés scientifiques. 

Le Président rappelle que la question a été renvoyée à l'Assemblée de 
ce jour pour qu'une résolution y soit prise par la Société. 

Les membres présents sont d'accord pour donner leur approbation au 
projet, 

M. Lefèvre regarde comme nécessaire pour la Société d'affirmer son 

T. XII. s 



XXXTV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

adhésion par une souscription pécuniaire. Il propose de fixer cette sous- 
cription à la somme de 100 francs, comme l'ont fait déjà plusieurs autres 
Sociétés scientifiques du pays. 

M. Colbeau ne croit pas que la Société puisse voter des fonds pour cet 
objet, vu l'état de ses finances. Il pense, du reste, que l'argent doit venir 
d'autre part et qu'il ne manquera pas à l'œuvre; mais il craint que le 
côté scientifique de l'expédition puisse être négligé, si les intéressés 
n'appellent pas l'attention sur ce point. C'est pourquoi il est partisan 
seulement d'une adresse d'adhésion. 

M. De la Fontaine croit qu'une souscription en argent doit accompa- 
gner l'adresse, mais cette souscription pourrait être faite par les membres 
eux-mêmes et remise au nom de la Société. 

Après discussion, l'Assemblée écarte les propositions de MM. Lefèvre 
et Colbeau, et adopte celle de M. De la Fontaine. 

Le Président résume les réponses parvenues jusqu'à ce jour à la Société 
sur cette même question, de la part des Sociétés faisant partie de la 
Fédération des Sociétés scientifiques de Belgique. La Société Géologique 
de Belgique et la Société des Sciences du Hainaut ont approuvé le projet 
et ont souscrit en particulier à l'œuvre. La Société Belge de Microscopie, 
la Société chorale et littéraire des Mélophiles de Hasselt, la Société de 
Médecine-Vétérinaire de Liège, le Conseil de Salubrité publique de Liège 
et notre Société, ont également approuvé le projet et s'associent à une 
adresse collective d'adhésion au projet d'exploration scientifique de 
l'Afrique, avec offres de services, en se mettant à la disposition du Comité 
directeur pour lui fournir toutes les indications et tous les renseigne- 
ments scientifiques qu'il voudrait demander. 

L'Assemblée, en suite de cette communication, est d'avis qu'il y a lieu 
pour la Fédération d'écrire une adresse dans le sens indiqué par ces 
Sociétés. 

La séance est levée à 4 1/2 heures. 



Séance du 4 mars 1877. 

Présidence de M. Crocq. 

La séance est ouverte à 2 heures. 

Sont présents : MM. Crocq, président; De la Fontaine; ftutot; 
Vanden Broeck; Roffiaen ; Dewalque; Denis; J. Colbeau, secrétaire. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXXV 

MM. E. Vincent et H. Roniaen assistent à la séance. 
MM. Vincent et E. Colbeau font excuser leur absence. 
Le Secrétaire donne lecture du procès-verbal de la séance du 4 fé- 
vrier 1877. Ce procès- verbal est adopté. 

Correspondance. 

La Société Linnéenne de Bordeaux, la Société Royale des Sciences de 
Drontheim, l'Université Royale de Norvège, l'Académie des Sciences de 
Chicago, annoncent l'envoi de publications. 

La Société Linnéenne de Bordeaux et l'Académie des Sciences de 
Chicago remercient pour la réception des Annales et des Procès- 
verbaux. 

La Société pour l'étude de la nature dans le Wurtemberg, de Stuttgart, 
envoie ses publications et propose l'échange, qui est unanimement 
accepté. 

La Société Médico-chirurgicale de Liège adhère avec plaisir au projet 
d'exploration scientifique de l'Afrique, tel que la Fédération des Sociétés 
scientifiques de Belgique le comprend. 

Le Club scientifique de Vienne adresse la lettre suivante au Conseil de 
la Société : 

« Nous avons l'honneur de vous informer de la formation d'un Club 
Scientifique sous la présidence de S. Exe. le chevalier von Schmerling, en 
vous priant d'en faire part à vos collègues. 

« Nous nous permettons d'inviter les membres de votre Société de 
vouloir bien, lors de leur passage à Vienne, visiter le Club comme invités 
et comme participants étrangers. 

« Au nom de la direction du Club, 

Les Vice- présidents, 
Von Hauer, Brunner von Wattenwyl. 

Directeur de l'Institut I. R. géologique 
d'Autriche. 

Dôblhoff, premier Secrétaire. 

« Chancellerie et local du Club, 

I. Eschenbachgasse, N. 9. I Stock, à Vienne. » 

Dons et envois reçus. 

Brochures offertes par leurs auteurs, M. A. Rutot (Relation au point de 
vue palèontologique de V excursion entreprise les 1 er et 2 août 1875, aux 



XXXVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

environs de Namur, par les membres de la Société Malacologique de 
Belgique) ; M. Ern. Vanden Broeck {Sur les altérations des dépôts qua- 
ternaires par les agents atmosphériques); M. C. A. Westerlund {Fauna 
Europœa Molluscorum extramarinorum. Fasciculus 1 ); M. le D r Leydig 
{Die Hautdecke und Schale der Gastropoden nebst einer UebersicM der 
einheimesclien Limacinen); M. Gr. Jeffreys (New and peculiar Mollusca of 
the Or der SolenoconcMa procured in tlie « Valorous* expédition); MM. F.-L. 
Cornet et A. Briart {Note sur V existence d'un calcaire à" eau douce dans 
le terrain tertiaire du Hainaut). 

Publications reçues en échange, de la part de l'Académie Royale des 
Sciences de Belgique, de l'Académie Impériale des Sciences de Saint- 
Pétersbourg, de l'Université Royale de Norvège, du Musée national de 
Hongrie, des rédactions des Archives pour l'étude de la nature de Bonn, 
du Moniteur industriel belge , du Moniteur horticole belge, du Bulletin 
scientifique du département du Nord, de la Feuille des jeunes Natura- 
listes, et des Sociétés suivantes : Centrale d'agriculture de Belgique, Mala- 
cozoologique allemande, Royale des Sciences de Norvège, des Sciences du 
Hainaut, Médico-chirurgicale de Liège, Royale Linnéenne de Bruxelles, 
Royale de Londres, Royale des Sciences médicales et naturelles de 
Bruxelles, Belge de Microscopie, Entomologique de Belgique, Suisse 
d'Entomologie, pour l'étude de la nature dans le Wurtemberg, Linnéenne 
du nord de la France, d'Agriculture et sciences d'Orléans. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Communication du Conseil. 

Le Président annonce que le Conseil, dans sa séance de ce jour, a 
reçu membre effectif de la Société, M. de Toyon, à Saint-Ciers-du- 
Taillon (département de la Charente-Inférieure, France), présenté par 
MM. Vanden Broeck et Rutot, 

Rapports sur les travaux présentés. 

M. Rutot donne lecture du rapport suivant : 

Rapport sur le travail de M. G. Vincent, intitulé : Description de 
la Faune de l'Etage Landenien inférieur. l re partie : Massif du 
Brabant. 

Messieurs, 

Je ne vous dirai pas que j'ai lu le beau mémoire présenté par 
M. G. Vincent; grâce à l'auteur, j'ai pu mieux faire. J'ai suivi le 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXXVII 

travail dans toutes ses phases, j'ai été admis à émettre mes idées et à 
faire part de mes observations; de plus, j'ai entrepris avec plaisir la tâche 
difficile de figurer les précieux échantillons réunis dans la collection de 
M.Vincent et dont une certaine quantité ne pouvait être convenablement 
reproduite que par une personne connaissant la conchyliologie, à cause 
soit de leur petitesse, soit de leur ornementation délicate et compliquée. 

C'est assez vous dire, Messieurs, que je suis d'accord en tous points 
avec l'auteur et que mon rapport n'aura d'autre but que de vous faire 
apprécier l'importance d'un tel travail. 

Le mémoire de M. Vincent est appelé à faire naître dans la science 
l'intérêt que le beau travail de MM. Briart et Cornet sur la faune du 
calcaire de Mons avait soulevé lors de son apparition ; car il s'agit ici de 
la révélation d'une faune déjà riche et pour ainsi dire inconnue. 

Alors que, jusqu'à présent, la liste des fossiles Landeniens ne compre- 
nait guère qu'une quinzaine d'espèces, la plupart déterminées avec doute 
ou simplement nommées génériquement, nous voici tout à coup en pré- 
sence d'une première liste de 46 espèces, comprenant les poissons, les 
crustacés, les céphalopodes et les gastéropodes. 

Ajoutons à ce nombre les lamellibranches, les échinodermes, les poly- 
piers et deux gastéropodes appartenant aux genres Fusus et Bulla, qui 
n'avaient pas encore été découverts lors de la confection des planches, et 
nous arrivons à un chiffre de plus de 80 espèces pour le massif Landenien 
inférieur du Brabant. 

Malgré les recherches les plus consciencieuses, M. Vincent n'a pu 
identifier la plus grande partie de ses coquilles avec des formes déjà 
connues; aussi, le nombre d'espèces nouvelles pour la science et pour le 
pays est-il très considérable. 

Quant aux coquilles se rapportant à des formes connues, l'auteur n'a 
pu les identifier qu'avec des espèces des sables de Bracheux ou de l'éocène 
inférieur d'Angleterre ; résultat auquel la stratigraphie et la connaissance 
de quelques fossiles avaient déjà conduit depuis longtemps. 

J'ajouterai que les coquilles, identifiées par M. Vincent à des espèces 
des sables de Bracheux, ayant été soumises à M. Watelet, ce savant a 
approuvé toutes les déterminations. 

Quoique le nombre d'espèces communes au Landenien inférieurbelge et 
aux sables de Bracheux soit très restreint, 7 ou 8 environ, il est à remarquer 
que ces espèces constituent les formes les plus communément répandues, 
de sorte que l'on peut maintenir avec sécurité le parallélisme des deux 
formations; les conditions dans lesquelles le dépôt des sédiments s'est 
opéré, semblent d'ailleurs assez différentes. 

Pour que le lecteur soit au courant de la géologie des couches dont on 



XXXVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

étudie la faune, l'auteur a fait précéder ses descriptions d'une introduc- 
tion où est exposé en résumé l'état des connaissances actuelles sur le 
terrain dont il est question. 

Ce résumé contient une description succincte des diverses couches qui 
se rencontrent dans les massifs du Brabant et du Hainaut, d'après les 
observations de Lyell, de MM. G. Dewalque, Cornet et Briart et de nous- 
mêmes. 

Quant aux coquilles fossiles des couches du massif du Brabant, outre 
leur rareté relative, elles ne se présentent généralement qu'à l'état d'em- 
preintes ou de moules intérieurs. C'est en recueillant avec soin les 
empreintes extérieures si longtemps négligées, que M. Vincent a pu 
reconstituer la faune, au moyen de moulages qui reproduisent avec une 
fidélité remarquable tous les caractères de la coquille. 

Certes, un assez grand nombre de descriptions sont forcément incom- 
plètes, à cause de la manière dont doivent être recueillis les fossiles; 
cependant il est aisé déjuger, à l'inspection des planches, que les espèces 
ne sont établies qu'au moyen de caractères sérieux et facilement recon- 
naissables ; les fragments insuffisants ont été impitoyablement écartés. 

Nous ne voulons cependant nullement affirmer que quelques erreurs 
ne puissent être reconnues dans la suite, mais il faut tenir compte des 
difficultés ; nous connaissons d'ailleurs tous suffisamment le caractère de 
notre estimable collègue pour savoir qu'il sera toujours le premier à les 
signaler ou à les reconnaître et à les réparer ; nous connaissons aussi 
l'ardeur et la patience qu'il met dans ses recherches; aussi ne doutons- 
nous pas que des découvertes successives ne le mettent à même d'enrichir 
la science de nouveaux et précieux documents. 

Quittant un instant notre sujet, qu'il me soit permis maintenant de 
jeter un regard satisfait sur la situation scientifique de notre Société. 

Déjà, plusieurs membres apprécient avec moi l'utilité de la publication 
de travaux de longue haleine ; outre l'apparition complète de la mono- 
graphie des foraminifères des terrains pliocènes d'Anvers entreprise par 
deux de nos collègues, le volume de Tannée qui vient de s'écouler con- 
tiendra, si vous voulez voter nos conclusions, trois grands travaux qui, 
par leur importance et leur étendue, s'imposeront dans la science. 

Grâce à ces travaux, notre volume de 1876 ne sera pas simplement 
intéressant et utile, mais il deviendra indispensable à toute une catégorie 
de travailleurs s'occupant soit de mollusques vivants, soit de mollusques 
fossiles. 

Avec de pareils éléments, la Société doit prospérer; il ne sera plus 
loisible aux personnes s'occupant de sciences de lire ou de ne pas lire nos 
Annales; elles seront non seulement obligées de les lire, mais encore d'en 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XXXIX 

tenir compte, de les citer dans leurs ouvrages ; et pour cela, il faut qu'elles 
possèdent nos Annales. 

En présence de pareils résultats, je crois donc que la Société doit conti- 
nuer à s'imposer quelques sacrifices; il faut semer pour récolter et, plus 
tard, les sommes dépensées lui seront rendues au centuple. Notre devoir est 
donc d'encourager les travailleurs, afin qu'ils entrent dans la voie ouverte. 
Au lieu de petites notes condamnées à l'oubli, condensons nos découvertes 
et nos observations et produisons des travaux sérieux et complets. 

Comme conclusion, vu l'importance du travail qui nous est soumis et 
du puissant intérêt de nouveauté qu'il présente, je propose à la Société 
l'impression dans nos Annales de ce beau Mémoire et des 5 planches qui 
l'accompagnent. 

Je suis également d'avis que des remercîments à Fauteur ne seraient 
nullement déplacés. 

M. Vanden Broeck se rallie aux conclusions de M. Rutot. 

L'assemblée, conformément aux conclusions de MM. Lefèvre, Rutot et 
Vanden Broeck, vote l'impression du travail de M. Vincent dans les 
Mémoires de la Société et des remerciements sont votés à l'auteur. 

Communications des Membres. 

M. Vanden Broeck fait passer sous les yeux de la Société une coquille 
de Limnœa limosa présentant une anomalie remarquable : cette coquille, 
recueillie par notre collègue, M. Purves, dans le Northumberland, 
porte une carène très prononcée à la partie supérieure du dernier tour. 

M. Vanden Broeck est prié d'en communiquer la description détaillée 
et la figure pour les Bulletins de la Société. 

M. Colbeau donne lecture d'une lettre de M. Morren, secrétaire général 
de la Fédération des Sociétés d'Horticulture de Belgique, dans laquelle 
celui-ci approuve l'œuvre de l'exploration scientifique de l'Afrique, mais 
est d'avis qu'il faudrait la patronner autrement que par une simple adhé- 
sion : il faudrait formuler un desideratum, dresser un plan, etc. Il ne 
connaît personne au sein de la Fédération horticole qui ait mainte- 
nant le loisir de s'en occuper activement. 

La séance est levée à 3 heures. 



XL SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Séance du 8 avril 1877. 

Présidence de M. Crocq. 



La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM Crocq, président; De la Fontaine; Roffiaen ; 
Vanden Broeck ; J. Cornet; J. Colbeau, secrétaire. 

M. E. Vincent assiste à la séance. 

MM. Cogels, Houzeau, Gaucher, E. Colbeau, Lefèvre, font excuser 
leur absence. 

Le procès-verbal de la séance du 4 mars 1877 est adopté. 

Correspondance» 

L'Académie des Sciences de Vienne, la Société Linnéenne de Bordeaux 
et la Société des Naturalistes de Brikm, annoncent l'envoi de leurs publi- 
cations. 

M. de Toyon remercie pour sa réception en qualité de membre effectif 
de la Société. 

La Société Parisienne d'Histoire naturelle fait connaître par circulaire 
les principaux points de son organisation. — L'assemblée décide que les 
Procès-verbaux mensuels seront adressés à cette nouvelle Société. 

La Société des Sciences du Hainaut adresse son programme de concours 
pour 1877. La question suivante intéresse particulièrement la Société ; 
Faire la description d'un groupe de fossiles de Cipily. Le prix est une 
médaille d'or. Les mémoires doivent être remis avant le 31 décem- 
bre 1877, chez M. le Président, rue des Compagnons, 21, à Mons. 

M. G. Wheeler, de Chicago, adresse le prospectus de son Catalogue 
polyglotte d'histoire naturelle. 

Prospectus et catalogue d'ouvrages scientifiques de la librairie Baudry, 
à Paris et à Liège. 

Dons et envois reçus. 

Portrait photographié de M. David Forbes, offert par M. Deby. 

Brochures offertes par leurs auteurs : M. Adolfo Stossich (Brève sîmto 
sulle produzioni marine delgolfo di Triesta), M. Gustave Dollfus (Descrip- 
tion et classification des dépôts tertiaires des environs de Dieppe), 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877 XLI 

M. le D r Charles Barrois {Note préliminaire sur le terrain silurien de 
V ouest de la Bretagne, et Note sur le terrain dévonien de la rade de 
Brest), M. Julien Deby (Report on the progress of the iron and steel 
industries in foreign countries), M. Gw. Jeffreys (New and peculiar 
Mollusca ofthe Patellidœ and other Families of Gastropoda procured in 
the « Valorous » Expédition). 

Publications reçues en échange, de la part de l'Académie I. R. des 
Sciences de Vienne, de l'Académie R. des Sciences de Bavière, de l'Aca- 
démie I. des Sciences de Saint-Pétersbourg, de l'Institut R. des Sciences 
de Venise, du Comité R. Géologique d'Italie, de l'Athénée propagateur 
des Sciences naturelles de Madrid, des rédactions du Moniteur Industriel 
Belge, du Moniteur Horticole Belge, du Journal de Conchyliologie et de la 
Feuille des Jeunes Naturalistes, ainsi que des Sociétés suivantes : des 
Sciences historiques et naturelles de Semur, Linnéenne de Bordeaux, Géolo- 
gique de Hongrie, d'Étude des Sciences naturelles de Nîmes, Malacologique 
Italienne, des Naturalistes de Brûnn, Géologique de Londres, Géologique 
de France, Adriatique des Sciences naturelles, Centrale d'Agriculture de 
Belgique, R. Linnéenne de Bruxelles, Belge de Géographie, R. des 
Sciences médicales et naturelles de Bruxelles, R. de Tasmanie, des Amis 
de l'étude de la nature du MecklemboUrg, Belge de Microscopie, d'Études 
scientifiques de Lyon, Entomologique de Belgique, Médico-chirurgicale 
de Liège. 

L'assemblée vote des remercîments aux donateurs et décide que la 
collection des Annales sera envoyée à l'Académie Royale des Sciences de 
Bavière en échange des publications que celle-ci nous a fait parvenir. 

Le secrétaire dépose pour la Bibliothèque, trois exemplaires des Procès- 
verbaux des séances de la Société du 7 janvier, du 4 février et du 
4 mars 1877. 

Lectures. 

M. Vanden Broeck donne lecture de la communication suivante, de la 
part de M. J. Purves. 

NOTE SUR UNE ANOMALIE DE LA LIMN/CA LIMOSA, 

PAR J. PURVES. 

La Limnée dont le dessin se trouve ci-contre a été trouvée dans une 
ancienne carrière située sur le territoire de Belford 
Moor, dans le Northumberland, au nord de l'Angle- 
terre. 

Cette carrière est creusée dans un plateau élevé, 
inculte, constituant une crête de partage entre la 




XLH SOCIÉTÉ MALÀCOLOGIQUE DE BELGIQUE 

vallée de la rivière Till et la plaine qui longe la mer, près de la ville de 
Belford. 

Je passais en voiture il y a quelques semaines, et voyant un affleure- 
ment de roche, je fis arrêter un moment pour l'examiner. Il était constitué 
par du calcaire carbonifère, contenant quelques beaux échantillons de 
Lithostrotion junceum et de Lonsdaleia floriformis. Au pied du rocher 
il y avait un petit trou rempli d'eau et dont le fond était tapissé d'épaisses 
touffes de Cliara. 

Je n'eus que le temps d'en arracher une grosse poignée, devant, 
rattraper la voiture où je l'examinai à l'aise. 

J'y remarquai alors quelques jeunes exemplaires de la Limnœa limosa 
de forme normale, et parmi eux se trouvait l'échantillon curieusement 
déformé que représente la figure ci-contre. 

La carène, régulière et bien accentuée, part du deuxième tour et se 
continue jusqu'au dernier, dont l'ouverture se trouve ainsi modifiée 
comme le montre la figure. 

La présence de cette carène ne me paraît avoir d'autre signification 
que celle que l'on peut attribuer à une difformité accidentelle. 

Je n'ai pu visiter la carrière depuis ma dernière excursion ; mais à une 
prochaine visite je draguerai entièrement la petite mare d'où provient la 
Limnée, afin de m'assurer si d'autres exemplaires ne présentent aucune 
anomalie. 

Il est intéressant de noter qu'aucun ruisseau, aucun cours d'eau n'a 
pu introduire ces mollusques et ces plantes dans la petite mare en ques- 
tion. En effet, la carrière qui contient celle-ci se trouvant creusée dans 
une crête de partage de deux bassins hydrographiques et les eaux s'écou- 
lant en sens contraire des deux côtés du plateau, l'introduction des 
coquilles et des plantes dans la mare n'a pu se faire que par une circon- 
stance toute fortuite, telle que le transport par les oiseaux aquatiques, 
par exemple. 

Je m'arrêterais d'autant plus volontiers à cette hypothèse que, dans ces 
mêmes parages, j'ai observé de grandes volées d'une espèce de pluvier 
(Vanellus cristatus) qui fréquentait les bruyères des environs et que 
l'on voyait s'abattre dans les flaques d'eau de la plaine pour y chercher 
leur nourriture. 

Communications et propositions diverses des Membres. 

M. Vanden Broeck communique un extrait d'une lettre de M. le 
D r A. Brot, de Genève, dans laquelle ce naturaliste donne quelques détails 
sur diverses anomalies observées par lui chez certains mollusques de 
la Suisse. M. Brot a rencontré : 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877. XLIII 

Hélix incarnata, conique stib-scalaire. 

Hélix hispida, à suture canaliculée jusqu'au sommet. 

Hélix lapicida, albinos; très abondante à Saint -Gervais-les-Bains, 
plus rare au Salève, près de Genève. 

'Hélix pomatia, un seul échantillon albinos, près de Genève, dans une 
localité où se trouve aussi exclusivement Hélix nemoralis albinos. 

Hélix nemoralis , albinos; près de Genève. 

Hélix sylvatica, avec sa variété alpicola, toutes deux albinos. 

Vitrina pellucida, sénestre. Ce serait, d'après M. Brot, le seul fait 
pareil qui aurait été signalé soit dans l'espèce, soit dans ce genre. 

Limnœa peregra. M. Brot a observé, dans une mare des environs de 
Genève, une monstruosité affectant les neuf dixièmes des individus de 
cette espèce et consistant en une déformation de la base de la columelle. 
Cette mare contenait en même temps une abondance extraordinaire de 
Hydra viridis. Un an plus tard, aucun individu de Limnée n'était 
anormal et, depuis lors, plus un seul échantillon déformé n'a été observé 
dans la mare. En même temps, Y Hydra mridis avait totalement disparu. 
L'Hydra est-elle cause de cette déformation? C'est ce que l'on ne pourrait 
affirmer ; toutefois, la coïncidence est frappante. 

M. Cornet propose l'échange de publications avec l'Ateneo di Scienze, 
Lettere ed Arti di Brescia. — Cet échange est accepté. 

La séance est levée à 3 1/2 heures. 



Séance du 6 mai 1877. 

Présidence de M. Crocq. 

La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM. Crocq, président; Roffiaen ; E. Colbeau ; Craven ; 
Vanden Broeck ; Rutot ; J. Cornet ; Bauwens ; J. Colbeau, secrétaire. 
MM. De la Fontaine et Denis font excuser leur absence. 
Le procès-verbal de la séance du 8 avril 1877 est adopté. 

Correspondance. 

L'Académie Royale des Sciences d'Amsterdam, l'Académie Slavo-méri- 
dionale des Sciences d'Agram, la Société Belge de Géographie, la Société 



XLIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Hollandaise des Sciences de Harlem, la Société d'Émulation de Liège, 
remercient pour la réception des Annales. 

. L'Académie Royale des Sciences d'Amsterdam, l'Académie Slavo-méri- 
dionale des Sciences d'Agram, la Société d'Histoire naturelle de Boston, 
la Société Hollandaise des Sciences de Harlem, les Universités de Hol- 
lande, la Société Royale de Zoologie Natura artis Magistra, d'Amsterdam, 
annoncent l'envoi de leurs publications. 

La Société Royale Linnéenne de Bruxelles adresse le programme de 
ses excursions pendant la période d'été 1877. 

La Société Entomologique de Belgique invite les membres de la Société 
à prendre part à son excursion annuelle qui aura lieu le 20 du présent 
mois aux environs de Bruxelles. 

La Commission organisatrice d'une manifestation en l'honneur de 
M. le professeur P.-J. Van Beneden, adresse une liste de souscription à 
cette manifestation. — Cette liste est déposée sur le bureau. 

La Commission des Échanges internationaux demande que la Société 
lui indique quelles sont ses publications qu'elle peut mettre à sa disposition. 
■ — Les renseignements demandés lui seront fournis. 

La seconde Société Teyler, de Harlem, adresse son programme pour 
l'année 1877. 

Dons et envois reçus. 

ù 

Ouvrages offerts par leurs auteurs : M. G. Jeffreys (New and peculiar 
Mollusca ofthe Eulimidœ and other familles of Gàstropoda, as well as of 
the Pteropoda procured in the « Valorous » expédition), M. Pigorini (Terre- 
mare Ungheresi et Nuove scoperte preistoriclie melle provincie Napoletane), 
M. A. Mascarini (Fauna pliocenica délia montagnola presso la cita di 
Fermo), M. Crépin (Rapport sur la situation du Jardin Botanique de 
l'État, à Bruxelles), M. Ern. Vanden Broeck {Seconde lettre sur quelques 
points de la Géologie de Bruxelles, adressée à M. Ortlieh). 

Publications reçues en échange des Annales, de la part de l'Académie 
Royale des Sciences de Belgique, de l'Académie Royale des Sciences 
d'Amsterdam, de l'Académie Slavo-méridionale des Sciences d'Agram, 
de l'Académie de Metz, de l'Académie d'Agriculture de Vérone, de l'Insti- 
tution Smithsonienne, des Universités de Hollande, de l'Institut Impérial- 
Royal Géologique d'Autriche, des Rédactions du Bulletin Scientifique du 
département du Nord, du Moniteur industriel Belge, du Moniteur horti- 
cole Belge, de la Feuille des Jeunes Naturalistes, et des Sociétés suivantes : 
Géologique de France, d'Étude des Sciences Naturelles de Nîmes, Centrale 
d'Agriculture de Belgique, Finlandaise pro Fauna et Flora fennica 
d'Helsingfors, d'Agriculture d'Orléans, des Sciences Naturelles de 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XLV 

Buffalo, d'Histoire Naturelle de Boston, Hollandaise des Sciences de 
Harlem, Royale de Zoologie Natura artis Magistra d'Amsterdam, des 
Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, Royale Linnéenne de 
Bruxelles, des Sciences Naturelles Isis de Dresde, Vaudoise des Sciences 
Naturelles, Belge de Microscopie, Malacozoologique Allemande, Géolo- 
gique de Hongrie, d'Histoire Naturelle de Glasgow, Impériale des Natu- 
ralistes de Moscou, Géologique de Londres, d'Histoire Naturelle et de 
Médecine de Heidelberg, Entomologique Italienne, des Sciences Natu- 
relles de Brème, Entomologique de Belgique, Royale des Sciences médi- 
cales et naturelles de Bruxelles. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le Secrétaire dépose pour la Bibliothèque trois exemplaires du Procès- 
verbal de la Séance de la Société du 8 avril 1877 et un exemplaire des 
tirés à part suivants des Annales tome XII (1877) : Nouvelles observa- 
tions relatives à la Rostellaria robusta, par A. Rutot ; Relation succincte 
d'une excursion faite aux bords de VOostanaula, par J. Deby ; David 
Forbes, nécrologie, par J. Deby ; Rapport sur le travail de M. Vincent : 
Description du Landenien, par Th. Lefèvre; Considérations nouvelles sur 
les systèmes Boldèrien et Diestien, par P. Cogels; Note sur une anomalie 
de la Limnœa limosa, par J. Purves. 

Communications et propositions diverses des Membres. 

M. Craven annonce qu'il va prochainement entreprendre un voyage 
scientifique dans l'Afrique centrale, où il compte rester deux années. Il 
s'occupera spécialement de la récolte d'objets d'histoire naturelle et tout 
particulièrement de mollusques et d'insectes; il tiendra, autant que cela 
lui sera possible, la Société au courant du résultat de ses recherches. 

L'assemblée, sur la proposition de son président, adresse des remercî- 
ments à M. Craven et décide qu'une délégation lui sera donnée pour 
représenter la Société dans les cas où il pourrait y avoir quelque utilité 
à le faire. 

M. Vanden Broeck donne lecture, tant en son nom qu'en celui de 
M. Rutot, de la proposition suivante : 

« Pendant les huit ou neuf premières années de l'existence de la Société, 
l'étude de la faune malacologique terrestre et fluviatile de notre pays a 
constitué le principal objet des investigations de la plupart de nos 
collègues. Aussi, cette partie de notre faune peut-elle être maintenant 
considérée comme bien connue. 

L'étude de la variation des types, des modifications du faciès spéci- 
fique, enfin l'étude si intéressante delà distribution en régions et en zones 
zoologiques ont donné lieu à des recherches nombreuses et approfondies. 



XLVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Nos publications ne renferment qu'un nombre assez restreint de 
travaux sur la faune marine de nos côtes ; mais cela provient surtout de 
la pauvreté de notre littoral, uniformément composé de plages nues et 
sableuses, très défavorables aux recherches. Cet état de choses ne permet 
guère d'espérer que les matériaux accumulés jusqu'à ce jour pourront 
être sensiblement augmentés. 

En résumé, on voit que, pour ce qui a trait à l'étude de la faune mala- 
cologique actuelle du pays, la tâche de la Société peut être considérée 
comme à peu près terminée. 

Par une curieuse coïncidence, c'est précisément au moment où nous 
terminons le dixième et dernier volume de notre première série d'Annales 
que nous constatons l'achèvement de l'œuvre qui nous a occupés jusqu'ici. 
L'étude des mollusques vivants de l'étranger a pour nous un intérêt 
moins vif et moins direct que ce qui concerne la faune de notre pays; 
toutefois, cette étude ouvre des horizons illimités à nos travaux futurs. 

Mais il n'y a pas encore lieu de délaisser la faune belge pour des 
recherches, en somme moins intéressantes pour nos compatriotes que celles 
qui nous ont presque constamment occupés jusqu'à ce jour. 

Nos statuts nous enseignent en effet, pour ne parler que de la 
faune belge, que notre tâche ne finit nullement, là où nous en sommes 
arrivés. Ils nous disent que la Société « entend la Malacologie dans son 
acception la plus étendue, embrassant tous les animaux inférieurs, 
mollusques et radiaires, etc., soit vivants, soit fossiles. » 

Or, lorsqu'on songe aux remarquables richesses paléontologiques que 
renferme le sol de notre pays, lorsqu'on se rend compte de l'immense 
labeur que nécessitera la mise en lumière de ces nombreuses faunes 
éteintes, dont la plupart sont encore imparfaitement connues, on com- 
prendra aisément que l'œuvre à accomplir par la Société est loin d'être 
achevée. 

La connaissance de la faune actuelle n'est qu'un premier jalon posé 
dans la vaste plaine qui s'étend devant nous et qu'il s'agit d'explorer dans 
tous les sens. 

Il est vrai que peu de pays sont aussi favorisés que le nôtre au point de 
vue de l'intérêt, comme de la facilité, des études paléontologiques. Nulle 
part ailleurs, on ne pourrait trouver, rassemblés sur une aire aussi 
restreinte, autant de richesses, autant de diversité dans les faunes éteintes 
de tous âges. Nous avons des représentants fossilifères de la plupart des 
grands horizons géologiques connus, depuis le cambrien jusqu'aux dépôts 
tertiaires les plus récents, en passant par le silurien, le devonien, le 
carbonifère, le jurassique et le crétacé. Les nombreuses et belles séries de 
dépôts qui représentent en Belgique la plupart des divisions secondaires 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. XLVII 

de ces grands horizons commencent seulement à nous dévoiler leurs 
trésors et, de par ses statuts, la Société Malacologique peut hautement 
revendiquer l'honneur d'enrichir la science de ces richesses. 

Les premiers pas sont déjà faits d'ailleurs dans la voie qui s'ouvre 
devant nous ; il suffit de feuilleter la première série de nos Annales pour 
s'en assurer. De 1863 à 1870, premières années de l'existence de la 
Société, l'étude des mollusques vivants de la Belgique a presque exclusi- 
vement absorbé toute son activité. Les travaux paléontologiques ont 
commencé à paraître en 1871 ; et, à partir de cette époque, ils ont pris 
une importance sans cesse croissante, au point que les derniers volumes, 
ceux de 1874 et de 1875, se trouvent presque exclusivement consacrés 
à des travaux de paléontologie. 

De 1863 à 1870, c'est à dire en huit ans, la Société n'a fait paraître 
que 3 planches de paléontologie, tandis que les cinq années suivantes 
(de 1871 à 1875) en comprenaient 20. Enfin, le premier volume de notre 
deuxième série contiendra à lui seul 10 planches de fossiles tertiaires. 
Ces chiffres montrent, plus éloquemment que tout commentaire, le déve- 
loppement des travaux de la Société et l'importance du rôle qu'elle est 
appelée à remplir dans l'étude de la paléontologie en Belgique. 

Les recherches que la Société entreprend dans cette direction seront 
d'autant plus fructueuses et plus utiles pour les progrès de la science 
qu'elles ne peuvent manquer de s'unir aux résultats des études stratigra- 
phiques auxquelles la Société Géologique de Belgique, fondée depuis quel- 
ques années, est chargée de donner une impulsion nouvelle. La paléon- 
tologie et la géologie stratigraphique se complètent mutuellement et sont 
nécessaires l'une à l'autre pour retracer fidèlement l'histoire de la terre. 

De ce qui précède, on ne peut méconnaître qu'avec la deuxième série 
de ses publications, la Société est entrée dans une phase nouvelle. Elle 
poursuit maintenant, dans toute sa plénitude, le but vaste et élevé que lui 
imposent ses statuts. 

Nous tous, membres de la Société, nous avons pu suivre le développe- 
ment rapide des travaux paléontologiques, auxquels nous devons la bril- 
lante extension constatée aujourd'hui dans notre champ d'étude. 

A l'étranger, et surtout parmi les membres des Académies et des Sociétés 
savantes qui reçoivent nos publications, un certain nombre d'entre eux, 
qui s'occupent de l'ensemble des sciences naturelles, ou bien plus spécia- 
lement de malacologie, ont suivi avec intérêt les travaux de la Société et, 
comme nous, ils peuvent apprécier tout ce que la science est en droit 
d'attendre de l'impulsion nouvelle signalée plus haut. 

Mais il ne faut pas se dissimuler que le nombre des naturalistes qui 
s'occupent spécialement de malacologie vivante est infiniment plus res- 



XLVIÏI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

treint que la nombreuse phalange des adeptes de la paléontologie. Si l'on 
ajoute à ceux-ci les géologues, si nombreux partout aujourd'hui, et qui 
ne peuvent se passer, pour leurs travaux, de l'étude de la paléontologie, 
on arrive à un total considérable de travailleurs, que la nature de nos 
publications antérieures a jusqu'ici tenu à l'écart, et dont la plus grande 
partie même ne se doute seulement pas des tendances et de la nature 
actuelle de nos travaux. Or, il y va de leur intérêt à tous, autant que du 
nôtre, et il y va surtout de l'intérêt de la science que nos efforts ne res- 
tent pas stériles ou méconnus. C'est donc au nom des intérêts scientifiques 
les plus élevés, que la Société Malacologique se voit actuellement obligée 
d'étendre et de développer ses relations et son influence, dans le monde 
des paléontologues et des géologues. Il faut pour cela faire connaître et 
apprécier nos travaux, par ceux-là précisément que les résultats de nos 
recherches intéressent d'une manière spéciale et qui sont les plus directe- 
ment appelés à en profiter. 

Or, les travailleurs de cette catégorie n'ont guère l'habitude — à 
l'étranger, bien entendu — de consulter, d'examiner, de feuilleter les 
publications de la Société Malacologique de Belgique. Ceux d'entre eux 
qui connaissent nos Annales ont pu s'assurer pendant de longues années 
que l'étude des mollusques vivants a presque exclusivement absorbé notre 
activité. Nos publications ne contenant rien qui pût les intéresser, ils ont 
fini par ne plus s'en occuper. 

Il est certain que si un paléontologue, un géologue même, voit apparaître 
de dans une citation, dans un simple accusé réception de publication, dans 
un bulletin bibliographique, un nom tel que Revue, Journal ou Société 
de Conchyliologie, il s'empressera, dans l'intérêt de ses études, de se pro- 
curer des renseignements ou bien la publication elle-même, afin de 
prendre connaissance des travaux qui pourraient s'y trouver sur les 
coquilles fossiles. La Conchyliologie comporte avec autant de raison 
l'étude des coquilles fossiles que celle des formes vivantes. Or, cette 
louable curiosité que nous venons de signaler deviendra souvent le point 
de départ de relations et de contributions scientifiques, d'abonnements 
ou d'adhésions... Mais notre nom à nous, de Société Malacologique, fait 
naître une idée différente et beaucoup plus restreinte. La Malacologie 
proprement dite a plutôt pour but l'étude des mollusques que celle de leurs 
dépouilles, et comme les faunes fossiles se composent uniquement de ces 
dépouilles, le naturaliste non prévenu, augurera souvent de notre nom que 
ce n'est pas chez nous qu'il devra chercher des données et des renseigne- 
ments paléontologiques. C'est d'ailleurs ce qui est souvent arrivé à 
l'étranger, pour ceux qui n'étaient pas au courant de la nature actuelle de 
nos travaux. Il importe donc de modifier un état de choses si défavorable 
aux intérêts de la Société. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 XLIX 

Pour y parvenir, nous proposons de donner un titre plus explicite à nos 
publications, titre qui, en attirant l'attention des intéressés, serait, on ne 
peut en douter, une révélation pour beaucoup d'entre eux. On ne pourra 
méconnaître que l'obligation de mettre le titre de nos publications plus 
en harmonie avec nos statuts d'une part et avec le développement de nos 
travaux de l'autre, s'impose d'ailleurs comme une incontestable nécessité. 
Pourquoi ne ferions-nous pas connaître à tous la voie brillante dans laquelle 
nous venons d'entrer, et pourquoi cacher sous un titre incomplet, qui est 
presque un déguisement, les tendances et les aspirations qui doivent 
étendre et développer nos relations dans le monde savant et donner une 
plus-value considérable à nos travaux ? 

Justifions donc, dès l'apparition de notre premier volume de notre 
deuxième série, avec lequel s'ouvre une ère nouvelle, l'application stricte 
et complète des obligations et des devoirs qui nous sont imposés. Com- 
plétons notre titre et puisque c'est là un drapeau destiné à rallier autour 
de nous des éléments nouveaux, mettons-le bien en vue, en publiant dès 
à présent les Annales de la Société Malacologique et P déontologique de 
Belgique. 

Pour conclure, nous proposons de porter à l'ordre du jour de l'Assemblée 
générale de juillet prochain, l'examen des résolutions qu'il y aurait lieu 
de prendre dans le but de mettre mieux en lumière, dans le monde scien- 
tifique, les travaux paléontologiques de la Société, et nous déposons dès 
aujourd'hui la proposition formelle de compléter le titre de celle-ci en lui 
adjoignant le qualificatif de Paléontologique, de façon que nos publica- 
tions puissent paraître à l'avenir sous le nom qui leur convient réellement. 

En terminant, nous ajouterons que si, lors de la fondation de la 
Société, on n'a pas cru devoir lui donner le titre de Société Malacolo- 
gique et Paléontologique de Belgique, c'est qu'à cette époque il y avait 
à Anvers une Société Paléontologique de Belgique dont il convenait de 
respecter la personnalité. Cette Société n'existant plus aujourd'hui, il n'y 
a plus lieu d'avoir les scrupules qui nous ont empêchés dans le temps de 
compléter le titre qui, de par nos Statuts et d'après la nature de nos 
travaux, nous revient légalement. 

M. J. Colbeau présente les observations suivantes sur la proposition de 
MM. Vanden Broeck et Rutot : 

« Je me bornerai aujourd'hui à dire quelques mots sur la proposition 
qui vient de nous être lue et qui, si je comprends bien, a surtout en vue 
d'ajouter au titre de nos Annales les mots : « et paléontologique. » 

« Les auteurs de la proposition font valoir plusieurs raisons qui, je 
dois le dire, me paraissent peu convaincantes et qui se réduisent, pour 
ainsi dire, à la crainte de voir le mot « Malacologie » mal compris. 

T. XII. 4 



L SOCIÉTÉ MALACOLOGÏQUE DE BELGIQUE 

« Cette crainte n'est pas fondée, car le titre que nos Annales ont porté 
jusqu'à ce jour n'a nullement empêché le développement des études 
paléontologiques, comme le reconnaissent, du reste, parfaitement les 
auteurs de la proposition. 

« Il me semble même résulter de ce qu'ils disent que nous devrions 
plutôt aujourd'hui appeler l'attention sur l'étude des mollusques vivants. 

« Je comprendrais mieux la proposition si notre Société portait le titre 
de « Société Malacozoologique », ou concernant l'étude des mollusques 
vivants; mais il en est autrement du mot « Malacologique » qui s'applique 
aussi bien aux espèces fossiles. 

« D'un autre côté, je ne sais si les avantages que la proposition laisse 
entrevoir seraient bien réels et s'il n'en résulterait pas des désavantages 
équivalents. 

« En résumé, la nécessité de la proposition ne me paraît pas démontrée 
par les seules raisons données à l'appui ; toutefois comme, dans l'intention 
des auteurs, elle ne doit point porter atteinte aux Statuts de la Société, je 
ne m'opposerai pas à sa mise à l'ordre du jour de notre assemblée géné- 
rale prochaine : dans Tentretemps, chacun de nous pourra l'étudier. » 

L'assemblée décide que la proposition de MM. Vanden Broeck et Rutot 
sera mise à l'ordre du jour de l'assemblée générale ordinaire du 1 er juillet 
prochain. 

La séance est levée à 4 heures. 



Séance du 3 juin 1877. 

Présidence de M. Eopfiaen. 

La séance est ouverte à 2 1|2 heures. 

Sont présents : MM. Roffiaen, vice-président ; Neissen ; De la Fontaine ; 
Denis; J. Colbeau, secrétaire. 

M. H. Roffiaen assiste à la séance. 

MM. Crocq, Rutot, Vanden Broeck, J. Cornet, Lambotte, Weissen- 
bruch, E. Colbeau, font excuser leur absence. 

Le procès-verbal de la séance du 6 mai 1877 est adopté. 

Correspondance. 

M. le Ministre de l'Intérieur, par dépêche du 6 mai 1877, annonce 
qu'une somme de mille francs est allouée à la Société comme abonnement 
à trente-cinq exemplaires de ses Annales. 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877. LI 

La Société Zoologique-botanique de Vienne et la Société Néerlandaise 
de Zoologie annoncent l'envoi de leurs publications. 

La Société royale de Zoologie Natura artis Magistra, d'Amsterdam, 
remercie pour la réception de la collection des Annales de la Société. 

Dons et envois reçus. 

M. Karl Zittel fait hommage de sa brochure intitulée : Studien %ber 
fossilen Spongien. 

Publications reçues en échange de la part de l'Académie Impériale des 
Sciences de Saint-Pétersbourg, du Comité Royal Géologique d'Italie, du 
Muséum de Géologie comparée de Cambridge, de l'Athénée de Brescia, 
des Rédactions du Moniteur horticole Belge, du Bulletin scientifique du 
Département du Nord, du Moniteur Industriel Belge, de la Feuille des 
Jeunes Naturalistes, et des Sociétés suivantes : Malacologique Italienne, 
I. R. Zoologique-botanique de Vienne, Royale de Tasmanie, Centrale 
d'Agriculture de Belgique, Géologique de France, Malacozoologique 
Allemande, Néerlandaise de Zoologie, Zoologique de Londres, Royale des 
Sciences Médicales et Naturelles de Bruxelles, Belge de Microscopie, 
Médico-Chirurgicale de Liège, Belge de Géographie, d'Étude des Sciences 
naturelles de Nîmes, Entomologique de Belgique. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le secrétaire dépose pour la Bibliothèque trois exemplaires du Procès- 
verbal de la séance de la Société du 6 mai 1877. 

Propositions et communications du Conseil. 

M. le Président annonce que le Conseil, dans sa séance de ce jour, a 
reçu membre effectif de la Société M. le D r Fr. Genevoix, rue des Beaux- 
Arts, 14, à Lille, présenté par MM. Vincent et Delacre. 

Questions à l'ordre du jour, 

M. le Président rappelle que le Congrès de la Fédération des Sociétés 
Scientifiques de Belgique doit avoir lieu cette année, à Mons, dans le 
courant du mois de juillet; il prie les membres qui auraient quelques 
questions à proposer à ses délibérations de vouloir les faire connaître soit 
en cette séance, soit à notre assemblée générale du 1 er juillet, ou bien de 
les faire parvenir au Conseil dans l'intervalle de ces deux réunions. 

Une liste d'adhésion à ce Congrès est déposée sur le bureau. 

M. le Président donne ensuite lecture d'un projet d'adresse de la Fédé- 
ration au Comité directeur de l'œuvre de l'Exploration de l'Afrique 



LU SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

centrale, conformément à l'avis exprimé par la Société en sa séance du 
7 février dernier. — Ce projet est approuvé. 

Communications et propositions diverses des Membres. 

Sur l'observation de M. Colbeau qu'il est possible que, par suite de la 
reprise du Jardin Zoologique par la ville de Bruxelles, la question de chan- 
gement de local puisse se représenter pour la Société, MM. les membres 
sont priés de s'occuper officieusement de cette question. 

M. Colbeau, au nom de M. Vanden Broeck, fait connaître que la Société 
Géologique de Manchester ferait volontiers l'échange de ses publications 
(14 volumes) contre les nôtres. — L'assemblée décide que la collection 
des Annales sera envoyée à la Société de Manchester. 

La séance est levée à 3 heures. 



Assemblée générale annuelle du 1 er juillet 1877. 

Présidence de M. Denis. 
La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

La liste de présence porte les signatures de MM. J. La Fontaine, Emile 
Colbeau, Jules Colbeau, E. Fologne, Ph. Dautzenberg, Louis Pire, 
A. Rutot, H. Denis, E. Vanden Broeck, Paul Cogels, Ëlie Lambotte, 
R. Weinmann. 

MM. Crocq, Roffiaen, J. Cornet, Dewalque, Seghers, Lefèvre, s'excu- 
sent de ne pouvoir assister à la séance. 

En l'absence du président et du vice-président de la Société, M. Denis, 
membre du conseil, préside rassemblée. 

Le procès- verbal de l'assemblée générale du 2 juillet 1876 est adopté. 

M. Denis donne lecture de la lettre suivante de M. Crocq : 

« Bruxelles, 29 juin 1877. 

« Messieurs et chers collègues, 

« Je regrette vivement que, obligé de m'absenter après-demain, je me 
trouverai privé du plaisir de siéger parmi vous et de souhaiter la bien- 
venue au collègue que vos suffrages appelleront à me succéder au fau- 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. LUI 

teuil de la présidence. Je vous prie toutefois de croire que, si matérielle- 
ment il m'est impossible de me trouver parmi vous, je n'en suis pas moins 
avec vous de cœur, et que je serai toujours heureux quand il m'arrivera de 
pouvoir rendre service à la Société. 

« Veuillez agréer, messieurs et chers collègues, l'expression de mes 
sentiments les plus dévoués. 

« J. Crocq. » 

M. Denis, présidant l'assemblée, donne ensuite lecture du rapport de 
M. Crocq, président de la Société, sur la situation de la Société et sur ses 
travaux pendant l'année sociale 1876-1877. 

« Messieurs, 

« Conformément à notre règlement, j'ai l'honneur de vous exposer le 
compte rendu de nos travaux pendant l'année sociale 18764877, et l'état 
actuel de notre situation. 

« L'année passée à pareille époque, notre Société comptait 103 mem- 
bres effectifs, 10 honoraires et 35 correspondants, soit en tout 148. Depuis 
lors, deux membres ont donné leur démission, MM. Eichald et Nicholson. 
La mort nous a enlevé deux membres effectifs, MM. Bellynck et Breyer, 
et un membre honoraire, M. Forbes, sur lequel M. Deby nous a fourni 
une notice nécrologique. En revanche, nous avons reçu trois nouveaux 
membres effectifs, un honoraire et un correspondant, de façon que la 
Société compte aujourd'hui 104 membres effectifs, 10 honoraires et 36 cor- 
respondants, soit en tout 150. 

« Notre album photographique s'est enrichi des portraits de MM. Cré- 
pin, Eck et Forbes ; il en renferme aujourd'hui 108. 

« A la suite de l'incendie qui a dévasté notre local, la Société royale de 
Zoologie nous en avait offert un autre. Par suite d'une convention néces- 
sitée par les circonstances dans lesquelles se trouvait cette Société, nous 
avons repris notre ancien local, dans lequel nous siégeons actuellement. 
La ville de Bruxelles ayant acquis le Jardin Zoologique, conjointement 
avec l'Etat, et des modifications radicales devant y être opérées, il est très 
probable que d'ici à un temps peu éloigné nous serons obligés à le quitter. 
Les membres de la Société qui en auraient l'occasion feraient donc chose 
utile en faisant des recherches pour découvrir un nouveau local et en 
donnant connaissance au conseil des résultats de ces recherches. 

« Conformément à la convention conclue avec elle, la Société de Zoolo- 
gie a fait réparer nos meubles ; mais il nous a été impossible d'obtenir 
une bibliothèque pour y ranger nos livres. Nous n'en avons pas non plus 
fait construire à nos frais, afin de pouvoir l'approprier au nouveau local 
dans lequel nous tiendrons nos séances. 



LIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

« Notre collègue M. Craven a fait don à la Société d'un, certain nombre 
de caisses destinées au classement de nos collections. 

« Celles-ci, déjà assez bien fournies, se sont accrues par les dons de 
MM. Gaucher, Wright, Ressmann et Emile Colbeau. Nous avons de plus 
reçu plusieurs promesses de nouveaux envois. 

« Notre bibliothèque s'est considérablement enrichie par les échanges 
dont le nombre va toujours en augmentant. Je citerai principalement ici 
les publications de la Société royale Zoologique d'Amsterdam. Beaucoup 
de" nos membres nous ont fait parvenir leurs ouvrages ; ce sont MM. Bel- 
lynck, Brusina, Dewalque, Barrois, Crépin, Malaise, Watelet, Dollfus, 
Ortlieb, Vanden Broeck, Jeffreys, Rutot, E. Colbeau, Senoner, Lefèvre, 
Davidson, Westerlund, Cornet et Briart, Purves, Stossich et Deby. Il en 
est de même de quelques personnes étrangères à la Société, MM. Stefani, 
Meneghini, Robinson, Lea, Pini, Leydig, Pigorini, Mascarini, Zittel et 
Dahl. 

« Grâce à l'activité infatigable de notre secrétaire, nos procès-verbaux 
mensuels paraissent et sont distribués avec la plus grande régularité. Il 
est regrettable que les membres de la Société ne profitent pas plus de la 
page du procès-verbal réservée aux avis et aux demandes. Cette insertion 
est gratuite, et comme 400 exemplaires sont distribués aux membres et 
aux sociétés scientifiques du pays et de l'étranger, il y a là une publicité 
importante, dont les avantages sont tout au moins équivalents à la cotisa- 
tion imposée aux membres de la Société. 

« Le tome X de nos Annales (1875) a paru dans le courant de cette année 
sociale. Le tome XI (1876), premier volume de la seconde série, n'est pas 
encore achevé, mais il le sera sans doute bientôt, et la plupart des planches 
qui doivent y entrer sont terminées. Il contient d'importants travaux de 
MM. Rutot, Deby, Rupert Jones, Craven et Vincent. Au point de vue 
matériel, nous avons lieu d'être satisfaits des nouveaux caractères d'im- 
primerie adoptés pour la seconde série de nos Annales. 

« Une partie de la seconde partie du tome IX (1874) est tirée, et nous 
comptons que le tout le sera avant la fin de l'année 1877. 

« Le tome XII (1877) est à l'imprimerie; nous avons reçu pour les y 
publier des travaux de MM. de Cossigny et Cogels, et beaucoup d'autres 
auteurs se sont engagés à y collaborer. Ce volume sera aussi important 
que le précédent. 

« Nos relations scientifiques se sont encore accrues. Une dizaine de 
Sociétés nouvelles ont demandé et obtenu l'échange avec nos publications. 
Un certain nombre d'autres ont accepté cet échange, mais ne l'ont pas 
encore mis à exécution. Nous devons surtout beaucoup à M. Deby, qui, 
dans son voyage aux États-Unis, a contribué largement à multiplier nos 
relations. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. LV 

« Nous avons reçu les programmes de concours de l'Académie de Metz, 
de l'Académie des sciences de Turin, de la Société hollandaise des sciences, 
de la Société des sciences et lettres du Hainaut et de la Société Teyler, de 
Haarlem. Les questions de concours, qui intéressent particulièrement la 
Société, ont été reproduites dans nos colonnes. 

« La Société nationale des sciences de Cherbourg 1 nous a invités à 
prendre part aux fêtes de son 25 e anniversaire. Nous avons répondu à son 
invitation par une lettre de félicitations. 

« Nous avons été invités à nous associer aux excursions des Sociétés 
entomologique de Belgique, géologique de Belgique, Belge de Microscopie, 
royale Linnéenne de Bruxelles, royale de botanique de Belgique et géolo- 
gique de France. Plusieurs de nos membres y ont pris part ou se propo- 
sent de le faire. 

« Les organisateurs du congrès et de l'exposition géologiques de 
Paris pour 1878 nous ont adressé leur programme en nous invitant à y 
adhérer. 

« Le Club scientifique de Vienne, récemment fondé, nous recevra 
comme participants étrangers. Il serait utile que de semblables institu- 
tions se fondassent dans toutes les grandes villes et en particulier chez 
nous; les étrangers trouveraient ainsi facilement l'occasion de se mettre 
en rapport avec les personnes qui s'occupent de la culture des sciences. 

« Le projet d'exploration de l'Afrique centrale a été accueilli favora- 
blement par les sociétés fédérées. Il ne pouvait en être autrement, car sa 
réalisation peut leur être très utile en leur procurant des objets d'histoire 
naturelle et des documents importants pour l'étude. Voilà pourquoi les 
sociétés fédérées ont envoyé une adresse d'adhésion, et une liste de sous- 
cription particulière est déposée chez nous. 

« Notre collègue M. Craven se propose de parcourir l'Afrique; il s'est 
engagé à nous tenir au courant de ses découvertes malacologiques, et une 
délégation lui a été donnée pour représenter la Société. 

« La Société a fait cette année son excursion ordinaire à Angres. 
M. Eutot en a rendu compte. Plusieurs membres ont, de plus, fait des 
excursions sur divers points du pays. 

« Nos finances sont dans un état assez satisfaisant. Le gouvernement, 
l'année dernière , nous avait accordé un subside extraordinaire de 
2,000 francs, à l'occasion de l'incendie de notre local. Cette année-ci, il 
a porté le taux de son abonnement à 1,000 francs pour le tome XI. Aussi, 
nous espérons que nous parviendrons à équilibrer notre bubget en rame- 
nant la cotisation des membres à 15 francs au lieu de 20. 

« Vous vous rappellerez, messieurs, que notre Société a inauguré dans 
le cours de cette année sociale le premier congrès de la Fédération des 



LVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Sociétés scientifiques de Belgique. Quoique simple essai , ce congrès a 
offert quelques discussions intéressantes et a été couronné par une excur- 
sion aux environs de Bruxelles. Le second congrès aura lieu cette année 
à Mons, les 21, 22 et 23 juillet, sous les auspices de la Société des 
sciences et lettres du Hainaut, qui s'occupe activement de son organisa- 
tion. L'excursion aura lieu à Angres. La Société devra, dans la séance 
d'aujourd'hui, nommer ses délégués et adopter quelques questions qu'on 
pourrait soumettre au congrès. J'espère que nous y serons nombreux et 
que nous tiendrons à honneur de faire progresser cette institution que la 
Société malacologique a fondée et qui peut donner une forte impulsion à 
l'étude des sciences naturelles dans notre pays. 

{Applaudissements .) « J. Crocq. » 

L'assemblée décide qu'une lettre de remercîments sera adressée à 
M. Crocq pour les services qu'il a rendus à la Société et à la science pen- 
dant sa présidence. 

Budget. 

■' M. Fologne, trésorier, expose, au nom du conseil, les comptes de la 
Société pour l'exercice écoulé 1876-1877, arrêtés à la date du 29 juin 
1877 et vérifiés par la commission des comptes. — Ces comptes sont 
approuvés. 

M. Fologne présente ensuite le projet de budget pour l'année 1877- 
1878, proposé par le conseil, prévoyant en recettes et en dépenses la 
somme de 7,714 fr. 96 c, en ramenant la cotisation des membres effec- 
tifs, pour l'année 1877-1878, à 15 francs. 

Après discussion sur chacun de ses articles, ce projet est adopté sans 
modifications à l'unanimité des membres présents. 

Fixation des jours et heures des assemblées de la Société. 

L'assemblée est unanime pour maintenir au premier dimanche de 
chaque mois, à 2 heures de l'après-midi, les réunions ordinaires de la 
Société. 

Choix de la localité et de l'époque de V excursion annuelle de la Société. 

Sur la proposition de M. Colbeau, l'assemblée décide que l'excursion de 
cette année se fera à Hervé et à Battice, le 16 septembre prochain et jours 
suivants. 

Propositions diverses. 

M. le président propose à l'assemblée de considérer comme démission- 
naires trois membres effectifs en retard de paiement de leurs cotisations 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 LV1I 

depuis plusieurs années et n'ayant donné aucune réponse aux lettres qui 
leur ont été écrites. — Adopté. 

M. le président propose à l'assemblée de désigner les délégués de la 
Société au congrès de la Fédération des sociétés scientifiques de Belgique 
qui se tiendra cette année à Mons, dans le courant du présent mois. 

Sont désignés: MM. J. Colbeau, De la Fontaine, Lefèvre, Rutot, ainsi 
que le président de la Société qui doit être élu en cette séance. 

Sur la proposition faite par M. Crocq dans son rapport lu au commen- 
cement de la séance, l'assemblée décide que la question suivante sera pré- 
sentée au congrès de la Fédération : 

« De l'utilité d'instituer des clubs scientifiques dans les principales 
villes du pays. » 

Sur la proposition de M. J. Colbeau, une seconde question sera égale- 
ment soumise aux délibérations du congrès : 

« Démarches à faire vis à vis du comité des échanges internationaux 
dans le lut d'étendre pour les Sociétés scientifiques et pour leurs membres 
les avantages qui peuvent résulter de cette institution. » 

La parole est donnée à M. Vanden Broeck pour développer la proposi- 
tion qu'il a faite avec M. Rutot et qui a été portée à Tordre du jour de 
l'assemblée : « Examen des résolutions qu'il y aurait lieu de prendre dans 
le but de mettre mieux en lumière dans le monde scientifique les travaux 
paléontologiques de la Société, et compléter le titre de celle-ci en lui adjoi- 
gnant le qualificatif de « paléontologie » . 

M. Vanden Broeck s'exprime comme suit : 

A la séance de juin dernier, M. Rutot et moi avons présenté à la Société 
une proposition relative aux résolutions qu'il y aurait lieu de prendre 
dans le but de mettre mieux en lumière, dans le monde scientifique, les 
travaux paléontologiques de la Société. 

Ayant depuis lors, dans des conversations particulières avec plusieurs 
membres de la Société, longuement discuté la question au point de vue 
de la légalité d'une telle mesure et ayant soigneusement recueilli toutes 
les objections qui nous ont été présentées, nous avons pu nous convaincre 
que la rigueur de nos statuts empêchait absolument tout changement du 
titre de la Société. 

Nous avons alors examiné les moyens les plus pratiques permettant 
d'arriver légalement au but proposé et nous nous sommes arrêtés à un 
changement au titre de nos Annales, que nous proposions d'intituler; 



LVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Annales de Malacologie et de Paléontologie, publiées par la Société Mala- 
cologique de Belgique. 

A cette nouvelle disposition, qui ne touche en rien aux statuts, il nous 
a été répondu que l'expression « Annales de Paléontologie » était trop 
vague et pouvait ouvrir nos colonnes à tout article concernant la paléon- 
tologie dans son acception la plus large, ce qui n'était nullement notre 
intention. 

Eespectant donc les scrupules — peut-être exagérés — de quelques 
membres, nous avons pris le parti de rechercher un nouveau titre, ne 
donnant lieu à aucune équivoque, et nous croyons l'avoir trouvé. Nous 
proposons donc aujourd'hui d'intituler nos publications : Annales Malaco- 
logiques et Palèontologiques de la Société Malacologique de Belgique. 

A notre avis, ce titre ne laisse aucune prise à la critique, car il est 
évident que la partie paléontologique des Annales d'une société malacolo- 
gique ne pourra jamais comprendre autre chose que l'étude des restes 
fossiles des animaux mous. 

Il ne reste donc de toutes les objections qui nous ont été faites, soit 
verbalement, soit par écrit dans les lettres dont il va être donné lecture 

— et qui, naturellement, visent toutes la première modification proposée 

— qu'une seule : l'utilité ou mieux l'opportunité de la mesure projetée. 
Or, à notre avis, cette opportunité existe; nos Annales n'intéressent 

plus maintenant les seuls malacologues proprement dits, c'est à dire les 
personnes s'occupant exclusivement des mollusques vivants, mais aussi 
les géologues et les paléontologues, auxquels s'adresse une grande partie 
des travaux que nous publions depuis quelques années. 

Or, la plupart des paléontologues et des géologues, s'ils n'ignorent pas 
le nom même que porte notre Société, le comprennent dans un sens res- 
treint. 

On nous répondra en vainque les paléontologues s'occupant de coquilles 
sont des malacologues; ce n'est pas sous ce nom qu'ils sont connus dans 
la science. 

Aussi, tout exacte qu'est cette objection, au point de vue de l'étymo- 
logie, elle n'est nullement exacte au point de vue de la compréhension 
ordinaire du mot malacologie et de l'idée qu'il éveille. 

Le mot paléontologie a été créé et usité bien avant le mot malacologie 
et il représente nettement et de façon à ne laisser aucune équivoque dans 
l'esprit de personne, tout ce qui a rapport aux êtres fossiles ; or, comme 
beaucoup de nos travaux s'adressent aux naturalistes qui prennent le titre 
de paléontologue et de géologue, il est indispensable de bien montrer à 
ces naturalistes que nos publications renferment des articles dignes de les 
intéresser particulièrement. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. LIX 

Toute la discussion peut donc se résumer en deux mots : nos publica- 
tions s'adressent à deux catégories de personnes : d'une part, les malaco- 
logues proprement dits, c'est à dire s'occupant des mollusques vivants; 
de l'autre, les paléontologues et les géologues, qui se rangent sous la ban- 
nière de la paléontologie et nullement sous celle de la malacologie. 

En présence de ces deux catégories de naturalistes, notre titre est 
incomplet et fait croire — surtout à ceux qui ne nous connaissent que de 
nom — que la Société ne s'occupe que des mollusques vivants. Ceux-là 
seuls qui connaissent nos publications ou nos statuts savent que nous rece- 
vons sur un pied de parfaite égalité des travaux paléontologiques et de 
malacologie vivante. 

Nous devons donc compléter le titre de nos Annales, de manière à 
attirer également sur les publications de la Société l'attention des deux 
séries de travailleurs auxquels elles s'adressent ; et c'est là le seul but de 
la proposition que nous formulons actuellement. 

M. J. Colbeau fait la réponse suivante: 

La proposition que viennent de faire MM. Vanden Broeck et Rutot n'a 
plus la même portée que leur première proposition mise à notre ordre du 
jour. Ils ont compris que le changement du nom de la Société, qu'ils 
demandaient, portait à nos statuts l'atteinte la plus grave. 

Comme nous sommes maintenant tous d'accord pour respecter ces 
statuts, qui font notre force, on jugera sans doute inutile que je réponde 
aux motifs sur lesquels ils s'appuyaient à notre séance de mai. 

Les auteurs de la proposition ne demandent plus aujourd'hui qu'une 
simple modification au titre de nos Annales, et considèrent cette modifi- 
cation comme devant amener pour la Société une ère de prospérité bien 
supérieure à celle atteinte jusqu'à ce jour. 

S'il en était réellement ainsi, je serais le premier à les appuyer; mais 
qu'ils me permettent de ne pas partager leur illusion et de trouver bien 
peu convaincantes les raisons qu'ils font valoir. 

En effet, le titre que nos Annales ont porté jusqu'à ce jour, quoique 
incomplet selon les auteurs de la proposition, n'a nullement contrarié le 
développement des travaux paléontologiques parmi nos membres, ni 
empêché l'établissement de relations avec les académies et sociétés 
savantes, géologiques et paléontologiques surtout, dont nous comptons 
les principales du globe parmi nos correspondantes. Et si dans le principe 
nous avons eu quelque peine à nouer ces relations, ce sont maintenant ces 
Sociétés elles-mêmes qui nous en font la demande, preuve bien évidente 
que le contenu et la valeur de nos publications sont bien connus de leurs 
nombreux membres. 



LX SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Après cela, je ne m'arrêterai pas à discuter le sens du mot malacologie 
qui est généralement compris aujourd'hui comme nous le comprenons 
et très bien distingué des mots conchyliologie, malacozoologie, etc. 
Quant au mot paléontologie, dont le sens est si bien défini, jamais, je 
pense, on ne pourra le restreindre seulement aux mollusques fossiles, sens 
erroné que ce mot devrait prendre dans la proposition qui nous est soumise. 

Je ne vois donc aucune raison de changer, comme on le demande, le 
titre de nos Annales. 

Si par la suite on reconnaissait généralement l'utilité d'un tel change- 
ment et si Ton trouvait un autre titre en tout point convenable, alors 
seulement il serait opportun de discuter la question. 

J'engagerai donc aujourd'hui MM. Vanden Broeck et Rutot à retirer 
leur proposition. 

Il est donné lecture de lettres concernant la proposition de MM. Van- 
den Broeck et Rutot : 

1° De M. Roûiaen, approuvant le principe d'une extension à donner 
au titre des Annales de la Société; 

2° De M. Lefèvre, ne se ralliant pas à la proposition portant modifica- 
tions aux statuts et trouvant de plus un Don-sens dans les termes réunis 
de malacologique et paléontologique appliqués à la Société ; 

3 6 DeM.Dewalque, trouvant que la proposition de MM. Vanden Broeck 
et Rutot d'ajouter au nom de la Société l'épithète « paléontologique » est 
tout à fait inopportune. D'abord, la Société paléontologique d'Anvers se 
considère toujours comme existante; ensuite, cette adjonction ne peut 
rendre aucun service à la Société, qui a toujours poursuivi son but avec 
succès; elle pourrait de plus avoir des inconvénients en ce sens qu'elle 
semble tendre à encourager les études paléontologiques, qui n'en ont pas 
besoin, plutôt que les études malacologiques; enfin, cette adjonction pour- 
rait laisser croire que la Société cherche à devenir le centre unique des 
travaux paléontologiques. 

M. Lambotte propose de modifier le titre des Annales de la manière 
suivante : Annales de la Société malacologique de Belgique (malacologie 
et paléontologie). 

Après discussion sur les deux propositions, discussion à laquelle pren- 
nent part la plupart des membres, le président met aux voix la proposi- 
tion de MM. Vanden Broeck et Rutot : Intituler les Annales de la Société, 
à partir du tome I er de la seconde série : Annales malacologiques et paléon- 
tologiques de la Société malacologique de Belgique. — Cette proposition 
n'est pas adoptée. 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877. LXI 

Il met ensuite aux voix la proposition de M. Lambotte, qui est égale- 
ment écartée. 

Élection du président de la Société pour les années sociales 1877-1878 et 
1878-1879, en remplacement de M. Crocq , président sortant, non 
rééligible. 

Douze membres prennent part au vote. 

M. Alp. Briart, ayant réuni l'unanimité des suffrages, est proclamé 
président de la Société pour les années 1877-1878 et 1878-1879. 

Élection de trois membres du conseil pour les années 1877-1878 et 1878- 
1879. 

Douze membres prennent part au vote. 

Le dépouillement du scrutin donne le résultat suivant : 



MM. Roffiaen 



J. Colbeau . . 
Denis . . . . 

Cogels . . . 
De la Fontaine . 



12 voix. 

11 — 

11 — 

1 — 

1 — 



En conséquence, MM. Eoûlaen, J. Colbeau et Denis sont élus. 

Élection de trois membres de la commission des comptes pour Vannée 
sociale 1877-1878. 

Douze membres prennent part au vote, qui donne le résultat suivant : 

MM. De Bullemont. . . 11 voix. 

Lefèvre 11 — 

Seghers. . . . . 10 — 

De la Fontaine . . 1 — 
Un billet blanc. 

MM. De Bullemont, Lefèvre et Seghers sont élus. 

L'ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 4 1/2 heures. 



LXII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Séance du 5 août 1877. 

Présidence de M. Deby. 

La séance est ouverte à 3 heures. 

Sont présents : MM. Neissen ; De la Fontaine ; Deby ; Denis, Lefèvre ; 
Vanden Broeck; J. Cornet; J. Colbeau, secrétaire. 

M. J. Deby, assiste à la séance. 

MM. Briart, Roffiaen, Rutot, E. Colbeau, font excuser leur absence. 

En l'absence du président et du vice-président de la Société, M. Deby 
est prié de présider l'assemblée. 

Le procès-verbal delà séance du 3 juin 1877 est adopté. 

Correspondance. 

L'Académie des Sciences de Munich, l'Académie de Mâcon, la Société 
des Naturalistes de Dorpat, la Société des Sciences Naturelles de Styrie, 
la Société Linnéenne de Bordeaux, annoncent l'envoi de leurs publi- 
cations. 

M. le D r A. Brot remercie pour la réception comme membre effectif de 
la Société. 

L'Académie des Lettres, Sciences, Arts et Agriculture de Metz adresse 
le programme des concours ouverts par elle pendant l'année 1877-1878. 
Le paragraphe VI de ce programme porte : « Une question de science pure 
ou appliquée. » 

La Société pour la diffusion des connaissances scientifiques de Vienne 
envoie le programme de ses conférences de l'année 1877-1878. 

Circulaire de la Commission entomologique des Etats-Unis demandant 
divers renseignements sur les dégâts occasionnés par les sauterelles. 

M. Ambroise Lefèvre, à Paris, adresse le catalogue des livres scienti- 
fiques de sa librairie. 

Dons et envois reçus. 

Portraits photographiés de M. Crocq et de M. Brot. 

Brochures offertes parleurs auteurs, M. Fr. Crépin (Petit guide du Jardin 
botanique de Bruxelles), M. W.-H. Dahl (Les Fusus de la Californie et 
Nouveaux mollusques de la côte N.-O. de l'Amérique), MM. De Folin et 
Bérillon (Contribution à la faune malacologique de la région extrême S.-O. 
de la France), M. le D r A. Brot (1. Étude sur les coquilles des Naïades du 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. LXIII 

Lac Léman, 2. Description de nouvelles espèces de Mêlantes, 3. Maté- 
riaux pour servir #, l'étude des Mélaniens, et 4. Matériaux pour servir à 
l'étude de la faune profonde du Lac Léman), M. Ern. Vanden Broeck 
{Note sur les For aminif ères de V argile des polders). 

Publications reçues en échange, de la part de l'Académie Koyale des 
Sciences de Belgique, de l'Académie Bavaroise des Sciences de Munich, 
de l'Académie Impériale des Sciences de Saint-Pétersbourg, de l'Académie 
Slavo-méridionale des Sciences d'Agram, de l'Institut I.-E. Géologique 
d'Autriche, du Comité Royal Géologique d'Italie, du Département de 
l'Intérieur des États-Unis, du Musée national d'Histoire Naturelle de 
Carinthie, des rédactions du Moniteur horticole Belge, du Moniteur 
industriel Belge, du Bulletin scientifique du département du Nord et de 
la Feuille des jeunes Naturaliste, et des Sociétés suivantes : Géologique 
de France, Royale Linnéenne de Bruxelles, des Amis des Sciences Natu- 
relles de Rouen, d'Étude des Sciences Naturelles de Nîmes, Géologique 
de Belgique, Géologique de Hongrie, Centrale d'Agriculture de Belgique, 
Adriatique des Sciences Naturelles, Entomologique de Belgique, Royale des 
Sciences Médicales et Naturelles de Bruxelles, Royale de Botanique de 
Belgique, des Naturalistes de Dorpat, Belge de Microscopie, des Sciences 
naturelles de Styrie, pour la diffusion des connaissances scientifiques 
de Vienne, Impériale des Naturalistes de Moscou, des Naturalistes de 
Modène, d'Histoire Naturelle de Northumberland et Durham, Linnéenne 
de Bordeaux, d'Histoire Naturelle de Colmar, d'Histoire Naturelle de 
Groningue, Médico-Chirurgicale de Liège, Suisse d'Entomologie, Lin- 
néenne du nord de la France, Nationale des Sciences Naturelles de 
Cherbourg, des Sciences Naturelles de la Transylvanie, Belge de Géo- 
graphie. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le secrétaire dépose pour la bibliothèque trois exemplaires du Procès- 
verbal de la séance de la Société du 3 juin 1877, ainsi qu'un exemplaire 
du tiré à part suivant les Annales, tome XI (1876), Description de la faune 
de V oligocène inférieur de Belgique, par A. Rutot. 

Communications du Conseil. 

Le bureau de la Société pour l'année 1877-1878 a été composé de la 
manière suivante : 

Président: M. Briart; 

Vice-président : M. Rofïiaen ; 
Trésorier : M. Fologne; 

/Secrétaire : M. J. Colbeau; 



LXIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Membres : M. Denis ; 

— M. Rutot; 

— M. Vanden Broeck. 

Le Conseil, dans sa séance du 29 juin, a reçu membre effectif de la 
Société leD r A. Brot, de Genève, présenté par MM. Vanden Broeck et J. Col- 
beau; dans la séance du 4 août, il a reçu la démission de M. Ch. Van 
Bemmel. 

Rapports sur les travaux présentés. 

Il est donné connaissance des rapports de MM. Rutot, Dollfus et 
Ortlieb sur le travail de M. de Cossigny : Tableau des terrains tertiaires 
de la France septentrionale. — L'assemblée décide que ces rapports seront 
communiqués à M. de Cossigny. 

Présentation de travaux pour les publications de la Société. 

Le Secrétaire dépose un travail de M. Dollfus, intitulé : Valvata dis- 
juncta, espèce nouvelle des meulières supérieures des environs de Paris. — 
Sont nommés rapporteurs : MM. Lefèvre et Colbeau. 

Question à V ordre du jour : Fédération des /Sociétés scientifiques de 
Belgique. 

M. Colbeau rend brièvement compte de la seconde session de la Fédéra- 
tion qui a eu lieu cette année à Mons, les 21, 22 et 23 juillet derniers : 

Le Congrès s'est tenu dans la salle des séances de la Société des Sciences 
du Hainaut, sous la présidence de M. E. de Puydt, président de cette 
Société ; une quarantaine de membres de diverses Sociétés fédérées y ont 
pris part ; plusieurs questions intéressantes ont été soulevées. 

Il a été décidé que les questions générales proposées par la Société 
Malacologique seraient mises à l'ordre du jour de la session de 1878, qui 
se tiendra à Liège. Hasselt a été désigné comme lieu de réunion du 
Congrès de 1879. L'excursion à Angre et Montignies-sur-Roc a été 
très suivie et très intéressante. Déjà les journaux de Mons ont donné 
un compte rendu sommaire du Congrès. 

Propositions et communications diverses des Membres. 

M. Lefèvre parle des avantages pour les Sociétés scientifiques de 
Bruxelles d'être logées dans un bâtiment commun : le grand bâtiment du 
Jardin Zoologique est naturellement désigné pour cette destination. 



BULLETIN DES SÉANCES — ANNÉE 1877. LXV 

Il croit que le moment est venu pour les Sociétés d'en faire la demande à 
l'Etat et il en fait aujourd'hui la proposition à la Société Malacologique. 
Il rappelle que notre ancien président, M. Crocq, a déjà parlé de cette 
question dans une séance du Sénat. 

M. Denis demande s'il ne serait peut-être pas avantageux de s'entendre 
d'abord avec les autres Sociétés scientifiques de Bruxelles, afin de faire 
une demande collective : il est d'avis que l'on ne doit pas se borner à 
demander simplement des salles de réunion, mais qu'il faut en même 
temps parler de leur appropriation, en un mot exposer tous nos besoins. 

L'assemblée, après avoir entendu les observations de plusieurs autres 
membres, adopte la proposition et décide que MM. Crocq et Lefèvre seront 
joints au Conseil pour préparer la demande. 

La séance est levée à 4 1/2 heures. 



Séance du 2 septembre 1877. 

PRÉSIDENCE DE M. FOLOGNE. 

La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM. De la Fontaine ; Vanden Broeck ; Neissen ; 
Fologne; Lefèvre; Weyers; J. Colbeau, secrétaire. 

MM. Briart, Rofiîaen, J. Cornet, Denis, E. Colbeau, Vincent, font 
excuser leur absence. 

En l'absence du président et du vice-président de la Société, M. Fologne, 
membre du Conseil, préside la séance. 

Le procès-verbal de la séance du 5 août 1877 est adopté. 

Le procès- verbal de l'assemblée générale du 1 er juillet 1877 ne donne 
lieu à aucune observation. 

Correspondance. 

M. le Ministre de l'Intérieur annonce que la Société est portée sur la 
liste des institutions qui reçoivent, à titre de don, un exemplaire des 
Annales du Musée royal d'histoire naturelle, et M. le directeur du Musée 
adresse le premier volume de ces Annales. — Eemercîments. 

La Société géologique de France fait connaître diverses dispositions 
qu'elle a prises relativement au Congrès géologique qui doit se tenir à 
Paris en 1878. 

6 



LXVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Bons et envois reçus. 

ù 

M. Gwyn Jeffreys fait hommage de la brochure intitulée : Address to 
the biological section ofthe BritisJi Association. 

Coquilles du canal de Blaton à Ath, offertes par M. Denis. 

Publications reçues en échange de la part de l'Académie Slavo-méri- 
dionale des sciences d'Agram, de l'Académie royale des sciences de 
Bavière, de l'Académie Gioenia des sciences naturelles de Catane, de 
l'Académie royale des sciences de Belgique, de l'Institut royal des sciences 
de Venise, du Comité royal géologique d'Italie, du Musée royal d'histoire 
naturelle de Belgique, de l'Institut national Genevois, des Rédactions du 
Moniteur Industriel Belge, du Moniteur Horticole Belge, de la Feuille 
des Jeunes naturalistes, et des Sociétés suivantes : Linnéenne de Bor- 
deaux, Géologique de Hongrie, Géologique de France, Géologique de 
Londres, Italienne des Sciences naturelles, Centrale d'agriculture de 
Belgique, Entomologique Italienne, Médico-chirurgicale de Liège, des 
Sciences historiques et naturelles de l'Yonne, des Naturalistes de Modène, 
Belge de Microscopie, royale des Sciences médicales et naturelles de 
Bruxelles, des Sciences naturelles de Neuchâtel. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le Secrétaire dépose pour la bibliothèque trois exemplaires des Procès- 
verbaux de l'Assemblée générale de la Société, du 1 er juillet 1877, et de 
l'Assemblée mensuelle du 5 août suivant. 

Communications du Conseil. 

Le Président annonce que le Conseil a reçu la démission de membre 
donnée par M. Eosart et a appris le décès d'un autre membre effectif, 
M. T. Cousin. 

Dans sa séance de ce jour, il a reçu membres effectifs : M. Vaughan, E., 
à Bruxelles, présenté par MM. Denis et Colbeau, et M. Mors, Emile, à 
Paris, présenté par MM. Weyers et Colbeau. 

Rapports sur les travaux présentés. 

MM. Lefèvre et Colbeau donnent lecture de leurs rapports sur le 
travail de M. Dollfus, intitulé : Valvata disjuncta, espèce nouvelle des 
meulières, supérieures des environs de Paris. 

Rapport de M. Lefèvre sur le travail de M. Dollfus : Valvata disjuncta, 
espèce nouvelle des meulières supérieures des environs de Paris. 

J'ai lu le travail de notre collègue M. G. Dollfus, sur une espèce nou- 
velle de Valvata trouvée par l'auteur, à Bessancourt, dans les meulières 
supérieures des environs de Paris. 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877 LXV1I 

Il ne peut y avoir de doute sur le genre auquel appartient la coquille 
dont le dessin accompagne le travail qui nous est présenté, et notre hono- 
rable collègue a eu raison de la rapporter au genre Valvée plutôt que de 
créer un genre nouveau parmi les mollusques fluviatiles du bassin de 
Paris. 

Par suite du grand nombre d'exemplaires recueillis, Ton ne peut 
admettre que cette coquille représente une monstruosité accidentelle, 
dans la direction du dernier tour de la spire, qui s'écarte sensiblement 
du précédent. Selon nous, cette coquille présente une modification ana- 
logue à celle que Ton observe dans les Planorbes scalaires de la mare de 
Magnée, près de Liège, qui n'en sont cependant pas moins des P. com- 
planatus; aussi, nous ne pouvons considérer comme un caractère spéci- 
fique l'écartement d'une partie du dernier tour. Toutefois, nous devons 
dire que, d'après nos propres recherches, nous partageons entièrement 
l'opinion de l'auteur, qui en fait une espèce nouvelle, ayant reconnu des 
différences que nous considérons comme importantes, notamment dans 
l'ouverture de la V. disjoncta. 

Nous regrettons que l'auteur n'ait pas donné les descriptions compara- 
tives des espèces du bassin de Paris, appartenant au sous-genre Gyrorbis, 
d'autant plus que celles-ci sont en très-petit nombre et que de cette façon 
l'on aurait pu avoir plus de certitude sur la valeur de l'espèce proposée. 

En conséquence, nous proposons volontiers à la Société de voter l'im- 
pression de ce travail dans le tome XII de nos Annales. 

Le rapporteur, Th. Lefèvre. 

Rapport de M. Colbeau. 

Je me joins à mon honorable corapporteur pour proposer l'impression 
du travail de M. Dollfus dans nos Annales. 

Je pense avec l'auteur que la coquille qui nous occupe, provenant d'un 
dépôt lacustre, ne peut être rapportée qu'au genre Valvata (Gyrorbis si 
l'on veut?) et qu'il n'y a aucun motif de créer pour elle un genre ou 
même un sous-genre nouveau. 

Quant aux caractères spécifiques donnés par l'auteur, ils me parais- 
sent suffisants pour établir une espèce distincte, le détachement du 
dernier tour de spire ne pouvant, dans le cas présent, être considéré 
comme une anomalie, mais bien comme le signe de l'état parfaitement 
adulte, et ce caractère, tiré de l'individu qui a manifesté toutes ses 
facultés de développement, me semble avoir plus de valeur que tout 
autre. Il en est ainsi, du reste, pour certaines coquilles des genres Hélix 
Cylindrella, Cyclostoma, etc., qui ne semblent guère différer entre elles, 



LXVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

dans le jeune âge, et dont la déviation du dernier tour constitue le 
caractère le plus tranché. 

Je dois croire aussi que l'espèce est nouvelle, non pas, bien entendu, 
parce qu'elle provient d'un dépôt où elle représente seule le genre, mais 
parce que je ne connais aucune autre espèce dont la description réunit les 
caractères de celle-ci. 

J'aurais toutefois désiré pouvoir examiner quelques échantillons en 
nature, la figure me paraissant un peu irrégulière. 

Le rapporteur, Jules Colbeau. 

L'Assemblée, conformément aux conclusions des rapports, décide l'im- 
pression du travail de M. Dollfus dans les Annales de la Société. 

Lectures. 

M. Vanden Broeck donne lecture de la notice suivante : 

OBSERVATIONS SUR LES COUCHES QUATERNAIRES ET PLIOCÈNES DE MERXEM 

PRÈS D'ANVERS. 

Par Ernest VANDEN BROECK et Paul COGELS. 

Une excursion faite récemment au fort en construction de Merxem, près 
d'Anvers, nous ayant permis, malgré l'état peu avancé des travaux de 
creusement, de constater certains faits assez intéressants, nous croyons 
bien faire d'en donner dès maintenant communication à la Société Mala- 
cologique. 

Nous avons relevé les coupes suivantes : 

1° A. Sable meuble et fin, noirâtre à la partie supérieure, devenant jaunâtre vers le bas 
où se remarquent des taches ocreuses; quelques graviers épars, au même niveau. 

B. Sable plus grossier, avec graviers abondants de quartz et de silex. Vers la base, où 

les graviers forment parfois un lit fort épais, le dépôt est très altéré et oxydé, 
comme le montre sa coloration rougeâtre. 

C. Argile grise sableuse, avec taches ferrugineuses ; assez compacte par places, mais 

contenant de petites zones stratifiées de sable et de graviers. Sous cette couche 
argileuse, épaisse d'environ l m 50, l'élément sableux réapparaît peu à peu et, 
vers le bas de la coupe, on observe un sable quartzeux à grains grossiers, mais 
non graveleux. 

»° A. Sable fin, noirâtre ou grisâtre, avec taches ocreuses : m 90. 

B. Sable plus grossier avec traces ligniteuses abondantes 1 et taches ocreuses : m 80. 
Vers la base, couche de graviers irrégulièrement développée, atteignant par- 
fois m 25. 

1 Ces traces ligniteuses proviennent probablement de la décomposition de racines de 
l'époque actuelle. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 LXIX 

C. Sable argileux jaunâtre avec zones grisâtres, contenant quelques graviers épars : m 40. 

D. Argile grisâtre plus compacte, avec alternance de petits lits sableux continus; ce 

dépôt est manifestement stratifié, surtout a la partie inférieure : rr, 80. 

E. Sable jaunâtre assez grossier stratifié, contenant des grains glauconieux parfois 

très gros : \ m 1ï>. 

Les dépôts qui composent ces deux coupes appartiennent à la série 
quaternaire et représentent le Campinien. 

Les couches supérieures A et B se présentent sous le faciès habituel du 
sable campinien ; c'est un dépôt meuble, non stratifié, que Dumont, d'Oma- 
lius et d'autres géologues considéraient cependant comme un dépôt marin, 
mais que d'autres observateurs, adoptant la thèse soutenue en 1866 par 
Godwin-Austen 1 , considèrent avec raison comme un sable de dunes, 
recouvrant le littoral indiqué par les cailloux et les graviers de la base du 
dépôt. 

Bien que cette opinion ne soit pas encore très répandue, il est incontes- 
table que tous les caractères du dépôt confirment entièrement cette appré- 
ciation 2 . 

Quant aux couches 6', Det E \ elles ont dû se former sous l'influence de 
conditions bien différentes; car ce sont des dépôts stratifiés, déposés sous 
les eaux et dénotant, par conséquent, l'existence d'une phase distincte dans 
le dépôt du Campinien. 

Nous nous bornerons, pour le moment, à signaler cette division très 
nette des dépôts campiniens de Merxem, ainsi que le développement 
remarquable des couches argileuses et du gravier intercalées au milieu des 
sables. 

Nous nous réservons de montrer ultérieurement que ce n'est pas là un 
fait local, isolé ; mais qu'il se reproduit en beaucoup d'autres localités fort 
distantes, dans la région d'Anvers, et que cette division du Campinien en 
deux sous-étages mérite d'attirer l'attention des géologues, à cause des 
conclusions assez importantes qui pourront être déduites plus tard de 
l'ensemble de nos observations. 

Près du point où a été relevée la seconde coupe, nous avons constaté 
la présence d'une couche fossilifère pliocène, sur laquelle nous désirons 
attirer également l'attention de nos confrères. 

Nous n'avons malheureusement pu observer d'une manière assez cer- 
taine ses relations de contact avec la couche E, au dessous de laquelle elle 

1 On the Kainozoic Formations of Belgium, by Godwin-Austen. — Quart. Journ. of 
the Geological Society. Vol. XXII, part. 3, n° 87, pp. 228-254. London, 1866. 

2 II importe de ne pas confondre, avec les dunes quaternaires que formait autrefois le 
sable campinien, les « dunes terrestres » d'origine récente, que le vent édifie, déplace et 
reconstruit encore actuellement en certains points des plaines de la Campine. 



LXX SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

se trouve, et nous ne pouvons la faire figurer à la suite de la coupe précé- 
dente. Toutefois, nous pensons qu'il existe au contact des deux couches 
une zone avec graviers, dont quelques traces s'observaient à la partie 
supérieure du dépôt fossilifère. 

La couche fossilifère se compose de sable fin, assez homogène, meuble, 
contenant de petits grains de glauconie et une quantité considérable de 
débris calcaires, très menus, provenant principalement de la destruction 
de coquilles de petite taille. Parmi ces débris, on observe aussi un grand 
nombre de Foraminifères un peu roulés, des entomostracés, des piquants 
et des débris d'échinodermes, etc. 

La partie supérieure du dépôt est devenue rougeâtre et ferrugineuse 
par suite de l'altération de la glauconie, qui s'est oxydée et a parfois 
donné naissance à des concrétions limoniteuses. 

f2 La partie inférieure du dépôt est restée d'un gris cendré très pur, 
tranchant fortement avec la coloration rougeâtre qui s'observe plus 
haut. 

La glauconie et les éléments calcaires de cette partie inférieure du 
dépôt sont restés parfaitement intacts. La zone grise inférieure est incon- 
testablement identique, dans ses éléments minéralogiques et paléontolo- 
giques, à la zone supérieure rougeâtre ; c'est d'ailleurs ce que démontre 
le lavage des sédiments rougis et oxydés. 

A l'exception de la Corbula striata Walk., qui se trouve en telle abon- 
dance dans les sables de Merxem qu'on peut la considérer comme caracté- 
ristique de ce dépôt, les fossiles bien conservés y sont rares. 

Cela tient non seulement à la nature très mouvante du terrain et à la 
fragilité des coquilles, mais encore et surtout aux conditions dans les- 
quelles a dû se former ce dépôt, que nous considérons comme une ancienne 
plage sous-marine, très exposée à l'action des vagues, et constamment 
battue par les flots et la marée. 

Tenant compte, non seulement des coquilles entières, toujours rares, 
que nous avons recueillies, mais encore des débris qui représentent la 
majorité des espèces observées, nous pouvons signaler les coquilles sui- 
vantes : 

Trophon antiquum, L. Panopœa ou Mya? 

Natica sp. Mactra sp. 

Chenopus pes-pelicani, L. Corbula striata, Walk. 

Turritella incrassata, Sow. Tellina Benedeni, Nyst et W. 

Scalaria frondicula, Wood. Saxicava sp. 

Scalariasp. Ar ternis exolata, L. 

Rissoa vitrea, Mont. Woodia digitaria, L. 

Bulla cylindracea, Penn. Cardium Norwegicum, Spengl. ' 

Solen ensis, L., var. minor, Nyst. Lucina borealis, L. 






BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 LXXI 

Diplodonta astartea, Nysl. Leda semistriata, Wood. 

Cardita sp. Pecten pusio, L» 

Pectunculus glycimeris, L. Anomia ephippium, L. 

Numla nucleus, L. Lingula Dumorlieri, Nyst. 

Les indications que fournit cette liste, jointes à l'absence des espèces 
caractéristiques des sables moyens, suffisent pour prouver que la zone à 
Corbula striata de Merxem appartient à l'horizon des sables supérieurs 
d'Anvers. 

Toutes les espèces déterminées qui figurent dans cette liste ont été 
recueillies à Calloo, sur la rive gauche de l'Escaut, ainsi qu'à Austruweel, 
près de la citadelle du Nord, au sud de Merxem (fort) *. Or, à Austru- 
weel comme à Calloo, ces coquilles se trouvent dans un dépôt à faune 
pure, ou tout au moins à éléments remaniés très rares ; dépôt qui repré- 
sente l'un des termes les plus élevés de l'horizon des sables supérieurs. 

C'est plutôt par son abondance remarquable que par sa présence, que la 
Corbula striata peut être indiquée comme caractérisant les sables de 
Merxem, car cette espèce se retrouve à Anvers à presque tous les nivaux 
pliocènes, depuis le plus inférieur. 

Quant à certaines autres espèces, telles que TropTion antiquum, CJie- 
nopus pes-pelicani, Tellina Benedeni, Artemis exolata, Pectunculus glyci- 
meris, etc., elles caractérisent l'horizon des sables supérieurs et le distin- 
guent nettement des sables moyens, où ces espèces ne se retrouvent pas. 

Nous signalerons encore des fragments de Balanus, ainsi que la 
découverte d'un petit amas de piquants de Spatangus, réunis en un même 
point et dénotant la présence, bien en place, d'un exemplaire dont le test 
malheureusement n'a pu être retrouvé. 

Les Foraminifères sont très nombreux dans les sables à Corbula striata. 
Presque toutes les espèces observées se retrouvent dans les sables supé- 
rieurs à TropJion antiquum d' Austruweel. Un examen rapide nous a 
fourni : 

Quinqueloculina agglutinans, d'Orb. Cristellaria Italica, Defrance. 

Lagena Icevis, Mont. Polymorphina lactea, Walk. et J. 

» sulcata, Walk. et J. » myristiformis, Will. 

» melo, d'Orb. Globigerina bulloides, d'Orb. 

» squamosa, Mont. Textularia sagittula. d'Orb. 

» marginata, Walk. et J. Buliminapupoides, d'Orb. 

» » var. lucida, Will. Cassidulina laevigata, d'Orb. 

» omata, Will. Discorbina Parisiensis, d'Orb. 

» yunctato-marginata (nov.). Truncatulina lobatula, Walk. et J. 

» pulchella, Brady. » refulgens, Montf. 

1 Nous devons cependant ajouter que : Scalaria frondîcula, Rissoa vitrea et Nucula 
nucleus, qui s'observent à Austruweel, n'ont pas encore été notés à Calloo. 



LXXII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Pulvinulina pulchella, d'Orb. Polystomella crispa, L. 

» Karsteni, Reuss. » slriato-punctata, F. et M. 

Rotalia Beccarii, L. » » var. (nov.) 

» nitida, Will. Nonionina scapha, F. et M. Mr. Boueana, 
Calcarina rarispina, d'Orb. d'Orb. 

Patellina corrugata, Will. Nonionina depr es sula, Walk. et J. 

Ce sont toutes espèces encore vivantes actuellement, et la plupart se 
retrouvent sur nos côtes, dans la région littorale 1 . Le faciès bien caractérisé 
de cette petite faune rhizopodique suffirait à lui seul pour déterminer net- 
tement l'âge des sables à Gorbula striata de Merxem et pour faire synchro- 
niser cette couche avec les sables à TropTion antiquum d' Austruweel ; 
d'autant plus que la faune rhizopodique des sables moyens est très 
différente de celle des sables supérieurs. 

L'étude microscopique des sédiments de Merxem montre que les nom- 
breux débris calcaires, les Foraminifères et autres organismes que con- 
tiennent ces sables, sont fortement usés et roulés, comme cela se remarque 
dans les dépôts très littoraux, soumis à l'agitation des vagues. De plus, les 
Foraminifères les plus nombreux dans ce dépôt sont précisément des espèces 
caractéristiques des dépôts littoraux. Nous citerons entre autres : Polys- 
mella crispa, Polystomella striato-punctata, Rotalia Beccari, Polymor- 
phina lactea, Textularia sagittula, Truncatulina lobatula, et les nom- 
breuses espèces du genre Lagena. 

Si nous réunissons les divers caractères qui viennent d'être énumérés, 
nous voyons que tous s'accordent pour établir que les sables à Corbula 
striata de Merxem représentent un faciès particulier de l'horizon des 
sables supérieurs d'Anvers et qu'ils se relient latéralement aux sables à 
Troplion antiquum d' Austruweel. Enfin, ils constituent comme ceux-ci 
un dépôt littoral bien caractérisé, mais qui fut probablement. plus exposé 
à l'agitation des eaux. La grande rareté des mollusques dans ce dépôt est 
sans doute due en partie à cette dernière circonstance, qui a également 
donné lieu à l'état fragmentaire dans lequel se trouvent généralement les 
coquilles observées. Ce qui montre bien que les coquilles ont été roulées 
et triturées sur place, c'est la forte proportion de débris coquilliers très 
ténus, qui s'observent dans les sables de Merxem. 

La découverte de la zone à Corbula striata est une preuve nouvelle de 
la nécessité qui s'impose de renoncer définitivement à l'emploi des noms 
de couleur pour désigner une couche ; en effet, nulle part dans les sables 

1 Seul dans cette liste, le genre Calcarina n'a plus de représentants dans les mers de 
nos régions tempérées. Le Calcarina rarispina a été signalé dans la mer Rouge, et le Cris- 
tellaria Italica dans la Méditerranée. Toutes les autres espèces se retrouvent sur les côtes 
de l'Atlantique ou de la mer du Nord. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNEE 1877 LXXUI 

moyens d'Anvers, soit dans les sables à Isocardia cor, soit dans les sables 
à bryozoaires, qui, réunis à des dépôts hétérogènes de formation bien 
postérieure, constituent la division encore trop souvent désignée sous le 
nom de « Crag gris », nulle part, disons-nous, dans les divers dépôts des 
véritables sables moyens, on ne trouve de sédiments dont la couleur se 
rapporte dune manière aussi positive au gris 1 . 

Nous considérons comme un devoir de publier tous les faits de ce genre 
qui viendraient à notre connaissance et qui seraient de nature à prémunir 
contre l'emploi si regrettable des noms de couleur, ceux de nos confrères 
qui ne seraient pas encore édifiés sur le manque absolu de valeur et 
même de signification du prétendu caractère de la coloration. 

Nous croyons également nécessaire de nous élever contre la réunion, 
en un seul dépôt, des deux horizons du « système scaldisien » de 
Dumont, et, à ce sujet, nous ferons remarquer que tous les faits nouveaux 
viennent confirmer la nécessité de maintenir dans le « Crag d'Anvers » 
deux grandes divisions, qui se présentent d'ailleurs sous des aspects bien 
distincts. 

Il est presque superflu d'ajouter que, de même qu'il n'existe aucune 
différence faunique entre la partie supérieure (altérée et rouge) et la partie 
inférieure (intacte et grise) de la couche à Corbula striata de Merxem, de 
même aussi, dans tout le bassin d'Anvers, il n'y a aucune différence entre 
les éléments fauniques des zones altérées (jaunies ou rougies) de chacune 
des deux grandes divisions du « Crag » et la faune des parties restées 
intactes et grises de ces mêmes dépôts. Or, c'est le plus souvent cette simi- 
litude entre les faunes des sédiments, différenciés en « sables gris » et en 
« sables jaunes » qui, mal interprétée, a conduit les paléontologues à 
admettre, bien à tort, qu'il ne pouvait y avoir de distinction à établir 
dans le Crag d'Anvers, sinon une différence dans la coloration des dépôts. 

On se bornait d'autre part à attribuer à des influences locales les diffé- 
rences fauniques que l'on ne pouvait méconnaître entre les dépôts de 
même couleur de diverses parties du bassin. 

Il sufîit de se dégager de toute idée préconçue et d'écarter entièrement 
la question de coloration, lorsqu'on étudie les dépôts et leur faune, pour 
se convaincre de l'inexactitude de ces vues, restées jusqu'ici généralement 
adoptées sur la composition des dépôts du bassin d'Anvers. 



1 Si à Merxem la plus grande partie des sables supérieurs est restée intacte et grise, 
c'est surtout à cause du développement des lits argileux du Campinien qui, par leur 
imperméabilité relative, ont fait obstacle aux infiltrations des eaux superficielles, ou ont 
tout au moins protégé contre ces infiltrations, et contre les altérations qui en sont la 
conséquence, la plus grande partie du dépôt. 



LXXIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Communications et propositions diverses des Membres. 

M. Vanden Broeck annonce qu'il vient de découvrir plusieurs exem- 
plaires de crustacés, appartenant à la famille des Canceridœ, dans l'étage 
rupélien supérieur (Argile de Boom), à Burgh, près d'Anvers. Aucune 
espèce de crustacé n'avait encore été signalée dans les couches oligocènes 
de Belgique. 

M. Vanden Broeck annonce ensuite, qu'ayant exploré dernièrement le 
gîte pliocène d'Austruweel, près d'Anvers, dont la faune était jusqu'ici 
fort peu connue, il y a recueilli, en peu de temps, environ 90 espèces de 
mollusques. Ceux-ci constituent une faune pure, sans éléments remaniés, 
et ils réprésentent la zone des sables à Trophon antiquum, dans l'ho- 
rizon des sables supérieurs d'Anvers. La liste de ces coquilles sera publiée 
ultérieurement. 

Il est à remarquer, dit M. Vanden Broeck, qu'en certains points, très- 
localisés et où les sédiments n'ont pas subi d'altérations, le sable d'Au- 
struweel a conservé sa coloration grisâtre primitive ; ce qui s'accorde avec 
l'observation mentionnée plus haut par MM. Vanden Broeck et Cogels 
pour les dépôts de Merxem, ainsi qu'avec toutes celles qu'ils ont faites 
antérieurement dans des conditions analogues. 

M. Lefèvre rappelle que la Société a reçu de la Société géologique de 
France une circulaire l'invitant à prendre part à sa réunion extraordinaire 
de cette année, à Nice; il croit qu'il est convenable que la Société s'y fasse 
représenter par l'un de ses membres qui se proposent de s'y rendre. 

L'Assemblée, approuvant l'idée de M. Lefèvre, décide qu'une délégation 
lui sera donnée à cet effet. 

La séance est levée à 4 heures. 



Séance du 7 octobre 1877. 

Présidence de M. Roffiaen. 

La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM. Roffiaen, vice-président; E. Colbeau; Cogels; 
Vanden Broeck ; Vaughan; Lefèvre; J. Colbeau, secrétaire. 

MM. Briart, De la Fontaine, Denis, Pire, font excuser leur absence. 
Le procès- verbal de la séance du 2 septembre 1877 est adopté. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 LXXV 

Correspondance. 

Le Département de l'intérieur des États-Unis annonce l'envoi de publi- 
cations. 

La Société Néerlandaise de Zoologie et la Société Géologique de Man- 
chester remercient pour réception des Annales. 

M. le Ministre des travaux publics accorde, à certaines conditions, une 
réduction sur le parcours des chemins de fer de l'État, aux membres de la 
Société qui prendront part à l'excursion à Hervé et Battice. — Le secré- 
taire fait remarquer que cette réponse n'est malheureusement pas arrivée 
en temps utile ; il ne croit pas, du reste, que la Société eût pu se trouver 
dans les conditions exigées. 

M. de Cossigny présente quelques observations au sujet de son Tableau 
des terrains tertiaires de la France septentrionale et des rapports faits 
sur ce travail. 

L'assemblée, après avoir entendu plusieurs membres, décide qu'il y a 
lieu de publier le Tableau dans les Annales de la Société, suivi des 
rapports, après entente entre les auteurs sur quelques points pouvant 
peut-être être modifiés. 

Dons et envois reçus. 

Ouvrage offert par son auteur, M. le D r J. G. Hidalgo {Mollusques 
marins d'Espagne, de Portugal et des Iles Baléares, suite). 

Publications reçues, en échange des Annales, de la part du Départe- 
ment de l'Intérieur des États-Unis, de l'Académie Royale des Sciences de 
Belgique, de l'Académie d'Agriculture, etc., de Vérone, du Comité Royal 
Géologique d'Italie, des Rédactions du Moniteur Industriel Belge, du Bul- 
letin Scientifique du Département du Nord, du Moniteur Horticole Belge 
et de la Feuille des Jeunes Naturalistes, ainsi que des Sociétés suivantes : 
Malacozoologique allemande de Francfort, Royale Linnéenne de Bruxelles, 
d'Étude des Sciences Naturelles de Nîmes, Entomologique de Belgique, 
Zoologique de Londres, Belge de Géographie, d'Agriculture, etc., 
d'Orléans, Linnéenne du Nord de la France, des Sciences de Finlande, 
des Sciences Naturelles «Isis» de Dresde, Belge de Microscopie, d'Histoire 
Naturelle et de Médecine de Heidelberg, Vaudoise des Sciences Natu- 
relles, Géologique de France, Centrale d'Agriculture de Belgique. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le Secrétaire dépose, pour la Bibliothèque, trois exemplaires du Procès- 
verbal delà séance de la Société du 2 septembre 1877, et un exemplaire 
des tirés à part suivants des Annales : Description de la Bostellaria 
robusta y . fossile de V argile de Londres et de V étage bruxellien des environs 



LXXV1 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

de Bruxelles, par A. Rutot, et Note sur V argile des Polders, suivie d'une 
liste de fossiles qui y ont été observés dans la Flandre occidentale, par 
J. Deby (Extraits du tome XI, 1876), et Valvata disjuncta, G. Dollf., 
espèce nouvelle des meulières supérieures des environs de Paris, par 
G. Dollfus (Extrait du tome XII, 1877). 

Présentation et réception de Membre honoraire. 

M. le Président annonce que le Conseil, dans sa séance de ce jour, sur 
la demande de MM. Vanden Broeck et Lefèvre, a décidé de proposer à 
l'assemblée d'élire membre honoraire de la Société M. le professeur Bel- 
lardi, de Turin, bien connu surtout par ses travaux sur les fossiles ter- 
tiaires d'Italie. 

M. Bellardi est proclamé membre honoraire. 

Présentation de travaux pour les Annales de la Société. 

M. Lefèvre lit un travail, accompagné de figures, intitulé : Description 
de deux Solens nouveaux du bassin de Paris. 

L'assemblée décide que le travail de M. Lefèvre sera publié dans le 
tome XII, 1877, des Annales de la Société. 

Communications et propositions diverses des Membres. 

M. Vaughan remercie la Société pour l'honneur qu'elle lui a fait en le 
recevant au nombre de ses membres et se met entièrement à sa disposition. 

M. Colbeau annonce que M. De la Fontaine se propose de présenter à 
une séance prochaine la liste des fossiles qu'il a recueillis aux environs 
de Gand, dans les perforations d'une couche de grès; ces fossiles 
s'élèvent peut-être à environ 200 espèces, parmi lesquelles plusieurs 
paraissent nouvelles. 

M. RoflBaen fait part des découvertes malacologiques qu'il a récemment 

faites à Waulsort, près de Dinant. 

j 

NOTE SUR DES MOLLUSQUES TERRESTRES & FLUVIATILES RECUEILLIS A WAULSORT (4877), 

PAR FR. ROFFIAEN. 

En face du village de Waulsort, à gauche du passage d'eau, un 
chemin montueux conduit des bords de la Meuse aux plateaux supérieurs 
et au village de Falmignoul. Ce chemin, établi sur le calcaire carboni- 
fère contenant à la base du schiste argileux qui affleure sur différentes 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 LXXVII 

parties de son parcours, longe jusqu'au sommet un ravin que j'ai toujours 
vu desséché, mais que certains orages peuvent transformer en torrent. 

De là jusqu'à un kilomètre environ en amont de la rivière, où se 
trouve un autre ravin plus profond dit Fond de Ranle, la montagne, dont 
le versant est situé à l'ouest, est très-escarpée. 

Entièrement couverte de bois, elle laisse à peine percer par-ci, par-là, la 
roche qui, jusqu'à 200 mètres au sud du ravin de Falmignoul, est com- 
posée de calcaire à crinoïdes (vulgairement petit granit), auquel 
succèdent les psammites du Condroz renfermant de nombreuses couches 
calcarifères sous la forme de macigno. Cette dernière roche se montre 
plus à nu en approchant du Fond de Ranle. 

Sous cette épaisse futaie et complètement à l'abri des rayons du soleil, 
la roche en place et les nombreux fragments qui couvrent le sol sont 
tapissés d'une mousse épaisse et presque toujours humide. Partout on 
voit sortir les belles frondes luisantes de la Scolopendre officinale ; les 
frondes élégantes aux pinnules acérées des Aspidium angulare et aculea- 
tum s'y montrent en abondance et atteignent de grandes proportions en 
compagnie de fougères plus communes, le Polystichum filix mas, YAsple- 
nium filix fœmina. La petite Capillaire, Asplenium trichomanes , et le 
Buta mur aria envahissent presque chaque crevasse du calcaire, et l'on 
peut y faire ample moisson de Ceterach officinarum. 

Le vieux chemin de halage qui longe cette partie de la montagne et 
qui est abandonné depuis près d'un demi-siècle, est envahi par des plantes 
de toutes sortes qui forment en certains endroits un vrai parterre de 
fleurs . Le botaniste peut facilement enrichir son herbier dans ce coin que 
la main de l'homme a respecté depuis si longtemps, mais dont le pitto- 
resque sera bientôt détruit et remplacé par des perrés en pierres, senti- 
nelles avancées d'une écluse qui va sous peu y barrer la rivière. 

Mais c'est surtout le malacologue qui peut y faire une abondante 
moisson. Le sous-bois de la montagne, près des ravins surtout, est très- 
riche en différentes espèces de mollusques terrestres, parmi lesquels je 
citerai les genres Vitrina, Bulimus, Clausilia, Pupa, Zonites, Hélix. 

Pendant un séjour de deux mois, de fin juillet à fin septembre, consa- 
crés à mes études de peinture, j'ai profité des jours sombres et pluvieux 
pour en recueillir et j'ai été assez heureux, cette fois, pour mettre la main 
sur de véritables raretés. 

Je citerai entre autres, parmi un très-grand nombre de Clausilia lami- 
nata, un véritable nid de laminala albinos d'une transparence toute cris- 
talline. J'en ai bien recueilli une trentaine au bas du ravin de Falmi- 
gnoul et dans un rayon d'une trentaine de mètres au plus. Au même 
endroit, j'ai trouvé un exemplaire également albinos de Y Hélix rotundata. 



LXXVIU SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Près du Fond de Ranle, j'ai recueilli une dizaine de Bulimus montanus, 
espèce très-rare en Belgique, qui n'avait pas encore été citée comme 
trouvée dans la vallée de la Meuse, et au moins une quarantaine de 
Bulimus Menheanus, espèce très-rare également, en même temps qu'un 
exemplaire beaucoup plus grand que le type de Cyclostoma elegcms et des 
exemplaires extrêmement petits de Y Hélix obvoluta. 

Près de ce Fond de Ranle, au bord de la Meuse, dans une de ces flaques 
couvertes de roseaux et de plantes aquatiques, flaques qui ressemblent à 
de véritables lagunes dans la saison des basses eaux, j'ai recueilli un 
splendide exemplaire de la Bithynia tentaculata, un géant de l'espèce, 
mesurant 16 millimètres de longueur sur une largeur de 8 1/2 millimètres 
dans son dernier tour. Les exemplaires du type ont environ 9 millimètres 
de longueur sur 6 dans leur plus grande largeur. 

J'y ai trouvé aussi une Limnœa auricularia, non adulte, dont le sommet 
de la spire, détaché, présente une monstruosité scalariforme. 

Sur la rive gauche de la Meuse, entre Waulsort et Hastière, près de la 
vallée nommée Fond des Veaux, et le long du mur de soutènement de la 
voie ferrée, on voit par places, dans les temps pluvieux, un grand nombre 
à' Hélix ericetomm. En ayant ramassé une certaine quantité, j'ai trouvé 
parmi eux un exemplaire dont les tours tendaient à se détacher et qui 
présentait ainsi un aspect scalariforme. Un second exemplaire présen- 
tait une déviation analogue dans la deuxième moitié du dernier tour. 

Ce Fond des Veaux, formé entièrement de calcaire carbonifère, et où 
notre collègue M. Jules Colbeau a déjà trouvé un Hélix fruticum 
sénestre, est également très-favorable aux mollusques qui trouvent sous 
la mousse et dans les fourrés qui couvrent le roc une humidité nécessaire 
à leur développement; mais je n'y ai été, cette année, que deux ou trois 
fois et presque toutes mes chasses ont eu lieu au bas de la montagne, en 
face du village. Je ne puis omettre toutefois, dans la nomenclature des 
raretés que j'ai pu recueillir, un Hélix hispida, sénestre, trouvé sur la 
rive gauche, en aval du village et de la station, sous la côte qui renferme 
le fameux gîte à fossiles du carbonifère, exploré avec tant de succès par 
le savant directeur de notre Musée d'histoire naturelle, M. Edouard 
Dupont. 

Voici maintenant la liste des espèces recueillies, presque toutes en 
nombre considérable : 

Vitrina major, Fér. Zonites glaber, Stud. 

Succinea putiis, L. Hélix nemoralis, L. 

» elegans, Risso. » hortensis, Mùll. 

Zonites cellarius, Mùll. » arbustorum, L. 

» nitidulus, Drap. , » fruticum, Mûll. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 



LXX1X 



Hélix lapicida, L. 
» incarnata, Mûll. 
» rotundata, Mûll. 
» » var. alba, Moq. 

» obvoluta, Mûll. 
» hùpida, L. 
» ericetorum, Mûll. 
Bulimus montanus, Drap. 
» obscurus, Mûll. 
» subcylindricus, L. 
» » var. &ngf#Ms,Menke. 

» Menkeanus, Pffr. 
Pz^a avenacea, Brug. 
» secale, Drap. 
» doliolum, Brug. 
Balea perversa, L. 
Clausilia laminata, Turt. 

» » var. àlbina, Pffr. 

» parvula, Stud. 



Clausilia parvulawar. minima, Hartm. 

» biplicata, Leach. 

» nigricans, Jeffr. 

» Rolpkii, Gray. 
Cyclostoma elega?is, Mûll. 

» » var. major. 

Bithynia te?itaculata, L. 

» » var. maxima. 

Neritina fluviatilis, L. 
Planorbis comeus, L. 
» carinatus, Mûll. 
» vortex, L. ' 
Limnœa stagnalis, L. 

» palus tris y Mûll. 

» auricularia, L. 
Ancylus fluviatilis, Mûll. 
Cyclas comea, L. 
Anodonta complanata, Ziegl. 
£/mo batavus, Lam. . 



La séance est levée à 3 1/2 heures. 



Séance du 4 novembre 1877. 



DE LA 



Présidence de M. Roffiaen. 



La séance est ouverte à 2 1/2 heures. 

Sont présents : MM. Roffiaen, vice-président ; De la Fontaine, E. Col- 
beau; Denis; Lambotte; J. Colbeau, secrétaire. 

M. H. Roffiaen assiste à la séance. 

MM. Vanden Broeck, Lefèvre, Rutot, J. Cornet, Deby, Weyers, font 
excuser leur absence. 

Le procès- verbal de la séance du 7 octobre 1877 est adopté. 

Correspondance. 

L'Institut Royal Grand-Ducal de Luxembourg, la Société d'Histoire 
Naturelle d'Augsbourg, la Société pour l'Etude de la Nature de Zwickau, 
la Société des Sciences Naturelles du Schleswig-Holstein , annoncent 
l'envoi de publications et remercient pour la réception des Annales et des 
Procès-verbaux. 



LXXX SOCIÉTÉ MALAC0L0G1QUE DE BELGIQUE 

La Société pour l'Etude des Sciences Naturelles de Hambourg demande 
la collection des premiers volumes de nos Annales, qui lui manquent, et 
offre en échange des collections de coquilles de l'Australie, de l'Amérique 
Méridionale, etc. — Cet échange est accepté, la Société ne possédant 
qu'un nombre fort restreint de mollusques de ces localités. 

Dons et envois reçus. 

Publications rçues en échange, de la part de l'Académie des Scienes 
d'Agram, de l'Académie Eoyale des Sciences de Belgique, de l'Académie 
Impériale des Sciences de Saint-Pétersbourg, de l'Institut Impérial-Royal 
Géologique d'Autriche, des rédactions du Moniteur Industriel Belge et du 
Moniteur Horticole Belge, et des Sociétés suivantes : des Sciences Natu- 
relles du Schleswig-Holstein, d'Histoire Naturelle d'Augsbourg, Suisse 
d'Entomologie, pour l'Étude de la Nature de Zwickau, Impériale des Natu- 
ralistes de Moscou, Géologique de Londres, pour l'Étude de la Nature et 
de la Médecine de la Haute-Hesse, Zoologique-Minéralogique de Ratis- 
bonne, Médico-Chirurgicale de Liège, Courlandaise de Littérature et des 
Arts, Géologique de France , Malacozoologique Allemande, d'Étude des 
Sciences Naturelles de Nîmes, Philomathique de Verdun, Belge de Micro- 
scopie, Centrale d'Agriculture de Belgique. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Le Secrétaire dépose, pour la Bibliothèque, trois exemplaires du Procès- 
verbal de la séance de la Société du 7 octobre 1877, ainsi qu'un exem- 
plaire du tiré à part suivant du tome XI (1876) des Annales : Excur- 
sions malacologiques à Valenciennes, Soissons et Paris, par Th. Lefèvre. 

Communication du Conseil. 

M. le Président annonce que le Conseil a appris le décès de l'un des 
membres honoraires les plus distingués de la Société, M. le D r Louis 
Pfeiffer, de Cassel, dont les ouvrages sur les Mollusques terrestres ont 
aidé si puissamment à la connaissance de cette partie si importante de la 
Malacologie. 

L'assemblée décide qu'une lettre de condoléance sera adressée à la 
famille, et que la notice suivante, extraite des NacliHchtsUatt der Deut- 
schen MalakozoologiscTien Gesellschaft, sept-oct. 1877, sera insérée dans 
les Bulletins : 

La Science Malacologique vient de faire une immense perte. 
. L'illustre maître de la Malacologie terrestre, le D r Louis PfeifTer, de 
Cassel, est mort le 2 octobre, à l'âge de 73 ans, après une longue 
maladie. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 18V? LXXXI 

Médecin de profession et botaniste par goût, il entreprit, peu après 
avoir terminé ses études, un voyage à Cuba, en compagnie de son ami 
Gundlach, pour étudier et recueillir les Cactus. 

Mettant à profit ses moments de loisir, il rechercha également les mol- 
lusques terrestres, vers l'étude desquels, inspiré par son oncle Karl 
Pfeiffer, il se sentait déjà porté. De là date l'origine de ses travaux sur 
les familles des Mollusques terrestres (Hélices, Auricules et Cyclostomes), 
dont les monographies sont devenues classiques et indispensables à tout 
malacologue, et dont Pfeiffer ne cessa de s'occuper jusque dans les derniers 
mois de sa vie. 

Ce qui prouve le mieux la prodigieuse activité de son intelligence , 
c'est que, malgré les immenses recherches et le temps qu'il devait con- 
sacrer à cette étude, il ne négligea cependant pas la botanique. 

Sa classification des plantes est aussi indispensable aux botanistes que 
ses monographies aux malacologues. 

Ses derniers travaux appartiennent à la Malacologie ; il préparait un 
système naturel des Hélix, malheureusement resté inachevé, et auquel il 
est douteux qu'une autre main puisse ajouter les dernières lignes. 

Communications et propositions diverses des Membres. 

M. Denis rappelle qu'une commission a été nommée pour s'occuper de la 
question d'un local pour la Société, et spécialement pour demander à 
l'Etat des salles dans le grand bâtiment du Jardin Zoologique. Par suite 
d'informations prises à diverses sources, il pense que le mandat de cette 
commission devrait être étendu et que celle-ci devrait être autorisée à 
rechercher partout ailleurs des locaux convenables. 

Après quelques explications et observations de plusieurs membres, 
l'assemblée est unanime à étendre le mandat de la commission comme 
le demande M. Denis. 

La séance est levée à 3 1/2 heures. 



Séance du 2 décembre 1877. 

Présidence de M. Roffiaen: 

La séance est ouverte à 3 heures. 

Sont présents : MM. Roffiaen, vice-président; Lefèvre; Vaughan ; 
Vanden Broeck, faisant fonctions de secrétaire. 

7 



LXXXII SOCIÉTÉ MÀLACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

MM. Hector Roffiaen et J. Meeus assistent à la séance. 

MM. Jules Colbeau, Emile Colbeau et Élie Lambotte font excuser leur 
absence. 

M. le Président s'excuse par lettre adressée à M. le Vice-président de ne 
pouvoir assister à la séance et témoigne ses regrets de ne pouvoir 
exprimer à notre cher et estimé secrétaire toute la part que la Société 
Malacologique a prise au malheur qui l'a frappé dans ses plus chères 
affections. 

L'adoption du procès- verbal de la séance du 4 novembre 1877 est remise 
à la séance prochaine. 

M. le Vice-président prend la parole et s'exprime en ces termes : 

Un douloureux événement est venu frapper nos honorables collègues, 
MM. Jules Colbeau et Emile Colbeau, dans leurs affections les plus chères 
et nous prive aujourd'hui de la coopération de notre dévoué secrétaire, 
si impérieusement nécessaire à la marche de nos travaux. 

Si ses nombreux collègues lui ont sans doute déjà exprimé en parti- 
culier la vive part qu'ils ont prise à sa douleur, je pense qu'il serait du 
devoir de la Société d'exprimer comme corps, à son membre le plus 
dévoué, la vive part qu'elle prend au coup qui l'a frappé. Je propose donc 
qu'une lettre de condoléance soit adressée au nom de la Société à notre 
cher secrétaire et à M. Emile Colbeau. 

Cette proposition est unanimement adoptée. 

Correspondance. 

L'Académie des Sciences de Munich et le Smithsonian Institution de 
Washington accusent réception d'envois de publications et remercient la 
Société. 

M. le D r Francesco Coppi envoie une circulaire concernant un ouvrage 
publié par lui (Monographie et Iconographie de la terramare de Gorzano, 
ainsi que des monuments historiques des époques de la pierre, du bronze 
et du fer). 

La Société Royale Linnéenne de Bruxelles envoie le programme de 
ses conférences d'hiver pour l'année 1877-78. 

L'Institut Royal des Sciences de Venise envoie une circulaire annon- 
çant la mort de l'un de ses membres les plus honorés : M. Giovani 
Santini. 

Le Comité d'organisation du Congrès Géologique international de 1878 
envoie un paauet de circulaires à distribuer aux membres de la Société. 

Sur la proposition du secrétaire, l'assemblée décide que cette circulaire 
sera reproduite parmi les annonces du procès-verbal de ce jour. 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877 LXXXIII 

Dons et envois reçus. 

Coquilles terrestres et fluviatiles de la Carinthie, etc., don de M. le 
D r Ressmann. Catalogue des fossiles mio-pliocènes de la collection Coppi ; 
don de l'auteur, M. Coppi. M. Manfredonia fait hommage de sa brochure 
sur le pharmacien Laureato, et M. Vanden Broeck fait hommage de sa 
Note sur l'altération des roches quaternaires des environs de Paris, 
suivie d'une Seconde Note sur le quaternaire des environs de Paris. 

Publications reçues en échange des Annales, de la part du Comité 
Royal Géologique d'Italie, de l'Institut Royal des Sciences de Venise, du 
Muséum d'Histoire Naturelle de Hongrie, des Rédactions du Moniteur 
Industriel Belge, de la Feuille des Jeunes Naturalistes, du Bulletin 
Scientifique du Département du Nord, et des Sociétés suivantes : Royale 
des Sciences Médicales et Naturelles de Bruxelles, Entomologique de 
Belgique, Royale de Botanique de Belgique, Adriatique des Sciences 
Naturelles, d'Histoire Naturelle de Copenhague, Royale Linnéenne de 
Bruxelles, Belge de Géographie, Centrale d'Agriculture de Belgique, 
d'Étude des Sciences Naturelles de Nîmes, Géologique de Hongrie, 
Impériale des Naturalistes de Moscou, Linnéenne de la Nouvelle- Galles 
du Sud, Entomologique Italienne, Malacozoologique Allemande, Belge de 
Microscopie, Linnéenne de Bordeaux, des Mélophiles de Hasselt. 

Des remercîments sont votés aux donateurs. 

Présentation de travaux pour les publications de la Société. 

Aucun travail n'étant présenté, le secrétaire rappelle que cette séance 
de décembre est la dernière à laquelle peuvent être faites les présentations 
de mémoires destinés au tome XII de nos Annales. 

La Société avait reçu, dans le courant de l'année, diverses promesses, 
qu'il eût été fort désirable de voir se réaliser. 

L'assemblée, consultée, décide de laisser au Conseil le soin des mesures 
à prendre dans le cas où l'une ou l'autre des promesses arriérées recevrait 
son exécution dans un délai rapproché. 

Lectures. 

M. Th. Lefèvre donne lecture de la note suivante : 

Au commencement de cette année, notre collègue M. Ru tôt a publié 
un travail très-étendu, au sujet du rapport que nous avions fait sur son 
mémoire intitulé : Note sur la Rostellaria robusta, où nous avons dit 
que nous ne pouvions admettre de distinction entre la R. ampla, du 
Limbourg belge et l'espèce proposée par lui, pour les environs de 
Bruxelles, 



LXXXIV SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Dans ce rapport, nous avons ajouté que si, par la suite, l'on reconnais- 
sait toujours la modification indiquée par l'auteur, pour l'expansion du 
bord droit de la coquille de l'oligocène, nous serions alors porté à consi- 
dérer celle-ci comme une variété de l'espèce de Bruxelles qui, comme on 
le sait, est plus ancienne dans le temps, puisqu'elle appartient à la faune 
de l'éocène moyen, plutôt que d'admettre, avec notre collègue, l'existence 
de deux espèces distinctes. 

Dans la réponse que M. Rutot a cru devoir faire à ce rapport, ses conclu- 
sions peuvent se résumer comme suit : 

1. La coquille du Limbourg, étant le type de la R. ampla de Brander 
(ou plutôt de Solander), diffère de celle des environs de Bruxelles, qui a 
toujours été confondue et qui est nouvelle. 

2. En Angleterre, la coquille du Limbourg se rencontre dans les sables 
de Barton et celle de Bruxelles dans le London Clay. 

3. Il existe respectivement, en Belgique et en Angleterre, une lacune 
entre les deux niveaux géologiques principaux, précédemment indiqués. 

Notre intention n'étant pas de faire dégénérer en discussion les diver- 
gences d'opinions que nous venons brièvement de rappeler, nous ne 
répondrons pas à cette dernière publication, laissant à l'auteur sa manière 
de voir. 

Cependant, nous ne pouvons nous empêcher de déclarer qu'après un 
examen minutieux de la question, à la suite de la comparaison des 
exemplaires que nous possédons maintenant de notre pays, d'Angleterre 
et d'Italie, ainsi que des dessins et des nombreux renseignements qui 
nous sont parvenus, nous nous voyons forcé de maintenir entièrement 
notre opinion, que nous ne pouvons, jusqu'à présent, modifier en aucun 
point ; quoique les membres de la Société, selon le désir de l'auteur, eussent 
pu admettre autre chose que les vagues ressemblances que nous avions 
signalées dans notre rapport. 

Ayant le projet de faire, à notre tour, un travail sur les Rostellaires, 
dans lequel nous prouverons qu'il est impossible de séparer les deux 
coquilles en question, nous ne publierons pas aujourd'hui les observations 
que nous avons pu recueillir jusqu'à présent, mais nous croyons cepen- 
dant pouvoir communiquer à la Société les faits suivants, qui se 
rapportent aux Rostellaria ampla de l'oligocène et à ceux de Barton. 

Dans les échantillons anglais qui proviennent des argiles de Barton, 
e contour de l'aile est extrêmement variable. Quelquefois le bord droit, 
qui généralement est très-développé, est aussi étendu que dans les 
nombreux exemplaires que nous possédons de l'éocène moyen des environs 
de Bruxelles. 

De l'examen de plusieurs spécimens de Barton, l'on peut dire que la 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. LXXXV 

callosité du bord droit est souvent peu accusée et que même elle est quelque- 
fois tout à fait absente. Nous ferons la même observation pour les stries 
qui ornent la base du canal et qui sont toujours si visibles sur les Rostel- 
laires que Ton trouve dans le Limbourg. 

Nous dirons encore que Ton remarque très-rarement l'usure de la 
partie inférieure du sommet de la spire, que Ton observe sur les exem- 
plaires de notre oligocène ; mais nous ajouterons que nous ne considérons 
pas ceci comme un caractère spécifique sérieux, ce fait étant la consé- 
quence de la différence de nature du fond sur lequel ces mollusques ont 
vécu. 

Si Ton veut maintenant établir une variété, ou des variétés, parmi les 
grandes Rostellaires dont nous nous occupons en ce moment, Ton ne peut 
jamais identifier la coquille du Limbourg belge avec celle des argiles 
de Barton, qui est plutôt un passage entre la première que nous venons 
de citer et la coquille de l'éocène moyen des environs de Bruxelles. 

Pour trouver, en Angleterre, le type exact de l'aile de la coquille 
illustrée dans nos Annales par M. Rutot, dans son travail sur la faune de 
l'oligocène de Belgique, l'on doit prendre les échantillons qui pro- 
viennent des coucbes de Brockenhurst qui, comme on le sait, sont 
supérieures aux argiles de Barton. Dans ces Rostellaires cependant, les 
stries de la base du canal n'existent plus, comme dans les niveaux 
inférieurs, l'aile est presque lisse et les stries d'accroissement sont très- 
peu visibles ; mais la forme de la coquille est tout à fait semblable et 
la callosité est beaucoup plus épaisse encore que dans les exemplaires de 
Barton, quand elle existe chez ces derniers. 

En Italie, l'op connaît aussi une grande Rostellaire, dans l'oligocène 
inférieur de Sangonini, localité du Vicentin, très-riche en fossiles. Dans 
un exemplaire magnifique, que nous avons eu l'occasion de voir récem- 
ment au Musée de Florence, le bord droit atteint le sommet de la spire et 
l'aile est de grande dimension, mais ne ressemble pas du tout à celle de 
l'oligocène de notre pays. On y observe une callosité assez épaisse et les 
stries de la base du canal manquent. La coquille rappelle un peu celle de 
l'éocène de Bruxelles ou plutôt celle de Barton. Dans un autre exemplaire 
incomplet, de même provenance, le bord droit devait dépasser le sommet 
de la spire d'une manière assez sensible. 

Disons encore que nous croyons pouvoir affirmer, d'après les rensei- 
gnements qui nous sont parvenus de différentes sources, qu'il n'existe 
pas de lacune dans la série des couches anglaises, la Rostellaria ampla 
ayant été trouvée à Bracklesham-Bay. 

Dans les collections du British Muséum, on peut voir un exemplaire 
provenant de cette localité; il rappelle le type de Barton. 



LXXXVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Nous ne pouvons admettre que la coquille n'ait jamais existé dans notre 
système Laekenien inférieur et que c'est là aussi une lacune importante. 
Qu'on se souvienne seulement qu'il y a quelques années à peine, l'on ne 
connaissait pas encore de grandes Rostellaires dans notre système Tongrien . 
Aussi, nous n'oserions pas conclure de la non-existence de la Rostellaria 
ampla dans notre Laekenien inférieur, par le seul motif qu'elle n'a pas 
encore été trouvée jusqu'à présent. 

Nous terminons cette communication en annonçant que nous présen- 
terons à la Société le travail que nous avons l'intention de faire, et que, 
si nous ne pouvons le publier dès à présent, c'est que des matériaux 
indispensables nous manquent encore pour être à même de donner un 
aperçu un peu complet. 

Communications et propositions diverses des Membres. 

M. Vanden Broeck annonce la présentation d'un compte-rendu, qui 
sera déposé ultérieurement par M. Lefèvre et par lui, des résultats d'un 
voyage en France et en Italie, entrepris à l'occasion de la session extra- 
ordinaire de la Société Géologique de France, qui vient d'avoir lieu à 
Fréjus et à Nice. 

L'assemblée, consultée, décide que ce compte-rendu sera inséré dans le 
tome XII des Annales et invite les auteurs à prendre date en donnant un 
léger aperçu des résultats du voyage, surtout au point de vue des intérêts 
delà Société. 

M. Vanden Broeck annonce que, par suite des démarches que M. Lefèvre 
et lui ont faites dans les diverses villes qu'ils ont visitées, la Société 
pourra probablement entrer en relation d'échange avec sept ou huit 
nouvelles sociétés savantes italiennes. De plus, divers malacologues et 
paléontologues distingués ont gracieusement offert à la Société d'intéres- 
santes publications, qui viendront enrichir notre bibliothèque. 

Une partie de ces ouvrages sera déposée à la prochaine séance, ainsi 
probablement que diverses collections qui sont en route. 

Plusieurs spécialistes ont promis d'envoyer des collections consistant 
principalement en coquilles vivantes, en espèces fossiles du tertiaire de 
Tltalie et en préparations anatomiques de mollusques, etc. 

Pendant leurs explorations, dont le détail sera donné plus tard, 
MM. Vanden Broeck et Lefèvre ont pu réunir des séries assez intéres- 
santes de mollusques terrestres, de coquilles fossiles, etc. Une partie de 
ces matériaux est destinée aux collections de la Société. 

M. Vanden Broeck ajoute que le rapport qui sera présenté à la Société 



BULLETIN DES SÉANCES. — ANNÉE 1877. LXXXVI1 

contiendra, outre le compte-rendu des excursions malacologiques et 
paléontologiques que M. Lefèvre et lui ont faites pendant leur voyage, 
tous les renseignements qui seraient de nature à intéresser la Société sur 
les objets, séries ou collections les plus remarquables des Musées ainsi 
que des collections particulières qu'ils ont eu l'occasion de visiter pendant 
leur voyage. 

L'assemblée remercie MM. Vanden Broeck et Lefèvre de leur intéres- 
sante communication, ainsi que des démarches qu'ils ont bien voulu faire 
dans l'intérêt de la Société. 

M. le Président exprime ensuite le vœu qu'une note ajoutée au procès- 
verbal de la séance fasse, dès maintenant, connaître à la Société le détail 
des principaux résultats obtenus au point de vue des relations nou- 
velles, établies par MM. Lefèvre et Vanden Broeck, à la suite de leur 
voyage. 

Déférant au vœu exprimé par M. le Président, M. Lefèvre complète 
comme suit les indications données en séance par M. Vanden Broeck : 

Parmi les résultats, utiles à la Société, du voyage que M. Vanden 
Broeck et moi nous venons de faire, nous pouvons dès aujourd'hui signaler 
un certain nombre de relations nouvelles que nous avons eu l'avantage 
d'établir avec plusieurs Sociétés scientifiques italiennes. 

C'est ainsi que, sur la demande que nous avons faite à notre collègue 
M. le D r A. Issel, nous avons obtenu de M. le marquis Doria, directeur 
du Musée d'histoire naturelle de Gênes, une série complète des publica- 
tions de ce bel établissement, en échange de la collection de nos Annales, 
ainsi que le journal de la Société des lectures et causeries scientifiques 
de la même ville, en échange de notre Bulletin. 

APise, M. le professeur Meneghini, directeur du Musée de l'Université, 
a accepté volontiers nos publications pour la Société Toscane d'histoire 
naturelle, dont nous recevrons bientôt les trois volumes parus, ainsi que 
celui de l'année courante. 

Notre aimable collègue M. le professeur d'Ancona nous a promis de 
nous mettre en relation avec l'Accademia Reale deiNuovi Lincei de Rome 
et l'Accademia dei Fisiocritici de Sienne, et nous croyons que ces publi- 
cations seront acceptées ici avec empressement. 

Sur la demande de l'un de nous, M. le baron Ach. de Zigno sollicitera 
pour nous, de la Société Veneto-Trentina de Padoue, l'envoi des Annales 
de cette institution à laquelle nous avons fait offrir les dix volumes que 
nous possédons déjà. 

Disons encore qu'à Turin, notre collègue M. le professeur Bellardi s'est 



LXXXVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

mis à notre disposition pour nous procurer les publications de l'Académie 
royale des sciences de cette ville et qu'il espère qu'il sera donné suite à sa 
demande. 

Ajoutons que la Société Malacologique pourrait, si elle le désire, 
échanger ses publications avec la Société des lettres, sciences et arts des 
Alpes-Maritimes, ainsi qu'avec celle des sciences naturelles de Cannes. 
Pour ce qui concerne nos collections, nous avons le plaisir de commu- 
niquer que M me la marquise Paulucci nous a priés d'annoncer qu elle se 
propose d'envoyer à la Société une série de coquilles terrestres et fluviatiles 
d'Italie, dès qu'elle aura terminé le classement delà collection spéciale 
qu'elle fait en ce moment. 

Nous devons aussi mentionner que M. L. Foresti, attaché au Musée de 
l'université de Bologne, nous fera parvenir des fossiles pliocènes, déter- 
minés par lui d'après les différents travaux qu'il a publiés sur les couches 
subapennines de la haute Italie. 

M. Trois, que nous avons eu l'occasion de voir à Venise, où il est 
conservateur des collections de l'Institut des sciences, des lettres et des 
arts de la Vénétie, a accepté, sur notre demande, d'envoyer en don à la 
Société une suite de préparations anatomiques de mollusques. Nous 
regrettons de ne pouvoir, pour le moment, nous étendre quelque peu sur 
la beauté et la perfection de ces dernières ; mais nous aurons l'occasion 
d'en reparler d'une manière plus étendue dans le rapport que nous aurons 
l'honneur de soumettre à l'une de nos prochaines séances. 

Dans ce rapport, nous parlerons également des principaux musées que 
nous avons visités et dont nous nous proposons de donner les descrip- 
tions. 

C'est ainsi que nous nous occuperons tour à tour du beau Musée de 
Marseille, qui est dirigé par M. le D r Heckel, du Musée de l'université de 
Gênes, ainsi que du Museo Civico, qui est très-important et renferme des 
pièces très-rares et même uniques rapportées de différents voyages, parmi 
lesquels nous citerons celui de MM. Antinori et Issel dans la mer Rouge, 
ceux de'Beccari dans la Nouvelle-Guinée et dans l'archipel Indien. 

Nous ne dirons que quelques mots complémentaires sur le Musée de 
Florence, notre collègue M. A. Thielens en ayant déjà donné une descrip- 
tion assez étendue dans une relation de voyage qui a été précédemment 
publiée dans nos Annales. 

Nous nous occuperons ensuite du Musée de l'université de Bologne, 
dont l'organisation est due à l'initiative intelligente de M. le professeur 
Capellini. Après, nous traiterons d'une man/ère plus détaillée les collec- 
tions anatomiques que nous avons vues à Venise, pour continuer par une 
étude du Musée de Vicence, qui renferme une belle suite de fossiles du 
Vicentin. 



BULLETIN DES SÉANCES. - ANNÉE 1877 LXXXIX 

Il nous restera alors à parler des Musées de Milan et de Turin, qui tous 
les deux sont fort beaux et très-bien organisés. 

Nous avons aussi eu l'occasion de voir, pendant notre séjour en Italie, 
quelques collections particulières, parmi lesquelles nous devons citer celle 
de M me la marquise Paulucci, pour les coquilles vivantes ; de M. Lawley, 
pour les poissons tertiaires; de M. L. Foresti, pour les coquilles subapen- 
nines, et enfin une collection magnifique de coquilles terrestres et 
fluviatiles appartenant à M. le comte Turati, de Milan. 

Nous terminerons ce rapport par le compte -rendu des quelques excur- 
sions que nous avons faites dans les marnes bleues à Albenga, Ceriale, 
Val Torsero, ainsi qu'à Casciana, où notre collègue et ami M. E. Lawley 
a eu l'obligeance de nous conduire et où nous avons pu recueillir un 
grand nombre de fossiles. Dans les environs de Bologne, nous avons été 
guidés par M. le professeur Capellini, dans une excursion au val Savena. 

Nous terminons ces quelques mots en disant que nous aurons l'avan- 
tage de remettre à la prochaine séance différentes publications que nous 
avons reçues de MM. Issel, Capellini, Foresti, Tapparone, Lawley, 
Bellardi, pour être déposées dans la bibliothèque de la Société. 

Nous commencerons ce rapport par le compte-rendu de la réunion 
extraordinaire de la Société géologique de France, à laquelle la Société 
avait délégué l'un de nous. 

La séance est levée à 4 1 12 heures. 



II 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 



LISTE DES OUVRAGES 

DÉPOSÉS 

A LA BIBLIOTHÈQUE DE LA SOCIÉTÉ 

PENDANT L'ANNÉE 1877 



(Les ouvrages dont le format n'est pas indiqué sont in-8°) 



Academia Lugduno-Batava. — Annales Academici, 1872-4873 et 1873-1874. Lugduni 

Batavorum, 1876 et 1877, in-4°. 
Académie des Lettres, Sciences, Arts et Agriculture de Metz. — Mémoires, 56 e année, 

1874-1875 (3 e série, 4 e année). Metz, 1876, planches. 

— Programme des concours ouverts pendant Tannée 1877-1878. 

Académie Impériale des Sciences de Saikt-Pétersbourg. — Bulletin. Tome XXII, n os 3 et 

4, tome XXIII, n os 1 à 4, tome XXIV, n os 1 et 2. Saint-Pétersbourg, 1876 

et 1877, in-4°, planches et figures. 
Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. — 

Annuaire, 1877. Bruxelles, 1877, planches. 
_ Bulletin, 45 e année, 2 e série, tome XLII, n os 9 à 12. Bruxelles, 1876, planches et 

figures. 46 e année, 2 e série, tome XLIII, n os 1 à 6, et tome XLIV, n os 7 et 8. 

Bruxelles, 1877, planches et figures. 

— Classe des Sciences. Programme de concours pour 1878. 

Accademia d'Agricoltura, Arti e Commercio di Verona. — Memorie. Vol. LUI de la 
2 e série, fasc 2, et vol. LIV, fasc. 1 et 2. Verona, 1876 et 1877. 

Accademia Gioenia di Scienze Naturali in Catania. — Atti. Série terza. Tome X. Catania, 
1876, in-4°, planches. 

Ateneo di Scienze, Lettere ed Arti di Brescia. — Commentari per Tanno 1876. 
Brescia, 1876. 

Ateneo Propagador de las Ciencias Naturales. — Reglemento. Madridi, 1874. 

— Résumen de los trabajos en que se ha occupado el Ateneo, années 1871-1872, 

1872-1873, 1873-1874 et 1874-1875. Madrid, 1872 à 1875, figures. 

8 



XCIV ' SOCIÉTÉ MALAGOLOG1QUE DE BELGIQUE 

Barrande, Joachim. — Céphalopodes. Éludes générales. Extraits du système silurien du 
centre de la Bohême. Prague et Paris, 1877, planches. 

Barrois, D r Charles. — Note préliminaire sur le terrain silurien de l'ouest de la Bre- 
tagne. Lille, 4876. 

Extrait des Annales de la Soc. Géol. du Nord. Tome IV. 

— Note sur le terrain dévonien de la rade de Brest. 

Idem. 

Bérillon. — (Vide : De Folin.) 

Blytt Axel. — Norges flora. 3 e del. Christiania, 1876. 

Publication de : K. Norske Videnskabers Selskab. 

Boeck, Axel. — De Skandinaviske og Arktiske Amphipoder. Andet Hefte. Christiania, 
1876, in-4°, planches. 

Publication de l'Université Royale de Norvège. 

Boston Society of Natural History. — Memoirs. Vol. II, part. 4, n os 2, 3, 4. Boston, 
1875 et 1876, in-4°, planches. 

— Occasional papers, II. The spiders ot the United States by Nicholas Marcellus 

Hentz. Boston, 1875, planches. 

— Proceedings. Vol. XVII, part. 3 et 4, et vol. XVIII, part. 1 et 2. Boston, 1875 

et 1876, planches et figures. 
Briart, A. — (Vide : Cornet, F.-L.) 
Brot, D r Aug. — Description de nouvelles espèces de Mélaniens, planches. 

Extrait de la Revue et Magasin de Zoologie. Paris, 1860. 

— Étude sur les coquilles de la famille des Nayadcs habitant le bassin du Léman. 

Bâle et Genève, 1867, planches. 

Association Zoologique du Léman, année 1866. 

— Matériaux pour servir à l'étude de la famille des Mélaniens, I, II, III. Genève, 

1862, 1868, 1872, planches. 

— Matériaux pour servir à l'étude de la faune profonde du lac Léman. Mollusques. 

Lausanne, 1874, planches. 

Extrait du Bulletin de la Société Vaudoise en Sciences Naturelles. T. XIII. 

Buffalo Society of Natural Sciences. — Bulletin. Vol. 111, n° 3. Buffalo, 1876. 

Bulletin scientifique, historique et littéraire du Département du Nord et des Pays 
voisins, publié sous la direction de J. Gosselet. — 8 e année, 8 e volume, 
1876, n° 12, décembre, et table des matières. 9 e année, 9 e volume, 1877, 
n os 1 à 11, janvier à novembre. Lille, 1876 et 1877. 

Catalogues de livres de sciences naturelles, etc. 

Cogels, Paul. — Considérations nouvelles sur les systèmes Bolderien et Diestien. 

Extrait des Ajmales de la Soc. Malac. de Belg. Tome XII, 1877. 

Colbeau, Emile. — Mollusques terrestres et fluviatiles vivants du canton de Walcourt. 

Extrait des Annales de la Soc. Malac. de Belgique. Tome XI, 1876. 

Coppi, D r Francesco. — Catalogo dei fossili mio-pliocenici Modenesi délia collczione 
Coppi. Modena, 1874, in-4°. 

Cornet, F.-L., et Briart, A. — Note sur l'existence d'un calcaire d'eau douce dans le ter- 
rain tertiaire du Hainaut. 

Extrait des Bulletins de l'Académie Royale des Sciences de Belgique. 2 e série, t. XLIII, 

1877. 

Crépin, Fr. — Note sur le Pecopteris odontopteroides Morris. Bruxelles, 1875, planches. 

Idem, 2 e série, t. XXXIX. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE XGV 

Crépin, Fr. — Nouvelles observations sur le Pecopteris odontopteroides Morris. Bruxelles, 
1878. 

Extrait du Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique, T. XV, 1876. 

Petit guide du Jardin botanique de Bruxelles. Bruxelles, 1877. 

— Rapport de M. Crépin, directeur du Jardin botanique de l'État, sur la situation 
de cet établissement. 

Extrait du Moniteur officiel Belge du 18 avril 1877. 

Dàll, W.-H. — On the Californian species of Fusus. 

Extrait des Proceedings de la Galifornia Academy of Sciences. 1877. 

— Preliminary descriptions of new species of mollusks from the north west coast 

of America. 

Idem. 

Davidson, Thomas. — Notice sur la vie et les travaux de sir Charles Lyell. 

Extrait du Bulletin de la Soc. Géol. de France. 3 e série, tome IV, 1876. 

— traduit par Lefèvre, Th. — Qu'est-ce qu'un Brachiopode? Bruxelles, 1875, 

planches. 

Extrait des Annales de la Soc. Malac. de Belg. T. X, 1875. 

Deby, Julien. — Nécrologie. David Forbes. (Doux exemplaires, dont l'un avec por- 
trait.) 

Extrait des Annales de la Société Malacologique de Belgique. Tome XII, 1877. 

— Note sur l'argile des polders, suivie d'une liste de fossiles qui y ont été observés 

dans la Flandre occidentale. 

Idem. Tome XI, 1876. 

— Relation succincte d'une excursion faite aux bords de l'Oostanaula en Géorgie, 

États-Unis . 

Idem. Tome XII, 1877. 

— Report on the progress of the iron and steel industries in foreign contries, II, 

1878. Newcastfe-Upon-Tyne, 1876. 
De Folin, L., et Bérillon. — Contributions à la faune malacologique de la région 
extrême sud-ouest de la France. Dax, 1876, planches. 

Extrait du Bulletin de la Société de Borda, à Dax. 

— Contributions a la faune malacologique de la région extrême du sud-ouest de la 

France. Rayonne, 1877, planches. 

Extrait du Bulletin de la Société des Sciences et Arts de Bayonne. 

Deutsche Malakozoologische Gesellschaft. — Jalirbticher. Vierter Jahrgang 1877. 
Franckfurt a El., 1877, planches. 

— Nachrichtsblatt. Neuntar Jahrgang, 1877, n oS 1 (janvier) et 6 à 9 (août a 

décembre). Franckfurt a M., 1877. 
Dollfus, Gustave. — Description et classification des dépôts tertiaires des environs de 
Dieppe. Lille, 1876, figures. 

Extrait des Annales de la Soc. Géol. du Nord. Tome IV. 

— Valvata disjuncta, espèce nouvelle des meulières supérieures des environs de 

Paris. Bruxelles, 1877, figures. 

Extrait des Annales de la Société Malacologique de Belgique. Tome XII, 1877. 

Dorpater Naturforscher Gesellschaft. — Archiv fur die Naturkunde Liv-Ehst-und 
Kurlands. Erste Série, Band VII, 5 Ç Lieferung. Erste Série, Band VIII, 
Heft 1, 2. ZweiteSene, Band VIÏ, 3 e Lieferung. Dorpat, 1876, 1876 et 1877, 
planches. 
— - Sitzungsberichte. Vierter Band, Heft 2, 1876. Dorpat, 1876. 



XGVI SOCIÉTÉ MALAGOLOG1QUE DE BELGIQUE 

Feuille des Jeunes Naturalistes. — Septième année, n os 75 à 84, 1 er janvier à 1 er octobre 

1877, huitième année, n os 85 et 86, 1 er novembre et 1 er décembre 1877. 

Rennes et Paris, planches et figures. 
Finska Vetenskaps Societeten. — Bidrag till kânnedom af Finlands natur och folk utgifna 

af Finska Vetenskaps-Societeten, tjugonde, tjugondefemte, tjugondesjette 

Hâftet. Helsingfors, 1876, 1876 et 1877, planches. 

— Observations météorologiques publiées par la Société des Sciences de Fin- 

lande, année 1874. Helsingfors, 1876. 

— OEfversigt af Finska Vetenskaps-Societeten Fôrhandlingar, XVIII, 1875-1876. Hel- 

singfors, 1876. 
Geological Society of London. — List of the Geologial Society of London. l st November 
1876. 

— The quarterly Journal. Vol. XXXII, part 2, 3 (n os 127, 128). London, 1876, 

planches et figures. Vol. XXXIII, part 1, 2, 3 (n° s 129, 130, 131). London, 
1876, planches et figures. 
Giordano, F. — Cenni sul lavoro délia Carta Geologica, 1876. Roma, 1877. 

Extrait du tome LXXXVI des Annali del Ministero d'Agricoltura, Industria e Commercio 

Hidalgo, D r J. Gonzalès. — Moluscos marinos de Espaïia, Portugal y las Baléares. En- 
tregas 13 y 14, 1877 . Tome I, signatures 10, 11 et 20 à 24 et planches lia, 
20a, 20 b , 46S 57^, 60, 61, 62, 69, 70. Madrid, 1877. 

Hollandsche Maatschappij der Wetenschappen te Haarlem (Société Hollandaise 
des Sciences a Harlem), Archives néerlandaises des Sciences exactes et 
naturelles. Tome XI, 4 e et 5 e livraisons, et tome XII, l ie livraison. Harlem, 
1876 et 1877, planches. 

— Programma van de Hollandsche Maatschappij der Wetenschappen te Haarlem, 

voorhetjaar 1876, in-4°. 

— Programme de la Société Hollandaise des Sciences à Harlem, année 1876. 
Institut National Genevois. — Mémoires. Tome XIII, 1869-1877. Genève, 1877, in-4°, 

planches. 
Jeffreys, J. Gwyn. — Address to the biological section of the British Association. Ply- 
mouth, 16 Aug. 1877. London, 1877. 

— New and pecuiiar Mollusca of the Eulimidse and other families of Gastro- 

poda as well as of the Pteropoda, procured in the « Valorous » expédition. 

Extrait des Annals and Magazine of Nat. Hist. 1876. 

— New and pecuiiar Mollusca of the Kellia, Lucina, Cyprina and Corbula families 

procured in the « Valorous » expédition. 

Idem. 1876. 

— New and pecuiiar Mollusca of the Order Solenoconchia, procured in the « Valo- 

rous » expédition. 

Idem. 1877. 

— New and pecuiiar Mollusca of the Patellidae and other families of Gastropoda, 

procured in the « Valorous » expédition. 

Idem. 1877. 

Journal de Conchyliologie, publié sous la direction de MM. H. Crosse et P. Fischer. — 

3 e série, tome XV. Paris, 1875, planches. 
Jugoslavenske Akademije Znanosti i Umjetnosti. — Rad. Knjiga 37, 38 39, 40. 

U Zagrebu, 1876 et 1877, planches et figures. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE XCYI1 

Kaiserliche Akademie der Wissenschaften. — Sitzungsberichte. Mathematisch-Natur- 
wissenschaftliche Classe. LXXII Bancl , I, 5 Heft. Jahrgang 1875, Erste 
Abtheilung. Wien, 4875 et 1876, planches. 

Kaiserlich-Kônigliche GeologischePiEichsanstalt. — Calalogdcr Ausstellungs-gfgenstânde 
bci de Wiener Weltausstellung, 1873. 

— Jahrbuch. Jahrgang 4876. XXVI Band, n os 3, 4. Wien, 4876, planches el 

figures. Jahrgang 1877. 27 Band. n os 1, 2. Yv r ien, 1877, planches. 

— Vcrhandlungen. 4876, n os 1-47, et 4877, n 08 4-40. Wien, 4876 et 4877. 
Kaiserlich-Kônigliche Zoologisch-Botanische Gesellschaft in Wien. — Verhandlungen- 

Jahrgang 4876, Band. XXVL Wien, 4877, planches. 
Kongelige Norske Videnskabers-Selskab i Throndhjem. — Fortegnelse over den Tilvasxt 
somcHKgl.NorskeVidenskabers-SelskabBibliothekaifaaetinaâ!et4875,in-4°. 

— Skrifteri det i9 de aarhundrede. Oltende Bind, tredie Hefte. Throndhjem 1876. 
Kongliga Vetenskaps Societeten i Upsal. — Nova Acta Regise Societatis Scientiarum 

Upsaliensis. Seriei tertïae. Vol. X, fasciculus 1, 1876. Upsaliae, 4876, 
in-4°, planches. 
Kônigliche Bayerische Akademie der Wissenschaften zu Munchen. — Abhandhmçen 
der Mathematisch-Physicalische Classe. Band. XI, 4, 2, 3. Abtheilung Mun- 
chen, 1871, 1873, 4875, in-4°, planches, et Band. XII, 4, 2, 3. Abtheilung 
Munchen, 1875, 4876, 4876, in-4% planches. 

— Sitzungsberichte der Mathematisch-Physikalische Classe. 4874-1875, 4876, 

Heft 4, 2, 3. 4377, Heft. 4. Munchen, 4871 à 1877, planches et figures. 
Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam. — Jaarboek voor 4875. 

— Verslagen en Mededeelingen. Afdeeling Natuurkunde. Tweede Pœeks, tiende 

Deel. Amsterdam, 4877, planches. 
Koninki.uk Zoologisch Genoostschap « Natura Artis Magistra » te Amsterdam. — 
Bijdragen tôt de Dierkunde. Aflevering 1-6 (tome I). Amsterdam, 1848 à 
1854, in-4°, planches, et Aflevering 7-9. Amsterdam 4 58, 4859, 4869, 
in-4°, planches. 

— Nederlandsch Tijdschrift voor de Dierkunde. Deel 4-4. Amsterdam, 4864, 

4865, 4866 et 4874, planches et figures. 
Kurl^endische Gesellschaft fur Literatur dsd Kunst. — Sitzungs-Berichte aus dem 

Jahre 4876. Mitau, 4877. 
Lefèvre, Théodore. — Excursions malacologiques à Valenciennes, Soissons et Paris 

(septembre 1876;. 

Extrait des Annales de la Société Malacologique de Belgique. Tome XI, 1876. 

— Rapport sur le travail de M. Vincent, intitulé : Description de la faune de 

l'étage landenien inférieur de la Belgique. 

Idem. Tome XII, 1877. 

— (Vide : Davidson, Thomas.) 

Leydig, D 1 ' F. — Die Haritdecke und Schale der Gastropoden nebst einer Uebersicht der 
einheimischen Limacinen. Berlin, 1876, planches. 

Tiré à part des Archiv fur Naturgescaichte. 42 Jahrgang, I Band. 

Ligue de l'Enseignement. — Bulletin 4876-4877, n° 4. Bruxelles. 
Linnean Society of New South Wales. — The Proceedings. Vol. II, part the first. 
Sidney, 4877, planehes. 



XCVIII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Magyarhoni Fôldtani Tarsulat. — Fôldtani Kôzlôny Kiadja a Magyarhoni Fôldtani 

Tarsulat. VI évfolyam, 4876, 11. 12 szâm; VU évfolyam, 1877, 1-11 szâm. 

Budapest, 1876 et, 1877, planches et figures. 
Magyar Nemzeti Muséum. — Természetrajzi Fùzetek az Allât,- Nôvény,- Àsvâny- es fôld- 

tan Kôrébôl, évnegyedes folyôirat. Kiadja a Magyar Nemzeti Muzeum. Elsô 

Kôtet, 1, 2, 3, 4. Fùzet. Budapest, 1877, planches. 
Manfredonia, Cav. Giuseppe. — Pillole antiperiodiche, antimiasmatiche di generoso curato 

Farmacista Lauréate Napoli, 1877. 
Mascarini, A. — Fauna pliocenica délia montagnola presso la cita di Fermo. Ascoli- 

Piceno, 1877. 
Mona, D r Cav. Angelo. — Studi di enologia. Brescia, 1875. 

Publication de l'Ateneo di Brescia. 

Moniteur Horticole Belge, publié par L.-G. Gillekens. — 4 e année, 1877. Vilvorde, 

1877, figures. 
Moniteur Industriel Belge. — Volume IV, 1877. Bruxelles, figures. 
Musée Royal d'Histoire naturelle de Belgique. — Annales. Tome I. Description des 

ossements fossiles des environs d'Anvers, par P.-J. Van Beneden. l re partie, 

Pinnipèdes ou Amphithériens. Bruxelles, 1877, in-4°, figures et atlas in-folio. 
Muséum of comparative Zoôlogy at Harvard Collège in Cambridge. — Annual report of 

the trustées for 1876. Boston, 1877. 
Natural History Society of Glasgow. — Proceedings. Vol. III, part. 1, 2. Glasgow, 1876 

et ±877, planches. 
Natural History Society of Northumberland and Durham. — Natural history trans- 
actions of Northumberland and Durham. Vol. V, part 3. Newcastle-Upon- 

Tyne, 1877, planches. 
Naturforschender Verein in Brù'nn. — Verhandlungen. XIV Band, 1875. Brûnn, 1876, 

planches. 
Naturhistorischen Landes Muséum von ILernthen. — Jahrbuch. Zwôlftes Heft. 22-24, 

Jahrgang 1873-1875. Klagenfurt, 1876. 
Naturhistorisch-Mediciniscrer Verein zu Heidelberg. — Verhandlungen. Neue Folge. 

Erster Band, fùnftes Heft,, et zweiter Band, erstes Heft. Heidelberg, 1877, 

planches. 
Naturhistorischer Verein in Augsburg. — Bericht (vierundzwanzigster) . Augsburg, 1877, 

planche. 
Naturhistouisk Forening i Kjôbenhavn. — Videnskabelige Meddelelser fra Naturhisto- 

risk Forening i Kjôbenhavn for Aaret 1876. Kjôbenhavn, 1876-1877, 

planches. 
Naturwissenschaftliche Gesellschaft Isis in Dresden. — Sitzungs-Berichte. Jahrgang 

1876 (juillet à décembre). Dresden, 1877, planche. Jahrgang 1877 (jan- 
vier à juin). Dresden, 1877, figures. 
Naturwissenschaftlicher Verein fur Schleswig-Holstein. — Schriften. Band II, Heft 2. 

Kiel, 1877, planches et figures. 
Naturwissenschaftlicher Verein fur Steiermark. — Mittheilungen. Jahrgang 1876. 

Graz, 1876, planches. 
Naturwissenschaftlicher Verein zu Bremen. — Abhandlungen. V Band, 2 Heft. Bremen, 

1877, planches. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE XCiX 

i 

Natuurkundig Genootschap te Groniingen. — Verslag (zes en zeventigste) over heljaar 

1876. Groningen, 18/7. 

Nederlandsche Dierkundïge Vereemging. — Tijdschrift. Tweede Deel, 1876. S'Graven- 

hagen et Rotterdam, planches. 
Oberhessische Gesellschaff fur Natur- Und Heilkunde. — Bericht (fùnfzehnter und 

sechzehnler). Gicssen, 1876 et 1877, planches. 
Packard, A. -S. — Report on the Rocky Mountain Locust and other Insects. Washington, 

1877, planches et figures. 

Extrait du Report of the U S. Geological and Geographical Survey of the territories forl875. 

Pigorini. — Nuove scoperte preistoriche nelle provincie Napoletane. 

Extrait du Bullettino di Paletnologia Italiana 1876. 

— Terremare Ungheresi. 

Idem. 

Purves, J. — Note sur une anomalie de la Limngea limosa. Bruxelles, 1877, figure. 

Extrait des Annales de la Société Malacologique de Belgique. Tome XII, 1877. 

Reale Comitato Geologico d'Italia. — Bollettino. Anno 1876, n os 11 et 12 (novembre- 
décembre) et anno 1877, n os 1 à 10 (janvier à octobre). Roma, 1876 et 1877, 
planches et figures. 

— Memorie per servire alla descrizione délia Carta geologica d'Italia. Vol. III, 

part. 1. Roma, 1876, in-4°, planches. 
Reale Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti. — Atti. Série 5, tomes I, II, 
et III, dispensa 1-7. Venezia, 1874-1875, 1876 et 1877, planches. 

— Memorie. Vol. XVIII, XIX, XX. Venezia, 1874-1875, 1876, 1876, in-4°, 

planches. 
Roffiaen, François. — Note sur des mollusques terrestres et fluviatiles, recueillis à Waul- 
sort (1877). (2 exemplaires.) 

Extrait du tome XII, 1877, des Annales de la Soc. Malac. de Belg. 

Royal Society of London. — Fellows of the Society. 30th november 1875. London, in-4°. 

— Philosophical transactions for the year 1875. Vol. CLXV, part. 2, et for the 

year 1876. Vol. CLXVI, part. 1. London, 1876, planches et figures. 

— Proceedings. Vol. XXIV, n°* 164-170 et Vol. XXV, n os 171-174. London, 1876, 

planches et figures. 
Royal Society of Tasmania, — Montly notices of Papers and Proceedings for 1874. 
Tasmania. Hobart-Town, 1875, planche. 

— Papers and Proceedings and Report for 1875. Hobart Town, 1876, planches. 
Rutot, Aimé. — Description de la faune de l'Oligocène inférieur de Belgique. 1 er fascicule. 

Description des genres Strombus, Rostellaria, Murex, Triton et Typhis. 

Extrait des Annales de la Soc. Malacologique de Belgique. Tome XI, 1876. 

— Description de la Rostellaria robusta Rutot, fossile de l'argile de Londres et de 

l'étage biuxellien des environs de Bruxelles, planche. 

Idem. 

— Notes sur les divisions à établir entre quelques espèces de grandes Rostellaires 

des terrains éocène et oligocène, planche. 

Extrait des Annales de la Soc. Géol. de Belgique. Tome III, 1876. 

— Nouvelles observations relatives k la Rostellaria robusta. 

Extrait des Annales de la Soc. Malacol. de Belgique, Tome XII, 1877. 

Rapport sur l'excursion annuelle de la Société Malacologique (17 septembre 
1876). 

Idem. Tome XI, 1876. 



C SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

— Relation au point de vue paléontologique de l'excursion entreprise le 1 er et 
le 2 août 4875, aux environs de Namur, par les membres de la Société 
Malacologique de Belgique. 

Idem. Tome X, 1875. 

Sallskâpet pro Fauna et Flora Fennica. — Meddelanden af Societas pro Fauna et 
Flora Fennica. Fôrsta Hâftet. Helsingfors, 4876. 

Sars, George, Ossian. — On some remarkable forms of animal life from the great deeps 
of the Norwegian coast. lî, researches on the structure and affinity of the 
genus Brisinga. Christiania, 1875, in-4°, planches. 

Publication de l'Université royale de Norvège. 

Schweizerische Entomologische Gesellschaft. — Mittheilungen. Vol. IV, Heft 40, et 

vol. V, Heft 4-4. Schaffhausen, 4877. 
Senoner, D r Adclf. — Revue allemande et italienne. Montpellier. 

Extraits de la Revue des Sciences Naturelles. Tomes V, 1876 et VI. 1877. 

Siebenburgischer Verein fur Naturwissenschaften zu Hermannstadt. — Verhand- 
lungen und Mittheilungen. 27 Jahrgang. Hermannstadt, 4877. 

Siebke, H. — Enumeratio Insectorum Norvegicorum. Fasc. 2 et 3. Catalogum Coleopte- 
rorum et Catalogum Lepidopterorum. Christiania, 4875 et 4876. 

Publication de l'Université royale de Norvège. 

Smithsonian Institution. — Annual report for 4875. "Washington, 4876, planches et 

figures. 
Societa Adriatica di Sciekze Naturali in Trieste. — Bollettino, annata II, n° 3, et 

vol. III, n 08 4, 2. Trieste, 1876 et 4877, planches. 
Societa dei Naturalisa in BÎodena. — Annuario. Série II, anno X, fasc. 2 et 3, et 

anno XI, fasc. 4 et 2. Modena, 4876 et 4877. 
Societa Entomologica Italiana. — Bullettino. Anno ottavo, trimestre 4, et anno nono, 

trimestre 4, 2, 3. Firenze, 4876 et 4877, planches. 

— Resoconti délie adunanze. Anno 4876, pp. 25-40, et anno 4877, pp. 4-42. 
Societa Italiana di Scienze Naturali. — Atti. Vol. XVIII, fasc. 2, 3, 4. Milano, 4875, 

4875 et 4876, planches, et vol. XIX, fasc. 4, 2, 3. Milano, 4876, 4877 et 

4877, planches, 
Societa Malacologica Italiana. — Bullettino. Vol. II, 4876, fasc. 2 et 3. Pisa, 4876, 

planches. 
Société" Belge de Géographie. — Bulletin. Première année, 4877, n os 4 à 5. Bruxelles, 

4877, planches et cartes. 
Société Belge de Microscopie. — Annales. Tome II, année 1875-1876. Bruxelles, 

4876, planches. 

— Bulletin. 4 e année. Procès- verbaux. Séances des 44 et 25 octobre et du 29 no- 

vembre 4877, figures. 

— Procès-verbaux. N os 3 à 43. Séances du 28 décembre 4876 au 27 septembre 4877. 

Société centrale d'Agriculture de Belgique. — Journal. 24 e année, numéros de 
novembre 4876 à octobre 4877. Bruxelles, 4876 et 4877, figures. 

Société Chorale et Littéraire des Mélophiles de Hasselt. — Bulletin de la section 

littéraire. 43 e volume. Hasselt, 4S76, planches. 
Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d'Orléans. — Mémoires. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE CI 

2 e série, tome XVIII, 1876, n° 4, et tome XIX, 1877, n° 8 1 et 2. Orléans, 1876 
et 1877, planches. 
Société des Amis des Sciences naturelles de Rouen. — Bulletin. 2 e série, 12 e année, 

1876, 2 e semestre. Rouen, 1877, figures. 

Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut. — Mémoires et publica- 
tion. 4 e série, tome I. Mons, 1876, planches. 

— Programme des concours de 1877 de la Société des Sciences, des Arts et des 

Lettres du Hainaut. 
Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne. — Bulletin. Année 1876, 

30 e volume (10 e de la seconde série), 2 e semestre. Année 1877, 31 e volume 

(11 e de la seconde série). Auxerre, 1877, planches et figures. 
Société des Sciences Historiques et Naturelles de Semur. — Bulletin. 12 e année, 

1875. Semur, 1876, planches. 
Société des Sciences Naturelles de Neuchatel. — Bulletin. Tome X, 1 er cahier et 

tome XI, 1 er cahier. Neuchatel, 1874 et 1877, planches. 
Société d'Étude des Sciences Naturelles de Nîmes. — Bulletin. 5 e année, 1877, 

n os 2 à 11 (février à novembre). Nîmes, 1877, planches. 
Société d'Études Scientifiques de Lyon. — Bulletin. N° 2 (novembre 1874 à décembre 

1876). Lyon, 1877. 
Société d'Histoire Naturelle de Colmar. — Bulletin. 16 e et 17 e année, 1875 et 1876. 

Colmar, 1876, planches. 
Société Entomologique de Belgique. — Annales. Tome XIX, fascicule 3, et tome XX, 

fascicules 1, 2. Bruxelles, 1877, planches. 

— Comptes-rendus des assemblées de la Société (série 2, n os 33 à 44) du 26 dé- 

cembre 1876 au 3 novembre 1877. 
Société Géologique de Belgique. — Procès-verbal de la séance au 20 mai 1877. Liège, 

1877. 
Société Géologique de France. —Bulletin. 3° série, tome IV (1875 à 1876), n os 7 a 12, et 

3 e série, tome V, (1876 à 1877), n os 1 à 7. Paris, 1877, planches et figures. 
Société Géologique du Nord. — Annales. Tome III, 1875-1876. Lille, 1876. 
Société Impériale des Naturalistes de Moscou. — Bulletin. Tome LI, année 1876, 

n » 2, 3, 4, et tome LU, année 1877, n°* 1, 2. Moscou, 1876 et 1877, planches 

et figures. 
Société Linnéenne de Bordeaux. — Actes. Tomes XXIX et XXX (3 e série, tomes IX et X.) 

Bordeaux, 1873 et 1875, planches. Tome XXXI (4 e série, tome I), livraisons 

1 à 5 et atlas in-4° (planches 13 à 18). Bordeaux, 1876 et 1877, planches. 
Société Linnéenne du Nord de la France. — Bulletin mensuel. 6 e année, tome III, 

1877, n° s 55 à 63. Amiens, 1877. 

Société Malacologique de Belgique. — Procès-verbaux des séances de la Société. 
Tome VI, 1877, figure. Séances du 7 janvier au 7 octobre 1877. (3 exem- 
plaires.) 

Société Médico-Chirurgicale de Liège. — Annales. 15 e année, tome XV, 1876 (no- 
vembre et décembre). 16 e année, tome XVI, 1877 (janvier à octobre). Liège, 
planches et figures . 

Société Nationale des Sciences Naturelles de Cherbourg. — Compte rendu de la 



Cil SOCIÉTÉ MALACOLOGÏQUE DE BELGIQUE 

séance extraordinaire tenue parla Société le 30 décembre 1876, à l'occasion 

du 25 e anniversaire de sa fondation. Cherbourg, 1877. 
Société Philomathique de Verdun. — Mémoires. Tome VIII, n° 2. Verdun, 1877. 
Société Royale de Botanique de Belgique. — Bulletin. Tome XV, n° 3, et tome XVI, 

n° 1. Bruxelles, 1877. 
Société Royale des Sciences Médicales et Naturelles de Bruxelles. — Journal de 

Pharmacologie. 32 e volume, 32 e année, 1876 (novembre et décembre); 

33 e volume, 33 e année, 1877 (janvier à octobre). Bruxelles, 1876 et 1877, 

planches. 
Société Royale Linnéenne de Bruxelles. — Bulletin. 5 e année, tome V (livraisons 8 

à 12), et 6 e année, tome VI. Bruxelles, 1876 et 1877, figures. 
Société Vaudoise des Sciences Naturelles. — Bulletin. 2 e série, vol. XIV, n° 77, et 

vol. XV, n° 78. Lausanne, 1877, planches. 
Stossich, Adolfo. — Brève sunto sulle produzioni marine del golfo di Trieste. 

Extrait du Bollettino délie Scienze Naturali, n° 3. Annata III. 

Troschel. — Bericht iiber die Leistungen in der Naturgeschichte der Mollusken wâhrend 

der Jahresl875. 
Tschermak, Gustav. — Mineralogischc Mittheilungen, Jahrgang 1876. Heft 3, 4, et 

Jahrgang 1877, Heft 1. 2. Wien, 1876 et 1877, planches et figures. 

Publication du K. K. GeologischeReichsanstalt. 

United States of America. Department of the Interior. Geological and Geogra- 
phical Survey of the Territories. — Bulletin of the United States Ento- 
mological commission, n os 1-2. Washington, 1877, planches. 

Vanden Broeck, Ernest. — Notes sur une excursion scientifique en Suisse, août et sep- 
tembre 1875. Rapport présenté à la Société Malacologique de Belgique. 

Extrait des Annales de la Soc. Malac. de Belgique. Tome X, 1875. 

— Note sur l'altération des roches quaternaires des environs de Paris par les 

agents atmosphériques. 

Extrait du Bulletin de la Soc. Géologique de France. 3" série, tome V, 1877. 

— Note sur les Foraminifères de l'argile des polders. 

Extrait des Annales de la Société Belge de Microscopie. Tome III, 1876-77. 

— Seconde lettre sur quelques points de la géologie de Bruxelles, adressée à 

M. Ortlieb. Lille, 1877. 

Extrait des Annales de la Soc. Géol. du Nord. Tome IV. 

— Sur les altérations des dépôts quaternaires par les agents atmosphériques. 

Paris, 1877. 

Extrait des Comptes rendus des séances de l'Académie des Sciences. 

Verein der Freunde der Naturgeschichte in Meklenburg. — Archiv. 30 Jahr (1.876). 
Neubrandenburg, 1876, planches. 

Verein fur Naturkunde zu Zwickau. — Jahresberichte 1876. Zwickau, 1877, planches. 

Verein fur Vaterl^endische Naturkunde in Wurttemberg. — Wiirttembergische Na- 
turwissenschaftliche Jahreshcfte. Zwei-und-drcissigsler Jahrgang, 1, 2, 3 
Heft. Stuttgart, 1876, planches et figures. 

Verein zur Verbreitung Naturwissenschaftlicher Kenntnisse in Wien. — Pro- 
gramma der vom Vereine zur Verbreitung naturwissenschaftlicher Kenntnisse 
im 18 Vereinsjahre 1877-1878 vcraustalteten popularen Vortrâge. , 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE C1II 

— Schriften. Siebenzehnter Band. Jahrgang 1876-4877. Wien, 4877, planches. 
Westerlund, D r Carl, Agardh. — Fauna Europaea. Molluscorum extramarinorum Pro- 

dromus. Fasciculus, 4. Lundse, 1876. 
Zittel, Karl, Alfred. — Studien ûber fossilen Spongien. Munchen, 4877, in-4°. 

Extrait des Abhandlungen der K. Bayer. Akad. d. Wissensc, II Cl. XIII Band., 1 abth. 

Zoological Society of London. — Proceedings of the scientific Meetings of the Zoolo- 
gical Society of London for the year 4876, part 4, et for the year 4877, 
part. 1, 2. London, 4877, planches et figures. 

Zoologisch Mineralogischer-Verein in Regensburg. — Correspondenz-Blatt. Dreissigster 
Jahrgang. Regensburg, 4876. 



III 



COLLECTIONS MALACOLOGIQUES 



DONS REÇUS 



POUR LES 



COLLECTIONS MALACQLQGIQUES DE LA SOCIÉTÉ 



PENDANT L ANNEE 1877 



L'accroissement des collections de la Société, pendant l'année 1877, a été peu consi- 
dérable. Les dons reçus sont renseignés au Registre-Collections du n° 42,597 au 
n° 12,677 : ils comprennent environ 600 échantillons. 

I. — Espèces belges. 

Coquilles fluviatiles vivantes de Belgique, quelques espèces. (Don de M. Denis.) 

II. — Espèces étrangères. 

Coquilles terrestres et fluviatiles vivantes de Carinthie, Italie, Allemagne etc. 
environ 70 espèces. (Don de M. Ressmann.) 



IV 



INSTITUTIONS CORRESPONDANTES 



LISTE 

DES 

ACADÉMIES, INSTITUTS, SOCIÉTÉS SAVANTES, MUSÉES, REVUES 

ET JOURNAUX, ETC. 

EN RELATION D'ÉCHANGE DE PUBLICATIONS AVEC LA 

SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

AU 31 DÉCEMBRE 1877 



AFRIQUE. 

Algérie. 

Alger. — Société Algérienne de Climatologie, Sciences physiques et naturelles. 

Ile de la Réunion, 

Saint-Denis. — Société des Sciences et Arts de l'île de la Réunion. 

Ile Maurice. 

Port-Louis. — Royal Society of Arts and Sciences of Mauritius. 

AMÉRIQUE. 

Brésil. 

Rio de Janeiro. — Museu Nacional do Rio de Janeiro. 

États-Unis, 

Boston, Mass. — Boston Society of Natural History. 
Id. — Commonwealth of Massachusetts. 



CXII SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Buffalo, N. Y. — Buffalo Society of Natural Sciences. 

Cambridge, Mass. — Muséum of Comparative Zoôlogy at Harward Collège. 

Chicago, III. — Academy of Sciences of Chicago. 

Mac Indoe's Falls, Verm. — Orléans County Society of Natural Sciences. 

New-Haven, Conn. — Connecticut Academy of Arts and Sciences. 

New-Orleans, Louis. — Mew-Orleans Academy of Natural Sciences. 

New-York, N. Y. — Lyceum of Natural History. 

Philadelphie, Pens. — Academy of Natural Sciences of Philadelphia. 

1d. — American Journal of Conchology. 

Portland, Maine. — Portland Society of Natural History. 
Saint-Louis, Miss. — Academy of Natural Sciences of Saint-Louis. 
Salem, Mass. — Essex Institute. 

Id. — Peabody Academy of Sciences. 

San Francisco, Cal. — California Academy of Natural Sciences. 
Washington, D. C. — Smithsonian Institution. 

Id. — United States of America. Department of Agriculture. 

Id, — United States of America, Geological and Gcographical Survcy of 

the Territorics. 

Id. — United States of America. War Department. 

Guatemala. 

Guatemala. — Sociedad economica de los Amicos del pais. 

EUROPE. . - 

Allemagne. 

Augsbourg. — Naturhistorischer Verein in Augsburg. 

Bonn. — Archiv fur Naturgeschichte. 

Bbême. — Naturwissenschaftlicher Verein zu B rem en. 

Breslau. — Schlesische Gesellschaft fur vaterlândische Cultur. 

Chemnitz. — Naturwissenschaftliche Gesellschaft zu Chemnitz. 

Colmar. — Société d'Histoire Naturelle de Colmar. 

Dresde. — Kônigliche Leopoldinisch-Carolinische deutsche Académie der Naturforscher. 

Id. — Naturwissenschaftliche Gesellschaft Isis in Dresden. 
Francfort sur le Mein. — Deutsche Malakozoologische Gesellschaft. 
Giessen. — Oberhessische Gesellschaft fur Natur- und Heilkunde. 
Hambourg. — Muséum Godeffroy. 

Id. — Verein fur Nalurwissenschaftlichen Unterhaltung. 
Heidelberg. — Naturhistorisch-Medizinischer Verein. 
Kiel. — Naturwissenschaftlicher Verein fur Seules wig-Holstein. 
Kônigsberg. — Kônigliche Physikalisch-OEkonomische Gesellschaft. 
Metz. — Académie des Lettres, Sciences, Arts et Agriculture de Metz. 

Id. — Société d'Histoire Naturelle de la Moselle. 
Munich. — Kaiserlisch-Bayerische Akademie der Wissenschaften zu Mùnchen. 
Neubrandebourg. — Verein der Freunde der Naturgeschichte in Meklenburg. 
Nuremberg. — Naturhistorische Gesellschaft in Nûrnberg. 



INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CXIII 

* 
Offenbach sur le Mein. — Offenbacher Verein fur Naturkunde. 

Ratisbonne. — Zoologisch-mineralogischcr Verein zu Regensburg. 

Stuttgart. — Verein fur vaterlândische Naturkunde in Wùrttemberg. 

Wiesbade. — Nassauischer Verein fur Naturkunde. 

Zwickau. — Verein fur Naturkunde. 

Angleterre. 

Glascow. — Natural History Society of Glasgow. 
Leeds. — The Quarterly Journal of Conchology. 
Londres. — Geologieal Society of London. 

In. ■ — Linnean Society of London. 

Id. — Royal Society of London. 

1d. — Zoological Society of London. 
Manchester. — Manchester Geologieal Society. 
Newcastle-Upon-Tyne. — Natural History Society of Northumberland and Durham. 

Autriche. 

Agram. — Jugoslavenske Àkademije Znanosti i Umjetnosti. 
Brunn. — Naturforschender Verein in Brùnn. 
Budapest. — Magyar Nemzeti Muséum. 

Id. — Magyarhoni Fôldtani Tarsulat. 
Gratz. — Naturwissenschaftlicher Verein fur Steiermark, 
Hermannstadt. — Siebenbùrgischer Verein fur Naturwissenschaften. 
Klagenfurt. — Naturhistorisches Landes Muséum von Kârnthen. 
Linz. — Muséum Francisco- Carolinum. 
Reichenberg. — Verein der Naturfreunde. 
Trieste. — Società Àdriatica di Scienze Naturali. 
Vienne. — Kaiserliche Àkademie der Wissenschaften. 

Id. — Kaiserlich-Kônigliche Geologische Reichsanstalt. 

Id. — Kaiserliche-Kônigliche Zoologisch-Botanische Gesellschaft in Wien. 

Id. — Verein zur Verbreitung Naturwissenschaftlicher Kenntnisse in Wien. 

Belgique. 

Anvers. — Société Paléontologique de Belgique. 

Id. — Société Phytologique et Micrographique de Belgique. 
Bruxelles. — Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. 

Id. — Ligue de l'Enseignement. 

Id. — Moniteur Industriel. 

Id. — Musée royal d'Histoire naturelle. 

Id. — Société Belge de Géographie. 

Id. — Société Belge de Microscopie. 

Id. — Société centrale d'Agriculture de Belgique. 

Id. — Société Entomologique de Belgique. 

Id. — Société royale de Botanique de Belgique. 

Id. — Société royale de Pharmacie. 

Id. — Société royale des Sciences médicales et naturelles de Bruxelles. 

Id. — Société royale Linnéenne de Bruxelles. ° lGn ' lUo1 ' 



CXIV SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

Charleroi. — Société Paléontologique et Archéologique de l'arrondissement judiciaire 

de Charleroi. 
Hasselt. — Société chorale et littéraire des Mélophiles de Hassclt. 
Liège. — Fédération des Sociétés d'horticulture de Belgique. 

Id. — Société Géologique de Belgique. 

Id. — Société libre d'Émulation de Liège. 

Id. — Société Médico-chirurgicale de Liège. 

Id. — Société royale des Sciences de Liège. 
Mons. — Société des Sciences, des Lettres et des Arts du Hainaut. 
Namur. — Société Archéologique de Namur. 
ïongres. — Société scientifique et littéraire du Limbourg. 
Vilvorde. — Le Moniteur horticole Belge. 

Danemark. 

Copenhague. — NaturhistOriske Forening i Kjôbenhavn. 

Espagne. 
Madrid. — Atenco propagador de las Ciencias Naturales. 
Id. — Sociedad Espaïiola de Historia Natural. 

France. 

Amiens. — Société Linnéenne du nord de la France. 

Auxerre. — Société des Sciences historiques et naturelles de l'Yonne. 

Bayonne. — Les Fonds de la mer. 

Id. — Société des Sciences et Arts de Bayonne. 
Bordeaux. — Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts. 

Id. — Société Linnéenne de Bordeaux. 
Caen. — Société Linnéenne de Normandie. 

Chalons-sur-Marne. — Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne. 
Cherbourg. — Société nationale des Sciences naturelles de Cherbourg. 
Dijon. — Académie des Sciences, Arts et B lies-Lettres de Dijon. 
Draguignan. — Société d'Agriculture, de Commerce et d'Industrie du département du Var 
La Rochelle. — Académie des Belles-Lettres, Sciences et Arts de La Rochelle. 
Lille. — Bulletin Scientifique, Historique et Littéraire du département du Nord et des 
pays voisins. 

Id. — Société des Sciences, des Arts et de l'Agriculture de Lille. 

Id. — Société Géologique du Nord. 
Lyon. — Société d'Agriculture, Histoire naturelle et Arts utiles de Lyon. 

Id. — Société Botanique de Lyon. 

Id. — Société d'Études scientifiques de Lyon. 
Maçon. — Académie de Mâcon, Société des Sciences, Arts, Belles-Lettres et d'Agriculture. 
Montpellier. — Société d'Horticulture et d'Histoire naturelle de l'Hérault. 
Nancy. — Académie de Stanislas. 

Nîmes. — Société d'Étude des Sciences naturelles de Nîmes. 
Orléans. — Société d'Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d'Orléans. 
Paris. — Feuille des Jeunes Naturalistes. 

Id. — Journal de Conchyliologie. 



INSTITUTIONS CORRESPONDANTES. CXV 

Paris. — Société Géologique de France. 

Id. — Société Parisienne d'Histoire naturelle. 

Id. — Société Zoologique de France. 
Perpignan. — Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales. 
Rouen. — Société dos Amis des Sciences naturelles de Rouen. 
Semur. — Société des Sciences historiques et naturelles de Scmur. 
Toulon. — Société Académique du Var. 

Tours. — Société d'Agriculture, Sciences, Arts et Belles-Lettres du département d'Indre- 
et-Loire. 
Verdun. — Société Philomathique de Verdun. 

Italie. 

Brescia. — Ateneo di Brescia. 

Catane. — Accademià Gioenia di Scienze Naturali in Catania 
Florence. — Società Entomologica Italiana. 
Milan. — Società Italiana di Scienze Naturali. 
Modène. — Società dei Naturalisa in Modena. 
Palerme. — Accademià Parlermitana di Scienze, Lettere ed Arti. 
Id. — Società di Acclimazione e di Agricoltura in Sicilia. 
Pise. — Bullettino Malacologico Italiano. 

Id. — Società Malacologica Italiana. 
Rome. — Reale Comitato Geologico Italiano. 
Venise. — Reale Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti. 
Vérone. — Accademià d'Agricoltura, Arti e Commercio di Verona. 

Luxembourg. 

Luxembourg. — Institut Royal Grand-Ducal de Luxembourg. 

Neerlande. 

Amsterdam. — Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam. 
Id. • — Koninklijke Zoologisch Genootschap Natura Artis Magistra. 
Groningue. — Academia Groningana. 

Id. — Natuurkundig Genootschap te Groningen. 
Harlem. — Hollandsche Maatschappij der Wetenschappen te Haarlem. 
Leide. — Academia Lugduno-Batava. 
Id. — Nederlandsche Dierkundige Vereeniging. 

IVorvége. 

Christiania. — Kongelige Norske Fredericks Universitet. 

Id. — Videnskabs Selskab i Christiania. 

Drontheim. — Kongelige Norske Videnskab Selskab i Throndhjem. 

Russie. 

Dorpat. — Dorpater Naturforcher Gesellschaft. 
Helsingfors. — Finska Vetenskaps Societeten. 

Id. — Sàllskapet pro Fauna et Flora Fennica. 

Mitau. — Kurlândische Gesellschaft fur Literatur und Kunst. 



GXVI SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

Moscou. — Société impériale des Amis des Sciences naturelles, d'Anthropologie et 
d'Ethnographie. 
1d. — Société impériale des Naturalistes de Moscou. 
Riga. — Naturforschender Verein zu Riga. 

Saint-Pétersbourg. — Académie impériale des Sciences de Saint-Pétersbourg. 
id. — Kaiserlisch-Rùssische mineralogische Gesellschaft. 

Suède. 

Gothembourg. — Kongliga Vetenskaps och Vitterhets Samhâllct i Gôteborg. 
Lund. — Kongliga Fysiografisca Sàllskapet i Lund. 

Id. — Universitas Carolina Lundensis. 
Stockholm. — Kongliga Swenska Vetenskaps Akademie. 
Upsal. — Kongliga Vetenskaps Societeten. 

Suisse. 

Aarau. — Argauische Naturforschende Gesellschaft zu Aarau. 
Bale. — Naturforschende Gesellschaft zu Basel. 
Berne. — Naturforschende Gesellschaft in Bern. 

Id. — Schweizerische Gesellschaft fur die gesammten Naturwissenschaften. 
Coire. — Naturforschende Gesellschaft Graubunden's zu Chur. 
Genève. — Institut national Genevois. 
Lausanne. — Société Vaudoise des Sciences naturelles. 
Neuchatel. — Société des Sciences naturelles de Neuchâtel. 
Saint-Gall. — S'-Gallische Naturwissenschaftliche Gesellschaft. 
Schaffouse. — Schweizerische Entomologische Gesellschaft. 

OGÉANIE. 

Nouvelle Galles du Sud. 

Sydney. — Linnean Society of New South Wales. 

Tasmanie. 

Hobart-Town. — Royal Society of Tasmania. 



:&fK3&n?*- 



V 



firnfi 



LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIETE 



LISTE GENERALE 



DES 



MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

AU 31 DÉCEMBRE 1877 
(Le nom des membres fondateurs est précédé d'un astérisque *) 



Membres honoraires» 

4877. Bellardi, professeur Luigi. — Turin. 

(1863j-4873. *Colbeau, Jules, membre de diverses Sociétés savantes. — Chaussée de 
Wavre, 478, Ixelles-Bruxelles. {Collection générale des mollusques vivants et 
fossiles, spécialement terrestres et fluviatiles. — Collection particulière des 
espèces et variétés vivantes et fossiles de Belgique.) 

4875. Davidson, Thomas, membre de la Société Royale et de la Société Géologique de 

Londres, etc. — Leopold Road, 3, Brighton (Angleterre). 
4863. Funck, N., directeur du Jardin Zoologique de Cologne, membre de diverses Sociétés 

savantes. — Cologne (Prusse). 
4870. Hammelrath, D r Gustave, ancien directeur du Jardin Zoologique de Bruxelles. — 
Rue du Marteau, 30, Saint- Josse-ten-Noode-Bruxellcs. 

4876. Jeffreys, Gwyn, Membre de la Société Royale de Londres, etc. — Ware Priory, 

Herts (Angleterre). 
4874. Michaud, capitaine L.-A.-G., membre de diverses Académies et Sociétés savantes. — 

Cour Morand, 35, Lyon (France). 
(4864)-4872. Senosœr, D r Adolf, membre de diverses Académies et Sociétés savantes. — 

III, Marxergasse, 44, Vienne (Autriche). 
4867. Sowerby, G.-B. — Great Russell street, 45, Bloomsbury, Londres. 
(4867)-4870. Staes, Célestin, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Rue de Livourne 

44 , Quartier-Lou ; se-Bruxelles. 



CXX SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 



Membres correspondants. 

1867. Bielz, E.-Alb., inspecteur royal de l'enseignement, membre de diverses Sociétés 
savantes. — Hermannstadt, Transylvanie (Autriche). 

1874. Bourgeois, abbé L., professeur au Collège de Pont-Levoy, membre de diverses 
Sociétés savantes. — Pont-Levoy, département de Loir-et-Cher (France). 

4867. Brusina, Spirtdione, conservateur du Musée national d'Histoire naturelle, membre 
de diverses Sociétés savantes. — Agram, Croatie (Autriche). 

1864. Canofari de Santa Vittoria, comte J. — Sora, Terra di Lavoro (Italie). 

1864. Charlier, Alexandre, capitaine au long cours dans la marine belge. — Place Saint- 
Joseph, 15, Ostende. 

1868. Chevrand, Antonio, D r en médecine, etc. — Cantagallo (Brésil). 

1864. D'Ancona, Cesare, D p en sciences, aide-naturaliste au Musée royal d'Histoire natu- 

relle, etc. — Florence (Italie). 

1866. Dubrueil, E., membre de diverses Sociétés savantes. — Rue du Carré du Roi, 1, 

Montpellier, Hérault (Franee). 

1869. Erjavec, Francesco, professeur d'Histoire naturelle à. l'École supérieure. — Gôrz 

(Autriche). 
1876. Gaucher, Élie. — Rue du Remorqueur, 24, Ixelles-Bruxelles. 

1867. Gobanz, D r Josef, professeur d'Histoire naturelle à l'École supérieure. — Klagenfurt, 

Carinthie (Autriche). 
1872. Heynemann, D. -F., membre de la Société Malacozoologique allemande, etc. — 
Schifferslrasse, 53, Sachsenhausen, près de Francfort sur le Mein (Allemagne). 

1868. Hidalgo, D r J. Gonzalez. — Huertas, 7 Duplicado, 2° derecha, Madrid. 
1874. Issel, D l " Arturo, professeur. — Gênes (Italie). 

1865. Jamrach., Ch., naturaliste. — S'-George street, 180, East, Londres. 

1869. Kawall, J.-H., pasteur, membre de diverses Sociétés savantes. — Presbytère de 

Poussen, Courlande (Russie). 

1872. Kobelt, D r W., membre de la Société Malacozoologique allemande, etc. — Schwan- 
heim sur le Mein (Allemagne). 

1869. Kuzmic, le Père Giovanni Evangelista, directeur de la pharmacie du couvent. — 
Raguse, Dalmatie (Autriche). (Coquilles terrestres, fldiviatiles et marines du, ter- 
ritoire et du littoral de Raguse.) 

1864. Lallemant, Charles, pharmacien, membre de diverses Sociétés savantes. — L'Arba, 
près d'Alger (Algérie). 

1872. Lancia de Brolo, duc Frederico, membre de l'Académie royale des Sciences de 
Palerme, etc. — Palerme (Sicile). 

1866. Manfredonia, commandeur Giuseppe, D r en médecine, professeur, membre de 

diverses Académies et Sociétés savantes. — Via Stella, 120, Naples (Italie). 
1872. Matthew, G. -F., membre de diverses Sociétés savantes. — Lcustones, depart- 

ment S l -John, Nouveau Brunswick (Canada). 
1868. Môrch, D r O.-A.-L. — Frederiksborggade, 7, Copenhague. 
1866 Morière, J., professeur à la Faculté des sciences', membre de diverses Sociétés 

savantes. — Caen, Calvados (France). 



LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ CXXI 

1869. Paulucci, M me la marquise Marianna. — Palais Pamiatichi, Borgo Pinti, Florence 

(Italie). 
4876. Ressmann, D r Fr. — Malborghet, Carinthie (Autriche). 
1868. Rodriguez, Juan, directeur du Musée d'Histoire naturelle. — Guatemala. 
4867. Rothe, Tyge, directeur du Jardin royal de Rosenborg. — Copenhague. 

1867. Schmidt, D r Osgar, professeur à l'Université, etc. — Strasbourg, Alsace (Allemagne). 

1868. Sciuto-Patti, Carmelo, ingénieur, membre de l'Académie des Sciences naturelles 

de Catane et de diverses Sociétés savantes. — Catane (Sicile). 

1864. Stossich, Adolf, professeur, membre de diverses Sociétés savantes. — Trieste, 

Istrie (Autriche). 
1875. Watelet, Ad., officier de l'Instruction publique, membre des Sociétés Géologique 
et Botanique de France, etc. — Soissons, département de F Aisne (France). 

1872. Westerlund, D r Carl, Agardh. — Ronneby (Suède). 

1865. Westerman, G. -F., directeur du Jardin zoologique d'Amsterdam, membre de diverses 

Sociétés savantes. — Amsterdam (Néerlande). 
1867. Wiechmann, D r C.-M., membre de diverses Sociétés savantes. — Kadow, près de 
Goldberg, Mecklembourg (Allemagne). 

1873. Winkler, T. -G., D r en sciences naturelles, conservateur du Musée Teyler, membre de 

diverses Sociétés savantes. — Harlem (Néerlande). 

Membres effectifs à vie. 

4872. Allport, Morton , membre des Sociétés Zoologique et Linnéenne de Londres, etc. 

— Hobart-Town (Tasmanie). 

4872. Bubics, S.-C.-O., chambellan de Sa Sainteté, etc. — Palais des princes Esterhazy, 

Wallnerstrasse, 4, Vienne (Autriche). 
1868)-1872. Lawley, Roberto, membre de la Société Malacologique italienne, etc. - 

Montecchio, près de Pontedera, Toscane (Italie). 

Membres effectifs. 

4872. Balston, William Ed., membre de la Société Géologique de Londres, etc. — 
Bearsted House, Maidstone, Kent (Angleterre). (Fossiles crétacés.) 

1874. Barrois, Charles, licencié en sciences naturelles, préparateur de géologie à la 

Faculté des sciences. — Rue Rousselle, 47, faubourg Saint -Maurice, Lille 
(France). (Spongiaires.) 
1870. Bauwens, L.-M., receveur des contributions, membre de plusieurs Sociétés savantes. 

— Rue Schmitz, 15, Koekelberg-Bruxelles. 

4872. Berchem, F., ingénieur principal des mines. — Rue Neuve, 32, Namur. 
4874. Blanchart, C., ingénieur des mines. — Prades, Pyrénées-Orientales (France). 

4873. Bouyet, Alfred, lieutenant-colonel au corps d'état-major. — Rue du Méridien, 400, 

Saint-Josse-ten-Noode-Bruxelles. 
1864. Briart, Alphonse, ingénieur des mines, membre de l'Académie royale des Sciences 

de Belgique et de diverses Sociétés savantes. — Morlanwelz, Hainaut. 
1872. Bricourt, C., avocat. — Rue de Stassart, 71, Ixelles- Bruxelles. 



GXXI1 SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

1877. Brot, D r Aug. — Malagnon, 6, Genève. 

1871. Candèzb, Ernest, D r en médecine, membre de l'Académie royale des Sciences de 

Belgique, elc. — Glain lez-Liége. 
1863. *Charlier, Eugène, D r en médecine, etc., membre de diverses Sociétés savantes. — 
Rue Faubourg-S l -Gilles, 19, Liège. 

1872. Chellonneix, E., membre de la Société Géologique du nord de la France, etc. — 

Lille (France). (Géologie générale du bassin tertiaire Anglo-Flamand.) 

1863. *GocHETEUX, Charles, colonel au régiment du génie. — Rue du Midi, 7, Liège. 

1870. Cogels, Paul, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Rue de la Bascule, 2, 

Anvers. (Géologie et paléontologie des environs d'Anvers.) 

1873. Colreau, Emile, étudiant, membre de la Société royale Linnéenne de Bruxelles. — 

Chaussée de Wavre, 178, Ixelles-Bruxelles. (Mollusques vivants et fossiles de 
Belgique.) 

1864. Cornet, F.-L., ingénieur des mines, membre de l'Académie royale des Sciences de 

Belgique, etc. — Cuesmes, près de Mons. (Fossiles crétacés.) 

1874. Cornet, J.-F., membre de la Société Belge de Microscopie.— Rue de la Tourelle, 43, 

E tterbeek- B ruxelles . 
1874. Cotteau, Gustave, membre de la Société Géologique de France, etc. — Auxerre, 

département de l'Yonne (France). (Échinodermes.) 
1869. Craven, Alfred-E., membre de diverses Sociétés savantes. — Broockfield-House, 

Folkestone. Kent (Angleterre). 
1876. Crépin, François, directeur du Jardin botanique de l'État, membre de l'Académie 

royale des Sciences de Belgique et de diverses Sociétés savantes. — Rue de 

l'Esplanade, 8, Ixelles-Bruxelles. 
1873. Crocq, D r J., sénateur, professeur à l'Université libre, membre de l'Académie royale 

de médecine de Belgique, etc. — Rue Royale, 110, Bruxelles. 
1866. Dautzenberg, Philippe. — Rue de l'Université, 213, Paris. (Coquilles terrestres et 

fluviatiles . ) 

1873. Davreux, Paul, ingénieur, professeur au Musée royal de l'industrie. — Bruxelles. 

1871. De Bullemont, Emmanuel, membre de plusieurs Sociétés savantes. Rue d'Orléans, 

32, Ixelles-Bruxelles. 

1874. Deby, Julien, ingénieur, membre de diverses Sociétés savantes. — Rue de la Vanne, 

31, Ixelles-Bruxelles. (Observations microscopiques.) 
1874. De Cossigny, J. Charpentier, ingénieur, membre de la Société Géologique de 
France, etc. — Courcelle, près Saint-Parres les-Vaudes, département de l'Aube 
(France). 

1874. De Guerne, Jules, membre de la Commission d'Histoire naturelle du Musée de 

Douai, etc. — Rue de Lewarde, 9, Douai, département du Nord (France). (Nu- 

dibranches.) 
1876. Dejaer, Ernest, ingénieur des mines. — Rue delà Chaussée, 22, Mons. 
1869. De Jonghe, vicomte Baudouin, lieutenant d'artillerie. — Rue Guimard, 2, Quartier- 

Léopold-Bruxelles. 

1875. Delacre, Ambroise, étudiant. — Rue de l'Arbre-Bénit, 106, Ixelles-Bruxelles. 
1874. De la Fontaine, Jules, conservateur des collections de l'Université, membre de plu. 

sieurs Sociétés savantes. — Gand. 



LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ CXXI1I 

4874. De Looz-Corswarem, comte Georges, membre de plusieurs Sociétés savantes. — 

Château d'Avin, près de Burdinne, province de Liège. 
4872. Denis, Hector, avocat. — Rue Goffart, 56, Ixelles-Bruxelles. 
1872. De Reul, Xavier. — Rue de Robiano, 64, Schaerbeek-Bruxelles. 
4863. *De Selys- Long champs, baron Edmond, sénateur, membre de l'Académie royale des 

Sciences de Belgique, etc. — Quai de la Sauvenière, 34, Liège, et château de 

Longchamps, près de Waremme. 

4874. Desguin, Pierre, ingénieur. — Rua do Alecrim, 36, Lisbonne. 

4875. Desvachez, Jules, ingénieur des mines. — Rue de la Chaussée, 67, Mons. 
4877. De Toyon. — S l Ciers du Taillon, par Mirambeau, Charente-Inférieure (France). 
4863. *Dewalque, D r Gustave, professeur à l'Université, membre de l'Académie royale des 

Sciences de Belgique, etc. — Rue de la Paix, 47, Liège. 
4872. Dollfus, Gustave, membre de la Société Géologique de France, etc. — Rue de Cha- 
brol, 45, Paris. 

4876. Eck, André, pharmacien, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Rue La Con- 

damine, 53, Paris. 

4872. Fleming, S.-R., étudiant. — Boulevard du Régent, 45, Bruxelles. 

4863. *Fologne, Égide, architecte, membre de la Société Entomologique de Belgique. — 

Rue de Namur, 42 a , Bruxelles. 
4865. Fontaine, César, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Papignies, Hainaut. 
4874. Friren, abbé A., professeur au petit Séminaire, membre de diverses Sociétés savantes. 

— Montigny lez-Metz, Lorraine (Allemagne). 
4863. *Geelhand de Merxem, L. — Rue du Pont-Neuf, 24, Bruxelles. 

4877. Genevoix, D r Fr. — Rue des Beaux-Arts, 44, Paris. 

4868. Gentiluomo, D r Cammillo, conservateur du Musée royal d'Histoire naturelle, etc. — • 

Via S. Francesco, 23, Pise (Italie). 
1874. Geraets, E., professeur à l'Athénée, membre de plusieurs Sociétés savantes. — 

Hasselt. 
1874. Giard, Alfred, professeur de zoologie à la Faculté des Sciences, etc. — Lille 

(France) . 

1874. Gloyne, Charles, ingénieur royal. — Llanion Terrace, 17, Pembroke Dock, South 

Wales (Angleterre). (Mollusques terrestres et fluviatiles vivants.) 
4871. Goblet d'Alviella, comte Eugène, D r en droit et en sciences politiques et adminis- 
tratives, etc. — Rue Zinner, 8, Bruxelles. 
4874. Gosselet, Jules, professeur de géologie à la Faculté des Sciences, membre de 

diverses Sociétés savantes. — Rue d'Antin, 18, Lille (France). 
1869. Hallez, Paul. — Rue Rogier, 194, Schaerbeek-Bruxelles. (Fossiles Laekeniens.) 

1872. Henné, Alexandre, capitaine adjudant-major. — Rue Van Maerlandt, 74, Anvers. 

1873. Houzeau de Lehaie, Auguste, membre de la Société des Sciences du Hainaut, etc.—* 

Hyon, près de Mons. 
1S73. Iriarte, Francisco, conservateur au Musée national de Lima. — Lima (Pérou). 

4873. Jones, T. Rupert, membre de la Société Royale de Londres, etc., professeur à 

l'Université. — Collège Terrace, 5, Yorktown, comté de Surrey (Angleterre). 

1875. Jorissenne, D r Gustave, membre delà Société Géologique de Belgique, etc. — Rue 

de la Casquette, 39, Liège. 



CXXIV SOCIÉTÉ MALACOLOG1QUE DE BELGIQUE 

1872. Klecak, Biagio, commissaire de district de l re classe. — Sinj, Dalmatie (Autriche). 
4873. Lambotte, Élie, étudiant. — Rue de Josaphat, 112, Schaerbeek-Bruxelles. (Mollusques 

vivants et fossiles de Belgique.) 
1867. Lanszweert, Edouard, pharmacien. — Rue de la Chapelle, 85, Ostende. 
1874. LebouR, G. -A., membre de la Société Géologique de Londres. — Weedpark House, 

Dipton Lintz Green, comté de Durham (Angleterre). 

1866. Le Comte, Théophile, membre de diverses Sociétés savantes. — Ghislenghien, 

Hainaut. (Mollusques d'Europe.) 

1872. Lefèvre, Théodore, membre de diverses sociétés savantes. — Rue du Pont-Neuf, 10, 

Bruxelles. (Fossiles tertiaires. Géologie des environs de Bruxelles.) 

1871. Malaise, Constantin, D r en sciences, professeur a l'Institut agricole de l'État, 

membre de l'Académie royale des Sciences de Belgique, etc. — Gembloux. 
(Terrain silurien et fossiles qu'il renferme.) 

1873. Mazé, H., ordonnateur de la Guadeloupe. — Basse-Terre (Guadeloupe). 

1874. Médal, D r M.-A. — Calle de Cadena, n° 21, Mexico (Mexique). 

1875. Michelet, Gustave, ingénieur, membre de la Société belge de Microscopie. — Rue 

de Pascale, 6, Quartier-Léopold, Bruxelles. 

1867. Miller, Henry, J., membre de la Société belge de Microscopie et de la Société 

royale de Botanique de Belgique. — Place de l'Industrie, 39, Bruxelles. (Obser- 
vations microscopiques ; Foraminifères vivants et fossiles.) 

1872. Monteiro da Silva, R., étudiant en sciences. — Rue de Louvain, 91, Bruxelles. 
1872. Moquin-Tandon, Gaston, D r en sciences. — Bellaiïastrasse, 10, Vienne (Autriche). 
1877. Mors, Emile, étudiant. — Rue Solférino, 4, Paris. 

1874. Neissen, Auguste, avocat. — Boulevard de Waterloo, 86, Bruxelles. 

1872. Ortlieb, J., chimiste, membre de diverses Sociétés savantes. — Croix lez-Roubaix, 

département du Nord (France). (Géologie générale du bassin tertiaire Anglo- 
Flamand.) 
1870. Pire, Louis, professeur à l'Athénée royal, membre de diverses Sociétés savantes. — 
Rue Keyenveld, 111, Ixelles-Bruxelles. 

1873. Potier, Alfred, ingénieur des mines, membre de la Société géologique de France. 

Rue de Boulogne, 1, Paris. 

1870. Purves, J.-C, membre de diverses Sociétés savantes. — Panmure Place, 16, Edim- 
bourg (Ecosse). 

1863. 'Roffiaen, François, artiste-peintre, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Rue 
Godecharle, 16, Ixelles-Bruxelles. (Collection des espèces terrestres, principale- 
ment du genre Hélix.) 

1872. Rutot, Aimé, ingénieur au chemin de fer de l'État, membre de la Société géologique 
de Belgique. — Rue du Chemin de fer, 31, SMosse-ten-Noode-Bruxelles. 

1874. Schepman, M. -M., naturaliste. — Rhoon, près de Rotterdam (Néerlande). 

1868. Seghers, Franz, artiste-peintre. — Rue L'Olivier, Schaerbeek-Bruxelles. 

1875. Suys, Paul. — Rue Royale, 160, Bruxelles. 

1863. *Thielens, Armand, D r en sciences naturelles, membre de diverses Académies et 
Sociétés savantes. — Rue de Namur, 20, Tirlemont. (Collection générale des 
Mollusques vivants et fossiles.) 

1877. Thiriar, D r J. — Chaussée d'Ixelles, 168, Ixelles-Bruxelles. 



LISTE DES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ CXXV 

4874. Tournouer, Raoul, membre de la Société Géologique de France, etc. — Rue de 
Lille, 43, Paris. 

1872. Ubaghs, Casimir, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Rue des Blanchisseurs, 
Maestricht (Néerlande). 

1869. Vanden Broeck, Ernest, membre de plusieurs Sociétés savantes. — Rue Terre- 
Neuve, 124, Bruxelles. (Foraminifères . Anatomie, physiologie et distribution 
géographique des Mollusques terrestres et fluvialiles. Collection spéciale des 
Mollusques belges.) 

1874. Vander Capellen, A., pharmacien, membre des Sociétés géologiques de Belgique 
et de France. — Hasselt. 

1874. Van Rygersma, H.-E., D r en médecine, etc. — Saint-Martin (Antilles). 

1877. Vaughan, Ern., homme de lettres. — Rue des Minimes, 42, Bruxelles. 

1869. Vincent, Gérard, préparateur au Musée royal d'Histoire naturelle. — Rue Granvelle, 
95, Quartier -Léopold, Bruxelles. (Fossiles des terrains éocènes de Belgique, 
principalement des systèmes Bruxellien et Laekenien.) 

1872. Von Egger, comte Franz, membre de diverses Sociétés savantes. — Saint-Georges 
sur le Lac Long, Carinthie (Autriche). 

1872. Von Egger, comte Gustav, membre de diverses Sociétés savantes. — Saint-Georges 

sur le Lac Long, Carinthie (Autriche). 

1873. Weinmann, Rodolphe, chimiste, membre de la Société entomologique de Bel- 

gique, etc. — Chaussée de Mons, 71, Cureghem-Bruxelles. 
1876. Weissenbruch, Paul. — Rue du Poinçon, 45, Bruxelles. 
1863. *Weyers, Joseph -Léopold, membre de diverses Sociétés savantes. — Boulevard 

Central, 26, Bruxelles. 
1873. Wilkins, Philip. — Rue Lesbroussart, 74, Ixelles-Bruxelles. 
1873. Witmeur, Henri, ingénieur des mines, professeur à l'École polytechnique.-— Avenue 

de la Toison d'or, 60, Saint-Gilles-Bruxelles. 
1874» Wright, Bryce, membre de la Société royale d'Histoire de Londres, etc. — 38, 

Southampton Row, Bloomsbury, Londres. 



tome xii 1877 



TABLE GÉNÉRALE DES MATIÈRES 

CONTENUES DANS LE TOME XII 

DES ANNALES DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE 

DE BELGIQUE 



•ooo- 



Additions a la faune tertiaire du Bassin de Paris. Description de deux Solens 

nouveaux, par Th. Lefèvre et A. Watelet (planche I) 29 

Annales de la Société Malacologique de Belgique, tome XII, 1877 .... 3 

Assemblée générale annuelle du 1 er juillet 1877 LU 

Bulletin bibliographique XCI 

Bulletin des séances de la Société ; III 

Bulletins de la Société Malacologique de Belgique, tome XII, 1877 .... I 

Collections malacologiques .............. CV 

Considérations nouvelles sur les systèmes Boldérien et Diestien, par Paul 

Cogels ' . 7 

Institutions correspondantes . CIX 

Liste des principaux ouvrages, mémoires ou notices, qui traitent directement 

ou indirectement des Brachiopodes vivants et fossiles, par Th. Davidson. . 55 
Liste générale des membres de la Société Malacologique de Belgique, au 31 dé- 
cembre 1877 c CXV1I 

Mémoires de la Société Malacologique de Belgique, tome XII, 1877 .... 5 

Monographie du genre Sinusigerad'Orb. , par Alfred Craven (planches II, III, IV). 105 

Séances de la Société : 

7 janvier 1877 ......... V 

Rapports de MM. Ern. Vanden Broeck et J. Colbeau sur le travail de 

M. Craven, intitulé : Sur le genre Sinusigera. 
Quelques observations relatives aux conclusions de M. Lefèvre dans 

son rapport sur mon travail intitulé : Description de la Rostellaria 

robusta, par M. J. Rutot. 
Relation succincte d'un voyage fait aux bords de l'Oostanaula, en 

Géorgie, États-Unis, par M. J. Deby. 



XL 



XLII 



LI 

LU 



CXXV1II SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 

4 février 1877 XXV 

Rapport de M. Lefèvre sur le travail de M. Vincent, intitulé : Descrip- 
tion de la faune de l'étage Landenien inférieur de la Belgique. 
Nécrologie. David Forbes, par M. J. Deby. 

4 mars 1877 XXXIV 

Rapport de M. Rutotsur le travail de M. Vincent, intitulé: Descrip- 
tion de la faune de l'étage Landenien inférieur, l re partie. Massif 
duBrabant. 

8 avril 1877 

Note sur une anomalie de la Limnsea limosa, par M. J.-C. Purves 

(figure). 
Diverses anomalies observées chez certains mollusques de la Suisse, 

par M. A. Brot. 

6 mai 1877 

Proposition de MM . Vanden Broeck et Rutot de modifier le titre des 
Annales de la Société. 

3 juin 1877 

1 er juillet 1877 (Assemblée générale annuelle ordinaire) 

Rapport du Président. Budget. Nomination du Conseil. 

Questions diverses proposées pour le Congrès des Sociétés scientifiques 
de Belgique. 

Discussion de la proposition de MM. Vanden Broeck et Rutot de modi- 
fier le titre des Annales de la Société. 

5 août 1877 . LX11 

2 septembre LXV 

Rapports de MM. Lefèvre et Colbeau sur le travail de M. Dollfus, 
intitulé : Valvata disjuncta, espèce nouvelle des meulières supé- 
rieures des environs de Paris. 

Observations sur les couches quaternaires et pliocènes de Merxem, 
près d'Anvers, par MM. Vanden Broeck et Cogels. 

7 octobre 4877 LXXIV 

Note sur des mollusques terrestres et fluviatiles, recueillis à Waulsort, 
par M. Fr. Roffiaen. 

4 novembre 1877 . . LXXIX 

Notice nécrologique sur le D r L . Pfeiffer . 
2 décembre 1877 LXXXI 

Note sur les Rostellaria ampla de l'éocène et de l'oligocène, par 

M. Th. Lefèvre. 
Communication sur les relations scientifiques établies au nom de la 
Société, pendant un voyage fait en Italie, par MM. Vanden Broeck et 
Lefèvre 
Table générale des matières contenues dans le tome XII des Annales de la 
Société Malacologique de Belgique CXXVI1 



TABLE DES MATIERES. CXXIX 

Tableau des terrains tertiaires de la France septentrionale, par J. de Cossigny. 37 

Note explicative 37 

Rapport de M. A. Rutot .... 40 

Rapport de M. Gustave Dollfus . . 43 

Rapport de M. J. Ortlieb. ... 48 

Extrait d'une lettre de M . de Cossigny. 53 

Tableau . Intercalé après la page . . 54 
Valvata disjuncta, espèce nouvelle des meulières supérieures des environs de 
Paris, par Gustave Dollfus (figures) 27 



> m*i 



PLANCHES DU TOME XII, 1877, 



DES 



ANNALES DE LA SOCIÉTÉ MALACOLOGIQUE DE BELGIQUE 



«y>- 



Planche I. Additions à la faune tertiaire du Bassin de Paris. Description de deux Solens 
nouveaux, par Th. Lefèvre et A. Watelet (Mémoires, p. 29; "explica- 
tion, p. 36). 

— II. Monographie du genre Sinusigera d'Orb. , par Alfred Craven (Mémoires, p. 105). 

— "III. Idem. 

— V IV. Idem. 



PLANCHE I. 

Figures 1. Solen Laversinensis, Lcf. et Wat., exemplaire de grandeur naturelle. 

» 2. » » » échantillon bivalve vu du dos. 

/ valve droite et valve gauche, vues 
» .-> » » » J . 

{ intérieurement. 

» 4. Solen Laubrierei, Wat. et Lef., valve vue intérieurement, grossie 4 fois. 

» 5. » » » la même, vue extérieurement, grossie 4 fois. 

» 0. » » » même valve, grandeur naturelle. 



TOME XII, 1877 



( 



- 



\ 






^v 







*> 

& 






' Sol» ■ • V :. ôfèviM 



.-..■. 



PLANCHE II. 

Figure 1 a, b. Sinusigera microscopica, Gray. Vue de face et de côté, grossie 15 fois. 

Figure 1 a, b. Sinusigera Huxleyi, Forbes. Vue de face et de côté, grossie 15 fois. 

c. Dentition linguale, très-fortement grossie. 

d. Opercule, grossi 15 fois. 

e. Plaques triturantes, très-fortement grossies. 

Figure 3o, i. Sinusigera d'Orbignyi, A. Adams. Vue de face et de côté, grossie 
40 fois. 

Figure 4 a, b. Sinusigera tecturina, Craven. Vue de face et de côté, grossie 20 fois. 

Figure 5 a, b. Sinusigera Nysti, Craven. Vue de face et de côté, grossie 15 fois. 



TOME XII, 1877. 



innales de la Sociéit MalacologùfvLt de Beu/ùfi 



font* .17/ '.( Ai/ 7 v PI // 










^/ 









1 Sinusicjera micros copica.Gray. I 3 Smusitjera d'Orbigrryi.A Adarm 

2 Huxleyi.Forbes I 4- ' — . tecturina.Craveri. 

5 Smusicjera Nysti.' Craven. 



Cravero, ad. nat. dd>. 



Ckrornoàih. GSevereqns 



PLANCHE III. 



Figure 1 a, b. Sinusigera rosea, Craven. Vue de face et de côté, grossie 40 fois. 

Figure 2 a, b. Sinusigera cancellata, d'Orbigny. Vue de face et de côté, grossie 
15 fois. 

c. Extérieur du bord externe et contour de l'animal, fortement grossis. 

d. Opercule, grossi 15 fois. 

Figure 3 a, b. Sinusigera reticulata, Craven. Vue de face et de côté, grossie 30 fois. 

c. Opercule, grossi 30 fois. 

Figure 4 a, b. Sinusigera perversa, Craven. Vue de côté et de dos, grossie 20 fois, 

c. Opercule, grossi 20 fois. 

Figure 5 a, b. Sinusigera minima, Craven. Vue de face et de côté, grossie 30 fois. 

c. Opercule, grossi 30 fois. 



TOME XII, 1877 



Annules <k la Société Ma2<icoloma£ d* Belgique 



TonuXif <t#7 7 jPUH 




la 




^£ÎS\5 



' 











| 







1 Sinuskrera rosea. r raven 
2 cancellaia.d'Orb. 



9 3 Sinusigera reticulata. Craven 

4 - 



perversa. Craven 



c bmusicrera mimma Lraven 



Uraoea,, ad.nat. ciel. 



Ckranwbxh- G.Seoereffns. 



PLANCHE IV. 

Figure 1 a, b. Sinusigera Braziliensis, Craven . Vue de face et de côté, grossie 35 fc 
Figure 1 a, b. Sinusigera fusiformis, Craven. Vue de face et de côté, grossie 30 fc 
Figure 3 a, b. Sinusigera dubia, Craven. Vue de face et de côté, grossie 30 fois. 
Figure 4 a, b. Sinusigera striata, Craven. Vue de face et de côté, grossie 35 fc 
Figure 5 a, b. Sinusigera Colbeauiana, Craven. Vue de face et de côté, grossie 25 fc 
Figure 6 a, b. Sinusigera Broeckiana, Craven. Vue de face et décote, grossie 15 f( 



TOME XII, 1877 



Avucdes de la Société Malacolopiyu* de Belgique/. 



rom*M.(iS?7j PUV 





& 













1 Sinusicjera Braziliensis Craven 

ù — fusifornus Craven 

S- dubia. Craven. 



^Sinusicjera stnata. Craven 

5 C olb e am an a . C r aven . 

6 Broeckiana. Craven. 



Critoen , ad-.nat. del. 



CkroTnohifb. GSeuereqns 



/ 



I 
i 



y 






*k*f 









t **S 



%**&& V 













^m4K' 






• 



» JT i .C^ Je 
j ''Y 

tf2 



*•*■ j . I '' 






Ht 



0» rCte^ 









én&r 



'*-«$* 



y>-<r.^ 



fs- 



/ ' '^ 


'"> V« 


•&& x 


i^S^kia?' 


i^»v 


<< * 

.: «•' .M 


4 



**3* 



^W^''.* 



;.«%, h,« ,' 



&**'■# 






\ 



■ ■ .. 



"*£*' 



5k: